0502090045-51

Les deux Saint Jean Noël – la lumière – les deux St Jean

Noël qui signifie nouveau comme nouveau soleil pour certains est une fête d'origine romaine célébrée chaque année, majoritairement dans la nuit du 24 au 25 décembre ainsi que le 25 toute la journée. En tant que fête chrétienne, elle commémore la naissance de Jésus de Nazareth, la lumière du monde, l’alfa et l’oméga.

« Si l'on veut bien considérer que la miséricorde est descendante de Dieu vers l'Homme, alors que la louange est ascendante de l'Homme vers Dieu, nous pouvons considérer que le Baptiste qui est fêté au solstice d'été, alors que le soleil, à son apogée se prépare à redescendre, symbolise la miséricorde et nous pouvons également considérer que l'Evangéliste que l'on fête au solstice d'hiver  quand le soleil est au plus bas et s'apprête à remonter, symbolise la louange de l'homme qui remonte vers Dieu. » interprétation trouvée

Il est intéressant de noter que Jean le Baptiste ou le baptiseur accueille « le témoin fidèle de la lumière incarné » pour la première fois dans l’histoire humaine et que Jean l’Evangéliste dit « Jean le divin » a également pour mission de l’accueillir pour la deuxième fois mais à la fin de toute chose. Comment se peut- il puisque « Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait point » ?

Jean-Baptiste, dit le Précurseur, celui qui est fêté au Solstice d'Eté, celui qui baptise par l’eau, évoque le bleu, couleur des Loges Symboliques. Jean le Baptiste est le fils de Zacharie. Celui-là même qui avait perdu la parole à cause de son incrédulité, la retrouve par son obéissance à la naissance de son fils. Jean le Baptiste, témoin de la Lumière, permet donc à son père de retrouver la parole perdue.

Jean l'évangéliste, le fils de Zébédé, l'apôtre préféré de Christ apparaît dans les évangiles comme le modèle-type des initiés. N'a-t-il pas été désigné par son maître comme " le fils du tonnerre " ? Il est donc initié par le feu ou « des langues, semblables à des langues de feu » et dépositaire des secrets cachés de la Sagesse. Langues de feu ou l’esprit de Dieu ou la Parole de Dieu.

Mathieu 3 :11-12 « Moi je vous baptise d’eau pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint Esprit et de feu. »

Il est aussi consacré, suite aux dernières paroles au Golgotha, comme " fils de la Vierge ", nait spirituellement de la vierge.

Que pouvons- nous comprendre ? La mort terrestre n’est pas un obstacle. Elle ne représente rien puisque le corps en lui- même n’est rien. Jean, naitra à nouveau par le feu. Il sera le « fils de la vierge ». Il naitra à nouveau des eaux et de l’esprit. Jean nous pouvons peut-être l’écrire est la Sagesse Divine intemporelle.

Rappelons-nous que les Loges de St. Jean se réunissent “à la douzième heure “.

Alors Jean le Baptiste et Jean l’Evangéliste ?

Ils sont les témoins du Témoin Fidèle de la lumière qu’est Jésus Christ, l’Envoyé choisi par Celui qui est.

Jean-Baptiste a prêché le repentir. Il invite l’homme de foi à se préparer à la venue de la Lumière porteuse de la Parole, à se mettre en état de la recevoir. Il enseigne l’humilité, le renoncement à soi sans lesquels il n’y a ni initiation ni progrès spirituel : « Moi, je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sa sandale » (Jean 1.27) ; « Il faut qu’il croisse et que je diminue » (Jean 3.30).

Jean-Baptiste enseigne comment se préparer à recevoir la Lumière. Il baptise avec l’eau du Jourdain. Il nous fait traverser le Jourdain. Il nous oriente vers la terre promise.

Jean l’Evangéliste, l’initié, a reçu la lumière porteuse de la Parole et a atteint la connaissance. Il nous baptisera par le feu du Soleil, l’Esprit, à la lune.

Jean, à qui l’intelligence fut donnée reçoit la Sagesse divine qui lui permet par l’entendement de prophétiser. Ce Livre désagréable à ses entrailles, à la chair est pour son Esprit. Jean est un prophète, un Elu. Il est conscient de sa nature divine qui a pris la place de son ego psychologique mortel humain qui ne peut le supporter.

Le Gamma grec (ou la lettre G) est la lettre symbolique que l'on attribue à Saint Jean et qui représente en majuscule, graphiquement, une équerre.

« Le Verbe était la vraie Lumière qui illumine tout homme en venant au monde » ;(Jean)

« Le Verbe vient chez lui, Mais les siens ne le remarquent pas. Mais à tous ceux qui le discernent, A ceux qui croient en son Nom, Il donne d’être des Enfants de Dieu. Les Enfants de Dieu ne sont engendrés ni du sang, ni de la chair, Ni encore moins de la volonté des hommes. Les Enfants de Dieu sont issus de Dieu. » (Jean)

 « Qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif, mais l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source jaillissante pour la vie éternelle » (Jean). 

L’enseignement que porte Jean l’Evangéliste achève le judaïsme dans la compréhension de Celui qui est, de Son Amour, la seule connaissance qui nous est accordée et dans la compréhension de Sa création et de celle de la place de l’homme dévoilée.

L’Assemblée de Jean est celle dans laquelle se réalisera la révélation. Convaincre ou persuader, croire ou ne pas croire, est-ce encore important ? N’est-ce pas trop tard puisque la foi a quitté le cœur des hommes ? La révélation est- elle semblable à la dernière cigarette du condamné ? Au dernier petit remontant ? Vous allez connaître ce que vous n’avez jamais voulu croire.

Il n’existe aucun dieu bon ou dieu mauvais. Il n’existe que Celui qui est, créateur des Êtres selon Sa Volonté. Il est présent de toute éternité. Avant Lui, c’est Lui ; après Lui, c’est Lui.

« Il n‘y en aura pas d’autre. »

Sa création est bonne. L’Amour est son moteur. Les méchants et les violents s’excluent d’eux- mêmes. La vie est conscience. L’évolution de la vie est l’évolution de la conscience.

« Ce qui est folie pour les hommes est sagesse pour Dieu. »

Tous ceux qui veulent la vie éternelle ne font que chercher la présence de Celui qui est. Ils désirent se mettre dans Son Amour, Son attraction, Son regard. Seul, Celui qui est, selon Sa volonté fait souffler le vent, où Il veut, quand Il veut, sur qui Il veut. Il donne l’Etre, selon Sa Volonté, à ceux qui n’étaient qu’Etre- non Être à la fois, qui n’étaient qu’une tendance à exister.

Une partie de la maçonnerie spiritualiste ne se réfère-t-elle pas d’ailleurs à l’enseignement de saint Jean le baptiste qui accueille dans le monde « le témoin fidèle de la lumière », enseignement qui soyons juste est celui de Jésus, mais en le détournant. Il s’agit pour certains maçons d’une recherche spirituelle qui doit rendre possible le passage à un état supérieur et de là, à un au-delà qui nous échappe mais toujours en s’appuyant sur l’homme. Une élévation spirituelle ou soi-disant une élévation de l’être est recherchée après avoir réalisé une élévation intellectuelle et morale. Il ne faut pas avoir peur de la mort car elle ouvre sur un changement d’état et de rajouter, serein ou pas serein cela arrivera car tout passe, rien ne s’arrête. Nous devons aimer tous nos semblables car nous sommes tous issus d’une même et seule création, notre origine est commune. Elle fait référence à un principe universel qui n’a rien à voir avec une quelconque volonté créatrice. La lumière vient en tous les hommes et c’est en l’utilisant que l’homme peut se fabriquer une réplique spirituelle de sa personne pour aller ailleurs ou rester présent dans son monde sous une autre forme, dans un autre support. Connais- toi, toi- même en descendant au plus profond de toi- même et tu pourras t’élever par toi- même. N’est-ce pas : « la doctrine des « Nicolaïtes » avec « leurs prétendues profondeurs » qui n’est que celle de Satan comme il est dit dans Apocalypse ?

Comme le dit Jean dans son Livre secret : « C’est l’arbre de leur vie qu’ils ont placé au milieu du paradis. Mais moi, je vous enseignerai quel est le mystère de leur vie, c’est-à-dire le projet qu’ils ont fait ensemble de (fabriquer) la ressemblance de leur esprit. »

Les prévaricateurs, ceux qui se prennent pour Celui qui est, qui veulent l’expulser de Sa Création seront exterminés.

Savent-ils vraiment de quoi ils parlent en employant le terme lumière ? Pourtant le rituel l’indique bien. Il existe la lumière sublime qui se trouve près de la Bible sur le plateau du Vénérable Maître et celle des hommes qui jaillit devant leurs yeux. Ils en parlent mais ils n’en croient rien. La plupart, tout en prenant la Bible comme référence, refuse de voir l’origine juive et chrétienne de leur rituel, de l’origine de la lumière, de leur tapis de loge et la rejette. Pourtant, la Bible, seule, donne un sens au rituel et aux hiéroglyphes supportés par le tapis de loge qui est à l’effigie, à l’image du temple de Salomon. Ils oublient que la loge se compose du tapis de loge et de la Bible. Une complémentarité existe. Le tapis de loge, le rituel, le catéchisme illustrent l’enseignement dissimulé et non caché dans les Ecritures.    

Marc « 4 :22 Car il n'est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être mis au jour.

4 :23 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende. »

Ils le proclament tous. Nous sommes chrétiens et nous voulons par l’ésotérisme chrétien accéder à la connaissance.   Et dans cette dimension, nous parlons de lumières. Oui, je sais. On va me dire qu’avant le christianisme, les écoles de mystères existaient, que l’Egypte possédait de la connaissance. On va me parler de Zoroastre, Pythagore, Mitra, de l’Asie, de l’Afrique, de l’Amérique…etc.…etc.   De quoi parlons-nous ? Nous parlons du circuit de transmission du message originel, de la tradition première. Peut - être que tout simplement ce mouvement est nécessaire pour en renouveler le sens. Symboliquement la sortie d’Egypte des hébreux illustre bien ce mouvement, ce changement nécessaire de sens du message, l’Egypte des pharaons n’étant qu’une étape symbolique dans la compréhension dernière. Le sens d’un message doit être adapté à son époque bien qu’il soit unique.

« La Tour de Babel représente l’humanité qui veut construire son propre Être en utilisant l’intelligence et la parole acquises et de ce fait veut se donner une image impure que l’Eternel n’accepte pas puisque c’est Lui et personne d’autre qui donne une identité. Jésus l’a également dit. Il disperse Sa Parole. La rend inaccessible aux prévaricateurs.

Cependant l’Eternel la fera porter par Héber qui signifie «  au-delà du fleuve » « Au-delà de… ». Héber descend de Sem fils de Noë.

Héber représente les hébreux qui signifie aussi fendre, division, canaliser. Héber a toujours refusé de participer à la construction de la Tour de Babel et Phaleg n’a jamais été l’architecte de cette tour. « S.I

Jean « 21 :20 Pierre, s'étant retourné, vit venir après eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s'était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit : Seigneur, qui est celui qui te livre ?

21 :21 En le voyant, Pierre dit à Jésus : Et celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?

21 :22 Jésus lui dit : Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. 

21 :23 Là-dessus, le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n'avait pas dit à Pierre qu'il ne mourrait point ; mais : Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t’importe ?

21 :24 C'est ce disciple qui rend témoignage de ces choses, et qui les a écrites. Et nous savons que son témoignage est vrai ».

Parlons-nous toujours des loges du Baptiste ou ne serait-ce pas plutôt celles de l’Evangéliste ?

Ne considérer que le Baptiste, consiste à « prendre » le concept de lumière qui vient dans le monde, le détourner de sa signification première et l’utiliser comme un outil mis à la disposition des hommes est en ce sens un blasphème contre l’Esprit.

Le Baptiseur ou Elie, vient de la Lumière, d’une dimension autre, d’un au-delà, avec la puissance de l’Eveillé.  Seule la Lumière peut témoigner de la Lumière, donc être Lumière.

Par l’eau vive, dont la source comme le dit l’Evangéliste dans l’Apocalypse, se trouve sous le siège du Christ, le Baptiseur présente des corps, dédie des corps à l’habitation, processus réel. En présentant le corps de Jésus, le Baptiseur annonçait la venue du Vivant qui se faisait homme pour nous enseigner. Cependant le Christ est antérieur à Jean puisqu’il est l’émanation consubstantielle de Celui qui Est ou fils du Père. Ils sont inséparables.

Les chrétiens ne font pas autre chose par le baptême. Ils disent viens Seigneur, je t’appartiens.

L’Evangéliste témoigne, lui également, de la Lumière. Seule la Lumière peut témoigner de la Lumière, donc être Lumière. Ce qu’il y a de merveilleux c’est que ceux qui comprennent la Lumière peuvent aussi le devenir, être habités par Elle. L’Evangéliste nous explique que Le Vivant est venu pour nous le dire, nous enseigner, nous guider, nous aider.

Comme l ‘énonce Le Vivant : « je dois partir pour qu’il puisse venir » (le Paraclet) Pour moi il s’agit du baptême de feu, d’une connexion réelle, puissante, impressionnante. Elle peut être perçue ou pas, mais elle est présente, tangible, pour celui qui est devenu un enfant de Dieu.

Le cerveau humain est le lieu où s’opère la transformation (neuro - plasticité) où s’opère la connexion. Il est le Graal, la coupe, l’athanor. Couper la tête symbolise le départ définitif de l’Etre, le retour dans sa dimension, la réintégration. Il semble s’appliquer à tous. Il est passage. Le cerveau est un vecteur de transmission une fois en phase, caler sur le bon signal (Jérusalem Céleste) Peut-être pourrions-nous l’appeler vecteur Dieu. En ce sens l’Apocalypse de Jean est bien le livre de la révélation ultime. L’implication de cette révélation peut donner le tournis. (Humour)

Celui qui Est, notre Seigneur et Maître est omniprésent, omnipotent, omniscient. Rien ne peut se faire, s’écrire, se dire, se penser sans qu’il ne le veuille, qu’il ne le sache. Sa puissance n’a pas de limite. Elle dépasse l’entendement humain. Il n’arrive que ce qu’il doit arriver selon sa volonté. Aussi devons-nous pardonner à nos ennemis « par ce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. »

L’amour de Dieu et de son prochain, l’homme - créature n’y arrive pas. Pourtant cela lui a été commandé. Serait-il uniquement là, l’endroit de liberté et de libre – arbitre ? Choisir ou non d’aimer. Celui qui Est, n’intervient – il pas uniquement par ce que l’amour ne se commande pas, ne s’impose pas. Celui qui en est capable s’ouvre et devient un réceptacle. L’autre devient de la paille à brûler. L’amour est vie. Celui qui Est n’est absolument pas dépassé par sa création comme je l’ai entendu dire quelque fois chez les rosicruciens, théosophes qui ont la prétention d’utiliser la sagesse divine pour construire leur propre dieu.

La coupe ou cerveau humain doit être un réceptacle propice à l’élévation, quelles que soient les épreuves qu’il sous-tend, mais comme le disent les francs – maçons, il n’a pas frappé à la porte par hasard. Le devenir spirituel d’un Être ne concerne que Celui qui Est, indépendamment de la perception que nous avons de la durée d’une vie humaine, qu’elle soit courte ou longue.

Pouvons écrire que le peuple élu est celui constitué par les Êtres et la terre promise par celui du Royaume de Dieu ?

La franc-maçonnerie spirituelle chrétienne semble être l’endroit privilégié propice au travail immense qui attend le cherchant sincère en quête de Lumière.

Mais comme le dit Jésus dans Mathieu – Le commencement des douleurs –

« ….Alors on vous livrera à la détresse, on vous tuera, vous serez haïs de tous les païens à cause de mon nom et alors, un grand nombre succomberons….Des faux prophètes surgiront en foule et égareront beaucoup d’hommes…. »

L’alchimie spirituelle, je préfère l’ésotérisme chrétien car plus simple dans sa compréhension (Purification progressive de l’Etre, rencontre avec l’Esprit Paraclet, éveil à la Plénitude de la Connaissance, atteinte de la Perfection, Réintégration) fait que l’Etre se développe progressivement dans le réceptacle par transmutation en prenant conscience de son origine, de sa nature, alors :

Evangile de Thomas :

Jésus disait : « ….. Quand vous connaîtrez vous-mêmes, alors vous serez connus et vous connaîtrez que vous êtes les fils du Père, le vivant ; mais si vous ne vous connaissez pas vous - même, vous êtes dans le vain, et vous êtes vanité. » 

On est vide de Dieu.

D’où son autre enseignement : « …Que savez-vous du commencement pour que vous cherchiez ainsi la fin ? Là où est le commencement, là aussi sera la fin. Heureux celui qui se tiendra dans le commencement ; il connaîtra la fin et il ne goûtera pas la mort. »

Seul l’Homme intérieur voyage. Il doit en finalité s’unir avec le Tout en étant les deux à la fois. 

L’homme – créature est un élément capital dans le processus, son bien être fondamental. Ce que je trouve incompréhensible, voir répugnant c’est que le bien être soit lié à la possession ou non de morceaux de papier ou de métal ou de cristaux soi-disant précieux, en fait l’économie de la cupidité, de la domination et du soumis, alors qu’une économie naturelle, celle de la vie, aurait suffi à son bonheur.  

Pour ce qui est de la compréhension du monde, effectivement nous pouvons nous questionner quand par les nombres, en ayant appris à compter différemment nous trouvons les valeurs suivantes :

Arche de Noé           = 9/32

Temple de Salomon = 9/16

Arche d’Alliance      = 9/8

144 000 Elus            = 9/4

Jérusalem Céleste    = 3*9 = 27

Ce développement arithmétique se déroulant sur 8 siècles d’écriture environ, effectivement on peut se poser des questions.

 

Gloire à Son Nom!