Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Des nombres
3 mai 2020

Sciences Divines

0502090045-51

De Source Inconnue

Sciences divines

Qu’est ce que la Vie ?

Origine des êtres et de toutes choses où es-Tu ?

Celui qui est, lucide dans Sa puissance créatrice selon Sa Volonté est origine consubstantielle de Son émanation par la Parole ainsi que de toutes celles issues de Lui, Ses Enfants « qu’Il veut créer à son image, l’homme et la femme. ». Sa Gloire immense n’a d’égale que Sa Puissance, que sa Science et sa Présence qui illuminent et dominent sa Création.

Celui qui Est, notre Seigneur et Maître peut lui seul s’Il le désire donner l’Etre, l’Etat qu’Il souhaite. Il est l’Observateur conscient de ce qu’Il veut.

Le croyez- vous ? Je ne le pense pas.

La Vie est- elle uniquement liée  à la condition humaine, au comportement individuel et collectif dans un environnement immédiat visible déterminant ? C’est bien là le domaine de la rationalité ? 

La Vie, est ce tout simplement l’homme ? La Vie n’est-elle que biologie ?

Cette conception de la Vie me semble bien réductrice.

L’homme n’est- il pas qu’une unité biologique, autonome, émotionnelle, sans existence propre ? Un algorithme à résoudre des problèmes ?

N’est ce pas l’individu avec ses valeurs sans lendemain tournées vers lui qui se sépare de la Vie. Il s’isole, s’idole, s’immole. Il se condamne à mort.

Il acceptait sa mortalité comme une fin en soi. C’est maintenant terminé, son orgueil aidant, il se prend pour ce qu’il n’est pas. Il veut aller dans un lieu qui n’existe pas.

Que faire de la mort ?

Une vie qui connait la mort n’est pas la vie. Alors il cherche l’immortalité. Il veut augmenter l’homme. Cependant sa recherche est vaine dans un monde mortel.

L’homme est- il vraiment une réalité ? Dans son orgueil sans commune mesure il le pense. N’est- il pas qu’un simple décor ? Qu’un support ?

Que disait Einstein de l’activité humaine ? Une simple agitation.

Que fait l’homme maintenant ?

Il compte, compte et compte encore. Cette agitation le rend hideux. 

L’autre question à se poser : Qu’elle est la position exacte de l’humain dans la Création ? Oui, oui, Création.

Rien et personne n’empêchera à ce qui est, d’être.

Celui qui ne veut rien voir, ne verra pas. Celui qui ne veut rien entendre, n’entendra pas. L’inintelligence règne en maître.

La foi a quitté le cœur des hommes. Il se croit l’aboutissement de la création. Il se croit le seul qui vaille d’être.

Jésus n’est pas un nombre imaginaire pur. Il n’évolue pas dans l’iR(e).

Jésus est La Lumière qui donne la Vie. Il nous donne La Lumière.

Il suffit juste de comprendre ce qu’Il nous dit, sans apriori, sans préjugé puisque nous sommes à l’époque qui nous permet de le comprendre. Un concept scientifique primordial est dévoilé.

Jésus est l’alpha et l’oméga. Il est le commencement et la fin. Il est en Genèse et en Apocalypse. Jésus est l’onde alpha avec oméga comme vitesse angulaire.

Apocalypse :

“1:8 Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant. »

« 21:6 Et il me dit: C'est fait! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement. »

Pourquoi refusons- nous de comprendre et d’accepter qu’une Raison Supérieure à la raison humaine existe ? Qu’elle est portée par des Etres d’une telle puissance qu’elle dépasse notre entendement ? Qu’elle représente la Vie ? Que nous sommes en permanence dans la méchanceté et la violence, incapables d’amour ? Pourquoi refusons- nous l’aide qu’Ils nous apportent depuis des millénaires ? Pourquoi refusons-nous notre transformation, notre adaptation ? Pourquoi choisissons-nous la mort ?

Peut-être que « la Sagesse de Dieu est folie pour les hommes. »

Arrêtons d’humaniser systématiquement l’enseignement donné, de mettre l’homme en l’homme au lieu d’accepter que soit mis l’esprit en l’homme. Il s’agit bien de la différence entre la ceinture tressée avec des feuilles de figuier, figuier qui ne donnera aucun fruit et les « habits de peau » dont nous revêt l’Eternel à l’origine des fruits que nous deviendrons.

Nous ne pouvons pas « servir deux maîtres en même temps ».

Comment se porte notre foi ?

Seule notre croyance, notre foi, notre confiance sont capables de modifier notre façon de penser, notre structure mentale. Vouloir raisonner sa foi est totalement inadapté au but recherché. Nous resterons dans la confusion, à cheval sur deux systèmes. Le Mystère est tellement grand, qu’aucun scientifique n’est à même de l’envisager sous peine de passer pour un malade mental. Pauvre de lui, pauvre de nous, quelle médiocrité, quelle dérision ! Ses équations resteront toujours imparfaites, trop cohérentes.

Jean nous indique que « l’appel du royaume » se concrétise par la descente de l’Esprit en chacun d’entre  nous, dans le secret de notre intimité, dans la paix, dans le silence. Jésus l’enseigne.

L’Esprit nous guidera sur le chemin de la vérité. Nous avancerons sous son regard, sous son autorité. Nous devrons nous transformer, être transformé.

Jésus nous dit que « l’appel du royaume » est indépendant de notre volonté. Il se fait quand notre Seigneur le juge. Il est individuel.

Parlons-nous d’élus ? En quelque sorte nous le devenons lorsque nous rejetons la ceinture tressée avec des feuilles de figuier.

Place nette, nous devons faire place nette pour que l’Eternel nous «  revête d’habits de peau. »

Notre engagement est celui de jurer fidélité et  loyauté entières et inconditionnelles comme serviteur qui s’attachera au plus profond de lui-même à notre Seigneur et Maître. Pour se faire, détachons – nous des biens matériels, des liens familiaux en tant que liens d’appropriations pour établir des liens d’économie naturelle et des liens d’amitié, d’amour véritable avec notre Seigneur et Maître, en Esprit et vérité, et tous nos prochains dans leur diversité, qu’ils soient éloignés ou très très proches de nous.

Personne ne mérite d’avoir plus qu’un autre. Personne ne mérite d’avoir moins qu’un autre.

Haine, violence, exterminons les. L’Amour est vie. Ne choisissons pas la mort. L’Eternel nous propose la Vie.

Qu’est ce qui changera en nous ?

Lévitique

« 26:11 J'établirai ma demeure au milieu de vous, et mon âme ne vous aura point en horreur ».

Dans le plus grand des respects je m’hasarderai à une interprétation. L’Eternel ne nous fait-il pas comprendre que Son Ame est totalement différente de la notre : humain, puisqu’Il  pourrait « nous avoir en horreur ». Cependant dans Sa grande miséricorde, Il nous donne la possibilité de l’acquérir puisqu’Il va créer l’homme, son âme, à Son (l’Eternel) Image, celle de Son Ame.

Comment va-t-elle être crée ? Par l’action de Son Esprit.

L’Eternel a fait l’homme à l’image qui doit être la sienne,  ce à quoi il doit ressembler pour que son Esprit puisse venir en l’homme et non pour que l’homme s’en fabrique un à l’image de l’Esprit de Dieu. Dans ce cas, il s’agit de l’homme porteur de la ceinture en feuilles de figuier.

L’âme n’est pas immortelle. Elle dure le temps d’une mortalité. Elle est liée à l’homme. Les jours de l’homme ou de l’humanité ne sont que de 120 ans (symbolique).

L’âme ne quitte en aucune façon le corps. Cette entité n’a aucune existence. Elle n’est pas une réplique spirituelle de la personne humaine, autrement prévarication. Les chérubins sont là. Elle n’est que l’intériorité d’une pensée émotionnelle et morale. Ce n’est qu’une approche humaine, de son ego qui veut contourner l’échéance inévitable du retour à la poussière. Cette approche est aussi vieille que la première prise de conscience par l’homme de sa mort.

La Lumière donne l’Esprit.

La lumière ne vient pas des hommes. Elle est reçue par ceux ou par celles qui croient en Elle.

Nous comprenons bien son cheminement. Elle vient d’ailleurs en nous pour partir ailleurs.

Noé, entre dans son Arche quand les jours de l’homme auront permis à l’Esprit de Dieu d’intégrer Jérusalem céleste. Le déluge commence. L’Arche de Noé et Jérusalem céleste sont concomitants. L’Arche de Noé apparait du fait de Jérusalem céleste. A qui Noé porte-t-il assistance?

Pouvons-nous écrire que la Lumière correspond à un ensemble d’informations transférées dans notre cerveau qui les traite pour modifier sa structure mentale dans le but de nous faire participer à la naissance d’une identité nouvelle que nous épouserons, compatible avec cet ailleurs qui a vaincu la mort et que nous rejoindrons par un transfert en retour. Cette métamorphose n’est pas automatique. Notre Seigneur et Maître et ses Supérieurs nous autorisent à participer ou pas à cette métamorphose en fonction de ce que nous sommes, nous mêmes. La clef est l’Amour. Jésus nous l’a dit.

Nous comprenons maintenant très bien que cette nouvelle identité n’est pas une réplique spirituelle de la personne humaine qui vit en permanence dans la violence et la méchanceté. Dans ce cas précis il ne s’agit que de prévarication. Cette réplique ne peut – être qu’éradiquée, exterminée.

Nous comprenons que l’Arche de l’Alliance est plus qu’un « contrat » passé entre l’Eternel et les hommes affairistes profiteurs qui le pensent, mais plutôt comme un engagement réciproque entre l’Eternel et Son Peuple. Par ailleurs nous constatons que l’Arche de l’Alliance est un pont entre l’Eternel et Son Peuple, en fait un moyen de communication. L’Eternel vient au devant de Son Peuple qu’Il ne juge pas encore apte à le rejoindre. Où le rejoint-il ? Dans l’illusion ? En toute humilité je ne le pense pas.

Dans Hébreux on nous parle de l’Arche de l’Alliance avec Dieu « qui n’est pas de cette création. » Le Tabernacle originel est la tente qui abritait l'Arche d'Alliance à l'époque de Moïse. Le Tabernacle est la Demeure ou Tente d’Assignation (de Rencontre).

Jésus s’est incarné dans la matérialité en empruntant l’Arche de l’Alliance avec Dieu pour retourner « auprès de son Père » ou réintégrer en empruntant à nouveau l’Arche de l’Alliance avec Dieu qui se trouve dans le « saint des saints » ou « le lieu très saint ».

En fait, personne ne peut trouver ici bas, dans la matérialité, dans cette dimension l’Arche de l’Alliance avec Dieu. Seul le dormeur qui a été éveillé peut y accéder si Dieu le veut.

Se penchant alors sur Sa création, Dieu la voit emplie de violence et de haine, du fait des créatures de la Terre. Sans véritable guide spirituel, la Terre s ‘est alors remplie de mal, s’est éloignée de Dieu, d'où la décision divine.  Dieu décide alors de sanctifier le monde, de séparer le pur de l’impur par le  déluge.

« la loi c’est ce que nous faisons »

Il s’agit là de l ‘ évocation de la règle principale de notre adversaire, de satan comme l’appelle Jésus, qui s’ouvre justement sur une liberté totale, qui veut nous couper de Celui qui Est dans sa Gloire. Tant pis pour ceux qui ont adoré le séducteur, il arrive pour exaucer tous leurs désirs, l’épée à la main pour libérer les bêtes sauvages qui les dévorent, pour dévaster tous les semis de leurs espoirs, flatter toutes leurs perversions, toutes leurs dépendances, les asservir dans l’abolition de tous les interdits, leur enlever toute identité, les « indifférencier ».  La Géhenne sera leurs demeures, loin de notre Seigneur et Maître.

La loi c’est que nous faisons. Dans ce cas nous nous soumettons volontairement au grand séducteur, à l’adversaire. Il nous dit vous serez comme Dieu.

Alors, bienvenue à tous les criminels de guerre contre l’humanité, à tous les criminels économiques contre l’humanité et à tous les criminels contre l’Esprit.

L’homme a été chosifié. Dieu a été chosifié, devenu produit « marketing ». Ils ont été défigurés, le couple altérité - unité rompu.

Pourquoi n’avons-nous pas chassé les marchands du Temple, les spéculateurs, comme nous l’a montré Jésus ?

En fait, notre condition humaine s’avère être notre adversaire  la plus naturelle.

La « matérialité » ne connaît pas la morale, les tabous, la compassion. Elle n’est que ce qu’elle doit être, ni plus ni moins. Il nous appartient de l’étudier, de la connaître, de la maîtriser pour s’en dégager. Le psychologique est étroitement lié à la matière. Il en est un reflet.

Pensez-vous que l’individu soit capable de  se dépasser lui-même par ses propres moyens ?

« Des Intelligences Supérieures ont dissimulé derrière une approche phénoménologique des cycles intangibles de la nature ou objective, des concepts scientifiques primordiaux. Ainsi, du fait même de ce procédé, l’interprétation de chaque époque restait toujours dans la signification première essentielle du message transmis.

Le jour, l’année, le mois n’ont pas systématiquement la signification temporelle humaine mais correspondent le plus souvent à des valeurs numériques qui leurs ont été attribuées. » S.I

Il en est de même pour les dimensions linéaires, surfaciques et volumiques qui n’ont pas automatiquement la signification mathématique déduite mais correspondent le plus souvent à des valeurs numériques qui leurs ont été attribuées.

L’histoire de l’Esprit qui n’est pas de notre dimension s’appuie sur des représentations humaines pour que nous puissions comprendre le message ou l’enseignement transmis.

Toutes les valeurs numériques ainsi attribuées déterminent un référentiel sur lequel nous devons nous appuyer pour accéder à la compréhension que nos Supérieurs veulent bien nous donner.    

Apocalypse

« 12:1 Un grand signe parut dans le ciel: une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête. »

Une femme vêtue du soleil, la lune sous ses pieds et une couronne de 12 étoiles. Enceinte, elle criait dans le travail de l’enfantement et mit au monde un enfant mâle, le premier né, le guide, Celui qui nous donne une identité, une conscience, Christ. Nous pourrions écrire « l’enfant divin » ou « l’enfant spirituel, l’enfant de lumière » en fait « le fils de Dieu ».

Le soleil : symboliquement Celui qui est

La femme : porte la création  de Celui qui est.

La lune : reflète la lumière du soleil qui éclaire la terre ou les hommes plongée dans les ténèbres.

Les 12 étoiles : la lumière porteuse de la Parole de Celui qui est.

Le premier né : l’homme céleste, le fils de Dieu qui vient au milieu des hommes, qui s’est incarné.

Pour ce qui concerne le dragon qui veut dévorer l’enfant, nous pouvons parler des nations, de l’humanité qui a perdu la foi.

L’histoire de l’Esprit qui n’est pas de notre dimension s’appuie sur des représentations humaines pour que nous puissions comprendre le message ou l’enseignement transmis.

Que dévoile le Livre de la Parole ?

Il nous révèle le processus de création de « l’homme à l’image de Dieu » réalisée par Celui qui est selon Sa Volonté jusqu’à ce qu’Il le réveille. Le Livre de la Parole nous parle uniquement de Sa création.

Genèse

« 1:27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Qui est ce Il, sinon Celui qui est.

Je suis.    Dieu

Je suis je suis.

Je  suis Celui qui Je suis, Je suis Celui qui Est.

Celui qui Est.

Il Est.     Celui qui est

Celui qui est, lucide dans Sa puissance créatrice selon Sa Volonté est origine consubstantielle de Son émanation par la Parole ainsi que de toutes celles issues de Lui, Ses Enfants « qu’Il veut créer à son image, l’homme et la femme. » le non être et l’être.

Sur qui s’appuie Celui qui est pour Sa Création ?

Le peuple Hébreu et Son Envoyé Suprême Jésus-Christ.

Le peuple de Celui qui est, est le peuple qu’Il a « délivré de la maison de servitude », qu’Il a fait sortir de la terre d’Egypte pour qu’il lui donne Ses sacrificateurs que Jésus-Christ, Son Envoyé Suprême, le Messie d’Israël, établira dans Son royaume. Son peuple est en esprit, dégagé de la « matérialité » ou « réalité-décor ». Jésus est venu pour accomplir, relier le visible à l’invisible.

Il a descendu l’échelle avant de la remonter selon la volonté de Celui qui est.

« Du ciel il pleut sur la pierre dans la terre » S.I

Du Ciel, il PLeut sur la Pierre qui se trouve dans la TeRre. Le langage est donné, par cette parole, la communication est rendue possible par ce courant porteur. La parole est destinée à ceux qui vont acquérir une adresse associée à leur nom. L’intelligence a-t-elle besoin d’un support biologique, simulacre nécessaire ?

Celui qui est créa les cieux et la terre en séparant les eaux d’avec les eaux  par une étendue appelée ciel. Il créa la Lumière, porteuse de Sa Parole. Deux dimensions apparaissent séparées par une zone intermédiaire ou tampon. La Vie vient de la dimension des eaux au dessus des eaux séparées par une étendue appelée ciel. La Vie vient d’en haut. Dans le ciel se trouvent le soleil et la lune pour éclairer la terre, les eaux en dessous du ciel, « le sec terre et l’amas des eaux mers », les étoiles devant séparer la lumière d’avec les ténèbres. Le parcourt de la lumière porteuse de la Parole de Celui qui est se trouve décrit devant nous. La lumière illumine la terre, illumine les hommes.

D’où vient la lumière ?

Matière- antimatière je m’anéantis pour devenir lumière. Lumière, je deviens matière.

Qu’est ce que la Parole ?

Elle est la Lumière qui illumine les hommes. Elle porte la Parole.

D’où vient la Parole ?

De Celui qui est, notre Seigneur et Maître. « Je suis l’alpha et l’oméga. »

Le travail des scientifiques entre autre est de briser le support du concept du sacré par l’adoption d’une démarche scientifique. 

Quelle est la dimension de Celui qui est puisqu’Il est au dessus des eaux du dessus?

Celui qui est, lucide dans Sa puissance créatrice selon Sa Volonté est origine consubstantielle de Son émanation par la Parole ainsi que de toutes celles issues de Lui, Ses Enfants « qu’Il veut créer à son image, l’homme et la femme. ».

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence  d’un être non être. » S.I

Celui qui est, est-Il en dehors de Sa création ou comme le disent certains en blasphémant sans s’en rendre compte : « le divin se dilue  dans la création comme un fluide immatériel, énergie pure ou cosmique » alors que l'énergie ne fait que décrire l'état de quelque chose d'autre ? 

Celui qui est, est la création puisqu’Il la fait et la maitrise selon Sa volonté. Il crée à l’image de Dieu, à l’image de Lui- même dont Il émane. Dieu donne l’être et le non être. Celui qui est donne l’être, la vie selon Sa volonté.

Jean

« …si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.

..…si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu

… ..Il faut que vous naissiez de nouveau.

…..Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes?

Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel.

…. il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé, »

« Ce qui est folie pour les hommes est sagesse pour Dieu. »

La science n’a pas d’histoire. Elle est là, présente, de toute éternité. Notre Seigneur et Maître en est l’émanation première dans sa toute puissance.

Celui qui est crée le Jardin, la terre, l’homme terrestre, celui du Jardin qui devient réalité-décor pour l’homme céleste qui a l’être, non- être.

L’Arbre de Vie et l’Arbre de la connaissance du bien et du mal se trouvent « au milieu du Jardin ». Le fruit de l’Arbre de vie est l’homme céleste accompli dans l’être après une transmigration opérée avant la mort du récepteur et qui a dominé et effacé l’homme terrestre psychologique selon la volonté de Celui qui est qui l’a reconnu.

Celui qui Est, notre Seigneur et Maître peut lui seul s’Il le désire donner l’Etre, l’Etat qu’Il souhaite. Il est l’Observateur conscient de ce qu’Il veut.

L’état représente des informations intelligibles sur lui. La décohérence fait que les différents états sont mutuellement distinctifs ce qui implique qu’un état physique ne prend qu’une seule et unique valeur. De ce fait les autres informations sont inconnaissables. L’unique découle de l’élimination mutuelle, conséquence de la décohérence. De l’ensemble des états possibles visibles tous en même temps, un seul apparait net et nettoyé. Pourtant, il ne représente que lui-même. 

Cependant la structure de l’état observable unique, pur, ne doit-il pas l’être dans le monde de Celui qui Est, l’expression physique d’un être non être n’étant qu’une singularité éphémère, qu’un passage obligé, qu’un support à la réalisation du « plan Divin », qu’à l’acquisition d’une identité compatible, de la bonne et véritable image donnée par la « Parole de Dieu » qui s’avère être un ensemble d’informations ? Le vecteur s’élève. La Vie n’est pas dans l’éphémère, l’illusion.

L’homme terrestre possède un moi, agrégat de plusieurs facettes ou états. L’homme céleste ne possède qu’un seul état pur esprit qui découle d’une élimination des autres états.

L’homme et la femme sont de même essence. L’homme endormi et la femme sont- ils le non être et l’être à la fois? A moins « de naitre des eaux » de la parturiente : « l’homme quittera son père et sa mère » le non être, pour s’attacher à la femme, l’Etre et devenir l’être- non être. Celui qui est par « l’Esprit Saint » donnera l’être selon Sa volonté. L’être ou l’homme céleste pourra entrer dans le royaume de Dieu.

La femme et l’homme sont l’être – non être.

L’homme terrestre par lui-même ne donne naissance à aucun fruit. Il ne pourra pas, par l’intelligence dévoyée,  fabriquer son image à sa ressemblance sous peine d’être dévoué par interdit puisqu’il s’oppose à la Création de Celui qui est.

Au commencement, seul Celui qui est sait le bien et le mal.

Le serpent s’adresse uniquement à la femme. Il est debout. Celui qui est ne l’a pas encore condamné à ramper sur le sol. L’homme est endormi. C’est la femme qui donne à manger à l’homme du fruit de « l’arbre de la connaissance ».

Celui qui a mangé du fruit de l’arbre de la connaissance ne deviendra jamais un fruit de l’arbre de vie. S’étant reconnu par lui-même, donc illégitime et connaissant son origine « divine » de part son élaboration, il s’imagine pouvoir fabriquer sa propre image, sa propre conscience, s’accomplir, se rendre dans la dimension du Constructeur ou s’en construire une à l’imitation. Seul Celui qui est reconnait ses enfants. Il leurs donne l’image. Alors, seulement, ils se connaissent. L’homme céleste, lui aussi ne peut construire de sa propre volonté son image à sa ressemblance.

 

 

 

Commentaires
Des nombres
  • Ce blog propose une interprétation des nombres figurant dans l'Ancien et le Nouveau Testament. Les nombres développent une métaphore qui donne une représentation mentale d'un processus qui dépasse l'entendement.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Visiteurs
Depuis la création 166 056