0502090045-51

Dogmes

Evangile de Marie Magdala

Que lui a dit l’Enseigneur :

« Je suis sortie du monde grâce à un autre monde, une représentation s’est effacée grâce à une représentation plus haute.

Désormais je vais vers le repos Où le temps se repose dans l’Eternité du temps.

Je vais au Silence. »

Capture38325

« Du grec δόγμα (dogma), « opinion », un dogme est une affirmation considérée comme fondamentale, incontestable et intangible par une autorité politique, philosophique ou religieuse qui emploiera dans certains cas la force pour l'imposer.

Le dogme est « un point fondamental et considéré comme incontestable d'une doctrine religieuse », une« opinion donnée comme certaine, intangible et imposée comme vérité indiscutable ». L'ensemble des« dogmes » (de ces vérités) forme la doctrine de la communauté religieuse. »

Pour le christianisme, la Tradition (avec une majuscule) est la révélation continue, par le Saint-Esprit de la Parole de Dieu à son Église. Le christianisme est une religion abrahamique fondée sur la vie et les enseignements de Jésus de Nazareth, le Messie d’Israël et qui se définit comme monothéiste.

Par « Tradition de l'Église catholique romaine », il faut entendre « tradition interprétative », c'est-à-dire le patrimoine commun aux catholiques constitué par le cumul des travaux des théologiens au cours des siècles.

Le judaïsme est une tradition définissant à la fois la culture religieuse et le mode de vie des Juifs, constitué des descendants des Israélites provenant de l'antique terre d'Israël et des quelques minorités les ayant rejoints par la conversion et s'étant mélangées à eux au fil de leur diaspora de deux millénaires. Selon ses textes fondateurs, en particulier le Tanakh , la foi des anciens Israélites et de leurs descendants, les Juifs, est basée sur une alliance contractée entre Dieu et Abraham, qui aurait ensuite été renouvelée entre Dieu et Moïse.

La tradition primordialeou mieux Premièreappelée aussi sophia perennis, est la connaissance universelle d'origine non-humaine d'où sont issues toutes les traditions spirituelles de l'humanité. La Tradition est d’origine divine, c’est une émanation de la sagesse divine, appelée aussi Eternelle Sagesse. Elle est ce qui relie l’homme au Divin. N’est véritablement traditionnel que ce qui explique un élément d’ordre supra-humain. C’est ce qui caractérise essentiellement la Tradition.

« Des Intelligences Supérieures ont dissimulé derrière une approche phénoménologique des cycles intangibles de la nature ou objective, des concepts scientifiques primordiaux. Ainsi, du fait même de ce procédé, l’interprétation de chaque époque restait toujours dans la signification première essentielle du message transmis.

Le jour, l’année, le mois n’ont pas systématiquement la signification temporelle humaine mais correspondent le plus souvent à des valeurs numériques qui leurs ont été attribuées.» S.I

Il en est de même pour les dimensions linéaires, surfaciques et volumiques qui n’ont pas automatiquement la signification mathématique déduite mais correspondent le plus souvent à des valeurs numériques qui leurs ont été attribuées.

L’histoire de l’Esprit qui n’est pas de notre dimension s’appuie sur des représentations humaines pour que nous puissions comprendre le message ou l’enseignement transmis.

La tradition ésotérique désigne – t- elle un ensemble de mouvements et de doctrines relevant d'un enseignement élitiste caché, souvent accessible par l'intermédiaire d'une « initiation » ?  Toute organisation traditionnelle a son origine dans la Tradition, et celle-ci lui fournit les enseignements. Chaque organisation traditionnelle est un sentier, une voie, un chemin, une échelle qui permet aux membres d’accéder à la Tradition. La Tradition est transmise surtout par voie orale, malgré l’existence d’écrits traditionnels car la Tradition est enseignée par la langue des oiseaux (langue primordiale parlée au Paradis)  que seuls les initiés sont susceptibles de comprendre. Cette langue s’identifie à la Tradition qui s’identifie elle-même au Verbe Divin.

Parlons- nous de la Gnose (du grec Gnôsis : connaissance) qui désigne un concept « philosophico – religieux » dans lequel le Salut de l'âme (ou sa libération du monde matériel) passe par une connaissance (expérience ou révélation) directe de la divinité, et donc par une connaissance de soi ? Peut-être que oui, car par gnose, on désigne des tendances universelles de la pensée qui trouvent un dénominateur commun dans la notion de connaissance.  Par la même, la gnose ancienne est une voie pour atteindre le royaume céleste à travers une quête spirituelle dans laquelle « l'homme doit faire la lumière à la fois sur ses origines et sa destinée. » 

L’homme terrestre en est- il capable de sa propre volonté ? Certainement pas.  Pourtant cela lui a été dit depuis son origine. L’homme terrestre doit mourir pour que l’humanité en gloire puisse naitre, s’élever.

Pour le christianisme, la Tradition (avec une majuscule) est la révélation continue, par le Saint-Esprit de la Parole de Dieu à son Église.

Nous prenons vraiment conscience d’un foisonnement. Eviter la dispersion et la confusion qui ne mènent nulle part. Restons fidèle à la Voie à suivre.  Que cherchons-nous en définitive ? L’immortalité ? Non, nous cherchons la Vie Eternelle. Qu’est –ce que la Vie Eternelle ? C’est Dieu. Nous cherchons Son Amour. Tout dépend de Lui.

Et en tant que chrétien : Galates : « 3:27 vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ ».

Le christianisme n’est pas une philosophie du bien-être. Il est venu corriger les errances des initiations antérieures. 

N’est- elle pas là cette tradition première d’origine non humaine qui porte la connaissance universelle ?  

« Dieu s’est révélé aux hommes. Ses prophètes ont prophétisé. Son Envoyé Suprême s’est incarné. Rien n’y fit ! Ils se sont détournés. Douteriez-vous de la puissance de Dieu ? Ce qui arrive doit arriver selon sa Volonté, les hommes n’y sont pour rien. Il a agi pour ses enfants qui sont issus de Lui, qui croient en Lui et en son Envoyé, son fils, son premier né. Leur foi est pure comme de l’or. Ils n’ont jamais douté de Dieu, ne l’ont jamais renié. Ils seront Ses serviteurs, Ses prêtres. Ils auront connu Son Amour, seule et unique connaissance réelle.» S.I

Le Livre de la Parole n’est pas d’origine humaine. Il a été élaboré par des hommes inspirés par des Intelligences Supérieures. Maîtriser le futur, le planifier, c’est construire le présent, le dominer, intervenir ponctuellement pour l’orienter vers le but à atteindre, but déterminé en premier lieu : l’élévation.

Tradition

Colossiens 2-8 : « Prenez garde. Ne vous laissez pas séduire par la philosophie et ses trompeuses subtilités, qui s'inspirent des traditions humaines et des rudiments du monde, au lieu de s'appuyer sur le Christ

« C’est une sotte présomption d’aller dédaignant et condamnant pour faux ce qui ne vous semble pas vraisemblable » Montaigne

Le sens étymologique de tradition est : « Ce qui est donné par transfert. »

N’est-ce pas la Lumière de Genèse porteuse de la Parole de l’Eternel que Jésus, son Envoyé Suprême est venue nous apporter ? Jésus n’est-il pas la lumière du monde ? N’est-il pas l’alpha et l’oméga ?

Il n’est fait aucune allusion à la nature de ce qui est transmis. La tradition est un moyen de transport. On nous décrit le moyen qui va nous permettre d’acquérir des connaissances sans préciser lesquelles.

La Tradition s’applique à la révélation divine consignée dans le Livre de la Parole ou les Ecritures Saintes. Elle ne s’appuie pas sur des mythes et des légendes. L’histoire de l’Esprit qui n’est pas de notre dimension s’appuie sur des représentations humaines pour que nous puissions comprendre le message ou l’enseignement transmis.

Les nombres contenus dans le Livre de la Parole ne sont-ils pas le support arithmétique universel de la connaissance juste et véritable transmise par écrit ?

La lumière, porteuse de la Parole de l’Eternel donnée par transfert d’informations n’est-elle pas celle qui vient pour nous éclairer par l’implant de l’intelligence, de la parole et de l’image en ébauche dans le but de sauver le fils de l’homme en lui donnant l’entendement et l’image juste?

Le judaïsme et le christianisme sont une seule Tradition. Elle est unique dans sa révélation. Elle n’est pas un « rameau détaché du tronc. » Jésus l’a accomplie et Lui seul la clora. La conservation littérale de l’Ecriture a été confiée au peuple hébreu, Israël, le peuple de Dieu en Esprit, le peuple élu, l'Eglise de Pierre devant maintenir vivant dans les évangiles le message du salut et d'amour porté par Jésus, fils de Dieu. L'ensemble forme alors la tradition première. L’Eglise de Jean, Jean que notre Seigneur aimait, quant à elle devrait la mettre à jour, la rendre intelligible en Esprit et vérité. Ne serait-ce pas notre époque ?

Le christianisme est judaïcité transcendante

Le christianisme se comprend par l’étude de la Torah sur laquelle repose l’enseignement de Jésus. Il est venu pour accomplir l’Ecriture en nous annonçant la Bonne Nouvelle qu’Elle porte par la Parole d’Amour.

 Les derniers enfants d’Israël, descendants de Jacob forment le peuple de Celui qui est, qu’Il a créé en esprit et vérité, qui tire sa force et sa foi du Livre de la Parole unifié, Son dernier Temple au milieu des hommes, création que son Envoyé Suprême, Jésus, est venu accomplir en libérant en conscience Son peuple par le chemin de vérité.

1Corinthiens « 15:38 puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre…… »

« 15:45 C'est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. »

Nous sommes des Ames, des Êtres spirituels intangibles et insensibles.

« Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine. »

Pierre Teilhard de Chardin

De quel homme s’agit-il ?

Genèse « 1:27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Il ne s’agit nullement d’une création définitive, à l’identique. Personne, aucune unité biologique ne peut dire qu’elle est devenue consubstantiellement semblable à Dieu. Que c’est elle, créée à l’image de … qui va rejoindre « son Père » comme le dit Jésus.

L’âme n’est pas une réplique spirituelle de la personne terrestre, autrement prévarication.

« Ce qui est folie pour les hommes est sagesse pour Dieu. »

La science n’a pas d’histoire. Elle est là, présente, de toute éternité. Notre Seigneur et Maître en est l’émanation première dans sa toute - puissance.

Genèse «1:24 Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi.1:25 Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.1:26 Puis Dieu dit:Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.1:27 Dieu créa l'homme( l’Etre – Divin – Adam Kadmon ) à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. (consubstantialité différentiée) 1:28 Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.1:29 Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture1:30 Et à tout animal de la terre, à tout oiseau ,du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi.1:31 Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour. »

Les hommes veulent se reconnaitre par eux-mêmes. Un simulacre ne peut construire un autre simulacre sans s’effacer lui-même. L’homme terrestre, Caïn, est la mort. L’homme céleste, Seth, est la vie. Caïn portera Seth qui vient d’en haut. Seth montera par l’échelle dans le royaume de Dieu après que Celui qui est, l’ait libéré de la prison que représente Caïn. 

Sodome et Gomorrhe ont été détruites par ce que les hommes ont mis l’homme dans l’homme empêchant la venue de l’homme céleste en l’homme.

Seth est la voie divine, la vérité, la vie. L’homme céleste est représenté par Seth « donné » par Celui qui est. L’homme céleste n’est – il pas fait « d’une substance subtile, susceptible de tourbillonner dans le vent » ? N’est-ce pas lui qui est plongé dans un profond sommeil ?

Ephésiens 5- 14. « Réveille-toi, toi qui dors ; relève-toi d'entre les morts et le Christ t'illuminera »

Mais Seth n’est pas à l’image de Dieu, Adam le fut. Dieu créa l'homme( l’Etre – Divin – Adam Kadmon ) à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. (consubstantialité différentiée) Seth est fait selon la ressemblance Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance,  et non pas à l’image. Ce qui sépare Seth et Dieu, c’est la chair, le sang et la matière d’Adam. Mais par la grâce et la divinité, l’émanation de Celui qui est, Seth, selon la volonté de l’Eternel accède par Caïn au temple d’une autre dimension, la sienne que certains disent intérieur, ce qui permettra à l’image, la réalité qu’il est devenu de quitter la matière, pour intégrer le Ciel, la Vie éternelle. Les Ecritures nous le disent : l’avènement de cette nouvelle humanité, humanité en gloire, n’est pas de ce monde. Pourquoi Jérusalem céleste serait-elle nécessaire ?

L’homme a été créé avant d’être fait.

Seth et sa descendance, « les fils de Dieu », adorèrent l’Éternel en Esprit et vérité alors que Caïn et sa descendance « selon la chair » adorèrent le soleil, l’intelligence, la raison, le Moi ou l’enchantement de Soi, en fait le serpent.

Cependant  

Paul, un jour, affronta personnellement des penseurs grecs :

Col 2-8 : « Prenez garde. Ne vous laissez pas séduire par la philosophie et ses trompeuses subtilités, qui s'inspirent des traditions humaines et des rudiments du monde, au lieu de s'appuyer sur le Christ.»

Jésus- Christ nous met en garde :

Matthieu « 15:8 Ce peuple m'honore des lèvres,

Mais son cœur est éloigné de moi.

15:9 C'est en vain qu'ils m'honorent,

En enseignant des préceptes qui sont des commandements d'hommes. »

La « Tradition de l'Église catholique romaine », soit la  « tradition interprétative » est constituée par le cumul des travaux des théologiens au cours des siècles.

La croyance en l'immortalité de l'âme humaine, de l’unité biologique se base sur la doctrine de la philosophie grecque. Cet apport de la philosophie grecque a été associé à la théologie chrétienne héritée des Pères de l'Église. Scolastique, elle est devenue un courant de la philosophie médiévale.  

En fait, la civilisation grecque a pollué par ce concept l’enseignement juif et chrétien en faisant que l’homme céleste soit né du terrestre, soit un prolongement existentiel du terrestre et bien entendu selon la volonté des hommes. Le christianisme n’est pas une philosophie.

Cette tradition est non avenue. Elle est aussi près du christianisme qu’elle en est éloignée. Elle n’est qu’une construction humaine qui met l’homme au centre de l’homme. Le Livre de la Parole ne parle que du corps et de l’esprit.

L’âme céleste n’est pas une réplique spirituelle de la personnalité terrestre.

« Il existe donc deux hommes, un du ciel et un de la terre. Les deux sont issus de la création. Et à un moment ils se rejoignent. Comment cela peut-il se faire ? Je dirai grand mystère de l’incarnation ou de la transmigration. Est-ce de la magie ? Certainement pas, c’est de la science.

La prise de conscience d’une présence spirituelle au plus profond de chacun de nous, représente pour Jésus comme j’ai l’audace de le comprendre, le réel accès à la Royauté divine. De cette réalité, à la fois existentielle et originelle, nous ne sommes séparés que par un état de conscience déficient. Ne se trouve-t-il pas là notre prochain ? Celui qui est vraiment proche de nous ? Caïn a tué Abel. » S.I

L’homme, formé de la poussière de la terre, devint vivant du fait que l’Eternel ait  « soufflé dans ses narines un souffle de vie ». Il devint « une âme vivante ». Il a été animé. La terre l’a formé, l’a fabriqué. Une intelligence lui a été implantée « par le serpent ». Son âme, son être, son identité biologique n’est pas immortelle : « ses jours seront de 120 ans. » Il s’agit de l’homme terrestre, un élément amélioré, augmenté, de la création. Un simulacre ne peut fabriquer un autre simulacre sans s’effacer lui- même.

L’homme qui vient du ciel, consubstantiel à Celui qui est, au Père, « aux eaux d’en haut » reçoit selon la volonté de Celui qui est, par « l’esprit vivifiant » qui donne la vie une âme, une identité, un être éternel qui ne connait pas la mort. Il s’agit de l’identité du 7ème jour (l’intelligence - la parole et l’image).

Genèse « 1:27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Celui qui est, notre Seigneur et Maître crée l’homme de Sa Dimension à Son Image, à Sa Ressemblance.

Enoch : « Eux (les hommes), ils ont été créés pour mourir. Voilà pourquoi je leur ai donné des femmes, afin qu’ils cohabitent avec elles, qu’ils engendrent des enfants qui perpétuent leur race sur la terre. »

1Corinthiens « 15:54 Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite:

La mort a été engloutie dans la victoire. »

« L’Eternel donne l’Etre puisqu‘ au commencement existait à la fois l’Etre – Non Etre. Pour ce faire Il nous donne l’intelligence, la Parole et l’image soit une identité. Il nous donne l’Etre en nous dégageant du non – être. » S.I

Evangile de Thomas : Jésus dit : « Si la chair est venue à l’existence à cause de l’esprit,

c’est une merveille, mais si l’esprit est venu à l’existence à cause du corps,

c’est une merveille de merveille.

Mais moi je m’émerveille de ceci : Comment cet Etre qui Est Peut-il habiter ce néant. »

Il n’existe qu’une seule Tradition, la chrétienne, Tradition (avec une majuscule) qui est la révélation continue, par le Saint-Esprit de la Parole de Dieu à son Église. Le christianisme est une religion abrahamique fondée sur la vie et les enseignements de Jésus de Nazareth, le Messie d’Israël et qui se définit comme monothéiste.

L’homme terrestre ne ressuscite pas. Il n’est nullement question d’une double nature quelle qu’elle soit.

Un chrétien peut-il dire : « qu’il n’y a pas de religions supérieures à la Vérité » ? exception faite pour celle qui la porte, que toute chose, vivante ou pas, est « imprégnée » par la conscience, une émanation du principe universel, véritable nuage évanescent doté de propriétés physico – chimique appelé dieu, grand architecte de l’univers, évolution ou logos qui se dilue dans la matière et que tout dans l’univers est énergie et conscience ? Je préfère Jésus : « Mais moi je m’émerveille de ceci : Comment cet Être qui Est, Peut-il habiter ce néant. » et Jean : « Au commencement il y a le Verbe. Le Verbe est auprès de Dieu. Et le Verbe est Dieu ». Dieu est, lucide et puissant. Le monothéisme n’est pas une invention égyptienne soi-disant à l’origine des religions du Livre.   

La Vie est sa création pensée, qu’il a faite. Suis-je hindouiste, bouddhiste ? Moi, je suis Chrétien, je crois en Dieu. Je ne porte aucun jugement. Je ne veux convertir personne. Qui suis-je pour dire que tel chemin est supérieur à un autre. Je vous montre juste ce que j’essaye d’être, un chrétien. Christ me montre le chemin à suivre. Je désire l’emprunter. Je crois en Christ. Il est la Vérité. 1er Epitre de Jean : « 2 :22 Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l'antichrist, qui nie le Père et le Fils.2 :23 Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père ; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. » Je ne remplace pas Dieu par l’homme. Je n’habite pas Sodome. Encore une incompréhension : les habitants de Sodome ont choisi de porter leur amour sur l’homme au sens général du terme plutôt que sur Dieu. Il n’y a rien de sexuel dans tout cela. Je préfère renier Dieu que l’homme. Dans ce cas on devient un habitant de la ville de Sodome qui je le rappelle a été rayée de la carte.

Pour les juifs, la foi est un engagement d’une personne vis-à-vis de Dieu. Pour les grecs il s’agit d’une adhésion à des vérités, à des dogmes.

Pour un chrétien :

Marc

« 11 :22 Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi en Dieu.

« Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu. »   Ils sont enfants de Dieu.

Pourrions-nous espérer ce que l’on nous dévoilera aux temps de la fin? Je pense en toute humilité qu’il sera trop tard. Seule la croyance est source de foi. 

Le verbe croire est employé environ 30 fois dans l’Evangile de Saint Jean comme un leitmotiv pour nous inciter à croire à la parole de Jésus.

« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » (Ep 2.8-)

17 :8 Car je leur ai donné les paroles que tu m'as données ; et ils les ont reçues, et ils ont vraiment connu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m'as envoyé. »

De quoi nous parle-t-on ? De la foi, de la confiance.

« 17 :20 C'est à cause de votre incrédulité, leur dit Jésus. Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : Transporte-toi d'ici là, et elle se transporterait ; rien ne vous serait impossible.

Dans un simulacre tout est possible car Celui qui est,  dans le Ciel, intervient comme Il le veut selon sa volonté, indépendamment de toutes les lois observées.

21 :21 Jésus leur répondit : Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi et que vous ne doutiez point, non seulement vous feriez ce qui a été fait à ce figuier, mais quand vous diriez à cette montagne : Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, cela se ferait. »

Seule notre croyance, notre foi, notre confiance sont capables de modifier notre façon de penser, notre structure mentale. Vouloir raisonner sa foi est totalement inadapté au but recherché. Nous resterons dans la confusion, à cheval sur deux systèmes. Le Mystère est tellement grand, qu’aucun scientifique n’est à même de l’envisager sous peine de passer pour un malade mental. Pauvre de lui, pauvre de nous, quelle médiocrité, quelle dérision ! Ses équations resteront toujours imparfaites, trop cohérentes.

Rien ne doit rester caché. La surface de l’Ecriture est nécessaire pour permettre à ceux qui le peuvent de s’y enfouir.

Nous sommes libres dans la puissance de Celui qui est car nous savons qu’Il nous connait au plus profond de nous-même et nous en sommes attestés.

La foi ne se fabrique pas, ne se raisonne pas. Elle est donnée par Celui qui est unique et révélé. L’individu ne crée pas le divin, autrement prévarication, abomination de la désolation : le Temple de Celui qui est ne peut-être profané. Seul, Christ sauve. L’homme ne peut que fabriquer des chimères, se fabriquer un temple extérieur selon le nombre de la bête.

La foi sans faille en Celui qui est et en son Envoyé Suprême, son Fils est impérative autrement la quête n’est qu’une recherche illusoire d’immortalité. Qui confère le « corps de résurrection » ? Celui qui est . Pourquoi le nier ? Il n’existe que Celui qui est. Il est à l’extérieur comme il est à l’intérieur. Autrement nous ne faisons qu’en construire un à notre convenance. Dans la Bible, la foi ne désigne pas le sentiment religieux, pas plus que la doctrine, que l’émotion religieuse, que les dogmes. La foi c’est la « conviction », une certitude intérieure qui donne une force extraordinaire, un élan qui pousse à faire des grandes choses qui sembleraient impossibles à priori. Pour cela, il faut y croire, dépasser les « ce n’est pas possible » et les « ça ne marchera jamais » par ce que l’on croit qu’avec Celui qui est tout est possible. Il faut avoir confiance. La foi est du domaine de la Grâce.

Beaucoup insulte Christ, le haïsse, s’acoquine avec l’antéchrist, voudrait encore une fois le clouer sur une croix au nom de la recherche d’une soi-disant vraie lumière dégagée de tout obscurantisme. De tout temps le porteur de vérité a été assassiné.

Les princes de ce monde, pour la plupart athée, n’ont pas à nous indiquer comment vivre notre relation à Dieu. Qu’ils comptent leurs billets de banque et pèsent leurs pièces d’or, tant que Dieu le permet. Le temps des moqueurs et des contempteurs est là. Le quatrième empire se déploie.

Lorsque le jour de la « grande consommation de l’univers » arrivera, que se passera-t-il pour ceux qui auront choisi l’humanité, sa régénération, fausse immortalité qui leur donnera toujours le sommeil de la poussière ? Aurons t-ils une assurance vie suffisante ? Redevenons « vigilants », si non notre demeure sera « dans cette vallée maudite séparant la terre bénie et les arbres élevés » Quand le monde des Moi nous deviendra médiocre, dérisoire, mesquin et insupportable il sera grandement temps de partir, dans un ailleurs ou paradis ou au-delà, dégagé des contingences de l’espace-temps. Seules l’amour et la miséricorde de Celui qui Est le permettront.

Enseignement ultime ! Nous sommes victime de notre propre nature, de notre méchanceté, de notre violence. Nous n’organisons notre vie que par rapport à notre entre- jambe et à notre égocentrisme.  N’est- ce pas là, nous montrer une fois de plus la puissance de cet ego, de ce mécanisme qui nous ronge ? Cancer envahissant, il nous renvoie dans le désert, dans le monde du mensonge, de la matière qui n’est que vanité et poursuite du vent lorsqu’il nous détache de Celui qui Est en dénaturant notre désir de servir. Nous prévariquons, nous le supplantons. Qui peut avoir la prétention de s’arroger le droit exclusif de parler en son nom, de s’ériger en intercesseur sans avoir maîtrisé sa condition ? Nous risquerions de servir en fait un faux dieu, dieu de vengeance et de haine, car Celui qui Est, est Amour.

Nous comprenons maintenant comme nous le disent les Ecritures que l’homme ne peut en rien maîtriser son destin, ne peut absolument pas de lui-même et selon sa propre volonté, soi - disant, se transformer pour accéder à un monde qui n’est pas de sa nature. Il nie en permanence l’existence et la puissance de Celui qui Est. Il rejette Christ, le seul intercesseur entre l’homme et Celui qui Est. Il se prend pour Dieu dans un orgueil sans commune mesure. Il se croit le centre de toute chose. Il se croit indépassable. Il se croit la finalité ultime de la création dans une arrogance prévaricatrice. Il a détruit tous les ponts. Il a détruit l’harmonie nécessaire à toute élévation.

Les chérubins rappelleront aux moqueurs, aux contempteurs qui est notre Seigneur.

Par ailleurs comment les prêtres peuvent-ils s’auto proclamer intercesseur entre Dieu et les hommes sous le couvert de l’intermédiaire qui proclame que Dieu demande aux hommes de s’auto-créer , en oubliant sciemment que :

L’âme céleste n’est pas une réplique spirituelle de la personnalité terrestre.

Romain  « 8:31 Que dirons-nous donc à l'égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?

8:32 Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui?

8:33 Qui accusera les élus de Dieu? C'est Dieu qui justifie!

8:34 Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous!

8:35 Qui nous séparera de l'amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée? »

La foi a quitté le cœur des hommes. L’élévation ne se fait plus. L’humanité et Son Eglise sont devenues « un cloaque d’impureté »

L’âme céleste possède sa propre conscience, une mémoire indépendante et des pensées distinctes de l’intellect.

Le temps biblique, temps de l’Ame, est celui des faits spirituels dégagés de l’historicité linéaire matérielle des causes et effets qui par ailleurs n’est qu’illusion virtuelle, simulacre, car elle n’évolue que dans un schéma image pré- établi ou tout est là en même temps. Du fait même de la nature humaine identique à elle - même pour les siècles des siècles ne devons- nous pas parler d’histoire cyclique plutôt que linéaire. Une génération chasse l’autre. Seul l’Esprit a une histoire.

Un simulacre désigne une apparence qui ne renvoie à aucune réalité sous-jacente, et prétend valoir pour cette réalité elle-même. N’est-ce pas là rejeter Dieu qui nous a fait à sa ressemblance, à son image ?

En revanche, le temps de l’Ame est celui où les faits sont aussi bien présents et à venir ( dimension quantique) mais comme images miroirs d'une réalité intelligible qui leur confère consistance. Où est la réalité ? Sommes-nous virtuels ?

Le temps serait donc un champ, un support extensible sur lequel se développeraient des informations sources d’événements dont la réalisation marquerait ponctuellement la limite.

L’histoire de l’Esprit qui n’est pas de notre dimension s’appuie sur des représentations humaines pour que nous puissions comprendre le message ou l’enseignement transmis.

Les hommes veulent se reconnaitre par eux-mêmes. L’homme, formé de la poussière de la terre, devint vivant du fait que l’Eternel ait  « soufflé dans ses narines un souffle de vie ». Il devint « une âme vivante ». Il a été animé. La terre l’a formé, l’a fabriqué. Une intelligence lui a été implantée « par le serpent ». Son âme, son être, son identité biologique n’est pas immortelle : « ses jours seront de 120 ans. » Il s’agit de l’homme terrestre, un élément amélioré, augmenté, de la création. Un simulacre ne peut construire un autre simulacre sans s’effacer lui-même. L’intelligence a-t-elle besoin d’un support biologique, simulacre nécessaire ?   

La construction dans la réalité décor est un reflet de ce qui se trouve dans le ciel en ce qu’il s’y’apparente dans la terre et qui cependant le manifeste. Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance,  Est-ce un simulacre ? Non, car l’apparence renvoie à une réalité sous-jacente mais sans prétendre valoir pour cette réalité elle- même. C’est une réalité décor. Le prévaricateur est celui qui veut faire de cette apparence la réalité même et ainsi construire un simulacre qui ne s’appuie sur aucune vérité, réalité. Il sera voué par interdit. Le décor est réalité. Qu’est - ce que cette réalité ? Elle est réalité pour « l’homme animal » et décor pour « l’homme céleste ».  

Ce décor ou réalité est-il un simulacre ? Repose –t-il sur du vert ?

Nier l’Esprit est le seul blasphème, puisque nier l’esprit c’est nier la Vie donnée par Celui qui est.Nier la Vie c’est reconnaitre la mort comme la seule vie véritable, celle qui se transmet par reproduction de génération en génération. C’est glorifier la mort, abomination de la désolation. L’homme terrestre peut- il construire son propre simulacre coupé de sa source, casser le miroir sans s’effacer lui- même,  détruire tous les liens ? Il ne le peut. Il se condamne à mort.

Parlons- nous de simulation ? Et si à cette simulation astronomique était intégré des lois de la biochimie, cela donnerait quoi ?

Nous sommes dans l’ère du « transhumanisme », ère qui veut augmenter l’homme, créer une espèce supérieure par une technologie invasive, faire de l’homme un « sans nom haineux », le couper de la connexion de Vie. Monde totalitaire sans âme, voilà ce que construit l’homme. Celui qui est ne le permettra pas. Il sera dévoué par interdit.

La foi a quitté le cœur des hommes. L’harmonie est rompue. L’élévation est rendue impossible.

Son passage dans la création ne laissera aucun souvenir, si ce n’est que l’on dira de lui qu’à une époque, on ne sait plus laquelle, il existait une planète, on ne sait plus où elle se trouve,  qui n’était que méchanceté et violence. Et on pensera, oublions vite ce funeste épisode qui avait vu rejeter la Vie au profit de la mort, résultat d’un orgueil sans commune mesure.

Jésus, le serviteur choisi par Celui qui est ne s’est pas caché. Il n’a été en rien occulté. Jésus, et lui seul reviendra dans Sa Gloire. Quand et comment? Nul ne le sait à part Celui qui est. Jésus illumine le monde par la lumière du soleil, seule vraie lumière, la lune, son reflet. Pourquoi nier l’action de Jésus, le Messie d’Israël, l’Envoyé Suprême de Celui qui est, la voie, le chemin, le seul porteur de la bonne nouvelle ? Pourquoi défier Celui qui Est en déclarant la révélation accomplie, qu’il n’y en n’aura pas d’autre alors qu’elle ne s‘est pas réalisée selon Sa volonté ? Jésus a été cloué sur la Croix et non un sosie. Isaac a été offert en sacrifice et non Ismaël. Pourquoi revendiquer tout cela homme impie? Qui peut avoir la prétention de corriger et de clore la Parole de Celui qui est contre Sa volonté? Qui ? Sinon l’insensé.

Qui nie le Père, nie le Fils.

Qui nie le Fils, nie l’Esprit qui vient du Père.

Des dogmes, des doctrines

Dire que les dogmes sont déjà implicitement inclus dans la révélation divine et tout simplement explicités par l’Eglise romaine relève de l’arrogance et de l’inintelligence. Cette église proclame que l’Esprit Saint l’assistera, un peu comme les pentecôtistes qui pensent le maitriser selon leur volonté. Ne jamais se prendre pour ce que l’on n’est pas, toujours se le rappeler. Le vent souffle selon son bon désir. Seul, Celui qui est, selon Sa volonté fait souffler le vent, où Il veut, quand Il veut, sur qui Il veut.

La Lumière porte la Parole, la connaissance de Celui qui est,  l’Esprit, pour donner la conscience spirituelle pure selon Sa volonté, Sa reconnaissance.

L’Esprit ne peut se saisir mais seulement s’accueillir. Lui seul permet l’ineffable rencontre : l’Eveil.

Evangile de Thomas :

Jésus dit :

« Si la chair est venue à l’existence à cause de l’esprit,

 c’est une merveille,

mais si l’esprit est venu à l’existence à cause du corps,

c’est une merveille de merveille.

Mais moi je m’émerveille de ceci :

Comment cet Être qui Est

Peut-il habiter ce néant. »

Jésus ne pose- t-il pas la seule et unique question porteuse d’émerveillement, d’enchantement véritable qui se doit ? « Comment cet Être qui Est ? » origine de l’origine donne l’Esprit.

Sans l’Esprit nous ne sommes rien. La prévarication, l’idolâtrie et le mensonge sont les crimes les plus grands que l’on puisse commettre contre Lui.

Qu’en est-il de l’Esprit ?

L’Esprit Saint est empli de Joie et d’Amour quand il se dévoile, quand il vient à ta rencontre, quand « tu entends sa voix » comme le dit Jésus. Il est doux, paisible, tendresse. Il donne une mission ou apprentissage à accomplir. Nous devons apprendre à…. pour aller à la rencontre de …..Il est là pour notre bien, il nous accompagne tout le long de notre chemin. Il nous aide, il nous conseille, mais il nous rappelle sèchement à l’ordre ou « nous fait les gros yeux ». Tu as de la haine, de la colère, supprimes - les. Tu marches selon ta « propre convoitise ». Changes de pas. Tu es incapable d’aimer. Apprends - le. Tu ne crois pas en Dieu et en Christ, dommage. N’est-ce pas l’Esprit Saint qui taille notre pierre, qui éteint nos pulsions, nos émotions pour nous mener à bonne fin ? Nous devons être confiants, nous rendre compatible et nous mettre dans l’attente. Nous venons de frapper à la porte.

D’où provient l’Esprit, l’Enfant de Dieu ?  D’une transmigration dans une zone tampon ou intermédiaire ?La Maison d’Israël ? N’est-ce pas là, les prémices des créatures de Dieu comme le dit Jacques ?  Cette zone tampon n’est – elle pas comme l’appellent les hommes la demeure du peuple transparent de l’Hyperborée, arctique pré-atlante qui n’est pas de ce monde? Empruntent – ils la forme du cygne pour passer de l’un à l’autre ? Je ne sais pas mais peut-être, après tout. L'Hyperborée des Grecs et le Sidh irlandais montrent des correspondances. Ils sont emblématiques d'un espace sacré où le commun des mortels n'a pas accès. Si notre monde baigne dans le monde divin, alors le Nord en constitue le centre, l'omphalos. La voie permettant d'atteindre les Hyperboréens ne peut être trouvée ni par mer, ni par terre. Montezuma, le dernier empereur mexicain, ne put atteindre l'Aztlan qu'après avoir procédé à des opérations magiques et avoir subi la transformation de sa forme physique. Plutarque rapporte que les habitants du nord ne pouvaient entrer en rapport avec Chronos, roi de l'âge d'or, et avec les habitants de l'extrême septentrion, que dans l'état de sommeil. Selon Li-tze,  « on ne peut atteindre ni avec des navires, ni avec des chars, mais seulement par le vol de l'esprit », les régions merveilleuses dont il parle et qui se rattachent tantôt à la région arctique, tantôt à la région occidentale. Dans l'enseignement lamaïque, enfin, on dit parfois : Chambhala, la mystique région du nord, « est dans mon esprit ».  Au-delà du symbole, apparaît donc l'idée, déjà mentionnée, que le Centre des origines existe encore, mais qu'il est caché, et normalement inaccessible comme les chrétiens l'affirment pour l'Eden : pour les générations du dernier âge, seul un changement d'état ou de nature en ouvre l'accès. Pour moi, les adeptes de Christ, l’Envoyé Suprême, ont raison.

Tout a été communiqué aux hommes, rien n’a été caché. Croire ou ne pas croire, l’homme est-il capable de penser autrement ? Sommes-nous dans un cycle cosmique ? Pour l’homme peut-être puisqu’une génération chasse l’autre, pour l’Esprit non, puisque cet Esprit vient d’ailleurs. Il est juste en transit pour s’élever, se développer. Ce que nous comprenons de ce monde n’est pas forcément ce qui est réellement. Il existe un paradoxe en mathématique, le paradoxe de Russel. Il pose la question suivante : est-ce que l’ensemble de tous les ensembles qui ne se contiennent pas eux-mêmes se contient-il lui - même ? La réponse est : s’il se contient lui-même il n’est pas l’ensemble de tous les ensembles, s’il ne se contient pas lui-même il est l’ensemble de tous les ensembles. (ex : bibliothèque). Certains en s’appuyant sur ce paradoxe ont dit : « Nous sommes libérés, Dieu n’existe pas. » A la fois, le un ne peut pas être dans le tout et le tout dans le un. Le domaine de l’Esprit n’est pas de cette nature. Il apparaît plus comme inter connexion. Sa puissance dépasse l’entendement humain. Cette conception se rapproche assez de celle de ceux qui parlent de cosmique où Dieu n’est qu’une puissance physique évanescente qui se dilue dans la création. Dans ce cas parlons de démiurge et non de Dieu. Le démiurge n’est qu’un procédé. En fait ce paradoxe nous prouve au contraire l’existence d’un Créateur, puissance lucide et personnelle. Un créateur se situe toujours en dehors de sa création. Un menuisier qui fabrique une chaise ne devient pas la chaise, il se contente de s’asseoir dessus. Pouvons – nous parler de génération spontanée pour le Créateur ? Là, pour moi, réside le plus grand des mystères. Il est origine de tout.

L’Esprit Saint ne donne aucun super pouvoir à l’homme terrestre. Il ne l’augmente pas.

L’Esprit Saint voyage de silence en silence, se fait entendre et voir comme bon lui semble sous la forme la plus appropriée, même sous l’image de son image.

Voici ce que dit du silence sans le nommé le Père de Foucauld : « Bienheureux ceux qui auront la pauvreté d’esprit, qui, non seulement, rejettent les biens matériels, ce qui est le premier degré, mais montent bien plus haut, et vident complètement leur âme de tout attachement, de tout goût, de tout désir, de toute recherche qui n’a pas Moi pour but… cette pauvreté d’esprit fait le vide complet dans l’âme, la vidant et de l’amour des choses matérielles, et de l’amour du prochain, et de l’amour de soi-même, chassant d’elle tout, tout et n’y laissant qu’une place entièrement vide que j’occupe tout entière… mais en Moi, en vue de Moi, ils recommenceront à aimer toutes ces choses, non plus pour elles, mais pour Moi : ce sera la charité ordonnée… » Ceci n’est pas un renoncement. Ceci n’est pas indifférence. Il s’agit de la place que prendra l’Esprit qui n’est pas de nature psychologique, langage de fonctionnement de l’unité biologique que nous sommes. Pensez-vous vraiment que de simples connexions électriques entre neurones suffisent à créer de l’intelligence ? je ne parle pas de l’intelligence liée à l’instinct ou collective. Une petite étincelle qui n’est pas de ce monde n’est – elle pas nécessaire ?

Sa voix est- elle toujours de même intensité ? Peut-être. Dans ce cas l’Esprit Saint est intelligible uniquement en fonction de l’intensité du silence. Qu’est le silence, si non une zone totalement noire débarrassée de tout parasite. Elle est dehors, elle se trouve en nous. Nous sommes tous porteur du silence. Le dehors est en nous. Il ne dépend que de nous de le faire, de nous faire rose, de la détacher de la croix qu’est notre corps, sans cracher dessus, sans renier Christ puisqu’il nous annonce le règne de l’Esprit. Les chrétiens n’ont pas que le crucifix, ils ont aussi la moelle. Nous parlons d’une zone d’un récepteur suffisamment sensible qui permettra un transfert synchronisé. Avec qui ? Pour qui ? Et bien avec un émetteur mais dans le respect de la logique des fréquences. Quand la conscience du voyageur implantée est éveillée, il est marqué au front du sceau du lion de Juda. Le voyage en retour du vecteur s’effectue alors sous le contrôle permanent de Supérieurs, nos Paraclets. La recherche de ce silence est primordiale, autrement nous sommes victime d’interférences de rétention et devenons des voyageurs égarés avec l’obligation de maintenir en état notre conscience spirituelle qui devra obligatoirement évoluer parallèlement à nos connaissances. L’Esprit Saint vient d’ailleurs. Il vient de l’origine. Il vient du ciel, de l’autre monde, de l’autre dimension. Nous l’entendons ou le voyons à partir d’un état particulier ou singulier qui se trouve en nous. En rêve, comme pour Jacob, « et l’esprit m’enleva » comme pour Ezéchiel et pour Jean. La communication s’établit en songe avec Daniel ainsi qu’en songe avec « 4:4 Moi, Nebucadnetsar, je vivais tranquille dans ma maison, et heureux dans mon palais.4:5 J'ai eu un songe qui m'a effrayé; les pensées dont j'étais poursuivi sur ma couche et les visions de mon esprit me remplissaient d'épouvante. »

Est-ce à dire que la communication peut s’établir avec tout le monde, même avec ceux qui ne croient pas en l’Eternel ? Ceci est une bonne nouvelle malgré tout. Chacun a donc de « l’esprit en lui », expression triviale j’en conviens. Plus simplement chacun d’entre nous est un récepteur.

« L’Eternel donne l’Etre puisqu‘ au commencement existait à la fois l’Etre – Non Être. Pour ce faire Il nous donne l’intelligence, la Parole et l’image soit une identité. Il nous donne l’Etre en nous dégageant du non – être. » S.I

Divergent par l’alpha, il bloquera l’instinctif pour que le gamma apparaisse et le convergent l’organisera, le structurera par l’élasticité de la matière grise. Les automatismes seront arrêtés. Ne pas rester figé sur les certitudes de l’ego, source d’incrédulité inintelligente, s’ouvrir à l’intelligence créatrice, imaginative pour pouvoir passer de l’unique à plusieurs. Voilà un cerveau bien ouvert.

Ne peut-on pas plutôt dire que l’image de Dieu est l’âme, réceptacle de l’Esprit de Dieu en retour ? Peut-être à l’aller aussi ? L’Esprit voyage donc d’une image identique à une autre. L’Esprit ne serait-il pas une « structure » ?  Ces deux images n’en feraient telle pas qu’une en définitive même si des années lumières les séparent. Phrase 22 : « lorsque vous ferez le deux Un » Evangile de Thomas.
C’est donc la structure qui est transférée d’un endroit à un autre et non des éléments constitutifs. La « téléportation » terme impropre ne crée rien au point d’arrivée, elle se contente de l’altérer en fonction des modifications faites au point de départ. Il s’agit de transferts.

Pour l’instant, seuls des photons et des atomes simples ont été téléportés de cette façon. Il n’est pas encore question, ni encore envisageable de téléporter la structure quantique infiniment plus complexe d’un objet plus gros et concret (comme un humain) d’un endroit à un autre. Il faut également déjà avoir toutes les pièces à l’arrivée, pour pouvoir assembler « tout ça » de la façon dont c’était assemblé au point de départ. Nous sommes ici dans la prévarication, se prendre pour Dieu.

La création de Celui qui est, lui est consubstantielle. 

« L’âme céleste possède sa propre conscience, une mémoire indépendante et des pensées distinctes de l’intellect.

En résumé, l’Esprit crée et maintient la structure, l’Ame, elle, la fait fonctionner selon son propre mode. Le corps n’est qu’une façade mobile, malgré tout indispensable à la réalisation des expériences qui nous sont nécessaires. »

Evangile de Jean :

« Les Enfants de Dieu ne sont engendrés ni du sang, ni de la chair,

Ni encore moins de la volonté des Hommes.

Les Enfants de Dieu sont issus de Dieu. »

« 3:17 Or, le Seigneur c'est l'Esprit; et là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté.

3:18 Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit. » 2 Corinthiens 

Jean « 19:30 Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit ».

L’esprit est l’âme glorifiée. L’homme porte en lui même l’être non être, une âme indifférenciée, une tendance à exister. L’unité biologique n’a aucune âme. Elle n’est qu’une entité psychologique, un support à l’âme, un décor sur fond vert. Elle n’a aucune existence propre. Qu’elle peut être son intelligence ? Artificielle ?

1Corinthiens « 15:38 puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre…… »

« 15:45 C'est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant. »

Nous sommes des Ames, des Êtres spirituels intangibles et insensibles.

« Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine. »

Pierre Teilhard de Chardin

De quel homme s’agit-il ?

Genèse « 1:27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Il ne s’agit nullement d’une création définitive, à l’identique. Personne, aucune unité biologique ne peut dire qu’elle est devenue consubstantiellement semblable à Dieu. Que c’est elle, créée à l’image de … qui va rejoindre « son Père » comme le dit Jésus.

L’âme n’est pas une réplique spirituelle de la personne terrestre, autrement prévarication.

« Ce qui est folie pour les hommes est sagesse pour Dieu. »

La science n’a pas d’histoire. Elle est là, présente, de toute éternité. Notre Seigneur et Maître en est l’émanation première dans sa toute - puissance.

Existerait-il plusieurs significations pour l’Esprit ? L’Esprit structure , l’Esprit consolateur ou Paraclet ou l’Esprit âme glorifiée.

Ayant atteint l’épinoïa par la Connaissance qu’ils acquirent par la foi envers le Fils incarné qui leur envoya le Paraclet, par la Porte, ils réintégrèrent (les Voyageurs, les Êtres réels), par le lien établi qui suivait le chemin de l’étoile filant à travers les trois strates.

Pour moi il est question d’intelligence et de son support. Jésus le dit bien, il est venu nous donner une identité, un esprit qui est un ensemble d’informations qui le constituent. Quand il rend l’Esprit, ces informations vont s’implanter ailleurs dans ou sur un autre support. Et là nous parlons de procédés scientifiques que nous sommes incapables de maîtriser mais qui commencent à se dévoiler.

L’Esprit ne caractérise-t-il pas la dimension céleste intemporelle ?

Par ailleurs, ces premiers chrétiens du Mouvement de Jésus encadré par Jacques le juste savaient que l’âme et son immortalité dépendaient de leur foi en la résurrection. L’âme leur était donnée.  Elle était non humaine. Son immortalité était un don de Christ. Fruit de l’Arbre de Vie, fruit de la rédemption, elle ne provenait pas d’un processus immanent mais transcendant.

Nous comprenons maintenant la nécessité de revenir à l’origine de toute chose en constatant à quel point l’enseignement de notre Seigneur a été dévoyé, dénaturé dans sa compréhension par des hommes inintelligents qui se sont appuyés sur des doctrines humaines.

Il n’est pas question de dogme mais de foi.

Marc

« 11 :22 Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi en Dieu.

« Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu. »   Ils sont enfants de Dieu.

Les dogmes et les doctrines sont arrivées plus tard pour mettre fin à ce qui a été appelé hérésies. Véritables délires spirituels interprétatifs des Ecritures ils mettaient en danger l’enseignement de notre Seigneur Jésus Christ. Il est bon de redire que le dogme est vérité révélée, intangible, intouchable et irréformable. La discussion est impossible. A l’opposé, la doctrine peut être révisable, réformable et critiquable.

La civilisation grecque a pollué l’enseignement juif et chrétien. De ce fait en ne respectant pas les conseils donnés, les dogmes et doctrines ont perdu toute crédibilité.

Colossiens 2-8 : « Prenez garde. Ne vous laissez pas séduire par la philosophie et ses trompeuses subtilités, qui s'inspirent des traditions humaines et des rudiments du monde, au lieu de s'appuyer sur le Christ.»

Nous pouvons constater une absence manifeste de foi. L’ego a été le plus fort.

Nous savons tous ce que vaut l’humanisation des écrits divins. Et les prophètes de Celui qui est, où sont- ils ? Ces prescriptions sont- elles là pour « bonifier l’humain » ou pour faciliter la réception de « ce qui vient d’en haut » ? Philosophie ou théologie? 

Que font-ils de la révélation de Celui qui est et du Messie, son Envoyé Suprême incarnéqu’Il nous a donné ?

Tous ceux qui disent croire en Celui qui est remettent toujours en cause Sa Puissance en pensant et en refusant d’envisager qu’Il peut intervenir comme Il le veut dans les « affaires du monde » et en l’occurrence communiquer Ses lois et ordonnances selon les formes et supports qu’Il choisira. La seule question à se poser est de se demander quel est ce monde dans lequel je pense évoluer selon la représentation de ma propre représentation. Quel est la finalité de ce monde ? N’est-ce pas l’éveil de l’Esprit et comme le dit Jean en Apocalypse « 21:17 Il mesura la muraille, et trouva cent quarante-quatre coudées, mesure d'homme, qui était celle de l'ange »

Les derniers enfants d’Israël, descendants de Jacob forment le peuple de Celui qui est, qu’Il a créé en esprit et vérité, qui tire sa force et sa foi du Livre de la Parole unifié, Son dernier Temple au milieu des hommes, création que son Envoyé Suprême, Jésus, est venu accomplir en libérant en conscience Son peuple par le chemin de vérité.

Celui qui Est va-t-il demander à Celui de construire en trois jours le troisième et dernier Temple. L’humanité dans son ensemble s’en est tellement montrée indigne.

Alors quels sont ces dogmes ?

• 325 : Concile de Nicée I - Fils « vrai Dieu de vrai Dieu, engendré et non créé, consubstantiel au Père ».

« "Engendrer" consiste à donner un ensemble à partir d'un autre ensemble. A la différence de "créer", qui consiste à former quelque chose à partir de rien. »

Exode

« 3:13 Moïse dit à Dieu: J'irai donc vers les enfants d'Israël, et je leur dirai: Le Dieu de vos pères m'envoie vers vous. Mais, s'ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai-je?
3:14 Dieu dit à Moïse: Je suis celui qui suis. Et il ajouta: C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël: Celui qui s'appelle "je suis" m'a envoyé vers vous.
3:15 Dieu dit encore à Moïse: Tu parleras ainsi aux enfants d'Israël: L'Éternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob, m'envoie vers vous. Voilà mon nom pour l'éternité, voilà mon nom de génération en génération. »

Il existe un avant Moïse et un après. Dans un grand respect et en toute humilité sans intention de blasphémer mon Seigneur et Maître, je m’ hasarderai à une interprétation qui n’engage que moi.

Avant Moïse, Dieu est « Je suis

« Je suis.» correspond à Genèse, aux principes de la Création.

« Le Dieu de vos pères m'envoie vers vous. »

« Vos pères » correspondent aux structures de la Création.

Nous comprenons le cheminement. Celui qui parle est issu de Dieu.

Qu’a fait Celui qui est, notre Seigneur et Maître, pour les « prémices de ses créatures », Sa Création ?

Il va leurs donner l’intelligence, la parole, la structure et le support de l’image pour le retour.

Les prémices consubstantielles des « enfants de Dieu » provenant de l’origine, source de la substance, à savoir :

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être. »S.I

transmigrent par transfert dans une:

« Zone tampon d’évolution du peuple transparent. Certains nous nomment de cette façon ».S.I

N’est-ce pas ce que les auteurs grecs et latin appelaient Hyperborée, un continent peuplé d’hommes transparents, ceux-ci s’alliant aux autres hommes pour donner des êtres humains opaques dont la descendance consistait en la création d’êtres supérieurs célestes et dont les secrets étaient conservés par « des supérieurs inconnus. » ?

Par qui et comment leur a été transmis ces informations ? Ce que les hommes appellent Tradition Primordiale ne viendrait- elle pas de là ?

Nous constatons bien l’existence d’une structure : Abraham Isaac- Maison d’Israël IsaacJacob- Peuple d’Israël – Peuple élu - Maison de JacobJoseph - enfants d’Israël- les élus (Ephraïm – Manassé)  

Jésus de l’histoire porte en lui Jésus des Ecritures. Il est impie de les dissocier et vouloir humainement le reconstruire.

Jean « 17:20 Ce n'est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole,

17:21 afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé.

17:22 Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, afin qu'ils soient un comme nous sommes un,

17:23 moi en eux, et toi en moi, afin qu'ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé. »

Le Père et le Fils doivent être  « Fils-Père » avant l’état ultime par l’Esprit, la conscience spirituelle pure et une? Le fils-père est- il l’époux, émanation consubstantielle de Celui qui est, son épouse « l’eau d’en haut » ? Le 2 devient 1, en fait 3, 1 en 3 personnes. Le 1, résultat de l’association des composantes du 2, est structurellement 3- (2 donne un troisième) pour être 1, résultat global.

Jésus nous parle de consubstantialité de l’émanation, le Fils, avec son origine, le Père.

« 2:22 En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit. »Ephésiens

Jésus des deux a fait un. Fils-Père ou fils de Dieu il est devenu. Un fils légitime ne peut naître d’un père consubstantiellement différent du vrai père.

Luc (Baptême de Jésus) « Or, comme tout le peuple était baptisé, Jésus baptisé lui aussi priait : alors le ciel s’ouvrit : l’Esprit Saint descendit sur Jésus sous une apparence corporelle, comme une colombe, et une voix vint du ciel : « Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. »  

Jésus, fils légitime a été engendré par l’Esprit ou la Parole (informations structurelles).

3 en 1

3 personnes qui s’unissent en une seule. Comment est-ce possible ? Qui suis- je pour affirmer le contraire avec mon Je sans existence propre?

Substance et structure sont-elles de même nature ? Elles se doivent d’être compatibles entre elles.

• 381 : Concile de Constantinople I - « Saint-Esprit consubstantiel au Père» - Credo de Nicée-Constantinople.

Celui qui est, origine consubstantielle de Son émanation par la Parole et de toutes celles issues de Lui, notre Seigneur et Maître, est l’Unique, le Seul qui de toute éternité donne la Vie selon sa Volonté à ses enfants, à ses témoins. Sa Gloire immense n’a d’égale que Sa Puissance, que sa Science et sa Présence qui illuminent et dominent sa Création.

Qu’elle est l’origine de Celui qui est ?

Exode « 3:13 Moïse dit à Dieu: J'irai donc vers les enfants d'Israël, et je leur dirai: Le Dieu de vos pères m'envoie vers vous. Mais, s'ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai-je?
3:14 Dieu dit à Moïse: Je suis celui qui suis. Et il ajouta: C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël: Celui qui s'appelle "je suis" m'a envoyé vers vous.
3:15 Dieu dit encore à Moïse: Tu parleras ainsi aux enfants d'Israël: L'Éternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob, m'envoie vers vous. Voilà mon nom pour l'éternité, voilà mon nom de génération en génération. »

Celui qui Est, notre Seigneur et Maître peut lui seul s’Il le désire donner l’Etre, l’Etat qu’Il souhaite. Il est l’Observateur conscient de ce qu’Il veut.

Comprenons :

Je suis.

Je suis je suis.

Je suis Celui qui Je suis, Je suis Celui qui Est.

Celui qui Est.

Il Est.

N’est-ce pas merveilleux ?

La lumière qui émane d’elle- même se manifeste dans l’homme à l’image de …

Qu’est-ce que la Parole ?

Elle est la Lumière qui illumine les hommes. Elle porte la Parole, des informations.

D’où vient la Parole ?

De Celui qui est, notre Seigneur et Maître. « Je suis l’alpha et l’oméga. »

Quelle est la dimension de Celui qui est puisqu’Il est au-dessus des eaux du dessus?

Celui qui est, lucide dans Sa puissance créatrice selon Sa Volonté est origine consubstantielle de Son émanation par la Parole ainsi que de toutes celles issues de Lui, Ses Enfants « qu’Il veut créer à son image, l’homme et la femme. ».

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être. » S.I

Celui qui est, est-Il en dehors de Sa création ou comme le disent certains en blasphémant sans s’en rendre compte : « le divin se dilue dans la création comme un fluide immatériel, énergie pure ou cosmique » alors que l'énergie ne fait que décrire l'état de quelque chose d'autre ? 

Celui qui est, est la création puisqu’Il la fait et la maitrise selon Sa volonté. Il crée à l’image de Dieu, à l’image de Lui- même dont Il émane. Dieu donne l’être et le non être. Celui qui est donne l’être, la vie selon Sa volonté

Celui qui est a bien créé l’homme à son image, à l’image de Dieu. Il lui a donné l’intelligence et Sa parole. L’Eternel a créé en libérant l’homme né d’en haut de sa réalité-décor par l’action de Son Esprit. Il lui donne l’être.

En 6 jours Il créa le monde.

Zacharie « 3:6 L'ange de l'Eternel fit à Josué cette déclaration:

3:7 Ainsi parle l'Eternel des armées: Si tu marches dans mes voies et si tu observes mes ordres, tu jugeras ma maison et tu garderas mes parvis, et je te donnerai libre accès parmi ceux qui sont ici.

3:8 Ecoute donc, Josué, souverain sacrificateur, toi et tes compagnons qui sont assis devant toi! car ce sont des hommes qui serviront de signes. Voici, je ferai venir mon serviteur, le germe.

3:9 Car voici, pour ce qui est de la pierre que j'ai placée devant Josué, il y a sept yeux sur cette seule pierre; voici, je graverai moi-même ce qui doit y être gravé, dit l'Eternel des armées; et j'enlèverai l'iniquité de ce pays, en un jour.

3:10 En ce jour-là, dit l'Eternel des armées, vous vous inviterez les uns les autres sous la vigne et sous le figuier.

4:1 L'ange qui parlait avec moi revint, et il me réveilla comme un homme que l'on réveille de son sommeil.

4:2 Il me dit: Que vois-tu? Je répondis: Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d'or, surmonté d'un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier;

4:3 et il y a près de lui deux oliviers, l'un à la droite du vase, et l'autre à sa gauche.

4:4 Et reprenant la parole, je dis à l'ange qui parlait avec moi: Que signifient ces choses, mon seigneur?

4:5 L'ange qui parlait avec moi me répondit: Ne sais-tu pas ce que signifient ces choses? Je dis: Non, mon seigneur.

4:6 Alors il reprit et me dit: C'est ici la parole que l'Eternel adresse à Zorobabel: Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon esprit, dit l'Eternel des armées. »

« Si tu marches dans mes voies et si tu observes mes ordres, tu jugeras ma maison et tu garderas mes parvis, et je te donnerai libre accès parmi ceux qui sont ici. »

C’est « par mon Esprit, dit l'Eternel des armées» que tu pourras le faire.

C’est par la Parole de Celui qui est, Parole de vérité qu’après jugement ton âme sera libérée.

Le sang de Jésus est la Parole de Dieu, Parole de vérité.

Jacques « 1:16 Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés:

1:17 toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation.

1:18 Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures. »

Du fait de Sa création, le Père des Lumières a généré Son Emanation Origine dans Ses enfants qui lui sont consubstantiels selon Sa volonté.

Le livre de la Parole, la Bible, nous parle de la Parolede Celui qui est portéepar la lumière qui illumine le monde. Sa Parole, des informations pour être entendue doivent être audibles, d’une grande qualité dans la transmission.

Ne s’agit- il pas de l’Esprit de l’Eternel, de Sa Parole, des bienfaits du 7ème jour               (intelligence - Parole- structure-fréquence de l’image)  supportés et transmis par la lumière pour le résultat  « quand vous ferez des deux un », les 2 oliviers, les 2 témoins étant à l’origine du 1 et l’huile la Sagesse Divine? Cette pierre principale n’est- elle pas comme le dit Jacques « les prémices des créatures de Dieu » consubstantielle à Celui qui est ?

« C’est une sotte présomption d’aller dédaignant et condamnant pour faux ce qui ne vous semble pas vraisemblable. » Montaigne

 " Non nobis, non nobis, Domine, sed nomini tuo da gloriam »

(Non pas à nous, non pas nous Seigneur ! Non, pas à nous, mais à ton Nom seul donne la Gloire.)

La construction dans la réalité décor est un reflet de ce qui se trouve dans le ciel en ce qu’il s’y’apparente dans la terre et qui cependant le manifeste. Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance,  Est-ce un simulacre ? Non, car l’apparence renvoie à une réalité sous-jacente mais sans prétendre valoir pour cette réalité elle- même. C’est une réalité décor. Le prévaricateur est celui qui veut faire de cette apparence la réalité même et ainsi construire un simulacre qui ne s’appuie sur aucune vérité, réalité. Il sera voué par interdit. Le décor est réalité. Qu’est - ce que cette réalité ? Elle est réalité pour « l’homme animal » et décor pour « l’homme céleste ».  .

« Un reflet est, en physique, l'image virtuelle formée par la réflexion spéculaire (produit par un miroir) d'un objet sur une surface. La nature spéculaire de la réflexion est liée aux caractéristiques du corps réfléchissant. Les formes les plus connues s'obtiennent par réflexion sur une surface métallique (miroir), le verre ou l'eau.

L'image virtuelle est inversée et se trouve de manière symétrique à l'objet par rapport au plan de réflexion (lois de Descartes). »

En 6 jours Il créa le monde.

Capture38317

Capture38318

Capture38319

Capture38320

Ezéchiel  

« 48:20 Toute la portion prélevée sera de vingt-cinq mille cannes en longueur sur vingt-cinq mille en largeur; vous en séparerez un carré pour la propriété de la ville.

48:35 Circuit: dix-huit mille cannes. Et, dès ce jour, le nom de la villesera: l'Eternel est ici. »

1 canne = 6 grandes coudées.

Le « circuit » est de 18 000 cannes soit 18000*6 = 108 000 grandes coudées.

Ne retenons que 108 000 qui convertit donne 108 000/53 = 864 = 216*4

18 000 cannes = 108 000 = 27 000*4

27 000 /3 = 9000,      9000/53 = 72 = valeur numérique d’une porte

48:30 Voici les issues de la ville.

216 correspondant à 3 portes d’un côté de la ville (3*72) est égal à 6*6*6 soit 666. Ce nombre 666 est le nombre de la bête, celui de l’homme prévaricateur qui veut de sa propre volonté « aller planter son propre arbre de vie » dans la « ville de l’Eternel ».

666 nous indique le lieu, la destination symbolique, les portes de la ville et la ville, cette autre dimension que veut atteindre l’homme dans sa prévarication. Il sera dévoué par interdit.

Et pour terminer le 6ème jour :

Genèse

« 1:27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Il ne s’agit nullement d’une création définitive, à l’identique. Personne, aucun être humain, ne peut dire qu’il est devenu consubstantiellement semblable à Dieu. Que c’est lui, créé à l’image de … qui va rejoindre « son Père » comme le dit Jésus.

Capture38321

Esaïe

« 30:26 La lumière de la lune sera comme la lumière du soleil,

Et la lumière du soleil sera sept fois plus grande

(Comme la lumière de sept jours), »

Il nous est indiqué que 7de 7 fois correspond au 7ème jour de Genèse ou 7 que multiplie la valeur d’1 jour soit 7 jours ou 1 semaine. 7 est à la fois le 7ème jour et une semaine

7 fois est égal à la valeur de 7 jours que multiplient les valeurs d’un jour de Genèse. C’est à dire 1 jour pour Dieu vaut 1000 ans.

Genèse

« 2:2 Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu'il avait faite: et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu'il avait faite.

2:3 Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu'il avait créée en la faisant.

2:4 Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés. Lorsque l'Eternel Dieu fit une terre et des cieux, »

De même :

Le 7ème jour est le jour pour l’Eternel de la bénédiction et de la sanctification. Il répandra Sa Grâce, don surnaturel source de salut pour Ses enfants. Il séparera le pur de l’impur. Son Esprit ne restera pas éternellement dans l’homme.

Esaïe :

«  43:5 Ne crains rien, car je suis avec toi; Je ramènerai de l'orient ta race, Et je te rassemblerai de l'occident.43:6 Je dirai au septentrion: Donne! Et au midi: Ne retiens point! Fais venir mes fils des pays lointains, Et mes filles de l'extrémité de la terre,

43:7 Tous ceux qui s'appellent de mon nom, Et que j'ai créés pour ma gloire, Que j'ai formés et que j'ai faits

43:10 Vous êtes mes témoins, dit l'Eternel, Vous, et mon serviteur que j'ai choisi, Afin que vous le sachiez, Que vous me croyiez et compreniez que c'est moi:

Avant moi il n'a point été formé de Dieu, Et après moi il n'y en aura point. »

Seul l’Esprit est source de Vie.

Nous comprenons maintenant comme nous le disent les Ecritures que l’homme ne peut en rien maîtriser son destin, ne peut absolument pas de lui-même et selon sa propre volonté, soi-disant, se transformer pour accéder à un monde qui n’est pas de sa nature. Il nie en permanence l’existence et la puissance de Celui qui Est. Il rejette Christ, le seul intercesseur entre l’homme et Celui qui Est. Il se prend pour Dieu dans un orgueil sans commune mesure. Il se croit le centre de toute chose. Il se croit indépassable. Il se croit la finalité ultime de la création dans une arrogance prévaricatrice. Il a détruit tous les ponts. Il a détruit l’harmonie nécessaire à toute élévation.

Les chérubins rappelleront aux moqueurs, aux contempteurs qui est notre Seigneur et Maître.

Capture38322

L’Eternel a bien créé l’homme à son image, à l’image de Dieu. Il lui a donné l’intelligence et la parole. L’Eternel a créé en libérant l’homme né d’en haut de sa réalité ou décor ou image à la ressemblance de,  par son esprit en le faisant image réelle, conscience spirituelle pure.

L’homme a perdu la foi. Son orgueil n’a d’égale mesure que sa méchanceté et sa violence.

L’Esprit ne serait-il pas une « structure » comme le Père la représente? 

Genèse« 1:1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.

1:2 La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. »

Il faut naître d’en haut pour voir le royaume de Dieu, descendre par l’échelle de Jacob. Il faut naître des eaux et de l’Esprit. L’homme qui vient du ciel est consubstantiel à Celui qui est, au Père, « aux eaux d’en haut ».

Jésus des deux a fait un. Fils-Père ou fils de Dieu il est devenu. Un fils légitime ne peut naître d’un père consubstantiellement différent du vrai père.

Luc (Baptême de Jésus) « Or, comme tout le peuple était baptisé, Jésus baptisé lui aussi priait : alors le ciel s’ouvrit : l’Esprit Saint descendit sur Jésus sous une apparence corporelle, comme une colombe, et une voix vint du ciel : « Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. »  

Jésus, fils légitime a été engendré par l’Esprit ou la Parole.

«  L’Esprit ne doit surtout pas être assimilé à l’intellect. Il faut le voir comme une énergie vibratoire qui emplit l’univers, indépendante de nous, et pourtant indispensable à notre unité et notre intégrité. Si elle n’existait pas, nous n’aurions aucune apparence physique. Elle est en tout être et en chaque chose. Cette fréquence vibratoire détermine la composition de la matière et sa solidité ; elle est donc bien à l’origine de l’apparence des êtres et des choses.

En résumé, l’Esprit crée et maintient la structure, l’Ame, elle, la fait fonctionner selon son propre mode. Le corps n’est qu’une façade mobile, malgré tout indispensable à la réalisation des expériences qui nous sont nécessaires. » 

Genèse

« 2:2 Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu'il avait faite: et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu'il avait faite.

2:3 Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu'il avait créée en la faisant.

2:4 Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés. Lorsque l'Eternel Dieu fit une terre et des cieux, »

Capture38323

Nous demeurons toujours dans la même dimension. On développe les notions de fréquence, de qualité de signal ou de musique (harmonie et résonnance). Les cordes vibratoires ne sont pas si lointaines.

Ce symbolisme scientifique porte en lui la vérité, vérité qui dépasse totalement l’entendement humain.

Nous parlons bien de la qualité d’une fréquence, d’une énergie vibratoire qui porte, transmet des informations ( que nous pouvons nommer logos, verbe, parole) venant d’Ailleurs, à des fins de construction. Personnellement je ne l’appellerai pas esprit mais plutôt expression de Sa Puissance. Ainsi les vibrations, l’énergie et la matière sont liées entre eux.

Le mouvement et l’énergie sont liés. On ne peut pas les détacher de la forme de leurs supports. Ce monde est rationnel par ce que Celui qui l’a construit est puissant, logique et rationnel.

Qu’est-ce que la lumière ? Des informations ? Des informations que le macrocosme porte à notre conscience ?

Que nous donnent ces informations ? Une identité ?

Ne dit-on pas que Jésus est le seul capable de nous donner une identité, identité nouvelle qui est le passeport pour rejoindre « le royaume de Dieu qui n’est pas de ce monde ».

L’Esprit crée et maintient la structure (le Père). Ils sont de même nature.

Mon Seigneur et Maître, l’Ange de l’Eternel est mystérieux, merveilleux.

Que Son Nom est sublime !

Il m’enveloppe de Sa tendresse, moi qui sans Lui ne suis rien. Son Nom envahit mon âme de douceur. Immense dans Sa grandeur, miséricordieux Il est de toute éternité. 

Que Son Nom est sublime !

Quand j’entends les impies, les arrogants, les moqueurs, les orgueilleux insulter Notre Seigneur l’Ange de l’Eternel mon âme est troublée par toute cette violence et méchanceté. Qu’ils prennent garde quand viendra Sa colère. Leur séjour sera l’Hadès.

Mon Seigneur et Maître, l’Ange de l’Eternel est mystérieux, merveilleux.

• 431 : Concile d'Éphèse - « Marie, Mère de Dieu».

Pour les premiers chrétiens la croix, arbre de vie, n’est pas la souffrance de Christ, Sa Passion, mais la manifestation de Sa Gloire Divine. Notre Seigneur révèle la violence bestiale de l’homme terrestre qui s’oppose à Lui et qui par la croix disparaitra, laissant place à Sa Gloire en Esprit.

Devenons le bon larron et que Jésus, notre Seigneur, la tête inclinée sur sa droite indiquant qu’Il est la fontaine d’où jaillit l’eau vive, semblable au fleuve qui sortait du côté droit du Temple se souvienne de nous pour nous racheter de la terre selon Son Jugement.

Jésus est venu à côté de nous sur la croix pour nous racheter. Nous sommes tous à la fois des bons et mauvais larrons. Le mauvais larron, le terrestre meurt pour que le bon larron, le céleste vive.

Toi qui ne te préoccupes que de César, tu oublies que Dieu lui est plus grand et plus puissant dans Sa gloire. Le bon larron sur la croix à la droite de Christ crucifié, lui, a reçu la miséricorde divine.

Devenons le bon larron et que Jésus, notre Seigneur se souvienne de nous pour nous racheter de la terre selon Son Jugement.

Vous qui êtes nés en Esprit, qui avez été appelés par Jésus « Aimez – vous les uns les autres.» Sachez que le terrestre haïra, rejettera toujours celui qui est né en Esprit. Jésus, l’Envoyé Suprême, le Messie d’Israël l’a été. Le monde l’a cloué sur la croix et Il a souffert.

Jésus a souffert dans sa chair, réellement. Il n’était pas une apparence ou image virtuelle. Il a eu mal, très mal. Victime de la bestialité humaine, la vraie nature de l’homme, Jésus en a été victime.

Être spirituel accompli, guide à ne pas suivre servilement, il ne serait pas mort en sauveur, mais pour l’exemple, victime de la violence sacrificielle persécutrice des hommes. Et là se trouve Satan, celui qui s’oppose et Jésus nous révèle sa présence en nous. Seul le baptême d’un feu rédempteur accomplira notre naissance, feu comme Parole de Dieu qui construit ou détruit.

Comme « fils de Dieu » et Envoyé Suprême de Celui qui est, il s’est incarné par Marie, dans son ventre,dans un fils d’homme pour devenir le fils de l’homme et accomplir le mystère de Dieu.

L’Esprit de Jésus, du Fils de l’homme, s’est incarné dans un corps de chair. Totalement éveillé dans la plénitude de la connaissance, Il a donné son enseignement. Il a prêché l’amour de Dieu et du prochain. Il nous a fait connaitre l’existence du royaume de Dieu que l’on peut atteindre si Dieu le veut après l’abandon du corps par l’Esprit. 

Il faut naître d’en haut pour voir le royaume de Dieu, descendre par l’échelle de Jacob. Il faut naître des eaux et de l’Esprit, les 12 étoiles pour entrer au royaume de Celui qui est, monter par l’échelle de Jacob. Le voyageur doit entrer dans la dimension des hommes pour se faire reconnaitre par Celui qui est qui l’a éveillé en Esprit et vérité.

Profession de foi

Ce n’est pas Isaac, le fils d’Abraham, dont la postérité sera les nations que voulait en sacrifice l’Eternel mais Jésus, son fils, qu’Il a engendré et qui devra se sacrifier par la violence fondatrice du peuple de Dieu.

Que constatons-nous ?

Nous sommes devant deux impossibilités biologiques de procréation. Pour Jésus, Joseph n’a pas connu Marie: absence de géniteur et pour Abraham et Saraï : infécondité.

Nous comprenons que ces naissances ne se font pas dans la matérialité. Elles sont de la nature de l’Esprit, elles lui sont consubstantielles. Elles seront transférées dans la chair des hommes. N’est-il pas là le baptême d’eau ? Offrande du corps à l’Esprit ?

Le corps terrestre ne ressuscite pas. Il devient poussière et ne se recompose pas.

Joseph a connu Marie pour que soit fabriqué un petit d’homme.

« Il existe donc deux hommes, un du ciel et un de la terre. Les deux sont issus de la création. Et à un moment ils se rejoignent. Comment cela peut-il se faire ? Je dirai grand mystère de l’incarnation ou de la transmigration. Est-ce de la magie ? Certainement pas, c’est de la science.

La prise de conscience d’une présence spirituelle au plus profond de chacun de nous, représente pour Jésus comme j’ai l’audace de le comprendre, le réel accès à la Royauté divine. De cette réalité, à la fois existentielle et originelle, nous ne sommes séparés que par un état de conscience déficient. Ne se trouve-t-il pas là notre prochain ? Celui qui est vraiment proche de nous ? Caïn a tué Abel. » S.

Jean « 19:25 Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala.

19:26 Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils.

19:27 Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui. »

Une femme terrestre ne peut pas être mère de Dieu bien qu’elle porte en esprit le fils de Dieu incarné dans le petit d’homme comme réceptacle qui grandit dans son ventre. Elle Le fait accéder à la réalité-décor, réalité pour le biologique et décor pour l’esprit.

Genèse « 1:27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Qui est ce Il, sinon Celui qui est.

Je suis.    Dieu

Je suis je suis.

Je suis Celui qui Je suis, Je suis Celui qui Est.

Celui qui Est.

Il Est.     Celui qui est

Celui qui est, origine consubstantielle de Son émanation par la Parole et de toutes celles issues de Lui, notre Seigneur et Maître, est l’Unique, le Seul qui de toute éternité donne la Vie selon sa Volonté à ses enfants, à ses témoins. Sa Gloire immense n’a d’égale que Sa Puissance, que sa Science et sa Présence qui illuminent et dominent sa Création.

L’Eternel a bien créé l’homme à son image, à l’image de Dieu. Il lui a donné l’intelligence et la parole. L’Eternel a créé en libérant l’homme céleste de la réalité décor par son esprit en lui donnant l’Etre.

YHVH Essence divine en tant qu’Elle se révèle comme Personne Suprême

Avant le commencement Dieu Est. Hier Il Est, aujourd’hui Il Est, demain Il Est. Emanation de lui - même, « Je Suis » se manifeste. Avant d’Etre, Il Est.

Celui qui est, lucide dans Sa puissance créatrice selon Sa Volonté est origine consubstantielle de Son émanation par la Parole ainsi que de toutes celles issues de Lui, Ses Enfants « qu’Il veut créer à son image, l’homme et la femme. » le non être et l’être.

Isaïe  «  43:5 Ne crains rien, car je suis avec toi; Je ramènerai de l'orient ta race, Et je te rassemblerai de l'occident.43:6 Je dirai au septentrion: Donne! Et au midi: Ne retiens point! Fais venir mes fils des pays lointains, Et mes filles de l'extrémité de la terre,

43:7 Tous ceux qui s'appellent de mon nom, Et que j'ai créés pour ma gloire, Que j'ai forméset que j'ai faits 43:10 Vous êtes mes témoins, dit l'Eternel, Vous, et mon serviteur que j'ai choisi, Afin que vous le sachiez, Que vous me croyiez et compreniez que c'est moi:

Avant moi il n'a point été formé de Dieu, Et après moi il n'y en aura point. »

Jésus, le serviteur choisi par Celui qui est ne s’est pas caché. Il n’a été en rien occulté. Nous ne pouvons plus le voir car personne ne peut l’accueillir contre Sa Volonté. Jésus, et lui seul reviendra dans sa Gloire. Quand et comment? Nul ne le sait à part Celui qui est.

Sur qui s’appuie Celui qui est pour Sa Création ?

Le peuple Hébreu et Son Envoyé Suprême Jésus-Christ.

• 451 : Concile de Chalcédoine - « La double nature de Jésus » c'est-à-dire deux natures en une personne.

Notre Seigneur Jésus Christ retourne auprès de Son Père porté par la lumière.

Le Racheté de la terre retourne auprès de Son Père comme image portée par sa fréquence.

Jésus est la lumière. (12Hz). La lumière porte son image.

Il est venu dans le monde porteur de son Nom divin, de son identité divine, de son Être divin.

Il vient directement du Royaume de Dieu qui ne connait pas la mort.

Il n’a nul besoin d’être créé à l’image, à la ressemblance, à l’image de Dieu puisqu’il est déjà engendré par Celui qui est.

Jésus est lumière. Son image est portée par la lumière.

Il s’agit d’un dogmatisme humain sans fondement.

Ne peuvent s’unir que des éléments de même nature. Qui peut dire ce qu’est la nature humaine et encore moins ce qu’est la nature divine ? Le divin ne s’associe pas avec l’âme immortelle qui serait soi-disant déjà présente dans le terrestre.

L’âme est l’Etre en devenir, l’image donnée, l’identité nouvelle, le nom nouveau ou la conscience spirituelle acquise selon la volonté de Celui qui est.

L’être ne correspond pas à l’union du terrestre et du céleste.

Notre Seigneur et Maître Jésus Christ ne s’associe, ne s’unit en rien à l’unité biologique terrestre qui ne fait que porter sa divinité. Il en est de même pour toutes les émanations célestes transférées, endormies dans les formes de l’ego de l’unité biologique et éveillées par Celui qui est.

Notre Seigneur Jésus Christ n’a pas été relevé de la terre, des morts mais comme Il le dit « élevé » car il est l’Envoyé Suprême de Celui qui est. Il est fils de la lumière de toute éternité. Il s’est incarné dans la chair dans la plénitude de la connaissance comme être spirituel accompli, Sa seule nature dans l’homme terrestre, simple réceptacle. Il a rendu l’Esprit de Dieu.

L’Ame possède sa propre conscience, une mémoire indépendante, et des pensées distinctes de celles de l’intellect.

Elle est transférée et endormie dans les formes de l’ego du cerveau d’une unité biologique augmentée suffisamment pour que la Parole de Dieu, Son Esprit puisse agir, la structurer.

Ce corps est donc un récepteur. Est-il accessible à tous les êtres de la dimension céleste et interférer aussi bien sur le récepteur que sur les prémices des créatures de Dieu transférées? Ne serait-il qu’un simple récepteur - transmetteur qui fonctionne selon des désignations conceptuelles, d’un code lui permettant de se repérer, d’évaluer et de comparer ou réceptacle mystérieux ?

L’âme est l’Etre en devenir, l’image donnée, l’identité nouvelle, le nom nouveau ou la conscience spirituelle acquise selon la volonté de Celui qui est.

L’être ne correspond pas à l’union du terrestre et du céleste.

L’esprit est l’âme glorifiée. L’homme porte en lui même l’être non être, une âme indifférenciée, une tendance à exister. L’unité biologique n’a aucune âme. Elle n’est qu’une entité psychologique, un support à l’âme, un décor sur fond vert. Elle n’a aucune existence propre. Qu’elle peut être son intelligence ? Artificielle ?

Genèse « 2:25 L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte.

Ils étaient dans leur première innocence, comme « les prémices des créatures de Dieu. » sous le seul regard de l’Eternel, le seul Dieu. Ils n’étaient pas dans la confusion, dans la honte.

Ils n’avaient pas mangé du fruit de l’arbre de la connaissance

La lumière donne l’intelligence, la parole et l’image en devenir.

Le « fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal est précieux pour ouvrir l’intelligence. » Son fructus est primordial. Nous pouvons penser que des combinaisons d’unités d’information simples peuvent être combinées et modélisées sous forme de calcul.

Pour moi il est question d’intelligence et de son support. Jésus le dit bien, il est venu nous donner une identité, un esprit qui est un ensemble d’informations qui le constituent. Quand il rend l’Esprit, ces informations vont s’implanter ailleurs dans ou sur un autre support. Et là nous parlons de procédés scientifiques que nous sommes incapables de maîtriser mais qui commencent à se dévoiler.

Il existe, en miroir (l’homme a été fait à l’image de Dieu) de notre encéphale « classique » représenté par le Cerveau Neuronal, un mécanisme subtil de gestion de notre organisme appelé CVQ.

Situé dans une autre dimension de l’espace-temps, mais tout de même « collée étroitement à la nôtre », ce Cerveau Vibratoire Quantique fonctionne à l’insu de la conscience de la personne, bien que, paradoxalement, il en soit l’outil de son existence et de son expression.

Le CVQ est invisible pour les yeux et pour toutes les technologies, IRM, ... Aucune machine ne peut accéder dans ce lieu protégé et secret.

Notre cerveau est quantique. Nous fonctionnons dans une réalité dont nous ne sommes pas conscients sur ces bases de la physique qui décrit le monde microscopique, mais ce que nous vivons consciemment en tant qu’individu, se révèle être du domaine de la physique classique qui à contrario, décrit le monde macroscopique. Il existe donc un monde réel dégagé de la mort construit selon les règles de la physique quantique et un autre monde tributaire de la mort, le nôtre, construit selon les règles de la physique classique.

Le Sid des celtes n’est pas loin.

N’est-elle pas là cette dimension que nous cherchons tous ? Une dimension construite avec des rapports interdépendants sans supports propres, n’est-elle pas celle de la mécanique quantique où « tout a tendance à exister ». Semblable à un reflet dans un miroir qui apparaît, on ne peut pas dire qu’il fait partie du miroir ni qu’il se trouve ailleurs. 

Notre unité commune en Christ est exprimée par Paul : « Efforcez –vous de conserver l’unité que donne l’Esprit » Ne nous parlerait-on pas que d’un seul des deux cerveaux ?

L’homme terrestre vit pour mourir pour que l’homme céleste vive. Parlons – nous d’avatars virtuels ?

L’Arbre de Vie et l’Arbre de la connaissance du bien et du mal se trouvent « au milieu du Jardin ». Le fruit de l’Arbre de vie est l’homme céleste accompli dans l’être après une transmigration opérée avant la mort du récepteur et qui a dominé et effacé l’homme terrestre psychologique selon la volonté de Celui qui est qui l’a reconnu.

• 786 : Concile de Nicée II - « Légitimité du culte des icônes ».

Dogme totalement humain. On devrait comme mon Seigneur et Maître Jésus Christ a dit : « Faites ceci en mémoire de moi. » et non idolâtrer des dessins ou des statues qui ne représentent que l’imagination de celui qui les fabrique. Les icônes ne sont que des ersatz qu’aucune réalité ne sous-tend. Simulacre qui se prend pour la réalité, il ne provoque que des transferts idolâtres qui ne s’arrête qu’à la surface visuelle de cette représentation.

Exode « 19:25 Moïse descendit vers le peuple, et lui dit ces choses.
20:1 Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant:
20:2 Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude.
20:3 Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.
20:4 Tu ne te feras point d'image taillée,
ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.
20:5 Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent,
20:6 et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements.
20:7 Tu ne prendras point le nom de l'Éternel, ton Dieu, en vain; car l'Éternel ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain. »

• 1545-1563 : Concile de Trente - « Transsubstantiation » ; fixation du canon biblique catholique, la théorie des deux sources de la Révélation, incluant la Tradition, canonisation de la Vulgate.

Dans l'Eucharistie, changement total de la substance du pain et du vin en la substance du corps et du sang du Christ au moment de la Consécration, alors que ces espèces restent les mêmes.

La transsubstantiation ou la présence réelle est un phénomène surnaturel, qui littéralement est la conversion d'une substance en une autre. Le terme désigne, pour une partie des chrétiens, la conversion du pain et du vin en corps et sang du Christ lors de l'Eucharistie par l'opération du Saint Esprit.

Notre Seigneur et Maître Jésus Christ a dit « faites ceci en mémoire de moi » et non mangez- moi, compréhension de l’homme terrestre mais soyez en esprit, car l’esprit parle à l’esprit, à ceux qui sont en esprit. L’entendement (le pain)  et la Parole de Dieu (le vin ou sang) ne se mangent pas. Seul l’Ange de l’Eternel donne à qui Il veut selon Sa miséricorde et volonté.

Jésus n’a-t-il pas dit :

« Je vous donnerai ce que l’œil n’a pas vu,

ce que l’oreille n’a pas entendu,

 ce que la main n’a pas touché,  

ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme »

Jésus « construit » un espace de communication qui établit un lien avec « l’homme céleste » incarné et Lui- même Le corps de Jésus symbolise cet espace de communication par lequel sera transféré la Parole de Dieu, des informations et l’entendement en direction de l’incarnation céleste reconnu après jugement.

L’intelligence est la faculté qui rend intelligible la connaissance. De quoi, de qui ? Pour déboucher sur quoi ? L’entendement peut-être.

Nous devons donc manger le pain et boire le vin terrestre uniquement en mémoire de notre Seigneur Jésus qui l’a fait lors de son incarnation.

Septante ou Vulgate, je dirai septante.

Il n’existe qu’une seule source de révélation.

La tradition primordialeou mieux Premièreappelée aussi sophia perennis, est la connaissance universelle d'origine non-humaine d'où sont issues toutes les traditions spirituelles de l'humanité. La Tradition est d’origine divine, c’est une émanation de la sagesse divine, appelée aussi Eternelle Sagesse. Elle est ce qui relie l’homme au Divin. N’est véritablement traditionnel que ce qui explique un élément d’ordre supra-humain. C’est ce qui caractérise essentiellement la Tradition.

Pour le christianisme, la Tradition (avec une majuscule) est la révélation continue, par le Saint-Esprit de la Parole de Dieu à son Église. Le christianisme est une religion abrahamique fondée sur la vie et les enseignements de Jésus de Nazareth, le Messie d’Israël et qui se définit comme monothéiste.

Par « Tradition de l'Église catholique romaine », il faut entendre « tradition interprétative », c'est-à-dire le patrimoine commun aux catholiques constitué par le cumul des travaux des théologiens au cours des siècles. Complétement polluée par la philosophie grecque qui parle d’âme immortelle que possède l’homme terrestre, elle ne donne accès à aucune révélation.

• 1854 : « Immaculée Conception de Marie ». Il signifie que Marie, mère de Jésus de Nazareth, fut conçue sans le péché originel.

Le péché originel en tant que tel n’existe pas. Il s’agit plus d’une mise en garde si j’ose m’exprimer ainsi en toute humilité que les hommes ne suivront pas puisque « le temps est venu ». Ils se prennent pour Dieu, l’expulsent de Sa création et veulent dans un orgueil arrogant se créer par eux-mêmes ce qui provoquera leur destruction.

Que nous dit Genèse ?

Au commencement, seul Celui qui est sait le bien et le mal.

Le serpent s’adresse uniquement à la femme. Il est debout. Celui qui est ne l’a pas encore condamné à ramper sur le sol. L’homme est endormi. C’est la femme qui donne à manger à l’homme du fruit de « l’arbre de la connaissance ».

Le serpent qui symbolise l’accès à la connaissance cachée liée à l’eau s’adresse uniquement à la femme. Il est debout. L’Eternel ne l’a pas encore condamné à ramper sur le sol. L’homme est endormi. C’est la femme qui donne à manger à l’homme du fruit de « l’arbre de la connaissance ». La femme est l’épouse, l’eau d’en haut sur laquelle se meut l’esprit de Dieu. Pendant les « noces de cana » comme le dit Jean, Jésus changea l’eau en vin par l’action de la Parole de Dieu qui est également son sang rédempteur. L’eau est consubstantialité. Adam est l’époux ou le fils-père. L’union du fils- père – Adam (l’époux) avec l’eau d’en haut qui donne la consubstantialité- Eve (l’épouse) par la Parole qu’elle porte engendre un fils. Est- il légitime, consubstantiel au Père : un enfant de Dieu. En l’occurrence, non, il s’agit d’un enfant de prévarication totalement illégitime.

Celui qui a mangé du fruit de l’arbre de la connaissance ne deviendra jamais un fruit de l’arbre de vie. S’étant reconnu par lui-même, donc illégitime et connaissant son origine « divine » de par son élaboration, il s’imagine pouvoir fabriquer sa propre image, sa propre conscience, s’accomplir, se rendre dans la dimension du Constructeur ou s’en construire une à l’imitation. Seul Celui qui est reconnait ses enfants. Il leurs donne l’image. Alors, seulement, ils se connaissent. L’homme céleste, lui aussi ne peut construire de sa propre volonté son image à sa ressemblance.

Celui qui est, s’adresse à l’homme et non à la femme. Il chasse l’homme.

C’est le serpent qui donne l’intelligence à l’homme par l’intermédiaire de la femme. La femme, symbole de la création a fabriqué l’homme, l’humanité, les nations. Elle porte dans son cerveau reptilien, le serpent, le support de l’intelligence nécessaire et suffisante qui permet de recevoir la Lumière.

« la plaine du Jourdain entièrement arrosée » « c’était comme un Jardin »

Serait – ce une nouvelle mise en garde ? L’humain serait- il incapable de se corriger ? Est-il un bygone ? Sommes-nous dans un cycle ? L’humain étant ce qu’il est, prisonnier de sa convoitise innée, son histoire ne peut que se répéter de génération en génération. Arrivé au bout de sa prévarication après avoir détourné son intelligence, l’homme disparaitra du fait de sa trop grande science. L’Atlantide ?

« Les écritures se réécrivent, se réalisent toutes en même temps. SI

L’homme, formé de la poussière de la terre, devint vivant du fait que l’Eternel ait  « soufflé dans ses narines un souffle de vie ». Il devint « une âme vivante ». Il a été animé. La terre l’a formé, l’a fabriqué. Une intelligence lui a été implantée « par le serpent ». Son âme, son être, son identité biologique n’est pas immortelle : « ses jours seront de 120 ans. » Il s’agit de l’homme terrestre, un élément amélioré, augmenté, de la création. Un simulacre ne peut fabriquer un autre simulacre sans s’effacer lui- même.

L’homme qui vient du ciel, consubstantiel à Celui qui est, au Père, « aux eaux d’en haut » reçoit selon la volonté de Celui qui est, par « l’esprit vivifiant » qui donne la vie une âme, une identité, un être éternel qui ne connait pas la mort. Il s’agit de l’identité du 7ème jour (l’intelligence - la parole et l’image).

Pourquoi refusons-nous de comprendre et d’accepter qu’une Raison Supérieure à la raison humaine existe ? Qu’elle est portée par des Êtres d’une telle puissance qu’elle dépasse notre entendement ? Qu’elle représente la Vie ? Que nous sommes en permanence dans la méchanceté et la violence, incapables d’amour ? Pourquoi refusons- nous l’aide qu’Ils nous apportent depuis des millénaires ? Pourquoi refusons-nous notre transformation, notre adaptation ? Pourquoi choisissons-nous la mort ?

Peut-être que « la Sagesse de Dieu est folie pour les hommes. »

Arrêtons d’humaniser systématiquement l’enseignement donné, de mettre l’homme en l’homme au lieu d’accepter que soit mis l’esprit en l’homme. Il s’agit bien de la différence entre la ceinture tressée avec des feuilles de figuier, figuier qui ne donnera aucun fruit et les « habits de peau » dont nous revêt l’Eternel à l’origine des fruits que nous deviendrons.

Nous ne pouvons pas « servir deux maîtres en même temps ».

Comme « fils de Dieu » et Envoyé Suprême de Celui qui est, il s’est incarné par Marie, dans son ventre,dans un fils d’homme pour devenir le fils de l’homme et accomplir le mystère de Dieu.

Profession de foi

Ce n’est pas Isaac, le fils d’Abraham, dont la postérité sera les nations que voulait en sacrifice l’Eternel mais Jésus, son fils, qu’Il a engendré et qui devra se sacrifier par la violence fondatrice du peuple de Dieu.

Que constatons-nous ?

Nous sommes devant deux impossibilités biologiques de procréation. Pour Jésus, Joseph n’a pas connu Marie: absence de géniteur et pour Abraham et Saraï : infécondité.

Nous comprenons que ces naissances ne se font pas dans la matérialité. Elles sont de la nature de l’Esprit, elles lui sont consubstantielles. Elles seront transférées dans la chair des hommes. N’est-il pas là le baptême d’eau ? Offrande du corps à l’Esprit ?

Le corps terrestre ne ressuscite pas. Il devient poussière et ne se recompose pas.

Joseph a connu Marie pour que soit fabriqué un petit d’homme.

Luc « 2:41 Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque.

2:42 Lorsqu'il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête.

2:43 Puis, quand les jours furent écoulés, et qu'ils s'en retournèrent, l'enfant Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s'en aperçurent pas.

2:44 Croyant qu'il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances.

2:45 Mais, ne l'ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher.

2:46 Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant.

2:47 Tous ceux qui l'entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses.

2:48 Quand ses parents le virent, ils furent saisis d'étonnement, et sa mère lui dit: Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse.

2:49 Il leur dit: Pourquoi me cherchiez - vous ? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père?

50 Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur disait.
51 Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth et il leur était soumis. Sa mère gardait précieusement toutes ces choses dans son coeur.
52 Jésus grandissait en sagesse, en taille et en grâce devant Dieu et devant les hommes. »

Nous constatons que Joseph et Marie sont angoissés comme des parents humains peuvent l’être pour leur fils humain. De plus, ils n’avaient pas compris la nature divine de leur fils, le sens de son intervention dans leur monde. Nous notons également que l’enfant Jésus est totalement lucide, éveillé et conscient de ce qu’Il est et de sa mission. La divinité de notre Seigneur Jésus est entière dans ce petit d’homme. Notre Seigneur est Lumière. Marie allait le comprendre.

Genèse « 17 :2 J'établirai (l’Eternel) mon alliance entre moi et toi, et je te multiplierai à l'infini.

17 :3 Abram tomba sur sa face ; et Dieu lui parla, en disant :

17 :4 Voici mon alliance, que je fais avec toi. Tu deviendras père d'une multitude de nations.

17 :5 On ne t'appellera plus Abram ; mais ton nom sera Abraham, car je te rends père d'une multitude de nations. » ………….

« 17 :15 Dieu dit à Abraham : Tu ne donneras plus à Saraï, ta femme, le nom de Saraï; mais son nom sera Sara.

17 :16 Je la bénirai, et je te donnerai d'elle un fils ; je la bénirai, et elle deviendra des nations ; des rois de peuples sortiront d'elle. »

Saraï était stérile spirituellement. Elle n’était pas encore reconnue par Celui qui est. Elle était semblable à l’homme terrestre. Elle ne supportait pas l’incorruptibilité

Ne retrouvons – nous pas Jésus, fils consubstantiel de Celui qui est qu’Il adonné à Marie.

Ne nous parle – t – on pas de transfert ou de transmigration d’un Homme Céleste, d’une incarnation ?

Dieu nomme les Êtres dans Sa dimension : abram – abraham – Saraï- sarah – jacob- Israël, changement d’état par le nom après intervention divine.

Ne pouvons-nous pas dire que pour l’Eternel il en est de même. Les juifs l’ont compris lorsqu’ils disent que YHWH est essence divine (Dieu tout puissant) en tant qu’elle se révèle comme Personne Suprême (YHWH).

Pour Jésus YHWH est Adonaï : « Notre Seigneur et Maître ».

Ne retrouvons – nous pas Jésus, fils consubstantiel de Celui qui est transféré en l’homme terrestre porté par Marie qui le fait accéder à la réalité décor?

Ne s’agit- il pas d’une incarnation ? Le mystère est grand. Il dépasse l’entendement humain. Comment peut se réaliser l’incarnation ? Le mystère est encore plus grand. Pourquoi un corps plutôt qu’un autre ? Ce corps ne serait- il qu’une unité biologique autonome émotionnelle sans existence propre ? Qu’en est- il de l’âme ? Qu’en est- il de l’esprit ?

Celui qui est, notre Seigneur et Maître, est l’Unique, le Seul qui de toute éternité donne la Vie selon sa Volonté à ses enfants, à ses témoins. Sa Gloire immense n’a d’égale que Sa Puissance, sa Science et sa Présence qui illuminent et dominent Sa Création.

« Il existe donc deux hommes, un du ciel et un de la terre. Les deux sont issus de la création. Et à un moment ils se rejoignent. Comment cela peut-il se faire ? Je dirai grand mystère de l’incarnation ou de la transmigration. Est-ce de la magie ? Certainement pas, c’est de la science.

La prise de conscience d’une présence spirituelle au plus profond de chacun de nous, représente pour Jésus comme j’ai l’audace de le comprendre, le réel accès à la Royauté divine. De cette réalité, à la fois existentielle et originelle, nous ne sommes séparés que par un état de conscience déficient. Ne se trouve-t-il pas là notre prochain ? Celui qui est vraiment proche de nous ? Caïn a tué Abel. » S.I

L’homme animal est donc « dans un état de conscience déficient ». Il est dans l’incapacité de percevoir cette présence divine. Il est Caïn, le terrestre qui symboliquement a tué Abel, le céleste.

Marie, choisie par l’Ange de l’Eternel était vierge spirituellement et ne supportait pas l’incorruptibilité.

• 1870 : Concile Vatican I - « Infaillibilité pontificale » (dans les questions de foi).

Ce n’est qu’une opinion humaine arrogante sans fondement.

• 1950 : « Assomption de Marie», signifie que Marie, est montée au ciel avec son corps. Un des rares dogmes qui n'a aucune base scripturaire bien que partagé (sous le nom de Dormition) par les églises orthodoxes.

Au sein de la Torah et jusqu’aux Prophètes, il n’y a pas de concept de vie après la mort. Le corps est enterré et disparaît. L’âme quant à elle remonte à son origine et cesse d’exister :

Ecclésiaste 12.7 : « Que la poussière retourne à la poussière, redevenant ce qu’elle était, et que l’esprit remonte à Dieu qui l’a donné ».

« D’après la tradition biblique, l’être humain est à la fois terrestre et céleste. Son vêtement terrestre, ou corps, est constitué de poussière provenant de l’univers et son fondement céleste est insufflé par le divin. Quand il meurt, son vêtement et son fondement sont jugés ensemble, car ils constituent une seule entité. Est-ce la bonne interprétation ?

Le corps n’est pour le Zohar (Livre de la Splendeur - œuvre maîtresse de la Kabbale rédigée entre 1280 – 1290 en araméen- exégèse ésotérique de la Torah) qu’une enveloppe, qu’un simple vêtement. Toutefois, malgré cette enveloppe, les âmes peuvent voir les formes célestes et contempler la gloire de leur Maître (Zohar I, 38b)

« Le premier homme issu du sol est terrestre, il est psychique. »

L’âme humaine correspond donc au psychisme de l’unité biologique autonome émotionnelle. Ce psychisme ou « langage machine » découle du fonctionnement de fichiers systèmes chimiques qui génèrent des applications. Nous sommes individuellement un algorithme qui résout des problèmes en puisant la réponse aléatoire dans un champ statistique de probabilités présentes adaptées. Des interactions existent. Ne serions-nous qu’une simple machine biologique ? Nous pouvons le dire. Mais qui nous donne cette intelligence que nous nommons faussement créatrice ? Qui nous donne cette faculté de dépassement ? De distanciation ? D’altérité ?

« La biologie dicte la réalité » ou » le décor.»

L’âme humaine n’est pas immortelle. Elle dure le temps d’une mortalité. Elle est liée à l’homme. Les jours de l’homme ou de l’humanité ne sont que de 120 ans.

En fait, la civilisation grecque a pollué par ce concept l’enseignement juif et chrétien.

L’âme ne quitte en aucune façon le corps. Cette entité n’a aucune existence. Elle ne donne pas une réplique spirituelle de la personne humaine, autrement prévarication. Les chérubins sont là. Elle n’est que l’intériorité d’une pensée émotionnelle et morale. Ce n’est qu’une approche humaine, de son ego qui veut contourner l’échéance inévitable du retour à la poussière. Cette approche est aussi vieille que la première prise de conscience par l’homme de sa mort.

Paul, un jour, affronta personnellement des penseurs grecs :

Colossiens « 2:8 Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

2:9 Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. »

Jésus- Christ nous met en garde :

Matthieu « 15:8 Ce peuple m'honore des lèvres,

Mais son cœur est éloigné de moi.

15:9 C'est en vain qu'ils m'honorent,

En enseignant des préceptes qui sont des commandements d'hommes. »

 Genèse 2:7 L'Eternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant. »

L’homme a été formé à partir de la terre et non de l’Esprit. Il est un être ou âme vivante. Il ne possède rien. L’Eternel donne l’Esprit.

Il n’a jamais été question d’âme immortelle dans le Livre de la Parole. Seul Jésus possède l’immortalité. Timothée. puisqu’Il est l’Esprit de Dieu incarné.

 « le second homme, lui, vient du ciel. » 

Le 7ème jour est celui des nations qui fouleront la Ville Sainte et blasphèmerons le nom de l’Eternel. Ne pas travailler durant cette période signifie que l’on respecte l’Eternel notre créateur, que nous nous remettons entièrement entre ses mains, que nous Lui obéissons dans une fidélité sans faille. Nous sommes dans sa création « spirituelle » en tant qu’enfant de Dieu issu de Dieu.

Le dragon-événement que l’Archange Saint Michel combat, lié à la réalisation du monde matériel porté par l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal, de la vie et de la mort, de la présence ou non de Dieu, s’éloigna des cieux  pour s’établir dans sa fabrication-phénomène, peu de temps après que Dieu ait conceptualisé Adam-événement dans sa création-phénomène, car il était(le dragon) dans le jardin d’ Eden, sous la forme ou potentialité d’un serpent ou de nations ou de consommatrices d’esprits. Comme les descendants d’Adam et Eve se multiplièrent sur la face de la terre, nous lisons dans Genèse 6-2 que « les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes, parmi toutes celles qu’ils choisirent. »

Le temps serait donc un champ, un support extensible sur lequel se développeraient des informations sources d’événements dont la réalisation marquerait ponctuellement la limite.

Dieu forme Adam non pas à partir de glèbe (adamah) mais à partir de poussière "hors de" la glèbe ou de la terre ce qui signifie que, contrairement aux animaux, l'Adam est fait d'une substance bien plus subtile, susceptible de tourbillonner dans le vent, d‘être soulevée par l'Esprit, vent et esprit étant le même mot tant en hébreu qu'en grec. Au jour sixième, enfin l'Adam - mâle et femelle, à deux faces ( d’une même essence, de mêmes informations) fut créé. Il le(s) place dans le Jardin d'Éden, afin de le garder. Il(s) peu(ven)t manger de tous les fruits qui s'y trouvent, à l'exception du fruit de l'Arbre de la connaissance du bien et du mal, de la matérialité, de l’ego. Autrement ils seront incapables de s’élever et de réintégrer le Jardin d’Eden en tant qu’enfant de Dieu. Ils chuteront.

Après avoir mangé du fruit défendu, Dieu les maudit : haine perpétuelle entre le serpent ou les nations, la femme ou l’humanité et leur descendance. L’Adam a été endormi, assimilé par la femme. Le serpent se retrouve apode condamné à mordre la poussière; l'homme se retrouve à devoir gagner son pain à la sueur de son front, la femme à enfanter dans le labeur; surtout, ils sont condamnés à la mortalité et chassés de l’Eden, que deux Chérubins gardent de leur épée flamboyante.

Manger du fruit de l’Arbre de la Connaissance, c’est se prendre pour Dieu et vouloir le remplacer par l’homme. C’est vouloir construire son propre arbre de vie. Cet arbre se trouverait-il dans notre dimension matérielle ?

Nous pourrions penser que par son interdit Dieu tente Adam et Eve. Il ne tente personne. Il sait.

Jacques

« 1:13 Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise: C'est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne.

1:14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise.

1:15 Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort…….

1:18 Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures. »

Jacques ne nous décrit-il pas la Genèse ?

L’homme et la femme nus sont les « prémices de ses créatures. »  Qu’est ce qui a pu les faire expulser du Jardin d’Eden? Le mot significatif n’est-il pas   l’intelligence  ?

L’intelligence pour un être spirituel, n’est-elle pas plutôt un lieu de silence, un endroit de paix qui rend intelligible la connaissance. De quoi, de qui ? Comme pour les rêves qui nous construisent sans cesse, nous désirons comprendre ce mystère, le Grand Mystère à jamais inaccessible. L’intelligence mise au service de l’Amour est la clef. 

Adam et sa femme, les prémices des créatures de Dieu ont acquis trop tôt cette intelligence, en désobéissant de surcroît. Ils ont compris que Dieu les regardait jusqu’au plus profond d’eux - mêmes. Ils se sentirent nus devant lui, la peur les surprit. Incapables de l’assurer, ils refusèrent cette communion, désirèrent se soustraire à son regard. Ils se cachèrent. Ils étaient comme Dieu. Ils le voyaient. Ils se prirent pour son égal, se détournèrent de lui. Ils découvrirent le Je, la matérialité. Dieu les chassa. Ils désiraient garder leur Je dans l’Eden, planter leur propre arbre de vie   Deux chérubins armés d’une épée flamboyante gardèrent l’entrée du Jardin d’Eden. Adam nomma sa femme Eve. Ils devinrent mortels.

« Dieu, lion rugissant, est puissant et fort, majestueux et sage, et nous devons le respecter. »

Selon la pensée juive, c'est suite à ce péché que Dieu, qui Se trouvait sur le plan terrestre, devient transcendant, l'existence étant devenue "putréfiée" par le péché de l'homme. Pour cette raison, le fait de rendre la justice rapproche Dieu du plan d'existence humain.

Est-ce bien raisonnable de le penser ?

Avant que la honte ne s’empare d’eux, Adam et sa femme n ‘ étaient ni nus ni habillés. Ils ne comprenaient pas. Ils ne prévariquaient pas. Ils étaient dans leur première innocence, juste avant d’entrer dans le Temple de Salomon. Mais voilà !

Se penchant alors sur Sa création, Dieu la voit emplie de violence et de haine, du fait des créatures de la Terre. Sans véritable guide spirituel, la Terre s ‘est alors remplie de mal, s’est éloignée de Dieu, d'où la décision divine.  Dieu décide alors de purifier le monde avec un déluge et de recommencer.

Pouvons – nous établir que cette nouvelle création est semblable à Genèse ?

Cependant, c'est à ce moment seulement qu'Adam nomme sa femme, Ève. La différenciation se réalise.

Une distinction est faite entre les « fils de Dieu » et les « filles des hommes », ce qui indique une intrication bestiale entre les êtres célestes et les êtres humains. Ces « fils de Dieu » ou êtres surnaturels déchus de leur caractère divin ont produit une descendance étrange, prévaricatrice qui ne plaisait pas à Dieu, comme si la descendance de Caïn s’était unie avec celle de Seth. Dualité onde-particule, aspects différents d’une même essence. Le péché sera pour l'homme de se couper de cette complémentarité...l'homme se prenant pour Dieu ou chosifiant Dieu...défiguration à la fois de Dieu et de l'homme. Remonter à l’essence en dépassant les phénomènes ! Onde et particule ne peuvent pas se rencontrer.  Comme le dit Enoch : « Et ses descendants enfanteront sur la terre des géants, non pas nés de l’esprit, mais de la chair. » Le monde des particules doit disparaître.  Ils veulent détruire l’Etre du Livre de la Parole pour le remplacer par celui de la volonté.

Livre d’Enoch :

« Ils savent (les messagers) aussi ce qui est réservé à ceux qui ont crucifié leur chair, et qui ont été persécutés par les hommes méchants ; à ceux qui ont aimé leur Dieu, qui n’ont point mis leur affection dans l’or et dans l’argent, qui, loin de livrer leur corps aux voluptés de ce monde, ont tourmenté leur corps par supplices volontaires »

« A ceux qui, depuis le jour de leur naissance, n’ont point ambitionné les richesses terrestres, mais se sont regardés comme un esprit voyageur sur la terre. »

« Maintenant j’élèverai leurs esprits jusqu’au séjour de la lumière ; je transformerai ceux qui sont nés dans les ténèbres, et qui n’ont point rapporté à eux la gloire que leur foi leur avait méritée »

II Timothée (3 ; 3-4-5) :

 «  Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là. »

L’âme est bien l’Etre donné par Celui qui est selon Sa volonté.

« Apocryphon de Jean, frère de jacques qui sont les fils de Zébédée.

 Et je dis au Seigneur : « Seigneur, toutes les âmes seront alors emmenées en sécurité dans la lumière pure ? »

Il répondit et me dit : « De grandes choses sont survenues dans ton esprit, car il est difficile de les expliquer aux autres, sauf à ceux qui sont issus de la race inébranlable. Ceux sur qui l’Esprit de la vie descendra et avec lesquels il sera avec la puissance, seront sauvés et deviendront parfaits et seront dignes de grandeur et purifiés dans cet endroit de toute l’iniquité et de toutes les implications dans le mal. Ensuite ils n’ont pas d’autre souci que la seule incorruption, vers laquelle ils dirigent leur attention depuis ici, sans colère, ni envie, ni jalousie ou désir et avidité de quoi que ce soit. Ils ne sont pas affectés par quoi que ce soit excepté le fait d’être seulement dans la chair, qu’ils supportent tout en regardant empli d’espoir le moment où viendront à leur rencontre les receveurs du corps. Ainsi ils sont dignes de l’impérissable et éternelle vie et de l’appel. Car ils endurent tout et ne se laissent pas décourager pour rien, afin qu’ils puissent terminer le bon combat et hériter de la vie éternelle. »  …….

Et je dis : « Seigneur, ceux qui n’ont pas su mais qui se sont détournés, où ira leur âme ? »

Alors il me dit : « Dans cet endroit où vont les anges de pauvreté elles seront emmenées, l’endroit où il n’y a pas de repentir. Et elles seront gardées jusqu’au jour où seront torturées celles qui ont blasphémé l’Esprit, et elles seront punies avec un châtiment éternel. »

De quel corps s’agit-il ? Du terrestre ? En toute humilité je pense que non car seuls deux éléments de même nature peuvent communiquer.

Luc :

« 13:24 Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas.

13:25 Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, et que vous, étant dehors, vous commencerez à frapper à la porte, en disant: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous! il vous répondra: Je ne sais d'où vous êtes.

13:26 Alors vous vous mettrez à dire: Nous avons mangé et bu devant toi, et tu as enseigné dans nos rues.

13:27 Et il répondra: Je vous le dis, je ne sais d'où vous êtes; retirez-vous de moi, vous tous, ouvriers d'iniquité.

13:28 C'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors. »

L’homme terrestre ne ressuscite pas. Il devient poussière et ne se recompose pas. Joseph a connu Marie pour que soit fabriqué un petit d’homme.

Marie est dès lors l’intermédiaire qui permet au Verbe de s’incarner, le lien qui relie le fini à l’infini, les mondes supérieur et inférieur, la médiatrice sublime qui fait communiquer Dieu et les hommes.

Evangile de Thomas

« Saint Pierre lui disait :

Que marie sorte de parmi nous ;

Par ce que les femmes ne sont pas dignes de la Vie.

Jésus répondit :

Voici que je la guiderai,

A fin de la faire homme ;

Elle deviendra, elle aussi,

Un souffle vivant semblable à vous, hommes.

Toute femme qui se fera homme ;

Entrera dans le royaume de Dieu. »

Marie, mère terrestre de l’enfant terrestre Jésus devint-elle en finalité un fils de l’homme ? Est-Elle mère de Dieu ?

Que nous dit Marie- madeleine ?

Le fils de l’homme est en nous, homme de chair qui a été créé pour mourir.

Que nous prédit notre Seigneur Jésus ?

Jean « 16:25 Je vous ai dit ces choses en paraboles. L'heure vient où je ne vous parlerai plus en paraboles, mais où je vous parlerai ouvertement du Père.

16:26 En ce jour, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous;

16:27 car le Père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu.

16:28 Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père. »

Celui qui est, origine consubstantielle de Son émanation par la Parole et de toutes celles issues de Lui, notre Seigneur et Maître, est l’Unique, le Seul qui de toute éternité donne la Vie selon sa Volonté à ses enfants, à ses témoins. Sa Gloire immense n’a d’égale que Sa Puissance, que sa Science et sa Présence qui illuminent et dominent sa Création.

Jésus, fils légitime a été engendré par l’Esprit ou la Parole. Il est fils de Dieu ou fils de la lumière.

Il faut naître d’en haut pour voir le royaume de Dieu, descendre par l’échelle de Jacob. Il faut naître des eaux de la parturiente et de l’Esprit, les 12 étoiles pour entrer au royaume de Celui qui est, monter par l’échelle de Jacob. Le voyageur doit entrer dans la dimension des hommes pour se faire reconnaitre par Celui qui est qui l’a éveillé en Esprit et vérité.

Par ailleurs

« 12:1 Un grand signe parut dans le ciel: une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête.

12:2 Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l'enfantement » Apocalypse

Une femme vêtue du soleil, la lune sous ses pieds et une couronne de 12 étoiles. Enceinte, elle criait dans le travail de l’enfantement et mit au monde un enfant mâle, le premier né, le guide, Celui qui nous donne une identité, Christ. Nous pourrions écrire « l’enfant divin » ou « l’enfant spirituel, l’enfant de lumière » en fait « le fils de Dieu ». « Je suis l’alpha et l’oméga. »

La Parole de Celui qui est,  est portée par la lumière que symbolisent les 12 étoiles. « Je suis l’alpha et l’oméga. »

La Lumière porte la Parole, la connaissance de Celui qui est, la connaissance de Son Amour pour donner l’Esprit, la conscience selon Sa volonté, Sa reconnaissance.

Du soleil à la lune, transmigrent ni nues ni vêtues en provenance de la porte qui ouvre sur une autre dimension, les Prémices des créatures de Dieu comme les appelle Jacques.

« 12 : 3 Alors un autre signe apparut dans le ciel :c’était un grand dragon rouge-feu. Il avait 7 têtes et 10 cornes et, sur ces têtes, 7 diadèmes. 12 :4 Le dragon se posta devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance. Elle mit au monde un fils, un enfant mâle : ».

Ne serait-ce pas tous ces prévaricateurs, ces hommes de chair issus de la terre ou du dragon, qui veulent planter leur propre arbre de vie ?

« 12:6 Et la femme s'enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu'elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours. »

L’enfant fut emmené auprès de Dieu et de son trône. La femme s’enfuit au désert ou Dieu la nourrit pendant 1260 jours ou 2016 la deuxième ½ semaine de Daniel.

La femme symbolise Dieu engendrant, le processus de création de ses enfants, son émanation en transmigration.  log10(4) = 2log10(2) = 0,6   et 20log10(2) = 6 jours Genèse

Les 6 jours de Genèse soit 6*1000 = 6*8 = 48 associés aux 12 étoiles nous donnent

48/4=12 ( Le fleuve avec ses 4 bras dispense la Lumière dans le monde selon les axes cardinaux.)

Un flux d’informations arrive et construit. L'information est immatérielle. L'information toutefois est indépendante du support : elle existe indépendamment de lui. La conscience spirituelle n’est – elle pas de cette dimension ? Elle est connaissance. Elle se construit.

« 12:13 Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l'enfant mâle.

 12:14 Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent. »    3,5 ans         

3,5 ans :

3,5*360*1000 = 3,5*360 000 = 3,5*360 000/54 = 3,5*576 = 2 016 la deuxième ½ semaine de Daniel.

Les nations sont le serpent. L’humanité l’est-elle devenue ?

Dieu protège ses enfants de la prévarication humaine de la deuxième ½ semaine. Personne n’utilisera en retour le moyen de communication de Dieu.

Jupiter, le dragon, Hérode, veut dévorer l’enfant à sa naissance

L’Egypte représente l’homme terrestre. Jésus ne serait pas encore dans le terrestre ? De qui, de quoi Dieu le protège-t-il ?

Ephésiens « 6:11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.6:12 Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

« 1:26 Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance »,

La femme symbolise Celui qui est engendrant, le processus de la création de Ses enfants, son émanation en transmigration par la lumière, par les 12 étoiles

Une onde lumineuse se définie par son vecteur d'onde, la direction de propagation de l’onde   (dans le cas présent l’onde alpha, 12Hz) et oméga (sa pulsation en radian par seconde). Une onde propage une perturbation, dont l'intensité peut s'exprimer comme une énergie, sans transporter de matière.

Jésus marche sur l’eau comme « l’Esprit de Dieu se mouvait à la surface de l’eau ».

Jésus est la lumière. Il est l’alpha et l’oméga. Il est l’onde alpha, onde cérébrale de 12Hz.

Les 12 apôtres sont la lumière qui porte la Parole de Dieu que représente Jésus, le Témoin Fidèle de la lumière, l’Envoyé Suprême de Celui qui est.

Les 12 apôtres ont pour mission de se répandre dans le monde pour lui faire connaître la bonne nouvelle. « Le fleuve se divise en quatre bras. »

Les pieds sur la lune. La lune se trouve dans le cheminement de la Lumière. La lune est une étape avant d’éclairer, d’illuminer la terre des hommes que représente le serpent, les nations.

Le soleil : symboliquement Celui qui est

La femme : porte la création de Celui qui est.

La lune : reflète la lumière du soleil qui éclaire la terre ou les hommes plongée dans les ténèbres.

Les 12 étoiles : la lumière porteuse de la Parole de Celui qui est.

Le premier né : l’homme céleste, le fils de Dieu qui vient au milieu des hommes, qui s’est incarné.

Pour ce qui concerne le dragon qui veut dévorer l’enfant, nous pouvons parler des nations, de l’humanité qui a perdu la foi.

L’histoire de l’Esprit qui n’est pas de notre dimension s’appuie sur des représentations humaines pour que nous puissions comprendre le message ou l’enseignement transmis.

Que dévoile le Livre de la Parole ?

Il nous révèle le processus de création de « l’homme à l’image de Dieu » réalisée par Celui qui est selon Sa Volonté jusqu’à ce qu’Il le réveille. Le Livre de la Parole nous parle uniquement de Sa création.

Isaïe

 «  43:5 Ne crains rien, car je suis avec toi; Je ramènerai de l'orient ta race, Et je te rassemblerai de l'occident.43:6 Je dirai au septentrion: Donne! Et au midi: Ne retiens point! Fais venir mes fils des pays lointains, Et mes filles de l'extrémité de la terre,

43:7 Tous ceux qui s'appellent de mon nom, Et que j'ai créés pour ma gloire, Que j'ai forméset que j'ai faits 43:10 Vous êtes mes témoins, dit l'Eternel, Vous, et mon serviteur que j'ai choisi, Afin que vous le sachiez, Que vous me croyiez et compreniez que c'est moi:

Avant moi il n'a point été formé de Dieu, Et après moi il n'y en aura point. »

Jésus, le serviteur choisi par Celui qui est ne s’est pas caché. Il n’a été en rien occulté. Nous ne pouvons plus le voir car personne ne peut l’accueillir contre Sa Volonté. Jésus, et lui seul reviendra dans sa Gloire. Quand et comment? Nul ne le sait à part Celui qui est.

Matthieu « 2:19 Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Egypte,

2:20 et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d'Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts.

2:21 Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans le pays d'Israël »

Le petit enfant est l’Enfant Divin, mon Seigneur et Maître Jésus Christ.

Que font-ils de la révélation de Celui qui est et du Messie, son Envoyé Suprême incarnéqu’Il leurs a donné et que les prêtres du temple n’ont pas reconnu et que les rabbins tournent en dérision ? L’impiété et l’iniquité règnent.

Nous savons tous ce que vaut l’humanisation des lois divines. Et les prophètes de Celui qui est, où sont- ils ? Ces prescriptions sont- elles là pour « bonifier l’humain » ou pour faciliter la réception de « ce qui vient d’en haut » ? Philosophie ou théologie ? 

La loi a été donnée. Les prêtres l’ont utilisée pour se construire un royaume terrestre en utilisant le Nom de l’Eternel. Blasphème et prévarication. L’Ordre du Temple a fait de même. Les Eglises ont fait de même. Les portes sont restées fermées.

L’Eternel a envoyé son Messager Suprême : Jésus « je suis l’alpha et l’oméga » 12Hz Apocalypse,  et annoncé en Genèse 48/4 = 12 la lumière du monde pour établir l’alliance par l’Amour entre l’Eternel et les hommes, annoncer la bonne nouvelle : « Le royaume de Dieu n’est pas de ce monde » et donner l’accès qui se trouve en chacun de nous au temple de Celui qui est. 

Les prêtres ne l’ont pas reconnu. Le temple de pierre a été détruit, les prêtres ne sont plus.

Le dieu des chrétiens n’est pas « un juif mort » comme le dit un scribe. Abomination de la désolation. Blasphème de blasphème, le seul qui soit contre l’Esprit, qui ne sera pas pardonné.

Il est l’Envoyé de leur dieu, tout simplement de Celui qui est, seul et unique maître de Sa Création.  

Ne soyons pas comme les scribes inféodés à la loi, en recherche de racines, les pieds trop dans la terre qui ridiculisent et tournent en dérision Notre Seigneur Jésus Christ, le Messie, le roi d’Israël, roi des juifs.

Il semblerait que tout ait changé pour ce qui concerne l’alliance :

7:9 Sache donc que c'est l'Eternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde son alliance et sa miséricorde jusqu'à la millième génération envers ceux qui l'aiment et qui observent ses commandements.

7:10 Mais il use directement de représailles envers ceux qui le haïssent, et il les fait périr; il ne diffère point envers celui qui le hait, il use directement de représailles. 

Il n’est plus question de religion ou toute autre structure intermédiaire. Il s’agit pour chacun d’entre nous d’aimer, de louer l’Eternel en « esprit et vérité ».

Alors pour ceux « qui aiment l’Eternel et qui observent ses commandements » pour ceux qui croient « 1:5 et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, » les élus, l’alliance sera et les enfants de Dieu iront à leur rencontre.

L’Eternel, quand il le décidera, prendra Ses Enfants car « Alors l'Eternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l'homme, car l'homme n'est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans »  

Les hommes veulent se reconnaitre par eux-mêmes. Un simulacre ne peut construire un autre simulacre sans s’effacer lui-même. L’homme terrestre, Caïn, est la mort. L’homme céleste, Seth, est la vie. Caïn portera Seth qui vient d’en haut. Seth montera par l’échelle dans le royaume de Dieu après que Celui qui est, l’ait libéré de la prison que représente Caïn. 

Sodome et Gomorrhe ont été détruites par ce que les hommes ont mis l’homme dans l’homme empêchant la venue de l’homme céleste en l’homme.

Apocalypse « 11:18 Les nations se sont irritées; et ta colère est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre.

11:19 Et le temple de Dieu dans le ciel fut ouvert, et l'arche de son alliance apparut dans son temple. Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, un tremblement de terre, et une forte grêle. »

Sur qui s’appuie Celui qui est pour Sa Création ?

Le peuple Hébreu et Son Envoyé Suprême Jésus-Christ.

 « Non nobis, Domine ! non Nobis tuo da gloriam »

(Non pas à nous, Seigneur !Non, pas à nous, mais à ton Nom donne la Gloire.)

Maranatha

Résurrection - Jésus ressuscite le 3ème jour.

Notre Seigneur Jésus Christ retourne auprès de Son Père porté par la lumière.

Le Racheté de la terre retourne auprès de Son Père comme image portée par sa fréquence.

Jésus est la lumière. (12Hz). La lumière porte son image.

Il est venu dans le monde porteur de son Nom divin, de son identité divine, de son Être divin.

Il vient directement du Royaume de Dieu qui ne connait pas la mort.

Il n’a nul besoin d’être créé à l’image, à la ressemblance, à l’image de Dieu puisqu’il est déjà engendré par Celui qui est.

Jésus est lumière. Son image est portée par la lumière.

Notre Seigneur et Maître Jésus Christ ne s’associe, ne s’unit en rien à l’unité biologique terrestre qui ne fait que porter sa divinité. Il en est de même pour toutes les émanations célestes transférées, endormies dans les formes de l’ego de l’unité biologique et éveillées par Celui qui est.

Pour intégrer le Royaume de Dieu qui n’est pas de ce monde Marie, en esprit, ne peut que transiter par l’Arche de l’Alliance avec Dieu selon La Volonté de l’Ange de l’Eternel, moyen de communication.

L'Ecclésiaste     (3- 19,22)

« Le sort des Hommes et le sort de la bête sont identiques : comme meurt l’un ainsi meurt l’autre …La supériorité de l’Homme sur la bête est nulle car tout est vanité.  Tout s’en va vers un même lieu : tout vient de la poussière, tout s’en retourne à la poussière. » 

Genèse

« 8:22 Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l'été et l'hiver, le jour et la nuit ne cesseront point ».

« « 9:11 J'établis mon alliance avec vous: aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre. »

Que se passera-t-il quand l’homme détruira lui-même la terre ? Le jour et la nuit cesseront-ils ? Parlons-nous du temps de la fin ? De celui peut-être où Dieu quittera les hommes ?

Transcendance

Consubstantialité »S.I

Nous parlons d’une même substance, « d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être »S.I. L’émanation est de même substance.

« Transmigration  (possibilité rejet) » S.I

Déplacement d’un Être en conscience. Possibilité blocage si émission trop rapide.

« Zone tampon d’évolution du peuple transparent. Certains nous nomment de cette façon. » S.I

Il s’agit d’une interface entre une dimension protégée et d’une autre à usage non contrôlé, d’une zone mémoire de stockage temporaire située entre l’émetteur et le récepteur dans l’attente d’un transfert que ce soit en direction du récepteur ou en retour en direction de l’émetteur. Cette zone concerne les départs, les arrivées et les attentes, les entrées ou les sorties. De cette zone, les Êtres en conscience se voient présenter une unité biologique qu’ils peuvent scanner avant de l’investir et de tomber « dans un profond sommeil » dans les formes de l’ego. Le miroir s’est troublé.

" Zone réalité ou décor » S.I

Nous parlons de notre monde, du système solaire, du corps humain, d’un cerveau. Les Êtres sont dans une totale inconscience. Ce décor ou réalité est-il un simulacre ? Repose –t-il sur du vert ? Dans ce cas :

Marc

« 11:22 Jésus prit la parole, et leur dit: Ayez foi en Dieu.

11:23 Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir »

« Possibilité rejet quand élément récepteur défectueux empêche synchronisation (symptôme de dématérialisation où le décor s’efface pour laisser apparaître le support) » S.I

La simultanéité disparait. L’Etre conscient est présent, perçoit le changement mais n’établit aucune corrélation entre ce qu’il est vraiment, ce qu’il a oublié et le processus engagé.

« Le récepteur peut être trop ou pas assez sensible. Cependant il est préférable qu’il soit trop sensible, gage malgré tout d’un transfert presque assuré. » S.I

On nous parle d’un transfert. Qui est l’émetteur ? Qui est le récepteur ? Un cerveau ?

« Prise de possession du récepteur si implants globaux réalisés auparavant par nos Supérieurs ont tenu, prise de conscience, le vecteur est prêt pour le voyage des trois strates. » S.I

Des implants amplificateurs sont installés avant le transfert sur un récepteur, facilitant ainsi le processus de réception.

L’Etre en conscience est alors éveillé selon la volonté de Celui qui est.

Nous notons l’intervention de Supérieurs, ce qui confirme l’intentionnalité et l’existence d’une dimension organisée qui a une totale main mise sur celle que nous croyons être la nôtre.

Nous comprenons que le voyage de l’Etre conscient dans cette réalité ou décor est nécessaire pour son élévation. Il doit apprendre. Il est éveillé après connexion. L’obtention de la conscience provient d’une reconnaissance objective, d’une observation dans ce monde par Celui qui est, suivie d’une élévation en retour. La conscience dépend de la connaissance acquise par la Parole donnée qui donne l’intelligence origine de l’entendement pour être en esprit et vérité.

L’intelligence et la parole (informations immatérielles) donnent l’image selon la volonté de Celui qui est. L’entendement, la prise de conscience surviennent. L’image, identité véritable, de l’Etre fixé dans un état pur décohérent,  informations portées par un vecteur, peut entamer son voyage de retour dans le respect logique de périodes. Le macrocosme n’y est pour rien. Il n’est qu’un support à la réalisation de l’Etre éternel qui se trouve dans le microcosme.

« Obligation pour le voyage des autres égarés de maintenir en état la conscience spirituelle en la faisant évoluer parallèlement à leurs connaissances. » S.I

Tous les Êtres n’atteignent pas le même niveau de connaissances, ce qui implique conscience donnée différente. Nous pouvons l’exprimer sous la forme de connaissance- conscience.

« Respecter la logique des fréquences. » S.I

Les portes doivent être logiquement compatibles. C’est vrai si l’émetteur et le récepteur sont actifs.

« En vérité et sans conteste, Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut,
Et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, Pour accomplir les miracles d'une seule et même chose » Table émeraude
 
« Quand le rôdeur te laisse en paix, tu n’es pas prêt. Le récepteur a trop d’interférences de rétention. » S.I

Tout est en déphasage, tout s’annule, tout se détruit, tout s’oppose, tout est nul. L’adversaire ne te tourmente pas. Tu n’es plus sur le chemin. Tu es sur le chemin il te tourmente.

« La venue d’un Supérieur est impérative » S.I

Chaque voyageur est sous la surveillance d’un Supérieur qui le dirige, l’aide ou le corrige s’il se détourne trop du chemin. Un Guide Secret sera toujours auprès du voyageur.

Si ce monde est empli de « méchants » du fait même du monde, changer de monde ne serait-il pas une nécessité absolue ? Pourquoi ? L’harmonie ne serait plus. L’élévation serait rendue impossible. Que deviendrait ce monde abandonné ? Disparaitrait-il de lui-même ? Aurait-il encore de l’intelligence ?

« L’humanité est adultère. Elle a oublié Celui qui Est, le trompe avec elle-même, met en danger la construction du Temple.

Tant pis pour elle, à cause d’elle, les rapports changeront. Elle se condamne à mort. Une autre construction naitra. Elle est entrain de naitre.

Tous les moqueurs, tous les contempteurs seront punis.

Ses derniers amis seront sauvés. » S.I

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être. » S.I

« Seule l’observation de ce monde est à même de le rendre tangible et objectif. C’est divin. »S.I

Nous parlons « d’une zone d’un récepteur suffisamment sensible qui permettra un transfert synchronisé. Avec qui ? Pour qui ? Et bien avec un émetteur mais dans le respect de la logique des fréquences. Quand la conscience du voyageur implantée est éveillée, il est marqué au front du sceau du lion de Juda. Le voyage en retour du vecteur s’effectue alors sous le contrôle permanent de notre Supérieur. Victimes d’interférences de rétention nous devenons des voyageurs égarés avec l’obligation de maintenir en état notre conscience spirituelle qui devra obligatoirement évoluer parallèlement à nos connaissances » S.I.

Capture38324

Marc

« 16:15 Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.

16:16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. »

1 Corinthien

« 16:22 Si quelqu'un n'aime pas le Seigneur, qu'il soit anathème! Maranatha. »

Apocalypse

« 11:18 Les nations se sont irritées; et ta colère est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre. »

Jean « 16:25 Je vous ai dit ces choses en paraboles. L'heure vient où je ne vous parlerai plus en paraboles, mais où je vous parlerai ouvertement du Père.

16:26 En ce jour, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous;

16:27 car le Père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu.

16:28 Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père. »

 

Genèse « 18:1 L'Eternel lui apparut parmi les chênes de Mamré, comme il était assis à l'entrée de sa tente, pendant la chaleur du jour.

18:2 Il leva les yeux, et regarda: et voici, trois hommes étaient debout près de lui. Quand il les vit, il courut au-devant d'eux, depuis l'entrée de sa tente, et se prosterna en terre.

18:3 Et il dit: Seigneur, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe point, je te prie, loin de ton serviteur.

N’est-ce pas la référence première à la trinité ? Dieu unique en trois personnes.

 

Gloire à Son Nom !