0502090045-51

Comme le dirait un Maître Ecossais de Saint André d’une loge en la Vallée de… et non à l’Orient de….

De Source Inconnue

Respectable   Député Maître, mes sœurs et frères Maitres Ecossais de Saint André,

« Si l’homme est créé libre, il doit se gouverner
Si l’homme a des tyrans, il les doit détrôner. » Voltaire

Dans ce cas, arrêtons de pleurer et de dire : Dieu où es-tu ? Pourquoi tu laisses faire ? et bla, bla, bla et bla, bla,bla et de L’insulter, et de Le blasphémer.

Cependant, Sa puissance est telle, puissance « qui n’est pas une légende » Le laisse toujours maître de Son entreprise. Il est à la fois transcendant car Il existe au-delà des formes qui le rendraient présent au monde et à la connaissance humaine et Il est immanent par son opération à l’intérieure d’un être qui n’est pas une action extérieure.

Qui intervient ? Pourquoi pas des Intelligences Supérieures, émanations premières de la création ? La création serait-elle double ?

Explication du 1er tableau

« L’homme a été créé libre ; c'est-à-dire avec la faculté d’agir selon sa pure et sainte volonté qui l’unissait à son créateur.

L’abus qu’il fit de sa liberté la lui fit perdre, car aussitôt il devint l’esclave de ses désirs déréglés, de ses penchants désordonnés, de ses passions, et de tous les vices qu’elles engendrent.

L’orgueil fut son crime, et il transmit avec sa seconde vie, périssable, à toute sa postérité…….

C’est cette dégradation de l’homme, ce sont l’abus de sa liberté, le châtiment qu’il en a reçu, l’esclavage dans lequel il est tombé et les suites funestes de son orgueil qui vous ont été représentés aujourd’hui dans le premier tableau, par le saccagement et la destruction du premier Temple de Jérusalem : image sensible de l’humiliante métamorphose qu’ils occasionnèrent dans la première forme corporelle de l’homme. »

Dans un premier temps questionnons-nous.

Qu’est ce que l’homme ? 

-         La conception scientifique est de considérer l’homme comme un être achevé (psychologiquement, physiologiquement, historiquement, culturellement.etc.)   dont les résultats de ses activités sont considérés comme des preuves de son évolution. Il s’agit de l’évolution générale de tous les hommes, de la totalité de l’humanité. Une fois de plus, il ne s’agit que d’une gestion sociologique éphémère vaine, médiocre et dérisoire du court terme. Nous ne parlons que d’hommes et de femmes systèmes.

-          Les biologistes définissent l’homme comme une unité biologique autonome émotionnelle territoriale qui se meut selon une intelligence collective et individuelle.

-         L’homme est un être inachevé d’où  il pourrait résulter quelque chose de différent. Il est une graine, temporaire soumis à transformation. (Voir Teilhard de Chardin qui a frisé l’excommunication  quand il écrivait que l’humanité tendait vers la Conscience.)

Théorie actuellement reprise par les religieuses américaines, ce qui leur a valu une remise aux normes effectuée  par les membres de la Congrégation de la Foi.

 -         Le livre d’Enoch : « Eux ils ont été créés pour mourir. Voilà pourquoi je leur ai donné des femmes afin qu’ils cohabitent avec elles, qu’ils engendrent des enfants qui perpétuent leur race sur la terre. » Cette conception  peut faire grincer des dents. Qui doit évoluer et vivre ? N’est ce pas l’Etre enfoui dans l’animal humain que nous pourrions appeler fils de l’homme? Rappelons-nous une fois de plus l’Ecclésiaste :  « tout est vanité et poursuite du vent » dans ce monde quand on ne veut exister que dans le refus de l’autre, le rejet de Dieu. Comme il a raison quand il s’agit de simples mortels comme nous le sommes tous, sans existence propre, le plus souvent gonflés d’orgueil et d’importance. En fait l’homme est livré à lui - même. Que peut-être la Connaissance alors ? Pour moi tout simplement une autre vision, une autre audition, une rencontre.

Une théorie nouvelle est apparue : l’évolution théiste. Elle est la croyance que Dieu s’est servi du processus de l’évolution pour créer les être vivants, y compris les êtres humains. Ne parlons nous pas là du démiurge des gnostiques ? Cependant précisons que personne jusqu’à présent n’est en mesure de dire comment l’A.D.N dont on ne connait pas l’origine  s’est implanté dans la cellule. Nous cherchons plus à expliquer les comment et à les reproduire plutôt que de donner les pourquoi, pourquoi, que le soi disant siècle des lumières a évacué de toute démarche scientifique.

 « L’homme plante et arrose. Dieu fait pousser. » Il existe une centaine d'acides aminés, mais seuls 22 sont codés par le génome des organismes vivants. Chaque acide aminé confère à la protéine des propriétés chimiques spécifiques, et l'ordre d'assemblage lui donne une fonction bien précise. Pourquoi ? Personne ne peut dire pourquoi. N’est-elle pas là, la Science avec un S majuscule ?

Mais alors que peut-être l’homme ?

Consultons les Ecritures.

Jacques :

« 1:16 Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés:

1:17 toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation.

1:18 Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures. »

Paul ( 1 Corinthiens 15,45-50 ; Romains 5, 12-17)) :

«  Le premier homme, Adam, a été fait âme vivante ; le dernier Adam est un esprit qui donne la vie. Mais ce n’est pas le spirituel qui paraît d’abord ; c’est le psychique, puis le spirituel. Le premier homme, issu du sol, est terrestre ; le second homme, lui, vient du ciel . »

« Le premier homme tiré de la terre, est terrestre.
Le deuxième homme vient du ciel. »
(1Corinthiens 15 :47)

« Aussi nous regardons, non point aux choses
visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les
choses visibles sont momentanées, et les
invisibles sont éternelles. »
(2 Corinthiens 4 :18)

 « Soyez bénis par l'Éternel,
Qui a fait les cieux et la terre!
Les cieux sont les cieux de l'Éternel,
Mais il a donné la terre aux êtres humains. »
(Psaumes 115 :15-16)

Il existe donc deux hommes, un du ciel et un de la terre. Les deux sont issus de la création. Et à un moment ils se rejoignent. Comment cela peut-il se faire ? Je dirai grand mystère de l’incarnation ou de la transmigration.

Est-ce de la magie ? Certainement pas, pour moi c’est de la science.

La prise de conscience d’une présence spirituelle au plus profond de chacun de nous, représente pour Jésus comme j’ai l’audace de le comprendre, le réel accès à la Royauté divine. De cette réalité, à la fois existentielle et originelle, nous ne sommes séparés que par un état de conscience déficient. Ne se trouve-t-il pas là notre prochain ? Celui qui est vraiment proche de nous ? Caïn a tué Abel.

 « Quand entre en moi le Verbe… mes vices s’enfuient; mes affections charnelles sont maîtrisées ; mon âme se transforme ; l’homme intérieur se renouvelle… » Bernard de Clairvaux.

« Regnum Dei intra nos est » (« le royaume de Dieu est en nous. ») Bernard de Clairvaux.

Qu’est ce que la liberté ?

De façon générale, la liberté est un concept qui désigne la possibilité d'action ou de mouvement.

Pour le sens commun, la liberté s'oppose à la notion d'enfermement ou de séquestration. Une personne qui vient de sortir de prison est dite libre.
Le sens originel du mot liberté est d'ailleurs assez proche : l'homme libre est celui qui n'appartient pas à autrui, qui n'a pas le statut d'esclave.

D'un point de vue sémantique, on peut considérer la liberté comme étant l'ensemble de possibilités (ou de contraintes) qui sont physiquement ou socialement applicables à un individu.

Il existe des libertés individuelles et collectives. Elle est source de droits et de devoirs. Elle est un choix qui entraine des renoncements. Elle nous donne des responsabilités.

J’arrêterai là ce développement. Cependant, pour moi, il est important de ne pas confondre système de liberté et système libertaire.

Malgré tout, la liberté est une valeur fondamentale à développer et à protéger. Elle est source comme on aime à le dire de  libre arbitre.

Vraiment, mais vraiment, sommes-nous réellement libre ? Je préfère dire je suis libre car je me libère de ….

Sommes- nous déterminés comme le pensaient les jansénistes ou devons nous suivre le chemin en fonction de notre propre talent comme le disent les jésuites. Pensez-vous que Dieu ne se préoccupe pas de Ses enfants ? Qu’Il les laisse en errance sur le chemin ?

Pour moi, il n’existe qu’une seule liberté : c’est celle de vivre en harmonie dans la toute puissance de Celui qui Est après en avoir fait volontairement le choix : le seul libre arbitre.

Consultons les Ecritures ?

Saint Jean 8, 31-42

« Jésus disait à ces Juifs qui maintenant croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » Ils lui répliquèrent : « Nous sommes les descendants d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : ’Vous deviendrez libres’ ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : tout homme qui commet le péché est esclave du péché. L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Donc, si c’est le Fils qui vous rend libres, vous serez vraiment libres. Je sais bien que vous êtes les descendants d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole n’a pas de prise sur vous. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous, vous faites aussi ce que vous avez entendu chez votre père. » Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous êtes les enfants d’Abraham, vous devriez agir comme Abraham. Et en fait vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Abraham n’a pas agi ainsi. Mais vous, vous agissez comme votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas des enfants illégitimes ! Nous n’avons qu’un seul Père, qui est Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. »

Deux états naturels existent donc à la manière du photon qui possède un aspect ondulatoire ou spirituel et un aspect particule ou matériel.

« Pour connaître le Divin nous devons toujours connaître les deux élément de son état ».

Bohr et Heisenberg ont utilisé à plusieurs reprises le principe de complémentarité pour interpréter la théorie quantique...et selon eux pour connaître une particule nous devons considérer les deux éléments de son état.

Aujourd'hui, beaucoup ne veulent plus être en relation avec Dieu, ils souhaitent seulement entrer en relation avec ce qu'il y a de divin en eux car l'idée d'une religion monothéiste leur est devenue quelque chose d’insupportable en soi. La réintégration pourtant n’aura lieu que si un lien existe entre Dieu, s’il le désire et l’Etre en Soi enfoui. C’est en fait le but du christianisme et je suis chrétien et par mon cheminement accompagné je serai « rendu à la lumière. »

L’humain en lui – même n’est rien ou «  de la paille à brûler » s’il ne devient pas un être humain désireux d’atteindre l’Etre profond. En ce sens il devient un Etre de désir, son seul libre-arbitre, son choix de libération je dirai pour vivre libre dans la puissance de Celui qui Est, est d’être conscient de soi même par soi même. Ce désir n’est pas un désir de convoitise. Il est aspiration, abandon. Autrement il ne reste qu’un animal.

Si je revenais à la phrase du rituel !

De quel homme parlons-nous ?

On parle de celui qui est libre d’agir selon une pure et sainte volonté et qui est lié à son créateur. Pour moi nous ne parlons pas de l’homme de chair et de sang car il n’y a pas de consubstantialité entre lui et le créateur. Nous sommes dans l’incompatibilité, l’injustifié. Par ailleurs pure et sainte frise le pléonasme car sanctifier consiste à séparer le pur de l’impur, le spirituel du matériel, tâche qui incombe à l’ordre sacerdotal auquel Jean fait allusion dans Apocalypse. Ce seront les derniers prêtres de l’Eternel. Nous comprenons maintenant que tous ceux qui arriveront à séparer le pur de l’impur réintégreront, certainement avec l’aide de Supérieurs.L’ouvrier construit, le chevalier protège, le prêtre sanctifie.

Ezéchiel

« 44:15 Mais les sacrificateurs, les Lévites, fils de Tsadok, qui ont fait le service de mon sanctuaire quand les enfants d'Israël s'égaraient loin de moi, ceux-là s'approcheront de moi pour me servir, et se tiendront devant moi pour m'offrir la graisse et le sang, dit le Seigneur, l'Eternel.

44:23 Ils enseigneront à mon peuple à distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ils lui feront connaître la différence entre ce qui est impur et ce qui est pur. »

Quel peut-être le processus ?

Un état premier existe, nous ne l’avons pas et nous espérons l’intégrer. Nous désirons laisser les parvis pour nous approcher des lieux Très Saints. Dieu nous en donne de surcroît la possibilité. Son Envoyé Suprême est notre guide. C’est une bonne nouvelle. Il nous permet, libre, de choisir. Mais, chuter, n’est-ce pas tout simplement l’impossibilité de s’élever ? Alors là, tout s’éclaire pour moi d’un jour nouveau.

Le 1er homme est l’homme de la terre qui est âme vivante. Le 2ème est esprit et il donne la vie.

Que nous dit Genèse et Jésus?

La lumière qui vient transmigre et s’implante dans le monde matériel ou dans  l’homme terrestre qui est psychique pour retourner dans les Cieux après reconnaissance et validation. « Je suis l’alpha et l’oméga. »

Il existe donc un cheminement naturel : symboliquement du haut vers le bas, puis du bas vers le haut. Dans ce cas la chute s’avère donc être l’impossibilité de s’élever. A ce stade nous trouvons l’orgueil, la prévarication, l’ego.

Le 7ème jour sera le jour où le pur devra être séparé, mis à part de l’impur.

Nous nous trouvons donc dans le 7ème jour, une période à la fin de laquelle Jérusalem céleste, procédé de notre intégration, apparaîtra ou sera déclenché. 

Le 7ème jour est celui des nations qui fouleront la Ville Sainte et blasphèmerons le nom de l’Eternel. Ne pas travailler durant cette période signifie peut-être que l’on respecte l’Eternel notre créateur, que nous nous remettons entièrement entre ses mains, que nous Lui obéissons dans une fidélité sans faille. Nous restons dans sa création « spirituelle », celle des 6 jours, en tant qu’enfant de Dieu issu de Dieu.

Le dragon que l’Archange Saint Michel combat, lié à la réalisation du monde matériel porté par l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal, de la vie et de la mort, de la présence ou non de Dieu, s’éloigna des cieux  pour s’établir dans sa fabrication, sa matérialité, peu de temps après que Dieu ait conceptualisé Adam dans sa création, car il était(le dragon) dans le jardin d’ Eden, sous la forme ou potentialité d’un serpent ou de nations ou de consommatrices d’esprits. Comme les descendants d’Adam et Eve se multiplièrent sur la face de la terre, nous lisons dans Genèse 6-2 que « les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes, parmi toutes celles qu’ils choisirent. »  Comment peut-on trouver beau un élément d’une dimension sans en faire partie ? Les fils de Dieu auraient-ils auparavant transmigré d’une dimension dans une autre, celle de la chair ? A partir de cette dimension ne plus pouvoir s’élever, réintégrer consubstantiellement la dimension d’origine ne serait ce pas la chute. Les veilleurs ne sont-ils pas de ces fils ?

Dieu forme Adam non pas à partir de glèbe (adamah) mais à partir de poussière "hors de" la glèbe ou de la terre  ce qui signifie que, contrairement aux animaux, l'Adam est fait d'une substance bien plus subtile, susceptible de tourbillonner dans le vent, d‘être soulevée par l'Esprit, vent et esprit étant le même mot tant en hébreu qu'en grec. Au jour sixième, enfin l'Adam - mâle et femelle, à deux faces (d’une même essence, de mêmes informations) fut créé. Il le(s) place dans le Jardin d'Éden, afin de le garder. Il(s) peu(ven)t manger de tous les fruits qui s'y trouvent, à l'exception du fruit de l'Arbre de la connaissance du bien et du mal, de la matérialité, de l’ego. Autrement ils seront incapables de s’élever et de réintégrer le Jardin d’Eden en tant qu’enfant de Dieu. Ils chuteront.

Après avoir mangé du fruit défendu, Dieu les maudit : haine perpétuelle entre le serpent ou les nations, la femme ou l’humanité et leur descendance. L’Adam a été endormi, assimilé par la femme. Le serpent se retrouve apode condamné à mordre la poussière; l'homme se retrouve à devoir gagner son pain à la sueur de son front, la femme à enfanter dans le labeur; surtout, ils sont condamnés à la mortalité et chassés de l’Eden, que deux Chérubins gardent de leur épée flamboyante.

« Et Adam connut encore sa femme; et elle enfanta un fils et l’appela Seth (substitut); car Dieu, dit-elle, m’a donné un autre fils au lieu d’Abel, que Caïn a tué. Et un fils naquit aussi à Seth, et il l’appela Énosh (la défaillance). Alors les hommes commencèrent à invoquer le nom de l’Éternel pour être délivré. » (Gen. 4: 25,26).

 Adam et sa femme, les prémices des créatures de Dieu ont acquis trop tôt cette intelligence, en désobéissant de surcroît. Ils ont compris que Dieu les regardait jusqu’au plus profond d’eux - mêmes. Ils se sentirent nus devant lui, la peur les surprit. Incapables de l’assurer, ils refusèrent cette communion, désirèrent se soustraire à son regard. Ils se cachèrent. Ils étaient comme Dieu. Ils le voyaient. Ils se prirent pour son égal, se détournèrent de lui. Ils découvrirent le Je, la matérialité. Dieu les chassa. Ils désiraient garder leur Je dans l’Eden, planter leur propre arbre de vie   Deux chérubins armés d’une épée flamboyante gardèrent l’entrée du Jardin d’Eden. Adam nomma sa femme Eve. Ils devinrent mortels. Ils ne se trouvaient plus dans la même dimension.

Cependant, c'est à ce moment seulement qu'Adam nomme sa femme, Ève. La différenciation se réalise.

Une distinction est faite entre les « fils de Dieu » et les « filles des hommes », ce qui indique une intrication  bestiale entre les êtres célestes et les êtres humains. Ces « fils de Dieu »  ou êtres surnaturels déchus de leur caractère divin ont produit une descendance étrange, prévaricatrice qui ne plaisait pas à Dieu, comme si la descendance de Caïn s’était unie avec celle de Seth. Dualité onde-particule, aspects différents d’une même essence. Le péché sera pour l'homme de se couper de cette complémentarité...l'homme se prenant pour Dieu ou chosifiant Dieu...défiguration à la fois de Dieu et de l'homme. Remonter à l’essence en dépassant les phénomènes ! Onde et particule ne peuvent pas se rencontrer.  Comme le dit Enoch : « Et ses descendants enfanteront sur la terre des géants, non pas nés de l’esprit, mais de la chair. » Le monde des particules doit disparaître.  Ils veulent détruire l’Etre du Livre de la Parole pour le remplacer par celui de la volonté.

Seth et sa descendance, « les fils de Dieu », adorèrent l’Éternel en Esprit et vérité alors que Caïn et sa descendance « selon la chair » adorèrent le soleil, l’intelligence, la raison, le Moi ou l’enchantement de Soi, en fait le serpent.

Nous trouvons chez les Hindous la pratique d’un culte qui se nomme « le Koundalini » ou « l’ascension du serpent de feu vers le soleil intérieur de l’âme » ouverture possible vers la magie.

Caïn, premier assassin, premier menteur de l'espèce humaine, le chef de la puissance des ténèbres est donc l’incarnation du séducteur dans la chair qui, après sa mort donna naissance aux enfants rebelles, la postérité du serpent. Comme ses parents personnifiaient l’esprit du mal, celui du raisonnement et de l’indépendance ; Caïn devint l’ennemi de Dieu. Caïn est donc le résultat de l’incapacité de l’Esprit de Dieu en l’homme de chair de s’élever; et non point peut-être le résultat de la chute d’un ange qui pourrait se nommer Lucifer

« Genèse 6.4 Les géants étaient sur la terre en ces temps-là. Il en fut de même après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants, ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité.
Nombres 13.33 et nous y avons vu les géants, enfants d’Anak, de la race des géants; nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles.

Certains voient dans ces "fils de Dieu" des anges déchus "qui n’ont pas conservé leur premier état", 
Selon cette interprétation, ces anges, en s’introduisant chez les hommes, auraient engendré une race de géants forts par leur connaissance mais impies ou des nains spirituels.

Ces géants ou ceux qui « sont irrévocablement mort », « ceux qui sont venus, ceux qui sont tombés » ne peuvent plus s’élever, les « esprits mauvais » ou « démons » ont corrompu la Création, en la rendant domaine de la « bête », en remplaçant Dieu par l’homme.

Paul- Ephésiens «  6:12 Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

Pour moi, le combat est essentiellement spirituel. La matérialité est le champ clos ou un décor dans lequel s’opposent les esprits, amis de Dieu aux  entités psychiques terrestres qui veulent se réaliser dans ce monde pour vouloir planter leur propre arbre de vie dans le  Jardin d’Eden, domaine des Esprits.  Et là, nous parlons de transhumanisme.

Les transhumanistes soutiennent que l’émergence et la convergence de techniques telles que la nanotechnologie, la biotechnologie, les techniques de l’information et de la communication et la science cognitive ainsi que d’hypothétiques sciences futures comme la réalité simulée, l’intelligence artificielle forte, le téléchargement de l’esprit et la cryonique devront être utilisées pour fabriquer des humains plus qu’humain.                      

Serait- ce la deuxième bête d’Apocalypse ? Si oui, selon les Ecritures, elle sera détruite.