0502090045-51

Amour du prochain

Le compagnon est celui avec qui on partage le pain. De quel pain ? Buvez ceci ou mangez ceci peut-être ?

Comment l’amour peut- il s’exprimer ?

Amour, amour, tout le monde en parle, tout le monde s’y réfère. Personne ne le cherche, personne n’y croit. Tout n’est qu’hypocrisie, mensonge et mépris. Cet amour galvaudé a perdu toute sa signification, tout son essence. Pourtant il Est. L’homme se retrouve seul, perdu dans sa peur et dans le désenchantement qu’il a lui - même provoqué. Il se met en quête de pouvoirs occultes, magiques. Il pense être libre, maître de sa destinée, avoir de la puissance, fabriquer son propre divin. Il rejette le mystère, Celui qui Est. Mais qui est-il cet avorton qui se croît encore au centre de l’univers, qui se prend pour Dieu lui–même ?

Pourquoi désirer parler de l’Amour, alors que Jésus l’a si bien fait ? Peut - être par ce que l’on ne peut pas s’en empêcher. Parler d’Amour c’est louer Celui qui Est.

Charité dans le sens de porter secours, faire du bien ou l’aumône relève de la confusion et de l’incompréhension. Pour un chrétien, il s’agit de l’Amour de Dieu en tant qu’amour d’essence divine.

On parle d’Amour agapè. Nous sollicitons l’amour de Dieu quand nous aussi nous aimons nos prochains je dirai d’un amour « déclencheur » en phase avec l’agapè. 

De l’Amour - 1 Corinthiens 13   Lettre de Paul

Quelles sont donc les attributs de l’Amour pour Paul ?

« L’Amour est patient, plein de bonté ; n’est point envieux ; ne se vante point, ne s'enfle point d'orgueil, ne fait rien de malhonnête, ne cherche point son intérêt, ne s'irrite point, ne soupçonne point le mal, ne se réjouit point de l'injustice, mais se réjouit de la vérité Il excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout. L’Amour ne périt jamais. » 

Que dire de plus ?

Paul nous décrit un état, non une étreinte ou attirance émotionnelle, encore moins un sentiment hypocrite mielleux petit – marchand, « qui donne bonne conscience »   mélangé de pitié, de compassion et d’empathie tout en conservant des acquis biens mérités, pas volés qui ne doivent rien à personne. Nous devons tous individuellement atteindre cet état pour aimer, premier pas vers la perception de l’agapè. Etat d’âme ou d’esprit ? Peu importe, l’agapè culmine plus haut, plus fort, plus beau, plus sage.

Paul ne le définit pas. Il donne le processus à suivre pour le prier. Agapè, modèle à imiter, impossible, voire blasphémateur ou prévaricateur, il vient uniquement de Celui qui Est. Paul le sait très bien.

Être assuré, volontaire, sincère, loyal, s’affirmer avec force dans ses convictions, sans peur, sans mièvrerie affligeante, voilà un bon profil pour celui qui veut servir au nom de l’Amour.

L’engagement puissant, exigeant demande de la constance, de la persévérance. Il faut brûler nos pensées, nos émotions, notre haine, notre violence, faire table rase de nos certitudes, tout remettre à zéro. Il faut faire silence. 

La permanence, l ‘infini, la réalité autre que le quotidien, l’immobilisme ne sont pas de cette dimension présente à nos yeux. Tout passe, rien ne s’arrête. Si la vie est celle que nous vivons, alors la mort nous prouve le contraire.

Existe – t – il une classification, des degrés dans l’amour ?

Trois mots grecs en font une, à savoir : éros (sensualité), philia (fraternel) et agapè (divin, absolu). Le mot agapè était plutôt d’un emploi marginal pour les Grecs alors que pour les chrétiens éros n’a jamais été utilisé par Jésus. Jésus insiste sur l’amour amitié (philia) qui le lie à ses disciples, excepté pour Jean « le disciple aimé » lien d’agapè. L’amour philia conduit à l’agapè. Il doit être privilégié. L’amitié me semble plus explicite que fraternel. Ami implique peut - être plus d’amour, de compréhension que frère ? L’amour d’un ami ne va pas de soi, alors que celui d’un frère semble plus normal.  Être l’ami de Dieu, certainement grâce au paraclet, comme se plaisaient à le dire des chrétiens, voilà une belle amitié. De plus nous devenons les amis de Jean (15,9-17)

Pour les Grecs, comme pour d’autres religions ou philosophies, l’éros était célébré comme force divine, comme communion avec le divin. Cependant, le cheminement vers l’agapè ne consiste pas simplement à se laisser dominer par l’instinct mais passe plutôt par la voie du renoncement.

Le christianisme, judaïcité transcendante, n’est pas une voie de mort comme l’écrivait Nietzsche qui lui est mort. Dans sa 1er Epître Pierre ne voit – il pas que la « Voie de l’Amour qui conduit au Royaume éternel de Dieu » va de la Foi à l’Amour.

Toutefois humilité doit être gardée, l’arrogance bannie. Salomon ne l’indique –t-il pas dans son Cantique ? répétant comme un leitmotiv « Je vous en conjure, filles de Jérusalem, Par les gazelles et les biches des champs, Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour, Avant qu'elle le veuille. » 

Ne jamais se prendre pour ce que l’on n’est pas, toujours se le rappeler. Le vent souffle selon son bon désir. Se mettre en condition, juste se mettre en condition et le travail à accomplir est immense. S’agit-il d’éros ? Ne soyons pas comme les scribes inféodés à la loi, en recherche de racines, les pieds trop dans la terre qui le pensent. Il s’agit juste d’un élan royal poétique, sans arrière-pensée. Où sont les Prêtres de Dieu ?

Pour ce qui concerne les degrés, contentons-nous de donner l’exemple de l’amour courtois des troubadours qui en avaient déterminé quatre, à savoir :

-         celui du soupirant

-         celui du suppliant

-         celui de l’amoureux

-         celui de l’amant

Les mystiques, eux  aussi ont fait de même pour le déroulement du processus initiatique :

-         séparation

-         admission

-         révélation

-         retour

Devons-nous acquérir des qualités particulières pour atteindre l’état décrit par Paul ?

 « Celui qui Est pour Pierre est gloire et vertu. Nous devons donc fuir la corruption du monde par la convoitise. A notre foi, joignons la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patiente, à la patiente la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel l’amour. »

Ecrivons - le différemment :

Grâce à notre croyance inébranlable devient pur, de cette pureté apparaîtra la connaissance, la modération et l’humilité l’accompagneront. Devra suivre une persévérance ou une volonté à toute épreuve qu’une ferveur entretiendra dans une douce amitié, dégagée de l’éros, dirigée vers nos semblables, ce qui nous mènera à l’état décrit par Paul.

 Rappelons que :

  - les vertus cardinales sont : la justice, la prudence, la force et la tempérance.

 - les vertus théologales : la foi, l’espérance et l’amour.

Nous atteignons cet état, et alors ?  

Marc (12, 28-34)

« 12 :28 Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s'approcha, et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ?

12 :29 Jésus répondit : Voici le premier : Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l'unique Seigneur ;

12 :30 et : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.

12 :31 Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là.

12 :32 Le scribe lui dit : Bien, maître ; tu as dit avec vérité que Dieu est unique, et qu'il n'y en a point d'autre que lui,

12 :33 et que l'aimer de tout son cœur, de toute sa pensée, de toute son âme et de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, c'est plus que tous les holocaustes et tous les sacrifices.

12 :34 Jésus, voyant qu'il avait répondu avec intelligence, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osa plus lui proposer des questions »

Que devenons – nous ?

Nous sommes libérés des émotions instinctives biologiques, attributs de l’homme biologique, de son ego. L’homme – biologique est une prison sans avenir si nous le considérons comme une finalité en soi.

Nous avons appris la transparence. Nous avons détruit l’opposition entre le collectif et l’individuel. Sans cela, comment pourrions-nous tous être à la fois Un et Tout sans qu’un lien d’amour nous unisse dans une communion d’une force jamais égalée.  L’Un agit lucide dans l ‘ensemble des Uns en totale harmonie réciproque, heureux et libre dans la puissance de Celui qui Est. S’agirait-il d’une communauté d’Esprits en Esprit ?

Aimer son prochain, ce n’est pas l’aimer en éprouvant de la pitié, sentiment humiliant et méprisant pour lui, ni en éprouvant de la compassion, je ne veux pas qu’il souffre, cela me met mal à l’aise, ni en éprouvant de l’empathie, je ne veux pas souffrir comme lui, mais uniquement en souffrant de sa souffrance. Sa douleur ne m’apprend rien, ne m’apporte rien, ne me donne rien.

Cet amour ne s’exprime – t – il que dans la souffrance ?

Pas du tout, il transcende l’amour sincère entre deux individus qui la plupart du temps le perçoivent comme éros ou philia. Cet amour émané, nous l’aimons car il procure une telle joie et un tel bien être à l’Etre que nous en sommes ravis. Les larmes tombent des yeux.

Seulement dans l’éros ou la philia ? Non, partout où existe des relations sincères sans arrière-pensée.

Souffrir de la souffrance de mon prochain, aimer l’amour émané de mon prochain, dans les deux cas nous « aimons notre prochain comme soi-même. » Celui qui Est dans sa grande miséricorde recevra –t-il cette prière en esprit et vérité ? Il ne s’agit pas d’une demande. Nous le comprenons tous. Il s’agit d’une prière d’amour. L’Etre souffre et aime comme son semblable qui aussi aime et souffre comme lui. Si besoin est, Celui qui Est agira mais uniquement en direction de l’Etre avec parfois des répercussions dans le monde matériel.

Lorsque nous atteignons un tel degré dans l’Amour, alors nous pouvons espérer que l’agapè nous comprendra. Cet agapè est la Vie. Il est constructeur. Sans Lui nous ne sommes rien. De Lui tout émane. Il est notre Dieu unique et révélé, puissant et miséricordieux. 

Pour Jésus, la vertu suprême n’est pas la Justice, mais l’amour. Il considère que tous les êtres humains sont égaux devant Dieu, peu importe leur statut social. Ils seront jugés uniquement selon l’intention de leurs actes et leur amour du prochain. Pour Jésus, la justice ne peut être que divine, car seul Dieu « peut sonder les reins et les cœurs ».

Que nous dit Jésus ?

Lors de la multiplication des pains Jésus nous fait comprendre que personne ne mérite d’avoir plus que l’autre, que personne ne mérite d’avoir moins que l’autre, que le système soit collectif (panier) ou individuel (corbeille). Parlerait-Il d’une économie naturelle ?

Sinon comment pouvons-nous aimer notre prochain comme nous même, comment pouvons-nous aimer notre Seigneur?

Lors de la multiplication des pains Jésus nous fait comprendre que chacun d’entre nous a la possibilité de se « sauver », qu’il possède en lui cette fonction d’évolution. Seul notre Seigneur par Sa Parole peut l’activer, à condition de respecter Ses règles. Les chérubins, symboliquement, sont là pour nous le rappeler.

Personne ne plantera de lui-même son propre arbre de vie.

Il nous dit : seul l’amour du prochain nous fera vivre dans une heureuse harmonie.

Evangile de Thomas : Jésus disait : « Vous avez en effet 5 arbres dans le Paradis qui ne changent ni été ni hiver. Leurs feuilles ne tombent pas. Celui qui les connaîtra ne goûtera pas la mort. »

          Il est 5 étapes :

          purification progressive de l’être

          rencontre avec le Paraclet

          éveil à la connaissance

          accomplissement par l’amour de Celui qui Est et de son prochain

          réintégration dans l’unité

Quel est mon prochain ?

Aimer son prochain c’est aimer le fils de l’homme. Où se trouve le fils de l’homme ? Jésus est le fils de l’homme, c’est lui qui est cloué sur la croix. La matière va changer de plan.

Et c’est pourquoi mon prochain, le fils de l’homme n’est pas un étranger, n’a aucune couleur, ne me fait pas peur. Il est ma sœur et mon frère à la fois, aucune dualité. Je ne supporte pas l’injustice de son tourment. Visible, endormi chez beaucoup, quelques-uns l’ont tué.

Chambre préparation candidat apprenti avant son entrée en loge pour vivre sa cérémonie de réception.

1er tableau

« Dans cette solitude apparente ne crois pas d’être seul.

Absolument séparé des autres hommes, rentre ici dans toi-même, et vois s’il est un être qui soit plus près de toi que celui dont tu tiens l’existence et la vie.

Oui, il est auprès de toi ; mais tu es bien éloigné de lui. Tente donc de t’en rapprocher par tes désirs et par ta soumission à ses lois.

Pour parvenir à cet heureux terme, tu devras faire un travail pénible, chercher, persévérer et souffrir.

Y es-tu décidé ?

Prends courage ; le temps est court, tes peines seront passagères ; mais la récompense est assurée.

La justice exige de toi ce travail.

Le moment est décisif : considère donc le misérable état où tu te trouves, les ténèbres qui t’environnent, la lumière qui t’est promise.

Médite et choisis.

Si tu te dévoues généreusement et dans la carrière difficile qui s’ouvre devant toi, un guide sûr et fidèle te sera donné, qui te garantira des dangers. »

Que nous dit le 1er tableau ?

« Il existe donc deux hommes, un du ciel et un de la terre. Les deux sont issus de la création. Et à un moment ils se rejoignent. Comment cela peut-il se faire ? Je dirai grand mystère de l’incarnation ou de la transmigration.

Est-ce de la magie ? Certainement pas, pour moi c’est de la science. 

La prise de conscience d’une présence spirituelle au plus profond de chacun de nous, représente pour Jésus comme j’ai l’audace de le comprendre, le réel accès à la Royauté divine. De cette réalité, à la fois existentielle et originelle, nous ne sommes séparés que par un état de conscience déficient. Ne se trouve-t-il pas là notre prochain ? Celui qui est vraiment proche de nous ? Caïn a tué Abel. » S.I

« L'aîné sera assujetti au plus jeune; »

« Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel. »

 Le cherchant, homme de foi, ne sera jamais seul. Un guide secret l’accompagnera en permanence sur le chemin.

2ème tableau

« Tu viens de te soumettre à la mort.

La vie était souillée, mais la mort a réparé la vie. »

Que nous dit le 2ème tableau ?

Evangile de Jean :« Les Enfants de Dieu ne sont engendrés ni du sang, ni de la chair,

Ni encore moins de la volonté des Hommes. Les Enfants de Dieu sont issus de Dieu. »

1Corinthiens « 15:35 Mais quelqu'un dira: Comment les morts ressuscitent-ils, et avec quel corps reviennent-ils?

15:36 Insensé! Ce que tu sèmes ne reprend point vie, s'il ne meurt.

15:37 Et ce que tu sèmes, ce n'est pas le corps qui naîtra; c'est un simple grain, de blé peut-être, ou de quelque autre semence;

15:38 puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre…… »

1 Corinthiens « 15-50Ce que je dis, frères, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité. 51Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés,52en un instant, en un clin d'œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés.… »

Ne pas vivre pour soi-même. L’homme terrestre vit pour mourir pour que naisse l’homme céleste. Il faut mourir à soi-même, se tenir pour mort au monde, à la chair et  « ne plus marcher selon sa propre convoitise » ses propres désirs que certains qualifient d’universels.

Jacques « 1:13 Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise: C'est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne.

1:14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise.

15 Puis le désir, lorsqu'il est encouragé, donne naissance au péché et le péché, parvenu à son plein développement, a pour fruit la mort. »

Autrement : « la loi c’est ce que nous faisons »

D’où vient le compagnon ?

Le candidat apprenti entre dans la loge les yeux recouverts d’un bandeau tenant une épée pointe en direction de son cœur. Il se trouve dans les ténèbres. L’épée représente la Parole de Dieu portée par la lumière. Le candidat dans l’obscurité, dans les ténèbres par le bandeau cherche la lumière porteuse de la Parole de Dieu que représente l’épée.

Il a trois ans passés. Il a travaillé dans le porche du temple à dégrossir la pierre brute. Pratiquement comment peut- il travailler sur quelque chose qu’il ne connait pas dans un lieu qui lui est inconnu, chose et lieu auxquels il ne croit pas ou ne comprend pas le plus souvent? Bien entendu dans ce cas il s’agit de l’homme terrestre, homme terrestre qui n’a aucune existence propre. Il n’est qu’une réalité biologique gouvernée par son inconscient alors que la réalité est spirituelle, réalité gouvernée par la conscience. Que peut bien être cette pierre brute ? D’où vient-elle ?  L’homme terrestre est- il fait à l’image de Dieu, à Sa ressemblance ? N’est-ce pas plutôt l’homme de Sa dimension qui sera créé à l’image de Dieu.

« Il existe donc deux hommes, un du ciel et un de la terre. Les deux sont issus de la création. Et à un moment ils se rejoignent. Comment cela peut-il se faire ? Je dirai grand mystère de l’incarnation ou de la transmigration. » S.I

Trois voyages, chaque voyage est ponctué symboliquement par un coup de tonnerre.

feu (cherchant) purification Le feu construit ou détruit. Le feu est Parole de Dieu. (langues de feu de la pentecôte)

eau (persévérant)- donne consubstantialité, la légitimité – les eaux d’en haut (Genèse)

terre (souffrant) Grain mis dans la terre, la bonne terre. (Parabole du semeur)

tonnerre : l’Eternel  ciel- l’air

Trois voyages de Paul, d’évangélisation, de connaissance de la Parole de Dieu dont le 3ème se termine par sa décapitation.

Par la suite le candidat est conduit devant un miroir pour qu’il se voit tel qu’il est.

 « Et pense au nom dans le ciel et tout ce qui s’y trouve et le prénom sur la terre et tout ce qui s’y apparente ». S.I

Est-ce le reflet du reflété que l’on doit regarder ou chercher le reflété, à connaitre le reflété, à prendre conscience de la présence du reflété ?

Auparavant on lui avait parlé d’une pierre brute sur laquelle il avait dû travailler.

Cependant : « Du ciel il pleut sur la pierre sur la terre » S.I

Pour les kabbalistes, la pierre brute se situe entre la création et avant la formation. Et c’est seulement après avoir reçu la lumière que l’on trouve cette pierre.

La transformation se réalise sur la pierre qui est sur la terre uniquement selon la volonté de Celui qui est.

Il doit se connaitre lui- même. De ce fait il aura « la clé de tous les mystères ».

Il doit connaitre son prochain, celui qui est proche de lui, celui qui est en lui. Il doit prendre conscience de la présence spirituelle qui est en lui.

Cette présence spirituelle n’est- elle pas la pierre, le Graal qui vient d’en haut. Seul Dieu agit comme bon Lui semble sur cette pierre. Il est parlé d’Artiste dans le rituel. Nous retrouvons également la trilogie pensée- volonté- action attributs de l’Artiste. Est-il un alchimiste qui veut spiritualiser la matière ou le Grand Œuvre est- il associé à la passion de Christ ? La seule transmutation connue à ce jour est la transmutation nucléaire.

Par la suite le candidat monte trois marches de l’escalier, se signe en apprenti puis accède par deux autres marches au 5ème palier. La tempérance lui est montrée. Il descend alors l’escalier.

« L’entrée du Temple ne lui est pas permise. » Il ne pourra jamais y entrer par lui- même. La porte n’a pas de poignée, symbole fort. Elle n’est ouverte que de l’intérieur. Cependant pour le récompenser l’étoile flamboyante à cinq pointes lui est montrée. Sa lumière lui sera nécessaire pour vérifier son travail.

Etrange conception de la lumière qui dans ce cas est comparée à une lanterne qui éclaire. Nous ne sommes pas loin de la prévarication. Il est dit à ce candidat qu’il sera le seul acteur de sa création. Pour échapper à cette approche mortifère il est préférable de concevoir cette lumière comme celle de la raison qui permettra une élévation morale et intellectuelle afin de préparer un nid douillet à la blanche colombe.

Que peut- être cette lumière si ce n’est celle qui porte la Parole de Dieu, parole créatrice qui engendre les enfants de Dieu. Dans ce cas l’homme n’y est pour rien. Il ne peut exercer aucun pouvoir sur Elle. Il ne s’agit pas d’alchimie, de magie ou autres pratiques occultiste ou conception confondant psychologie et spiritualité. Il s’agit de science, de transfert d’informations.

Le candidat prononce son engagement. Son nom lui est donné : Gibelin ou expert tailleur de pierre. 

L’homme, par la foi et l’humilité « va à la rencontre » en conscience spirituelle de celui qui est proche de lui, son prochain qu’il doit aimer, cette présence spirituelle qu’il perçoit par la seule volonté de Celui qui est qui l’a reconnu dans sa grande clémence.

Aimer son prochain c’est aimer le fils de l’homme. Où se trouve le fils de l’homme ?

La lumière est séparée de l’abîme pour que la création se réalise par l’obtention d’une connaissance transformatrice purificatrice débouchant sur une conscience spirituelle, émanation manifestée que Celui qui est maîtrise selon Sa Volonté. Le rôle joué par les étoiles est capital. Le soleil préside au jour, il l’anime. La lune préside à la nuit, elle l’anime. Les étoiles éclairent la terre pour présider au jour et à la nuit. Elles l’animent jour et nuit. Elles séparent la lumière d’avec les ténèbres. Elles animent la terre en portant la Parole de Celui qui est aux hommes. La lumière du Soleil maitrise l’ensemble de la création, l’éclaire et l’anime dans sa totalité par la lune et les étoiles pour en finalité illuminer la terre, demeure des hommes.

Cette pierre consubstantielle issue de l’eau séparée « du vieil homme » par la Parole que porte la lumière est ma femme, mon épouse, mon prochain que je dois aimer comme moi- même.

La Lumière porte la Parole, la connaissance de Celui qui est,  l’Esprit, pour donner la conscience spirituelle pure selon Sa volonté, Sa reconnaissance.

Alors quel peut être le message de Jésus ? Ne nous invite-t-il pas à imiter son

propre désir à vouloir s’élever, retourner au Père, devenir son image. Il ne s’agit pas d’un désir source de violences conflictuelles ; mais d’un élan ayant pour but l’élévation pour ressembler à celui qui est. Bien entendu ce n’est que mon interprétation. D’un conflit Jésus en a été victime en devenant la pierre rejetée.  Expulsé et par un renversement ultérieur il est devenu la clef de voûte de tout l’édifice. Il a su montrer que l’origine fut homicide par le meurtre fondateur du fait de satan semeur de scandale. En nous montrant la vraie nature de Satan dont il a subi les effets, en nous le montrant du doigt, il affirme sa divinité. Ainsi peut-on interpréter sa parole : « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? », non pas en un reproche fait à son Père pour l’avoir laissé aux mains de la vindicte populaire, mais plutôt comme une demande faisant suite à une incompréhension de sa part. Pourquoi as-tu fait que ton message, ta parole n’aient pas été compris, accepté.

De quoi s’agit-il, si ce n’est que de tolérance, de respect de l’autre. De quelle

Force s’agit-il, si ce n’est que de la foi en un dieu, en l’humanité dégagée de sa violence, en un amour fédérateur. Incrédules, vous ne le voyiez pas, lui si. Malgré vous il vous reconnaîtra car vous aurez suivi ses commandements, vous aurez servi ses desseins.

Jean : « Nous avons reconnu et nous avons cru que l’Amour de Dieu est parmi nous. » « Dieu est Amour, celui qui demeure dans l’Amour demeure en Dieu, et Dieu en lui. » Nous devons apprendre l’Amour que rien ne peut décrire. Le christianisme est une histoire d’amour Lorsqu’il apparaît vous savez que c’est Lui. Aimer Dieu, c’est aimer son prochain comme soi-même et alors Dieu nous aimera. Il nous attirera car l’Amour est également attraction. C’est la loi Royale. Nous devons nous libérer de « notre propre convoitise » pour « accueillir l’étranger ». Autrement comment pourrions - nous emprunter les sept marches : « J'irai vers l'autel de Dieu, De Dieu Qui fait la joie de ma jeunesse » ? Sont-elles vraiment des marches ? Devons-nous préparer l’autel comme l’apprenti, apprenti servant.

Jean « 6:44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et je le ressusciterai au dernier jour. »

Après le jugement vous serez reconnu, racheté par Celui qui est qui vous éveillera.

C’est par la Parole de Celui qui est, Parole de vérité qu’après jugement ton âme sera libérée, délivrée  Le sang de Jésus est la Parole de Dieu, Parole de vérité.

La rédemption n’est- elle pas attraction ? Elle ne dépend pas de nous mais de Celui qui est.

La rédemption, le rachat par le sang de Jésus, mort sur la croix, sang de Jésus qui est la Parole de Dieu est le seul chemin, la seule voie qui mène à Celui qui est.

« Les enfants d’adoption par Jésus Christ » ou les rachetés de la terre par la Parole de Dieu, le sang de Jésus

Il n’existe aucun dieu bon ou dieu mauvais. Il n’existe que Celui qui est, créateur des Êtres selon Sa Volonté. Il est présent de toute éternité.

Avant Lui, c’est Lui ; après Lui, c’est Lui.

« Il n‘y en aura pas d’autre. »

Sa création est bonne. L’Amour est son moteur. Les méchants et les violents s’excluent d’eux- mêmes. La vie est conscience. L’évolution de la vie est l’évolution de la conscience.

« Ce qui est folie pour les hommes est sagesse pour Dieu. »

Tous ceux qui veulent la vie éternelle ne font que chercher la présence de Celui qui est. Ils désirent se mettre dans Son Amour, Son attraction, Son regard. Seul, Celui qui est, selon Sa volonté fait souffler le vent, où Il veut, quand Il veut, sur qui Il veut. Il donne l’Etre, selon Sa Volonté,  à ceux qui n’étaient qu’Etre- non Être à la fois, qui n’étaient qu’une tendance à exister.

Luc « 6 :20 Alors Jésus, levant les yeux sur ses disciples, dit :

Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !

6 :21 Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés !

Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie !

6 :22 Heureux serez-vous, lorsque les hommes vous haïront, lorsqu'on vous chassera, vous outragera, et qu'on rejettera votre nom comme infâme, à cause du Fils de l’homme !

6 :23 Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez d'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans le ciel ; car c'est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.

Vous qui ne cherchez pas la gloire de ce monde vous serez rejetés par ce monde. Vous serez glorifiés par Celui qui est selon Sa volonté. Vous vivrez.

Psaumes

« 128 :1 Cantique des degrés.

Heureux tout homme qui craint l'Eternel,

Qui marche dans ses voies !

128 :2 Tu jouis alors du travail de tes mains,

Tu es heureux, tu prospères.

128 :3 Ta femme est comme une vigne féconde

Dans l'intérieur de ta maison ;

Tes fils sont comme des plants d'olivier,

Autour de ta table.

128 :4 C'est ainsi qu'est béni

L'homme qui craint l'Eternel.

128 :5 L'Eternel te bénira de Sion,

Et tu verras le bonheur de Jérusalem

Tous les jours de ta vie ;

128 :6 Tu verras les fils de tes fils.

Que la paix soit sur Israël ! »

 

6 :24 Mais, malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation !

6 :25 Malheur à vous qui êtes rassasiés, car vous aurez faim !

Malheur à vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et dans les larmes !

6 :26 Malheur, lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c'est ainsi qu'agissaient leurs pères à l'égard des faux prophètes !

6 :27 Mais je vous dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent,

6 :28 bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. »

Vous qui cherchez la gloire de ce monde, ce monde vous reconnaitra. Sa seule recherche n’est que « vanité et poursuite du vent ». Vous mourrez.

 

Gloire à Son Nom !