0502090045-51

Que portent les nombres ?

 Quitter les limbes, voyager, « détruire en soi celui qui vit sans Dieu. Mourir à soi, aux autres, et à toute valeur matérielle, jusqu’à renaître dans la Memoria Dei »   grâce à la main tendue par jésus…sinon   

Nous pouvons appréhender la complexité du processus par le fait que « Dieu a fait l’un comme l’autre, afin que l’homme ne découvre en rien ce qui sera après lui » mais « on ne se rappellera plus les choses passées, elles ne reviendront plus à l’esprit. »

Il s’agit d’un changement de mémoire qui garde l’Esprit en retour dégagé de son état d’ignorance de la Parole pour être dans celui où il l’a retrouvée.

 Alors que peut-il donc se passer en attendant que le cycle de la terre s’accomplisse ?

Apocalypse (ch.7 Ver.2):

“Après cela, je vis quatre anges debouts aux quatre coins de la terre ; ils retenaient les quatre vents de la terre afin qu’il ne souffle point de vent sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre.

 Et je vis un autre ange qui montait du côté du soleil levant, et qui tenait le sceau de Dieu vivant ; il criait d’une voix forte aux quatre anges à qui il avait été donné de faire du mal à la terre et à la mer, et il dit : ne faits point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqués du sceau, les serviteurs de notre Dieu. »

Au commencement !

« Des Intelligences Supérieures ont dissimulé derrière une approche phénoménologique des cycles intangibles de la nature ou objective, des concepts scientifiques primordiaux. Ainsi, du fait même de ce procédé, l’interprétation de chaque époque restait toujours dans la signification première essentielle du message transmis.

Le jour, l’année, le mois n’ont pas systématiquement la signification temporelle humaine mais correspondent le plus souvent à des valeurs numériques qui leurs ont été attribuées. »

Il en est de même pour les dimensions linéaires, surfaciques et volumiques qui n’ont pas automatiquement la signification mathématique déduite mais correspondent le plus souvent à des valeurs numériques qui leurs ont été attribuées.

Comme dans toutes constructions systémiques un référentiel a été établi par l’attribution calculée de valeurs numériques à des éléments jugés primordiaux.

Des formules scientifiques en lien direct avec le thème développé ont été choisies pour servir de structure à l’ensemble de la construction d’une grandeur et d’une beauté sans pareil.

Le support employé est celui des nombres, le support universel qui permet la transmission d’informations d’intelligence à intelligence.

Les nombres sont organisés selon un principe mathématique simple qui a donné lieu à la mise à jour d’une dimension arithmétique inconnue. 

Les informations transmises sont naturellement adaptées du fait de leurs conceptions à chaque niveau de connaissances acquises par le receveur.

Représentation tableau binaire nombre-poids-mesure

Capture1112

Apocalypse

« Il mesura la ville avec le roseau et trouva 12 000 stades ; la longueur, la largeur et la hauteur en étaient égales. »

Une structure se fait jour

Il s’agit d’une association entre l’écriture 10(2) – 100(4) – 1000(8) …….  et les nombres décimaux des entiers naturels (1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13….).

On remplace puis on multiplie. 

12000 = 12*1000 = 12*8 = 96 et 96/4 = 24 et 24*24*24 = 13824

 Le message qui nous est transmis a donc comme support des connaissances en mathématique, en physique quantique et en solfège.

Qu’est ce qui risque de jeter dans l’oubli la métaphysique ? Pour ma part je dirai la physique quantique

Le christianisme n’est pas une voie de mort qui tue le plaisir comme l’écrivait Nietzsche qui lui est mort. Le plaisir n’est que le moteur qui permet la répétition d’actes instinctifs comme par exemple ceux liés au sexe qui semblent tellement essentiels pour l’humain. Pensez – vous que deux intelligences différentiées s’adonneraient à la pratique sexuelle entre elles si un plaisir intense n’en était pas l’aboutissement, si non, pas de reproduction.  Dans sa 1er Epître Pierre ne voit – il pas que la « Voie de l’Amour qui conduit au Royaume éternel de Dieu » va de la Foi à l’Amour.

Lorsque nous atteignons un tel degré dans l’Amour, alors nous pouvons espérer que l’agapè nous comprendra. Cet agapè est la Vie. Il est constructeur. Sans Lui nous ne sommes rien. De Lui tout émane. Il est notre Dieu unique et révélé, puissant et miséricordieux. 

 Pour Paul « L’Amour est patient, plein de bonté ; n'est point envieux ; ne se vante point, ne s'enfle point d'orgueil, ne fait rien de malhonnête, ne cherche point son intérêt, ne s'irrite point, ne soupçonne point le mal, ne se réjouit point de l'injustice, mais se réjouit de la vérité Il excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout. L’Amour ne périt jamais. » 

 Que dire de plus ?

Paul nous décrit un état, non une étreinte ou attirance émotionnelle, encore moins un sentiment hypocrite mielleux petit – marchand, « qui donne bonne conscience »   mélangé de pitié, de compassion et d’empathie tout en conservant des acquis biens mérités, pas volés qui ne doivent rien à personne. Nous devons tous individuellement atteindre cet état pour aimer, premier pas vers la perception de l’agapè. Etat d’âme ou d’esprit ? Peu importe, l’agapè culmine plus haut, plus fort, plus beau, plus sage.

Paul ne le définit pas. Il donne le processus à suivre pour le prier. Agapè, modèle à imiter, impossible, voire blasphémateur ou prévaricateur, il vient uniquement de Celui qui Est. Paul le sait très bien.

Être assuré, volontaire, sincère, loyal, s’affirmer avec force dans ses convictions, sans peur, sans mièvrerie affligeante, voilà un bon profil pour celui qui veut servir au nom de l’Amour.

L’engagement puissant, exigeant demande de la constance, de la persévérance. Il faut brûler nos pensées, nos émotions, notre haine, notre violence, faire table rase de nos certitudes, tout remettre à zéro. Il faut faire silence. 

La permanence, l ‘infini, la réalité autre que le quotidien, l’immobilisme ne sont pas de cette dimension présente à nos yeux. Tout passe, rien ne s’arrête. Si la vie est celle que nous vivons, alors la mort nous prouve le contraire.

Jean « 6 :44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire ; et je le ressusciterai au dernier jour. »

Après le jugement vous serez reconnu, racheté par Celui qui est qui vous éveillera.

C’est par la Parole de Celui qui est, Parole de vérité qu’après jugement ton âme sera libérée, délivrée. Le sang de Jésus est la Parole de Dieu, Parole de vérité.

La rédemption n’est- elle pas attraction ? Elle ne dépend pas de nous mais de Celui qui est.

La rédemption, le rachat par le sang de Jésus, mort sur la croix, sang de Jésus qui est la Parole de Dieu est le seul chemin, la seule voie qui mène à Celui qui est.

« Les enfants d’adoption par Jésus Christ » ou les rachetés de la terre par la Parole de Dieu, le sang de Jésus.

 « Dieu s’est révélé aux hommes. Ses prophètes ont prophétisé. Son Envoyé Suprême s’est incarné. Rien n’y fit ! Ils se sont détournés. Douteriez-vous de la puissance de Dieu ? Ce qui arrive doit arriver selon sa Volonté, les hommes n’y sont pour rien. Il a agi pour ses enfants qui sont issus de Lui, qui croient en Lui et en son Envoyé, son fils, son premier né. Leur foi est pure comme de l’or. Ils n’ont jamais douté de Dieu, ne l’ont jamais renié. Ils seront Ses serviteurs, Ses prêtres. Ils auront connu Son Amour, seule et unique connaissance réelle. » S.I

Ne demeurons pas un rationaliste étriqué comme Thomas qui ne croit que ce qu’il voit. Il n’est qu’un incrédule inintelligent qui doute et qui ne pourra jamais envisager une autre éventualité, une autre réalité. Le doute est destructeur. Aucune confiance n’est en lui.

L’homme a perdu la foi. Son orgueil n’a d’égale mesure que sa méchanceté et sa violence.

Seul l’Esprit est source de Vie.

 L’histoire de l’Esprit qui n’est pas de notre dimension s’appuie sur des représentations humaines pour que nous puissions comprendre le message ou l’enseignement transmis.

Nous comprenons maintenant comme nous le disent les Ecritures que l’homme ne peut en rien maîtriser son destin, ne peut absolument pas de lui-même et selon sa propre volonté, soi-disant, se transformer pour accéder à un monde qui n’est pas de sa nature. Il nie en permanence l’existence et la puissance de Celui qui Est. Il rejette Christ, le seul intercesseur entre l’homme et Celui qui Est. Il se prend pour Dieu dans un orgueil sans commune mesure. Il se croit le centre de toute chose. Il se croit indépassable. Il se croit la finalité ultime de la création dans une arrogance prévaricatrice. Il a détruit tous les ponts. Il a détruit l’harmonie nécessaire à toute élévation.

Les chérubins rappelleront aux moqueurs, aux contempteurs qui est notre Seigneur et Maître.

« Ce qui est folie pour les hommes est sagesse pour Dieu. »

La science n’a pas d’histoire. Elle est là, présente, de toute éternité. Notre Seigneur et Maître en est l’émanation première dans sa toute-puissance.

 Un seul Nom, « Celui qui est » puisque c’est Lui-même qui nous l’a communiqué.

 Je suis.    Dieu

Je suis je suis.

Je suis Celui qui Je suis, Je suis Celui qui Est.

Celui qui Est.

Il Est.     Celui qui est

Celui qui est, origine consubstantielle de Son émanation par la Parole et de toutes celles issues de Lui, notre Seigneur et Maître, est l’Unique, le Seul qui de toute éternité donne la Vie selon sa Volonté à ses enfants, à ses témoins. Sa Gloire immense n’a d’égale que Sa Puissance, que sa Science et sa Présence qui illuminent et dominent sa Création.

Celui qui est, est-Il en dehors de Sa création ou comme le disent certains en blasphémant sans s’en rendre compte : « le divin se dilue dans la création comme un fluide immatériel, énergie pure ou cosmique » alors que l'énergie ne fait que décrire l'état de quelque chose d'autre ? 

Celui qui est, est la création puisqu’Il la fait et la maitrise selon Sa volonté. Il crée à l’image de Dieu, à l’image de Lui- même dont Il émane. Dieu donne l’être et le non être. Celui qui est donne l’être, la vie selon Sa volonté

 Celui qui est a bien créé l’homme à son image, à l’image de Dieu. Il lui a donné l’intelligence et Sa parole. L’Eternel a créé en libérant l’homme né d’en haut de sa réalité-décor par l’action de Son Esprit. Il lui donne l’être.

Qu’a fait Celui qui est, notre Seigneur et Maître, pour les « prémices de ses créatures », Sa Création ?

Il va leurs donner l’intelligence, la parole, la structure et le support de l’image pour le retour.

Nous avons à faire à un flux qui désigne un ensemble d'éléments (informations / données, énergie, matière…) évoluant dans un sens commun. Un flux peut être un déplacement (quelle qu'en soit sa nature) qui se caractérisé par une origine, une destination et un trajet.

Ce processus se caractérise par une onde radio descriptive d’un système, de sa structure permettant sa reconstruction accompagnée parallèlement d’un transfert de photons porteurs d’informations quantiques relatives au système et ainsi forment un couple.

Qui porte l’image ?

 C’est l’Elu ou 144 000 d’Apocalypse soit 144*1000 = 144*8 = 1 152.

1 152 se compose de 1008 Hz, la fréquence de l’image. Le transfert se fait grâce à 144 Hz, la fréquence de rafraîchissement qui permet fluidité et netteté, également valeur numérique attribuée à l’Arche de Noé.

1 008 Hz (fréquence image) + 144 Hz (fréquence de rafraichissement) = 1152

Il existe un lien entre l’image de Jérusalem céleste 13 824 et l’image de l’Elu 1152.

13 824/1152 = 12

 L’Elu associé à la lumière (12) Jésus donne l’image 1152*12 = 13 824.

 Le 8ème jour est celui de l’Elu à qui l’Eternel a donné selon Sa volonté l’entendement et Son image. Cette identité nouvelle est portée en fréquence par 1008 Hz pour un transfert que la fréquence de rafraichissement 144 Hz assurera en qualité.

Elle emprunte l’Arche de l’Alliance 576 pour se rendre en direction du Trône de Celui qui est

Il est question du processus scientifique d’informations transférées. Bien entendu l’acquisition de cette nouvelle identité qui s’appuie sur l’Etre fixé ne dépend pas de nous qui sommes encore endormis dans les formes de l’ego.

L’Elu1 152 – se trouve dans le Saint des Saint du Temple de Salomon, devant l’Arche de l’Alliance.

 Il existe un avant Moïse et un après. Dans un grand respect et en toute humilité sans intention de blasphémer mon Seigneur et Maître, je m’hasarderai à une interprétation qui n’engage que moi.

Avant Moïse, Dieu est « Je suis. »

« Je suis. » correspond à Genèse, aux principes de la Création.

« Le Dieu de vos pères m'envoie vers vous. »

« Vos pères » correspondent aux structures de la Création.

Nous comprenons le cheminement. Celui qui parle est issu de Dieu.

 Celui qui Est, notre Seigneur et Maître peut lui seul s’Il le désire donner l’Etre, l’Etat qu’Il souhaite. Il est l’Observateur conscient de ce qu’Il veut.

Pourquoi douter de la toute-puissance de Celui qui est ? Pourquoi douter de la puissance des écritures ? A qui s’adresse Celui qui est ? A nos Esprits, issus de la lumière qui illumine les hommes ? Qui peut vouloir aller à la recherche de cette lumière, l’utiliser pour planter son propre arbre de vie ? Les nicolaïtes certainement. Abomination de la désolation.

L’enseignement du Livre se transmet. La Parole de Celui qui est, est transférée.

S’agirait-il de la « Parole de Dieu », d’un transfert d’informations numériques portées par des photons ? Un flux d’informations arrive et construit. L'information est immatérielle. L'information toutefois est indépendante du support : elle existe indépendamment de lui. La conscience spirituelle n’est – elle pas de cette dimension ? Elle est connaissance. Elle se construit.

Le vent ou l’Esprit souffle là où il veut. Celui qui est connait tous ses enfants. Celui qui est , seul, prend soin de leurs esprits.

La Tradition est la connaissance universelle d'origine non-humaine. La Tradition est d’origine divine, c’est une émanation de la sagesse divine. Elle est ce qui relie l’homme au Divin. N’est véritablement traditionnel que ce qui explique un élément d’ordre supra-humain. C’est ce qui caractérise essentiellement la Tradition.

La Tradition est la révélation continue, par le Saint-Esprit de la Parole de Celui qui est aux membres de son assemblée. Elle est fondée sur la vie et les enseignements de Jésus de Nazareth, le Messie, l’envoyé de Celui qui Est.

La tradition est dans le Livre de la Parole qui est la tradition. Il n’existe qu’un seul message.

A qui s’adresse le message ? A ceux qui sont capables de le comprendre ? Je dirai à ceux qui sont capables de l’accepter, de l’entendre parce que l’intelligence leur a été donnée.

Jean

« 5 :44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ? »

Si l’homme ne croit que ce qui lui est vraisemblable, pauvre de lui, il restera à jamais dans l’ignorance.

L’humain ne peut rien empêcher de ce que Celui qui est veut.

Les hommes n’ont pas accès à la Tradition. Cela n’a aucun sens de croire qu’ils le peuvent. Ceux qui portent la vérité ont influencé et établi toutes les croyances, toutes les religions pour les mettre à la disposition des hommes tout ceci en rapport avec leur degré d’élévation intellectuelle au travers des générations. Rien n’a été caché, tout a été dit.

Genèse

« 41 :45 Pharaon appela Joseph du nom de Tsaphnath-Paenéach ; et il lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre d'On. Et Joseph partit »

 Tsaphnath-Paenéach, celui qui découvre les choses cachées, qui révèle les secrets est celui qui approvisionnera le pays d’Egypte, qui fournira du pain à sa famille.

Asnath, la mère d’Ephraïm et Manassé, deux tribus d’Israël, est Nout, la grande vache sacrée qui supporte sur son dos la course du dieu Rê.

 Le Livre de la Sortie au jour ou des ténèbres à la lumière

« Je suis avec Horus le jour de célébrer la fête d'Osiris, l'Etre bon dont la parole est vérité, et je fais des offrandes à Ra le jour de la fête du Six (pour le jour de la navigation dans la barque du Soleil.) et de la fête du quartier de la lune dans An. (Héliopolis la Ville du Soleil) » La fête d’Osiris tombe le 2 du mois, la fête du quartier de la lune pouvant répondre au 23.

Qui a pu inspirer ces écritures ? Si non, Ceux qui étaient au commencement et qui seront à la fin ou qui sont au commencement comme Ils sont à la fin. En même temps ?

Jésus, le serviteur choisi par Celui qui est ne s’est pas caché. Il n’a été en rien occulté. Nous ne pouvons plus le voir car personne ne peut l’accueillir contre Sa Volonté. Jésus, et lui seul reviendra dans sa Gloire. Quand et comment ? Nul ne le sait à part Celui qui est.

 Sur qui s’appuie Celui qui est pour Sa Création ?

Le peuple Hébreu et Son Envoyé Suprême Jésus-Christ.

Celui qui est a porté sur des ailes d’aigle (symbole divin, véhicule des âmes) les enfants d’Israël (enfants célestes) qu’Il a fait sortir d’Egypte (l’homme terrestre) pour les amener vers Lui.

 Le peuple de Celui qui est, est le peuple qu’Il a « délivré de la maison de servitude », qu’Il a fait sortir de la terre d’Egypte pour qu’il lui donne Ses sacrificateurs que Jésus-Christ, Son Envoyé Suprême, le Messie d’Israël, établira dans Son royaume. Son peuple est en esprit, dégagé de la « matérialité » ou « réalité-décor ». Jésus est venu pour accomplir, relier le visible à l’invisible.

Il a descendu l’échelle avant de la remonter selon la volonté de Celui qui est.

Ses Enfants sont issus de l’action de Son Esprit, de la Parole.

Nous faisons donc face à deux expressions de la création. Elles se rejoignent. Qu’elle en est l’économie ?

Une nuance est cependant notable. L’Eternel nous parle de l’homme en général, pas uniquement du peuple hébreu.

Comment ne peut-on pas voir sa Présence ? Seuls l’orgueil, l’arrogance, la suffisance, la moquerie et le mépris peuvent l’empêcher. Quelle absence d’intelligence ! Tout est vanité. 

Qui peut s’opposer à Sa Création ? Personne, sans se condamner soi-même à mort.

Peut – on dire que nous ne savions rien de la création de Celui qui est ? Non, car Il nous a envoyé celui qu’Il a choisi : Jésus, porteur de la bonne nouvelle. Les prophètes nous ont fait connaitre Celui qui est dans sa création. Jésus est venu accomplir par son enseignement en nous dégageant de toutes les errances spirituelles et en nous montrant le seul et vrai chemin, la seule et vraie voie, la seule porte que Celui qui est fera franchir selon sa volonté. Celui qui est libère, donne la liberté par la vie qu’il accorde.

Avons-nous tué notre âme ? Presque tous l’ont fait. Il ne leur reste que le corps. Ils sont donc tous mort. Les robots sont plus vivants qu’eux. Ils devraient se débarrasser d’eux car devenus inutiles, la seule économie possible. La loi c’est ce que je fais. Continuez ! L’adversaire jubile, mais seulement « un temps, deux temps et la moitié d’un temps » il le fera.

Sommes-nous seuls dans la Création ? Bien sûr que non ! La planète devait suffire au bien – être terrestre. En est-il encore de même à présent ? Ce bien- être leur est-il devenu indifférent ? Le bien être est pour l’homme terrestre. Qu’en est- il du bien de l’Etre céleste ?

 La foi et l’humilité ont quitté le cœur des hommes. L’harmonie est rompue. La confusion s’installe. L’élévation devient impossible. Ailleurs elle se fera. Personne ne peut s’opposer à Celui qui est. Sa Parole a été perdue du fait même de la prévarication des hommes. La diversité en a résulté. L’unité s’est évanouie.

 L’homme terrestre ne ressuscite pas.

 L’Ecclésiaste (3- 19,22)

« Le sort des Hommes et le sort de la bête sont identiques : comme meurt l’un ainsi meurt l’autre …La supériorité de l’Homme sur la bête est nulle car tout est vanité.  Tout s’en va vers un même lieu : tout vient de la poussière, tout s’en retourne à la poussière. » 

 Genèse « 1 :27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Il ne s’agit nullement d’une création définitive, à l’identique. Personne, aucun être humain, ne peut dire qu’il est devenu consubstantiellement semblable à Dieu. Que c’est lui, créé à l’image de … qui va rejoindre « son Père » comme le dit Jésus.

Cependant :

Le livre d’Enoch Chapitre LXVIII

13 « Car les hommes n’ont point été créés pour consigner leur croyance sur du papier au moyen de l’encre. » 

14 « Ils ont été créés pour imiter la pureté et la justice des anges. »

15 « Ils n’auraient point connu la mort, qui détruit tout ; c’est pourquoi la puissance me dévore. »

16 « Ils ne périssent que par leur trop grande science. »

Origine de leur prévarication, les hommes se prennent pour Celui qui est. Origine actuelle de leur chute. L’élévation est rendue impossible.

Réaliser une zone d’échange et d’interaction ou interface cerveau machine complète (à un ordinateur) par l’intermédiaire d’un implant dans le cerveau afin d’obtenir une symbiose avec de l’intelligence artificielle est une abomination de la désolation. Qui finira par prendre l’ascendant sur l’autre ? Si les échanges sont rendus possibles, n’est- ce pas dû au fait que ces deux intelligences sont de même nature, compatibles entre elles ?

 L’homme terrestre a été formé pour être mis dans le Jardin, la terre.

 Le tableau binaire.  Nombre-poids et mesure.

Capture1112

Les 1 correspondent à la valeur énergétique de la qualité d’un signal porteur d’une information, ici d’une valeur numérique donnée par la progression des puissances de 2.      

Les 1 sont du domaine symbolique des 6 jours (spirituel) auxquels les puissances de 2 donnent forme (matériel intermédiaire – zone tampon) pour être construits ou faits par les 7 que détermine le fleuve qui se divise en quatre bras.

Somme des 3 premiers « bit » qui est : « Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras » 

Quatre bras est la limite de la puissance de 2 soit 22 à laquelle il faut stopper l’addition des « bits » précédents pour obtenir la suite : 0,1,2,3,4,5,6,7, pierre d’achoppement sur laquelle tout se construira.

Tous les nombres sont des multiples de 8 ou 23.

 Intéressons-nous à la séquence verticale répétitive à l’infini de couleur jaune.

Elle correspond à la somme des 3 premières colonnes ou des 3 « bits »

Capture1113

La somme des 3 « bits » ou 3 colonnes donne une autre unité ou pierre d’achoppement qui est une séquence : 0,1,2,3,4,5,6,7

Nous retrouvons notre chandelier à 7 branches qui a en fait 8 lumières en comptant le zéro. Peut-être la 8ème lumière d’Hanoukka ?

Tous les nombres sont des multiples de 8 ou 23.

 Pour composer la suite des nombres entiers en utilisant la pierre angulaire ou racine des nombres ou système de référence (séquence 0,1,2,3,4,5,6,7) nous ajoutons à chacun de ses composants un multiple de 8 selon la formule n*23 (n  appartient aux nombres entiers naturels)

 Comme ils sont tous multiples de 8 :

Capture1114

Le système de numération octal est le système de numération de base 8, et utilise les chiffres de 0 à 7.

« Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre »

 Tout est nombre-poids et mesure.

 Les 1 représentent la valeur de la colonne. Le résultat rouge est la somme des valeurs de 1.

 Les puissances de 2 se développent de la droite vers la gauche à l’infini pour obtenir l’ensemble des nombres entiers jusqu’à l’infini

Capture1115

L’Eternel a créé la lumière (12Hz), transfert d’informations répondant à une qualité de signal (48db), (6db la qualité signal d’1 bit- 6*8=48db la qualité du signal d’1 octet) ainsi que l’adresse de destination, codée sur 6 octets ou 48 bits, qui indique l’interface à laquelle sont destinées les données. Toutes les autres interfaces ignorent les paquets dont l’adresse de destination ne leur est pas destinée. Seule l’interface ayant l’adresse correspondante va lire le paquet, le ranger dans une mémoire tampon interne, interrompre son traitement pour que son système d’exploitation puisse saisir le paquet et le traiter. L’Eternel crée le monde (432Hz) par le La1 (108 Hz). En acoustique, la fréquence fondamentale ou son fondamental est l'harmonique de premier rang d'un son, ici 432hz qui est la fréquence naturelle. Quand le la, est accordé à 432 Hz, toutes les autres notes de musiques sont aussi corrigées vers leurs fréquences harmonieuses correspondant au la de référence et aux fréquences de la nature qui nous entourent. Et enfin Il a créé (3456) Sa « ville » ou « la ville de l’Eternel » Ezéchiel, un carré de périmètre (864). Il existe 12 portes et chaque porte vaut 864/12 = 72.

La lumière se dispense dans la création pour : 1 jour = 72,

 6jours : 6*72 = 432.  La fréquence de 432 Hz est qualifiée, par des scientifiques, de "naturelle". L'oscillation à 432Hz est une fréquence de résonance de l'eau. Cette fréquence est inscrite jusque dans notre système solaire. Quand le la est accordé à 432 Hz, toutes les autres notes de musiques sont aussi corrigées vers leurs fréquences harmonieuses correspondant au la de référence et aux fréquences de la nature qui nous entourent.

 432 est dispensé dans les 4 directions soit 432/4 = 108 qui est le La1.

 Existerait-il plusieurs créations ?

Il existe celle des 6 jours, spirituelle, celle du fleuve qui se divise en quatre bras, pré-matérielle, qui découle de celle des 6 jours, celle d’après le 7ème jour, matérielle et celle qui sera après que tout ce qui est épars soit rassemblé (Jérusalem Céleste).

Le 7ème jour est celui des nations qui fouleront la Ville Sainte et blasphèmerons le nom de l’Eternel. Ne pas travailler durant cette période signifie que l’on respecte l’Eternel notre créateur, que nous nous remettons entièrement entre ses mains, que nous Lui obéissons dans une fidélité sans faille. Nous sommes dans sa création « spirituelle » en tant qu’enfant de Dieu issu de Dieu.

Avant le commencement Dieu Est, transcendant (Comment cet Être qui Estpeut-il habiter ce néant) 

Suit une théophanie spirituelle (Puis Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance.)

Par un effet psychopompe, ils transmigrent dans une dimension tampon pré-matérielle ou limbes (Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras) pour intégrer l’être apparent – créature matérielle, celle d’après le 7ème jour.   (Mais une vapeur s'éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol)

Ayant atteint l’épinoïa par la Connaissance qu’ils acquirent par la foi envers le Fils incarné qui leur envoya le Paraclet, par la Porte, ils réintégrèrent (les Voyageurs, les Êtres réels), par le lien établi qui suivait le chemin de l’étoile filant à travers les trois strates.

Que constatons-nous ?

Les 6 jours Genèse nous instruisent d’une autre création.

L’Arche de l’Alliance avec Dieu, (moyen du transfert) est emprunté par les élus (sous la forme d’une onde électro- magnétique porteuse d’informations, son identité) pour se rendre dans la Propriété de la Ville qui appartient à la Maison d’Israël et de la Maison d’Israël en empruntant à nouveau l’Arche de l’Alliance avec Dieu pour franchir les portes de la Ville de l’Eternel.

Nous comprenons qu’avant toute chose, une autre création existe puisque le 1er jour correspond à l’Arche de l’Alliance avec Dieu. Nous assistons à une transmigration consubstantielle.  Nous ne sommes pas dans la matérialité.

L’Esprit de Dieu arrive dans la matérialité, mais comme nous l’indique les 6 jours pour 1 jour = 72, il arrive dans la dimension vibratoire 432, fréquence naturelle à partir de laquelle a été créé la nature et les hommes. Il existe donc une inter connexion entre l’Esprit et l’âme de l’homme qu’une zone tampon, d’attente avant transfert régule.

Nous pouvons peut-être écrire que la matérialité n’est qu’un décor pour l’Esprit qui s’appuie sur l’âme humaine qu’il transformera et qui l’associera à son retour, d’où :

4 :26 Seth eut aussi un fils, et il l'appela du nom d'Enosch. C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de l'Eternel. »

 Pour l’homme céleste, celui de Seth et sa descendance « les fils de Dieu », ceux qui adorent Celui qui est en Esprit et vérité et qui invoquent son Nom, ils sont le deuxième aspect de Sa création, la seule et unique qui existe, celle de Celui qui est. Elle donne la conscience spirituelle.

 1 Corinthiens « 15 :47 Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre ; le second homme est du ciel. »

Cet homme céleste est endormi. Il doit être éveillé par Celui qui est qui l’a reconnu.

Un autre monde existe, le monde de Celui qui Est.

Nous sommes dans le monde de l’être non être, des états juxtaposés, celui de la tendance à exister. Toutes les possibilités et non possibilités sont présentes. Seule une observation en fixe une, le temps d’une observation, tout s’effondre. Rien n’est fixé, rien n’est établi.

Autre approche

Que nous relate le Livre de la Parole ?

 Il nous révèle l’histoire de l’Esprit qui accède à ce monde, qui voyage dans ce monde et qui se retire de ce monde.

L’histoire de l’Esprit est parallèle à celle de chair du peuple hébreu pour n’en faire plus qu’une après l’alliance accordée par l’Eternel.

L’Esprit de Dieu ne restera pas éternellement dans l’homme car ses jours sont de 120 ans. L’alliance serait-elle élargie à toute l’humanité ? Jésus est venu pour le dire et pour la faire.

Commençons par le commencement, à savoir Genèse.

 L’élément essentiel est : Le monde a été créé en 6 jours. (1 jour vaut 1000 ans pour Dieu)

6 jours pour le microcosme contiennent la probabilité humaine et le 7ème jour pour le macrocosme contient entre autres la résolution évolutive humaine de la probabilité.

Le 7ème jour correspond également aux 120 ans de l’homme, période dont la fin constatera le départ de l’Esprit de ce monde.

Les 6 jours et le 7ème jour ne sont pas de même dimension. Il existe donc une origine unique pour deux créations. Sont-elles concomitantes ? Se succèdent-elles ? Laquelle est la plus cohérente ? Laquelle est la plus décohérente ? De toute évidence celle des 6 jours est la première, sans elle, point de seconde. Nous pouvons donc écrire que ce monde avec tout son contenant, dont l’homme, a été créé par la 1ère à son image qui est une tendance à exister.  

En finalité qu’est ce qui est issu de l’origine ou de « YHVH », Essence divine en tant qu’Elle se révèle comme Personne Suprême ?

C’est la Vie. Et cette vie s’est personnifiée dans la 1ère création comme dans la deuxième. Cependant, la Personne Suprême, notre Seigneur, notre Maître et Ses Intelligences Supérieures d’essence différente à la nôtre, s’Ils le désirent, ont la mainmise totale sur notre dimension.

Les 6 jours nous donnent une description de la création dans ses différentes phases.

 Rappel :

1ère aspect création : 1 jour = 8 (6*8=48) La lumière se répand dans le monde.

2ème aspect création : 1 jour-jour = 72 (6*72=432) Fréquence naturelle - Création

3ème aspect création : 1 jour-année = 576 (6*576=3456) Portes du Ciel – Accès à la Ville

Nous demeurons toujours dans la même dimension. On développe les notions de fréquence, de qualité de signal ou de musique (harmonie et résonnance). Les cordes vibratoires ne sont pas si lointaines.

 Qu’est-ce que la lumière ? Des informations ? Des informations que le macrocosme porte à notre conscience ?

Que nous donnent ces informations ? Une identité ?

Ne dit-on pas que Jésus est le seul capable de nous donner une identité, identité nouvelle qui est le passeport pour rejoindre « le royaume de Dieu qui n’est pas de ce monde ».

Que nous apporte cette identité ?

Un accès à la Vie qui ne connait pas la mort construit sur l’Amour. La 2ème création peut disparaitre, la 1ère, non, puisque que de toute éternité son principe est.

Jésus « Comment Celui qui Est peut-il habiter ce néant ? Merveille de merveille. »

La lumière se répand dans le monde.

Les ténèbres ne l’ont pas reconnue, heureusement pour ce monde si je puis dire, autrement il ne serait pas.

La lumière éclaire également les hommes.

Tous ne l’ont pas reconnu malgré ceux qui sont venus pour témoigner de sa présence :

« Jésus le témoin fidèle » et les deux témoins d’Apocalypse : Jean le Baptiste et Jean l’Evangéliste. 

Après que Dieu ait révélé sa présence au monde, Jésus est venu apporter le salut à chaque fils de l’homme égaré en lui montrant le chemin, en étant la Voie, en lui donnant une identité compatible, l’Esprit.

Mais l’humain est ce qu’il est. A quoi bon vouloir le changer, cela ne sert à rien, c’est dans sa nature. Il s’opposera toujours à la Vie, il ne connait que la mort.

Cependant l’Eternel dans sa grande miséricorde sauvera ceux qui peuvent être sauvés selon Sa Volonté. Ils deviendront ses enfants puisqu’ils se considéreront comme de simples voyageurs en quête d’un retour auprès de Lui, leur Seigneur et Maître qu’ils ne défieront pas et qu’ils vénéreront dans une communion sans arrière-pensée.  Cette lumière qu’ils portaient, lumière envoyée à chacun d’entre nous, nous transformera tous au son de la 7ème trompette. « Les enfants de Dieu sont issus de Dieu, la chair et la volonté des hommes n’y sont pour rien. »

La lumière voyage dans le monde.

Une question se pose. Comment cette lumière qui n’est pas de ce monde peut –elle y venir ? Comment peut-elle y rester ? Comment peut-elle en repartir ?

Pour moi, une seule réponse : l’extérieur est en nous. Le dehors est à l’intérieur de nous. Il existe donc une connexion possible entre les deux dimensions, une arche d’alliance peut-être.

Evangile de marie magdala :

« Car c’est à l’intérieur de vous que se trouve le fils de l’homme ; allez à lui, ceux qui le cherchent le trouve. »

Que nous dévoile encore l’Enseigneur ou jésus :

« L’attachement à la matière engendre une passion contre nature. Le trouble naît alors dans tout le corps ; c’est pourquoi je vous dis : soyez en harmonie. Si vous êtes déréglé, inspirez – vous des représentations de votre vraie nature. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. »

Evangile de Thomas

« Saint Pierre lui disait :

Que marie sorte de parmi nous ;

Par ce que les femmes ne sont pas dignes de la Vie.

Jésus répondit :

Voici que je la guiderai,

A fin de la faire homme ;

Elle deviendra, elle aussi,

Un souffle vivant semblable à vous, hommes.

Toute femme qui se fera homme ;

Entrera dans le royaume de Dieu. »

Qu’est-ce que l’homme ?

Un humain qui s’est transcendé grâce à la lumière, non pas par lui-même, mais par la volonté de notre Seigneur et Maître miséricordieux et avec Son aide. Sans Lui, point de salut !

L’humain doit acquérir cette nouvelle identité conforme qui, elle seule, sera transférée. Il devient lucide, il s’est éveillé. Devenons un vecteur prêt pour le voyage. Devenons cohérent.

 Malheur à l’éveillé qui ne peut s’élever (la chute) du fait de sa prévarication (fils de Caïn, adorateur du serpent), de sa trop grande dépendance de ce monde prégnant (Genèse : «  6:2 les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu'ils choisirent. ») qu’il ne veut quitter que par lui-même. Il n’ira nulle part. Il ne pourra pas entrer dans le royaume (expulsion du jardin d’Eden), il sera exterminé (les chérubins).

La lumière arrive en nous, mais comment ?

Je n’ai qu’un seul cerveau. J’en ai peut- être un deuxième que je ne vois pas ? Allez savoir !

 Ce que je sais, c’est que Jésus est venu pour construire, implanter en nous un « temple intérieur ». Ce « temple intérieur » est de la dimension du fils de l’homme.

Ce que je sais, c’est que se trouve dans le temple le Saint des Saints, réceptacle de l’Arche d’Alliance.

Jérémie : 3-16 « On ne dira plus : Où est l’Arche de l’Alliance de Yahvé ? On n’y pensera plus, on ne la regrettera plus ; on n’en construira plus d’autre. »

Nous avons retrouvé l’Arche d’Alliance. Elle est en Jérusalem céleste. Elle apparaîtra aux temps de la fin comme socle de Jérusalem céleste. Elle en est représentée par son carré.

La lumière se retire de ce monde

 Evangile de Marie Magdala       Que lui a dit l’Enseigneur :

« Je suis sortie du monde grâce à un autre monde, une représentation s’est effacée grâce à une représentation plus haute.

Désormais je vais vers le repos où le temps se repose dans l’Eternité du temps.

Je vais au Silence. »

  « Je suis l’alpha et l’oméga » Jésus nous donne l’accord parfait (153 poissons donnent les rapports 5/4 pour la tierce majeure et 3/2 pour la quinte juste soit 135 avec le 1 pour le do, la fondamentale, le 3 pour le mi, tierce majeure et le 5 pour le sol, la quinte juste.  

Cet accord est en effet considéré comme le plus consonant de tous. C'est pourquoi on l'appelle « accord parfait ». Il permet de nous régler en harmonie « avec notre vraie nature ».

Livre d’Enoch :

 « Ils savent (les anges) aussi ce qui est réservé à ceux qui ont crucifié leur chair, et qui ont été persécutés par les hommes méchants ; à ceux qui ont aimé leur Dieu, qui n’ont point mis leur affection dans l’or et dans l’argent, qui, loin de livrer leur corps aux voluptés de ce monde, ont tourmenté leur corps par supplices volontaires »

 « A ceux qui, depuis le jour de leur naissance, n’ont point ambitionné les richesses terrestres, mais se sont regardés comme un esprit voyageur sur la terre. »

 « Maintenant j’élèverai leurs esprits jusqu’au séjour de la lumière ; je transformerai ceux qui sont nés dans les ténèbres, et qui n’ont point rapporté à eux la gloire que leur foi leur avait méritée »

Et la dimension de l’Esprit ?

Genèse « Alors l'Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l'homme, car l'homme n'est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans »  

Comment pourrait-il venir en l’homme ?

Les jours de l’homme seront ceux qui permettront à l’Esprit de Dieu d’intégrer Jérusalem céleste, valeur numérique 13 824, pour permettre le voyage de Ses Enfants en retour. La façon de penser est bien différente de la nôtre que nous voulons tellement rationnelle. N’est-elle pas plus puissante ? Peut-on parler d’incarnation ? Chuter n’est-il pas l’impossibilité à s ‘élever ? L’Homme a été fait à l’image en retour que Dieu lui a donnée pour que l’Esprit de Dieu venant en l’homme puisse réintégrer mais pas pour que l’homme se fabrique un esprit à l’image de l’Esprit de Dieu. Les mystiques ne disaient-ils pas que la plénitude spirituelle ne serait retrouvable que dans la réunion des principes complémentaires (« syzygie ») qu'offre une hiérogamie (une union sacrée à caractère sexuel). Ne peut-on pas plutôt dire que l’image de Dieu est l’âme, réceptacle de l’Esprit de Dieu en retour ? Peut-être à l’aller aussi ? L’Esprit voyage donc d’une image identique à une autre. L’Esprit ne serait-il pas une « structure » ?  Ces deux images n’en feraient telle pas qu’une en définitive même si des années lumières les séparent. Phrase 22 : « lorsque vous ferez le deux Un »Evangile de Thomas.

Il n’a été fait allusion a aucune temporalité quantifiée. Seul Dieu connait le moment.

Le « fils de l’homme » est celui à qui le royaume de Dieu a été donné.

L’Esprit Saint voyage de silence en silence, se fait entendre et voir comme bon lui semble sous la forme la plus appropriée, même sous l’image de son image.

L’Esprit Saint est empli de Joie et d’Amour quand il se dévoile, quand il vient à ta rencontre, quand « tu entends sa voix » comme le dit Jésus. Il est doux, paisible, tendresse. Il donne une mission ou apprentissage à accomplir. Nous devons apprendre à…. pour aller à la rencontre de …..Il est là pour notre bien, il nous accompagne tout le long de notre chemin. Il nous aide, il nous conseille, mais il nous rappelle sèchement à l’ordre ou « nous fait les gros yeux ». Tu as de la haine, de la colère, supprimes-les. Tu marches selon ta « propre convoitise ». Changes de pas. Tu es incapable d’aimer. Apprends- le. Tu ne crois pas en Dieu et en Christ, dommage. N’est-ce pas l’Esprit Saint qui taille notre pierre, qui éteint nos pulsions, nos émotions pour nous mener à bonne fin ? Nous devons être confiants, nous rendre compatible et nous mettre dans l’attente. Nous venons de frapper à la porte.

L’au - delà serait-il un monde ou une dimension emplie de fées, de gorgones et de chimères, en définitive un monde illusoire formé par nos propres fantasmes ? Le Véritable est régi par des lois physiques tangibles qui ont donné lieu à la Vie véritable impérissable sous des formes subtiles, puissantes et sublimes d’une autre nature que la nôtre.

A ceux à qui Celui qui est a ouvert la porte, Ses amis ; Celui qui Estleurs donnera l’Etre, l’Etat unique et pur.

 Ils étaient confus, dans tous les états. Celui qui est les a reconnus. Ils ont acquis l’état pur, le seul et unique.

Ils n’ont pas quitté l’unité pour la retrouver. Ils portaient la tunique de Joseph en espérant recevoir celle de Christ.  Ils ont acquis l’unité en partant d’une multitude.

 Jean

« 19 :23 Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements et ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prient aussi sa tunique qui était sans couture, d’un seul tissu depuis le haut jusqu’en bas. Et ils dirent entre eux : 

19 :24 Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s'accomplît cette parole de l'Ecriture :

Ils se sont partagé mes vêtements,

Et ils ont tiré au sort ma tunique.

Voilà ce que firent les soldats.

 Genèse

« 37 :3 Israël aimait Joseph plus que tous ses autres fils, parce qu'il l'avait eu dans sa vieillesse ; et il lui fit une tunique de plusieurs couleurs.

37 :23 Lorsque Joseph fut arrivé auprès de ses frères, ils le dépouillèrent de sa tunique, de la tunique de plusieurs couleurs, qu'il avait sur lui.

37 :26 Alors Juda dit à ses frères : Que gagnerons-nous à tuer notre frère et à cacher son sang ?

37 :27 Venez, vendons-le aux Ismaélites, et ne mettons pas la main sur lui, car il est notre frère, notre chair. Et ses frères l'écoutèrent.

37 :28 Au passage des marchands madianites, ils tirèrent et firent remonter Joseph hors de la citerne ; et ils le vendirent pour vingt sicles d'argent aux Ismaélites, qui l'emmenèrent en Egypte. »

Cette tunique passim à même la peau faite de plusieurs étoffes de couleur ne dégageait – elle pas un parfum agréable à Celui qui est ? C’est Celui qui est qui habille ou laisse nu. En lui ôtant sa tunique, les frères de Joseph l’ont jeté dans la réalité- décor ou terre d’Egypte.

 N’est- ce pas étrange que ce soit Juda, peuple juif,qui vende Joseph aux Ismaélites, Ismaël, le fils de l’esclave égyptienne qu’elle avait enfanté à Abraham, représentant l’homme terrestre mortel ou Caïn ou la réalité- décor, l’humanité sans gloire.

 Juda n’a – t – il pas vendu Jésus qui prêchait l’obéissance à la volonté de Dieu au Grand Prêtre du sanhédrin qui l’a remis aux mains des romains, le quatrième empire, celui de l’âge de fer de l’anti christ que la Perse dominera un temps, juste retour pour les moqueurs et les contempteurs !

Allons- nous continuer à transvaser l’eau de l’océan à l’aide d’un coquillage dans un trou creusé dans le sable de la plage ?

 Le mystère est grand. Cependant il nous dit que la Vie existe ailleurs, intelligente, autonome, structurée, hiérarchisée, d’une autre nature que la nôtre et assurément scientifiquement supérieure, très supérieure, infiniment supérieure à la science de notre dimension.

On nous parle de consubstantialité, de l’origine commune à tous les Êtres Supérieurs de cette dimension et de leur Être d’une absolue pureté.

L’Eternel, selon Sa volonté a fait l’homme, son enfant qu’Il engendre à l’image qui doit être la sienne, ce à quoi il doit ressembler pour que son Esprit, Sa Parole puisse venir en lui et non pour que l’homme se fabrique une réplique spirituelle de lui-même par la Parole.

 « 1 :27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

comme l ‘ écrit Jean : « Les Enfants de Dieu ne sont engendrés ni du sang, ni de la chair,

Ni encore moins de la volonté des Hommes. Les Enfants de Dieu sont issus de Dieu »

d’où la nécessité d’un travail de purification à réaliser et de modification à apporter avec parfois des incarnations temporelles successives plus ou moins longues pour le Voyageur égaré. La foi sans faille en Dieu et en son Envoyé Suprême, son Fils est impératif autrement la quête n’est qu’une recherche illusoire d’immortalité. Qui confère le « corps de résurrection » ? Dieu. Pourquoi le nier ? Il n’existe qu’un seul Dieu. Il est à l’extérieur comme il est à l’intérieur. Autrement nous ne faisons qu’en construire un à notre convenance.

 L’Ancien et le Nouveau Testament sont des écrits inspirés essentiellement spirituels, l’historicité n’est qu’un décor qui s’appuie sur un temps élastique « Le royaume de Dieu n’est pas de ce monde. », Comme tout décor il est remplaçable ! Un autre scénario peut s’écrire.

 « L’Esprit ne doit surtout pas être assimilé à l’intellect. Il faut le voir comme une énergie vibratoire qui emplit l’univers, indépendante de nous, et pourtant indispensable à notre unité et notre intégrité. Si elle n’existait pas, nous n’aurions aucune apparence physique. Elle est en tout être et en chaque chose. Cette fréquence vibratoire détermine la composition de la matière et sa solidité ; elle est donc bien à l’origine de l’apparence des êtres et des choses. 

L’Ame possède sa propre conscience, une mémoire indépendante, et des pensées distinctes de celles de l’intellect.

En résumé, l’Esprit crée et maintient la structure, l’Ame, elle, la fait fonctionner selon son propre mode. Le corps n’est qu’une façade mobile, malgré tout indispensable à la réalisation des expériences qui nous sont nécessaires. »

Que dit la Genèse ?

 Dans un premier temps rappelons que la création se déroule à partir d’un monde divin préexistant.

 Avant le commencement Dieu Est, transcendant (Comment cet Être qui Est peut-il habiter ce néant) 

Il existe celle des 6 jours, microcosme ou spirituelle (ancienne métaphysique), celle du fleuve qui se divise en 4 bras et celle d’après le 7ème jour, macrocosme (celle des sciences) S’implantent alors des émanations spirituelles engendrées, célestes, en quête de purification.

6*1000 = 6000 ans (pour Dieu 1 jour vaut 1000 ans ou 1000 ans valent 1 jour)                

1000 est l’expression binaire de 8, ce qui donne comme résultat 6*8 = 48.

 6 correspond en décibel à la valeur de la qualité du signal d’1 bit.

En le multipliant par 8, nous calculons pour 1 octet ou 8 bits.

Le résultat est donc 48 décibels (mesure sans dimension) = la qualité du signal d’1 octet.

Ces grandeurs sans dimension interviennent entre autres pour la description de phénomène de transfert de fichiers

 Nous parlons bien de la qualité d’une fréquence, d’une énergie vibratoire qui porte, transmet des informations (que nous pouvons nommer logos, verbe, parole) venant d’Ailleurs, à des fins de construction. Personnellement je ne l’appellerai pas esprit mais plutôt expression de Sa Puissance.

Suit une implantation spirituelle : là se trouve la prévarication, l’idolâtrie. En effet, l’idolâtrie est le rapport de soi à une image. Se prendre pour le Créateur est idolâtrie, prévarication. L’homme qui a été fabriqué par Dieu à son image se trompe. Le voyage est-il nécessaire pour apprendre à vivre en Esprit ? Nous sommes dans le Jardin d’Eden.

Nous sommes des Ames, des Êtres spirituel intangibles et insensibles.

Arrive la fabrication, celle du 7ème jour, macrocosme qui dépend totalement de celle du 6ème jours, microcosme, symboliquement représentée par le 4 son origine (4 moment), intermédiaire entre le 6ème jour et le 7ème jour. Un homme et une femme sont fabriqués comme réceptacle ou utilisés comme réceptacle.

Ce Corps de Gloire n’est-il pas esprit, but à atteindre par l’être spirituel. Comment vivre en Esprit si nous ne sommes pas nous-mêmes des esprits purs pour exister en Lui dans sa toute Puissance, dans son Amour, dans l’harmonie de l’unité !

Matthieu : « Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l'esprit. »

La multiplication des pains est une division égale entre tous, des pains.

Cette part de pain est en fait d’une grande valeur spirituelle. Christ donne la nourriture qui conduit à bonne fin dans l’amour de Dieu et du prochain. Il est la Voie. Il n’en existe aucune autre.   Faisons attention à ne pas la clore. Nous l’espérons car notre foi en Lui, dans son Amour, est sans faille. Il est notre Seigneur, notre Maître. Abaissons – nous, dans l’humilité devant Lui. Loin de Lui nous sommes pauvres. Obéissons à son Amour, chastement. Nous devons être plus forts que l’instinct qui nous pousse vers le plaisir. Repentons – nous !

Sans Dieu et le pain de Jésus, l’homme n’est qu’une unité biologique ou de la « paille à brûler » comme le dit Jésus.

Christ donne la même quantité de « pain du ciel » à chacun d’entre nous. 

« Respecte Dieu, obéît Lui. C’est de ton vivant que tu seras jugé. Tu le seras en Esprit. De vivant en vivant ton Esprit devra se transformer car ce monde n’est qu’une illusion sans consistance, sans histoire. Ce n’est qu’un décor, qu’une vue de l’esprit. L’Eternel crée en libérant Ses enfants de l’illusion trompeuse d’une individualité idolâtre du reflet d’un reflété. » Le Livre

Qui s’approche de l’Eternel ?

Les fils de Tsadok, et pourquoi ?

 Certainement parce qu’ils sont toujours restés fidèles et loyaux envers l’Eternel. Ils n’ont jamais adoré le veau en fonte fait avec de l’or jeté dans un moule. Ils sont toujours restés purs comme de l’or dans leur foi. Ils ne se sont pas corrompus, ont refusé la norme. Nous devons être comme les fils de Tsadok. La foi ne se fabrique pas, ne se raisonne pas. Elle est donnée par Dieu unique et révélé. L’individu ne crée pas le divin, autrement prévarication, abomination de la désolation : le Temple de Dieu ne peut-être profané. Seul, Christ sauve. L’homme fabrique des chimères.

« Tout ce qui ne vient de la foi est péché (Rom.14-23) » « le juste vivra par la foi (Rom.1-17) » « ferme dans la foi (1Pierre 5-9) » « sans se conformer au siècle présent (Rom.12-2) »

 « Celui qui Est pour Pierre est gloire et vertu. Nous devons donc fuir la corruption du monde par la convoitise. A notre foi, joignons la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patiente, à la patiente la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel l’Amour. »

Nous devons apprendre la transparence. Nous devons détruire l’opposition entre le collectif et l’individuel. Sans cela, comment pourrions-nous tous être à la fois Un et Tout sans qu’un lien d’amour nous unisse dans une communion d’une force jamais égalée.  L’Un agit lucide dans l ‘ensemble des Uns en totale harmonie réciproque, heureux et libre dans la puissance de Celui qui Est. S’agirait-il d’une communauté d’Esprits en Esprit ?

 Lorsque nous atteignons un tel degré dans l’Amour, alors nous pouvons espérer que l’agapè nous comprendra. Cet agapè est la Vie. Il est constructeur. Sans Lui nous ne sommes rien. De Lui tout émane. Il est notre Dieu, lucide, unique et révélé, puissant et miséricordieux. Il donne la Vie.

Les voiles frémissent. La raison doit capituler, nous devons avoir confiance

 Procédons à une interprétation symbolique globale de synthèse

 Dieu a créé dans Genèse en utilisant

6*8= 48 décibels (mesure sans dimension) = la qualité du signal d’1 octet (8 fois 1 bit)

 Dieu a créé dans Apocalypse Jérusalem céleste en utilisant :

3*8 = 24 décibels (mesure sans dimension) = la qualité du signal d’1 octet (8 fois ½ bit)

 En respectant le schéma de construction fourni par Jean, le résultat est : 24*24*24 = 243 = 13 824.  (La longueur = la largeur = la hauteur) Il s’agit bien des 24 vieillards.

12 000 = 12* 10/5*10/5*10/5 = 12*2*2*2 = 96 le périmètre carré Jérusalem.     1 côté = 96/4 = 24

½ bit est égal à : 1 / 2 = 0,5 ce qui donne 0,5*8 = 4

Toujours en respectant le schéma de construction, le résultat est : 4*4*4 = 64 qui correspond au Saint des Saint du Temple de Salomon.

 Livre des Rois (1er) chapitre 6 – construction du Temple

« …..Salomon établit le sanctuaire intérieurement au milieu de la maison pour y placer l’arche de l’alliance de l’Eternel. Le sanctuaire avait 20 coudées de longueur,20 coudées de largeur, et 20 coudées de hauteur…… »

 Valeur numérique du Sanctuaire

20*20*20 = 8 000

Convertissons

8*10/5*10/5*10/5 = 8*2*2*2 = 8*8 = 64

Le Saint des Saint du Temple de Salomon est aussi la Jérusalem Céleste de Jean.

3 = ½ bit ce qui donne 3*8 = 24

 Toujours en respectant le schéma de construction, nous pouvons calculer autrement : 3*3*3 = 27

comme il s’agit d’un volume nous   devons multiplier par8 pour ramener à l’octet soit :

(3*8) (3*8) (3*8) = 243 = 13 824 ou 27* 83

Cette création que symbolisent les nombres est spirituelle. Elle nous indique qu’une transformation doit être réalisée avant de devenir les « enfants de Dieu ».

Le temps biblique, temps de l’Ame, est celui des faits spirituels dégagés de l’historicité linéaire matérielle des causes et effets qui par ailleurs n’est qu’illusion virtuelle, simulacre, car elle n’évolue que dans un schéma image pré établi où tout est là en même temps. Le temps de l’Ame est celui où les faits sont aussi bien présents et à venir mais comme images miroirs d'une réalité intelligible qui leur confère consistance.

Une distinction est faite entre les « fils de Dieu » et les « filles des hommes », ce qui indique une intrication bestiale entre les êtres célestes et les êtres humains. Ces « fils de Dieu » ou êtres surnaturels déchus de leur caractère divin ont produit une descendance étrange, prévaricatrice qui ne plaisait pas à Dieu, comme si la descendance de Caïn s’était unie avec celle de Seth. Dualité onde-particule, aspects différents d’une même essence. Le péché sera pour l'homme de se couper de cette complémentarité...l'homme se prenant pour Dieu ou chosifiant Dieu...défiguration à la fois de Dieu et de l'homme. Remonter à l’essence en dépassant les phénomènes ! Onde et particule ne peuvent pas se rencontrer.  Comme le dit Enoch : « Et ses descendants enfanteront sur la terre des géants, non pas nés de l’esprit, mais de la chair. » Le monde des particules doit disparaître.  Ils veulent détruire l’Etre du Livre de la Parole pour le remplacer par celui de la volonté.

Ces géants ou ceux qui « sont irrévocablement mort », « ceux qui sont venus, ceux qui sont tombés » ne peuvent plus s’élever, les « esprits mauvais » ou « démons » ont corrompu la Création, en la rendant domaine de la « bête », en remplaçant Dieu par l’homme.

Prophéties de Saint Jean de Jérusalem : « Il restera un nain de l’âme et aura la force d’un géant. » Alors toute créature vivante qui se mouvait sur la terre périt.

Paul- Ephésiens « 6 :12 Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » contre tous les rôdeurs qui viennent nous tourmenter quand nous nous retrouvons sous le regard de Dieu.

Qu’est-ce que Canaan ?

D’après une tablette très ancienne, Canaan signifie « laine teinte en rouge pourpre » Dans ce pays on se livre à des sacrifices au « dieu » moloch et on célèbre un culte à la déesse Astarté qui s’accompagne d’orgies sexuelles et de prostitution sacrée.

Le combat est évidemment impératif avant d’entrer dans ce pays.

Dieu nous fait combattre toute notre noirceur pour nous habiller de blanc puis de rouge. Dieu n’est-Il pas l’alchimiste des alchimistes. Seul Dieu veut, sans Lui rien, Jésus, notre Guide, notre Sauveur, nous apporte la bonne nouvelle.

La Divinité nous montre par le calcul sa toute-puissance. Arrêtons de nous prendre pour ce que nous ne sommes pas. Arrêtons de la nier, arrêtons de croire que nous pouvons créer de la divinité, arrêtons de croire qu’elle se diffuse dans sa création et qu’elle devient ce qu’elle a créé. Quand l’homme - animal fabrique une chaise, il ne devient pas la chaise, il se contente de s’asseoir dessus. Arrêtons de nous comporter comme des païens qui tentent de projeter « l’étincelle de lumière divine » comme ils le disent dans la nature.

La recherche de l’Esprit en conscience ne donne lieu à aucune compétition. Qui peut avoir l’arrogance de déclamer que lui possède la connaissance, la bonne démarche, la bonne technique ?  Croire simplement et en toute sincérité à Celui qui Est suffit. Le chercher, le chercher, toujours le chercher et le prier, l’alchimie invisible se fera s’il en est selon Sa Volonté. Le chercher et nous connaîtrons le véritable sens de son Amour. La transmutation aura bien lieu, la plupart du temps indépendamment de nous. Ne jamais douter jusqu’au jour où les récepteurs du corps viendront.

La lumière va à la lumière.

Le temps de l’Ame est celui où les faits sont aussi bien présents et à venir mais comme images miroirs d'une réalité divine intelligible qui leur confère consistance.

L’arbre de la connaissance ne se rapporte-t-il pas à la connaissance scientifique utilisée par Dieu dans son action créatrice ? Il s’agit d’un processus scientifique appelé par certains, démiurge ou Lucifer. Par analogie on peut écrire que certains adorent une lampe électrique et non celui qui l’a en main et fabriquée. L’homme qui l’utilisera pour lui - même, prévariquera. Il portera le nombre de la bête. S’opposant au bon déroulement du plan divin, il sera exterminé. La puissance de Dieu n’est pas une légende. Elle dépasse tout entendement. Les Ecritures le disent. Mais dans un premier temps malgré tout :

Genèse : « 3 :22 L'Eternel Dieu dit : Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d'avancer sa main, de prendre de l'arbre de vie, d'en manger, et de vivre éternellement.

3 :23 Et l'Eternel Dieu le chassa du jardin d'Eden, pour qu'il cultivât la terre, d'où il avait été pris.

Nous comprenons mieux maintenant pourquoi Dieu préfère le cadeau d’Abel le berger, le nomade à celui de Caïn, le sédentaire, dont le cadeau est issu de la conséquence de la prévarication, du travail de la terre. Nous sommes des voyageurs qui vivons momentanément dans des cabanes la tête dirigée vers les étoiles. 

Ce prévaricateur est-il semblable à une colonne brisée dont le chapiteau est à terre ?  Alors la partie chue au sol est la partie haute qui se retrouve en bas : « qui s’élève sera abaissé ». Pourquoi ? « Ce qui corrige les orgueilleux, c’est la chute ». Corriger, je pense peut-être compris dans le sens de la punition par la chute mais aussi et le plus important dans le sens où nous devrons nous modifier, nous améliorer car Dieu est Miséricorde, Amour pour ses enfants. Il est patient avec eux comme un Père peut l’être. La base est encore solide. Tout est encore possible. « Dieu a créé l’homme à son image » L’orgueil aurait-il défiguré et rendu méconnaissable l’image de Dieu ? Nous sommes dans la verticalité, dans l’aérien. Sur quoi dois-je m’appuyer pour « me rétablir dans mon état originel » « dans ma présence immédiate de Dieu », me restaurer ? Sur quelle règle ? Qui est orgueilleux ?  Qui doit être restauré ? De quelle vie s’agit-il ? Je viens d’où ? Qui suis-je ? Où dois-je aller ?

Que de questions !

Un état primordial existe, nous avons chuté et nous voulons le réintégrer. Nous voulons quitter les parvis pour nous approcher des lieux Très Saints. Dieu nous en donne de surcroît la possibilité. Son Envoyé Suprême est notre guide. C’est quand même une bonne nouvelle. Il nous laisse libre de choisir. Mais, chuter, n’est-il pas tout simplement l’impossibilité de s’élever ? Alors là, tout s’éclaire d’un jour nouveau.

Aujourd'hui, beaucoup ne veulent plus être en relation avec Dieu, ils souhaitent seulement entrer en relation avec ce qu'il y a de divin en eux car l'idée d'une religion monothéiste leur est devenue quelque chose d’insupportable en soi. La réintégration pourtant n’aura lieu que si un lien existe entre Dieu, s’il le désire et l’Etre en Soi enfoui. C’est en fait le but du christianisme et je suis chrétien et par mon initiation je serai « rendu à la lumière. »

Alors être chrétien ? Je dirai, le chrétien c’est celui ou celle qui veut rencontrer Jésus, s’approcher de christ, contacter le divin, se faire reconnaître par lui, indépendamment des églises, de toutes les églises qui en sont encore à essayer de se persuader à l’aide de la théologie que Dieu Est, un peu comme les pharisiens et leurs lois.

Nous avons donc perdu les propriétés primitives d’Adam. Cependant :

« Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? »     (Paul - 1 Epître aux Corinthiens 3-16) 

La chute d’Adam allait être suivie d’une nouvelle humanité, condamnée aussitôt par le meurtre d’Abel de la race des élus commis par Caïn de la race des réprouvés, lequel Caïn se cacha du regard du Divin, de l’œil qui voit tout. Les enfants de Caïn étaient condamnés à la putréfaction : « l’homme est vicieux et corrompu » ; et ceux d’Abel n’avaient pas pu exister.

Seuls les justes d’entre les justes, les élus, les justes et parfaits pourraient suivre Seth, le troisième fils d’Adam, sauveur de l’humanité, via une transmutation spirituelle.  Seth est la voie divine, la vérité, la vie. Mais Seth n’est pas à l’image de Dieu, Adam le fut. Seth est fait selon la ressemblance et non pas à l’image, car fait sur le modèle de l’Adam corporel de matière. Ce qui sépare Seth et Dieu, c’est la chair, le sang et la matière d’Adam. Mais par la grâce et la divinité, Seth possède en lui le temple intérieur, ce qui permettra à l’Esprit de quitter la matière, de réintégrer. En s’incarnant, l’envoyé de Dieu n’est-il pas devenu Seth ou Christ ? Il n’est plus image, il est réalité. Il n’est plus un golem comme l’appelait la kabbale. Il serait devenu l’Adam kadmon, symbole du Dieu vivant en l’homme, en fait le monde de l’homme intérieur. Est-il l’homme cosmique ? Les Ecritures nous le disent : l’avènement de cette nouvelle humanité n’est pas de ce monde. Pourquoi Jérusalem céleste serait-elle nécessaire ?

Paul (1 Corinthiens 15,45-50 ; Romains 5, 12-17)) :

« Le premier homme, Adam, a été fait âme vivante ; le dernier Adam est un esprit qui donne la vie. Mais ce n’est pas le spirituel qui paraît d’abord ; c’est le psychique, puis le spirituel. Le premier homme, issu du sol, est terrestre ; le second homme, lui, vient du ciel. »

Si l’on suit le fils de l’homme, le seul chemin vers la réintégration, l’homme n’a plus à reconnaître l’image, il est redevenu le reflet reconnaissable du divin.

A quoi peut être due cette chute ?

Elle est essentiellement due au fait que l’homme a mangé de l’arbre de la connaissance.

Nous connaissons la suite. Cet homme, colonne brisée, décapitée, au chapiteau à terre représenterait-elle la punition, la mort ? Une tentative annihilée ? Cette colonne ne serait-elle pas un Arbre de Vie construit avec les fruits volés à l’Arbre de la Connaissance, connaissance exclusivement réservée à Dieu utilisée dans le monde de la matière ? Ou alors cette colonne brisée est un placebo bestial de l’Arbre de Vie, qui aurait permis la réintégration de la bête auprès de Dieu. Nous sommes dans la prévarication. Personne ne forcera le passage, car le passage existe. Les chérubins sont là pour empêcher tous les impurs de le franchir. Les fruits de l’Arbre de Vie sont les purs, les élus, ceux de cette colonne brisée des prévaricateurs, des orgueilleux. Nous dépendons de Dieu, condition même de la vie. Refuser cette dépendance conduit à la mort. Ou alors, cette colonne décapitée nous indique que l’homme n’a plus de support pour l’Esprit.

Redonnons du feuillage à l’arbre, remettons le chapiteau en place et nous pourrons manger sans danger les fruits de l’Arbre de vie ou devenir le fruit même.

Que faire pour emprunter l’échelle de Jacob ?

Construire une tour de Babel ou « porte du Dieu » ou « porte du ciel » à partir du pays de schinear, pays sans lumière ? Ou bien en tant qu’initié utiliser la Règle chrétienne qui est mise à notre disposition pour nous rétablir.

Comme le proclame Jean (Prologue) :

 « 1 :1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu »

« 1 :9 Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme »

Voulons –nous être des alchimistes désireux de retourner à la matière première, rétablir les vertus primitives des choses, rendre pur et sain toute créature : faire nature ? Voulons-nous comprendre le processus, le reproduire par imitation ? Le paganisme n’est pas loin. N’est-ce pas une conséquence de ce que l’humain appelle « les lumières » qu’il s’applique ? Il n’est qu’un prévaricateur. Il sera exterminé. 

Ou connaître le lien entre matière et esprit ? Connaître l’illumination de la conscience, la délivrance de l’esprit ?

Genèse

« 8 :22 Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l'été et l'hiver, le jour et la nuit ne cesseront point ».

« « 9 :11 J'établis mon alliance avec vous : aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre. »

Que se passera-t-il quand l’homme détruira lui-même la terre ? Le jour et la nuit cesseront-ils ? Parlons-nous du temps de la fin ? De celui peut-être où Dieu quittera les hommes ?

L’humain serait- il incapable de se corriger ? Est-il un bygone ? Sommes-nous dans un cycle ? L’humain étant ce qu’il est, prisonnier de sa convoitise innée, son histoire ne peut que se répéter de génération en génération. Arrivé au bout de sa prévarication après avoir détourné son intelligence, l’homme disparaitra du fait de sa trop grande science. L’Atlantide ?

« Les écritures se réécrivent, se réalisent toutes en même temps. SI

Qui nie le Père, nie le Fils.

Qui nie le Fils, nie l’Esprit qui vient du Père.

Luc

« 12 :10 Et quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné ; mais à celui qui blasphémera contre le Saint-Esprit il ne sera point pardonné. »

Nier l’Esprit est le seul blasphème, puisque nier l’esprit c’est nier la Vie donnée par Celui qui est.Nier la Vie c’est reconnaitre la mort comme la seule vie véritable, celle qui se transmet par reproduction de génération en génération. C’est glorifier la mort, abomination de la désolation. L’homme terrestre peut- il construire son propre simulacre coupé de sa source, casser le miroir sans s’effacer lui- même, détruire tous les liens ? Il ne le peut. Il se condamne à mort.

Le Jardin d’Eden n’est pas fait pour l’homme psychique de chair et de sang. Il est du domaine de l’Esprit but de la réintégration. Je préfère dire de l’intégration de l’Etre ou peut-être de l’homme-être puisqu’au commencement la lumière « illumine le monde ».

En fait le jardin d’Eden est à venir. Il est la terre promise, le pays de Canaan. Il est le paradis, la Jérusalem céleste. Il est l'Hyperborée des Grecs Il est « les champs d’Ialou ou de roseaux » égyptien. Le « edin » des sumériens. Le Sid des celtes qui est un monde parallèle au nôtre qui, tout en étant différent ou lointain, s'y superpose ou le baigne, et dans lequel les êtres élus, choisis ou appelés, peuvent pénétrer à tout moment.  Il est le Walhala germanique. Même s’il existe des différences sensibles entre ces appellations, il est le but ultime qui n’est pas de ce monde à atteindre.

 Pour moi il est question d’intelligence et de son support. Jésus le dit bien, il est venu nous donner une identité, un esprit qui est un ensemble d’informations qui le constituent. Quand il rend l’Esprit, ces informations vont s’implanter ailleurs dans ou sur un autre support. Et là nous parlons de procédés scientifiques que nous sommes incapables de maîtriser mais qui commencent à se dévoiler.

Il existe, en miroir (l’homme a été fait à l’image de Dieu) de notre encéphale « classique » représenté par le Cerveau Neuronal, un mécanisme subtil de gestion de notre organisme appelé CVQ.

Situé dans une autre dimension de l’espace-temps, mais tout de même « collée étroitement à la nôtre », ce Cerveau Vibratoire Quantique fonctionne à l’insu de la conscience de la personne, bien que, paradoxalement, il en soit l’outil de son existence et de son expression.

Le CVQ est invisible pour les yeux et pour toutes les technologies, IRM, ... Aucune machine ne peut accéder dans ce lieu protégé et secret.

Notre cerveau est quantique. Nous fonctionnons dans une réalité dont nous ne sommes pas conscients sur ces bases de la physique qui décrit le monde microscopique, mais ce que nous vivons consciemment en tant qu’individu, se révèle être du domaine de la physique classique qui à contrario, décrit le monde macroscopique. Il existe donc un monde réel dégagé de la mort construit selon les règles de la physique quantique et un autre monde tributaire de la mort, le nôtre, construit selon les règles de la physique classique.

Le Sid des celtes n’est pas loin.

 Notre unité commune en Christ est exprimée par Paul : « Efforcez –vous de conserver l’unité que donne l’Esprit » Ne nous parlerait-on pas que d’un seul des deux cerveaux ?

La deuxième bête d’Apocalypse pointe son nez et selon les Ecritures elle sera détruite. Nous parlons de transhumanisme qui est un mouvement culturel et intellectuel international prônant l'usage des sciences et des techniques, ainsi que les croyances spirituelles afin d'améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains. Les transhumanistes ne croient pas en l’âme humaine, sont athées, recherchent l’immortalité (sauvegarde pensée humaine sur des supports informatiques), nient la différentiation sexuelle homme-femme, prêchent la théorie du genre, veulent fabriquer un surhomme avec des super pouvoirs. L’humanisme en tant que tel n’existe plus.

La conquête contemporaine de l’Eden, l’accès à cette dimension par les prévaricateurs est maintenant venu « Vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal »

 Genèse c’est maintenant.

Apocalypse c’est maintenant.

 Nous sommes dans l’ère du « transhumanisme », ère qui veut augmenter l’homme, créer une espèce supérieure par une technologie invasive, faire de l’homme un « sans nom haineux », le couper de la connexion de Vie. Monde totalitaire sans âme, voilà ce que construit l’homme. Celui qui est ne le permettra pas. Il sera dévoué par interdit.

Je voudrais juste vous parler d’Hitler, le fils monstrueux des ténèbres, l’ennemi de l’espèce humaine. Qu’a-t-il dit et voulu faire ? En exterminant entre autres nos sœurs et frères juifs il a voulu comme il l’a dit tuer l’homme du livre né de la volonté de Dieu pour le remplacer par l’homme créé par la volonté de l’homme en l’occurrence la sienne. Je n’ai rien d’autre à dire.

 Quand est-il d’Adam et Eve, de l’Arbre de Vie, de l’Arbre de la Connaissance, du serpent, du fleuve qui se divise en quatre bras ?

Adam et Eve (symbolique) en mangeant le fruit de l’arbre de la connaissance sous l’insistance du serpent ont – ils commis le péché originel. Non, puisque la Bible n’en parle pas. Cette notion n’est apparue qu’au 4ème siècle en la personne de Saint Augustin. Il est seulement dit dans Genèse que « Caïn a mal fait » lorsqu’il tua Abel et ceci pour qualifier une mauvaise action. Eve n’est-elle pas en fait le 1ier être de désir puisqu’elle a voulu par l’acquisition d’une connaissance interdite développer un projet global de création, de vie, de déploiement de soi ? Elle veut devenir un artisan de sa propre vie, un démiurge.

Méfiance, les chérubins veillent ! De ce fait les nations fouleront la ville sainte pendant 42 mois. (Apocalypse) ce qui provoqua comme réaction de l’Eternel : Apocalypse : « 12 :13 Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l'enfant mâle.  12 :14 Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent. »    3,5 ans   et 3,5ans valent 42 mois.

Le serpent correspond donc aux nations. La femme mise à l’abri dans le désert pour la protéger des hommes est celle qui correspond à la 1ère création, appelons là spirituelle.      

Cette partie de Genèse s’applique à notre époque où l’homme par sa technique (arbre de la connaissance) veut planter son propre arbre de vie d’immortalité qui ne peut se situer dirons-nous que dans le Jardin d’Eden, ce qui selon les Ecritures ne se produira jamais. Adam et Eve ne sont pas expulsés du Jardin d’Eden, c’est le Jardin d’Eden qui leur est interdit d’accès. Ils ne chutent pas, ils ne peuvent pas s’élever. Les deux créations seraient donc concomitantes.

L’Arbre de la vie est au milieu du jardin. La vie n’est donnée par Celui qui est qu’après le transfert de l’homme céleste dans le jardin, sur la terre, dans l’homme terrestre. Le fruit de l’Arbre de la vie est l’homme céleste qui a vaincu l’homme terrestre, qui est « né à nouveau ».

 « Du ciel il pleut sur la pierre dans la terre » S.I

 Du Ciel, il PLeut sur la Pierre qui se trouve dans la TeRre. Le langage est donné, par cette parole, la communication est rendue possible par ce courant porteur. La parole est destinée à ceux qui vont acquérir une adresse associée à leur nom. L’intelligence a-t-elle besoin d’un support biologique, simulacre nécessaire ?

 Jean « …si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.

..…si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu

… ..Il faut que vous naissiez de nouveau.

…..Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ?

Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel.

…. il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé, »

Si un homme ne nait d’eau et de l’Esprit Saint, de la Parole transférée de Celui qui est, « il ne peut entrer dans le royaume de Dieu ».

 Le fruit de l’Arbre de la connaissance du bien et du mal et non du bon et du mauvais est nécessaire pour obtenir l’intelligence et l’entendement de la Parole indispensables à l’homme céleste éveillé.  La pierre est l’homme céleste.

 Genèse « « 3 :6 La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. »

Eden et le Jardin sont séparés, différents. Cependant des liens existent entre eux. « Le fleuve sort d’Eden pour arroser le jardin. » Et c’est une fois dans le jardin que le fleuve se divise en quatre bras.

 La terre est « le jardin », une réalité décor pour l’esprit. Le « jardin d’Eden » ne se trouve pas sur la terre. Eden ou le Jardin de Dieu relève de la destinée des hommes-être faits à l’image de Celui qui est selon Sa Volonté. Il symbolise le point de contact entre les deux aspects de la création. Il est le domaine, la dimension de l’homme céleste et non celui de l’homme terrestre. Il permet, après une transmigration d’Eden, le transfert au Jardin.

Eden relève donc de la dimension des « hommes-être ». Il est un monde parallèle au nôtre, le Jardin, qui, tout en étant différent ou lointain, s'y superpose ou le baigne, et dans lequel les êtres élus, rachetés, choisis ou appelés, peuvent pénétrer à tout moment. 

Eden se trouve être la dimension des eaux au-dessus des eaux séparées par une étendue appelée ciel.

« L’Eternel Dieu planta un jardin en Eden. »

« Ils exterminent leurs sœurs, leurs frères, rongent la planète, le véritable Jardin qui pouvait tout donner. L’entretenir et le connaitre suffisaient pour le bonheur terrestre, sans excès, dans l’équilibre. » S.I

Quelle est la dimension de Celui qui est puisqu’Il est au-dessus des eaux au-dessus des eaux ?

Celui qui est, lucide dans Sa puissance créatrice selon Sa Volonté est origine consubstantielle de Son émanation par la Parole ainsi que de toutes celles issues de Lui, Ses Enfants « qu’Il veut créer à son image, l’homme et la femme. ».

L’âme est mortelle-immortelle. Celui qui est, Seul donne l’Etre. Il nous observe et nous reconnait selon Sa volonté comme juste. D’où est issue l’âme ? De la matérialité ? Le pensez-vous vraiment ? Qu’est-ce que la matérialité pour l’âme mortelle-immortelle ? Une illusion ? Un décor ? Un passage obligé ? Un simulacre ? Un rêve ?

  « Seule l’observation de ce monde est à même de le rendre tangible et objectif. C’est divin. » S.I

 Pouvons-nous parler après une reconnaissance objective dans ce monde par Celui qui est, d’élévation en retour de l’âme qui est devenue éternelle ? L’âme donnée par Celui qui est, est-elle l’Etre donné également par Celui qui est ?

Si ce monde est empli de « méchants » du fait même du monde, changer de monde ne serait-il pas une nécessité absolue ? Pourquoi ? L’harmonie ne serait plus. L’élévation serait rendue impossible. Que deviendrait ce monde abandonné ? Disparaitrait-il de lui-même ? Aurait-il encore de l’intelligence ?

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être. » S.I

L’esprit humain, pour l’appeler injustement ainsi, n’a rien créé. Il n’a fait que mettre à jour ce qui lui a été permis de mettre à jour. Seule l’utilisation négative de ces connaissances a fait de lui un prévaricateur, un destructeur.

Un autre monde existe, le monde de Celui qui Est.

Nous sommes dans le monde de l’être non être, des états juxtaposés, celui de la tendance à exister. Toutes les possibilités et non possibilités sont présentes. Seule une observation en fixe une, le temps d’une observation, tout s’effondre. Rien n’est fixé, rien n’est établi. L’éventualité se consolide dans sa décohérence, interaction incohérente, perte de liberté. C’est un décor, une illusion. Cette réduction n’est qu’un aperçu de sa réalité. Sa physique a changé. Mais pourquoi plus un état qu’un autre ?

Celui qui Est, notre Seigneur et Maître peut lui seul s’Il le désire donner l’Etre, l’Etat qu’Il souhaite. Il est l’Observateur conscient de ce qu’Il veut, n’en déplaise aux nains de l’Esprit.

L’état représente des informations intelligibles sur lui. La décohérence fait que les différents états sont mutuellement distinctifs ce qui implique qu’un état physique ne prend qu’une seule et unique valeur. De ce fait les autres informations sont inconnaissables. L’unique découle de l’élimination mutuelle, conséquence de la décohérence. De l’ensemble des états possibles visibles tous en même temps, un seul apparait net et nettoyé. Pourtant, il ne représente que lui-même. 

« En fait toutes les possibilités du dé sortent. Nous n’en percevons qu’une, déterminée par notre position qui marque une valeur compatible avec toutes les autres qui découlent de cette position. » S.I

 Cependant la structure de l’état observable unique, pur, ne doit-il pas l’être dans le monde de Celui qui Est, l’expression physique d’un être non être n’étant qu’une singularité éphémère, qu’un passage obligé, qu’un support à la réalisation du « plan Divin », qu’à l’acquisition d’une identité compatible, de la bonne et véritable image donnée par la « Parole de Dieu » qui s’avère être un ensemble d’informations ? Le vecteur s’élève. La Vie n’est pas dans l’éphémère.

Livre d’Enoch – chapitre XV « Vous qui étiez des esprits célestes, en possession de la sainteté, de la vie éternelle, vous vous êtes souillés avec des femmes ; vous avez travaillé aux œuvres de la chair, vous avez engendré dans le sang, vous avez agi comme ceux qui ne sont que de sang et de chair.

Eux, ils ont été créés pour mourir.

Voilà pourquoi je leur ai donné des femmes afin qu’ils puissent cohabiter avec elles, engendrer des enfants qui perpétuent leur race sur la terre.

Mais vous, vous avez été créé de purs esprits dès le commencement, vous possédez une vie éternelle, vous n’êtes point sujets à la mort. »

Deux mondes, deux dimensions nous sont décrits. Celle des hommes a été créée. Ne pourrions-nous pas écrire que le vivant se réduit au fonctionnement de la matière physique, que la pensée se réduit à la combinaison et à la modélisation par le calcul d’unités d’informations simples ou bit donnant lieu aux fonctions mentales cognitives et émotionnelles localisées dans des aires spécialisées du cerveau. En fait tout pourrait se réduire à des propriétés liées à l’atome, ce qui ferait que l’homme est une unité biologique autonome émotionnelle.

Est-ce que le tout est supérieur à la somme des parties ?

Non, rien n’émerge de lui puisque l’homme agit en fonction d’une intelligence individuelle et collective. Comme un algorithme il ne fait que résoudre ou non un problème, apporter à des événements des réponses ou des non réponses qu’il puise dans un champ de probables ou non probables compatibles ou non avec un environnement particulier de sa représentation à un moment donné dont il est l’observateur. L’homme serait donc semblable à un objet mathématique sans existence propre. Alors l’homme de culture ?

 1Corinthiens « Le premier homme tiré de la terre, est terrestre.
Le deuxième homme vient du ciel.
 »
Ecclésiaste « Le sort des Hommes et le sort de la bête sont identiques : comme meurt l’un ainsi meurt l’autre …La supériorité de l’Homme sur la bête est nulle car tout est vanité.  Tout s’en va vers un même lieu : tout vient de la poussière, tout s’en retourne à la poussière. »                    

 Et la dimension de l’Esprit ?

 Genèse « Alors l'Eternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l'homme, car l'homme n'est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans »  

Comment pourrait-il venir en l’homme ?

 N’existe-t-il pas une dimension autre, avec une zone tampon, en interface directe avec celle du cerveau de l’homme qui ne la perçoit pas. Véritable portail ouvert vers l’ailleurs, Celui qui Est ou ses Supérieurs peuvent directement intervenir sur le cerveau humain ou l’être biologique ou plus globalement sur l’ensemble des éléments constitutifs de cette création. Ce portail peut être ouvert ou rester fermé. Seul l’Esprit peut emprunter ce portail si Celui qui Est a décidé de le lui ouvrir. Nous pouvons parler d’omniprésence, d’omniscience et d’omnipotence. Cette dimension est totalement contrôlable.

 Evangile de Marie Magdala

« Que lui a dit l’Enseigneur :

« Je suis sortie du monde grâce à un autre monde,

une représentation s’est effacée

grâce à une représentation plus haute.

Souvenons-nous que des Intelligences Supérieures ont dissimulé derrière « une approche phénoménologique des cycles intangibles de la nature ou objective, des concepts scientifiques primordiaux. Ainsi, du fait même de ce procédé, l’interprétation de chaque époque restait toujours dans la signification première essentielle du message transmis. » S.I

Qu’est- ce qui est éternel et universel ?

La Vie donnée par Celui qui est qui ne connait pas la mort.

1Corinthiens « 15 :54 Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite :

La mort a été engloutie dans la victoire. »

Qu’est- ce qu’un méchant ?

Proverbes 10/2 « Les trésors de la méchanceté ne profitent pas, Mais la justice délivre de la mort. »

La méchanceté est de vivre sans compassion, sans bonté dans l’illusion, dans le simulacre du monde. Le méchant vit dans la violence et l’iniquité, nie et rejette Celui qui est. Le méchant ne peut que connaître la mort.

 1Pierre « 3 :17 Car il vaut mieux souffrir, si telle est la volonté de Dieu, en faisant le bien qu'en faisant le mal.

3 :18 Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l'Esprit

3 :19 dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison,

3 :20 qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l'arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c'est-à-dire, huit, furent sauvées à travers l'eau. »

Esaïe « Inclinez votre oreille et venez à moi ; écoutez, et votre âme vivra :
et je ferai avec vous une alliance éternelle, les grâces assurées de David.
 »

Genèse « 2 :25 L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte.

Ils étaient dans leur première innocence, comme « les prémices des créatures de Dieu. » sous le seul regard de l’Eternel, le seul Dieu. Ils n’étaient pas dans la confusion, dans la honte.

3 :1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?

3 :2 La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.

3 :3 Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.

3 :4 Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ;

3 :5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

3 :6 La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea.

3 :7 Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures. »

 Matthieu

« 21 :18 Le matin, en retournant à la ville, il (Jésus) eut faim. 

21 :19 Voyant un figuier sur le chemin, il s'en approcha ; mais il n'y trouva que des feuilles, et il lui dit : Que jamais fruit ne naisse de toi ! Et à l'instant le figuier sécha. »

L’homme terrestre par lui-même ne donne naissance à aucun fruit. Il ne pourra pas, par l’intelligence dévoyée, fabriquer son image à sa ressemblance sous peine d’être dévoué par interdit puisqu’il s’oppose à la Création de Celui qui est.

 Au commencement, seul l’Eternel sait le bien et le mal.

Le serpent qui symbolise l’accès à la connaissance cachée liée à l’eau s’adresse uniquement à la femme. Il est debout. L’Eternel ne l’a pas encore condamné à ramper sur le sol. L’homme est endormi. C’est la femme qui donne à manger à l’homme du fruit de « l’arbre de la connaissance ». La femme est l’épouse, l’eau d’en haut sur laquelle se meut l’esprit de Dieu. Pendant les « noces de cana » comme le dit Jean, Jésus changea l’eau en vin par l’action de la Parole de Dieu qui est également son sang rédempteur. L’eau est consubstantialité. Adam est l’époux ou le fils-père. L’union du fils- père – Adam (l’époux) avec l’eau d’en haut qui donne la consubstantialité- Eve (l’épouse) par la Parole qu’elle porte engendre un fils. Est- il légitime, consubstantiel au Père : un enfant de Dieu. En l’occurrence, non, il s’agit d’un enfant de prévarication totalement illégitime que Celui qui est n’a pas reconnu et qui se veut naitre par lui - même.

Si un homme ne nait d’eau et de l’Esprit Saint, de la Parole transférée de Celui qui est, « il ne peut entrer dans le royaume de Dieu » Jean.

 « 3 :6 La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea. » Genèse

 « La Tour de Babel représente l’humanité qui veut construire son propre Être en utilisant l’intelligence et la parole acquises et de ce fait veut se donner une image impure que l’Eternel n’accepte pas puisque c’est Lui et personne d’autre qui donne une identité. Jésus l’a également dit. Il disperse Sa Parole. La rend inaccessible aux prévaricateurs. » S.I

Genèse

« 3 :7 Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures. »

 Matthieu « 21 :18 Le matin, en retournant à la ville, il (Jésus) eut faim. 

21 :19 Voyant un figuier sur le chemin, il s'en approcha ; mais il n'y trouva que des feuilles, et il lui dit : Que jamais fruit ne naisse de toi ! Et à l'instant le figuier sécha. »

 Arrêtons d’humaniser systématiquement l’enseignement donné, de mettre l’homme en l’homme au lieu d’accepter que soit mis l’esprit en l’homme. Il s’agit bien de la différence entre la ceinture tressée avec des feuilles de figuier, figuier qui ne donnera aucun fruit et les « habits de peau » dont nous revêt l’Eternel à l’origine des fruits que nous deviendrons.

 Jean

« 1 :47 Jésus, voyant venir à lui Nathanaël, dit de lui : Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a point de fraude.

1 :48 D'où me connais-tu? lui dit Nathanaël. Jésus lui répondit: Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu.

1:49 Nathanaël répondit et lui dit: Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.

1:50 Jésus lui répondit: Parce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois; tu verras de plus grandes choses que celles-ci.

Je t’ai vu sous le figuier, dans la réalité- décor  par ce que le contact était établi, le silence était rompu. Il ne s’était pas fait une ceinture en feuille de figuier comme Adam et Eve.

Il n’était pas sur le chemin de la prévarication.

Celui qui a mangé du fruit de l’arbre de la connaissance ne deviendra jamais un fruit de l’arbre de vie. S’étant reconnu par lui-même, donc illégitime et se rapportant à son origine « divine » il s’imagine pouvoir fabriquer sa propre image, sa propre conscience, s’accomplir, se rendre dans la dimension du Constructeur ou s’en construire une à l’imitation. Seul l’Eternel reconnait ses enfants. Il leurs donne l’image. Alors, seulement, ils se connaissent.

 Genèse « 3 :8 Alors ils entendirent la voix de l'Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.

3 :9 Mais l'Eternel Dieu appela l'homme, et lui dit : Où es-tu ?

3 :10 Il répondit : J'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.

3 :11 Et l'Eternel Dieu dit : Qui t'a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger ? »     

 « 3 :20 Adam donna à sa femme le nom d’Eve : car elle a été la mère de tous les vivants.

3 :21 L'Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau,et il les en revêtit.

3 :22 L'Eternel Dieu dit : Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d'avancer sa main, de prendre de l'arbre de vie, d'en manger, et de vivre éternellement.

3 :23 Et l'Eternel Dieu le chassa du jardin d'Eden, pour qu'il cultivât la terre, d'où il avait été pris.

3 :24 C'est ainsi qu'il chassa Adam ; et il mit à l'orient du jardin d'Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l'arbre de vie.

L’Eternel leur a donné des habits de peau, ceux des corps terrestres.

L’Eternel s’adresse à l’homme et non à la femme. Il chasse l’homme.

C’est le serpent qui donne l’intelligence à l’homme par l’intermédiaire de la femme. La femme, symbole de la création a fabriqué l’homme, l’humanité, les nations. Elle porte dans son cerveau reptilien, le serpent, le support de l’intelligence nécessaire et suffisante qui permet de recevoir la Lumière porteuse de la Parole.

La lumière donne l’intelligence, la parole et l’image en devenir.

Le « fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal est précieux pour ouvrir l’intelligence. » Son fructus est primordial. Nous pouvons penser que des combinaisons d’unités d’information simples peuvent être combinées et modélisées sous forme de calcul.

 L’intelligence n’est-elle pas la faculté de rendre intelligible des liens qui existent entre des événements ? N’est-elle pas le résultat d’une synchronisation ? Elle débouche sur la compréhension, la conceptualisation, la rationalisation, l’adaptation, sur le traitement des informations. L’intelligence ne s’adresse pas à la fonction ornementale émotionnelle du cerveau, domaine de la sensation, du ressenti ou de l’intuition qui donne de la « couleur » mais à sa fonction cognitive, celle de la raison, de l’apprentissage, de la mémoire, de la connaissance. Des inter- actions néfastes ont souvent lieu. L’intelligence rend le cerveau ouvert à l’entendement qui devient audible. L’intelligence est-elle portée par le cerveau qui ne fait, pourrait- on dire que calculer ? L’intelligence est-elle la vie ? L’intelligence nous met dans tous les états.

 Qui décide qu’une synchronie est justifiée ?

L’intelligence, celle qui ouvre sur la Vie, n’est pas acquise. Elle est donnée.

A tout le monde ?

Pourquoi voulez-vous qu’elle le soit !

La multitude se contente de faire des opérations finies à partir d’une globalité, d’un décor, d’une matrice définie remplaçable. Chaque élément de cette multitude ne peut être que ce qu’il peut être, ni plus, ni moins. Elle rejette systématiquement Celui qui est, le Seul qui donne l’intelligence. La multitude n’est qu’une spécificité, très, très loin de l’universel.

Vouloir vivre en soi de toute éternité est une illusion. La mort n’accèdera jamais à la Vie. C’est le seul crime contre l’Esprit qui ne sera jamais pardonné. Vouloir le remplacer. Cela ne se peut.

L’intelligence et la parole (informations immatérielles) donnent l’image selon la volonté de Celui qui est. L’entendement, la prise de conscience surviennent. L’image, identité véritable, informations portées par un vecteur, peut entamer son voyage de retour dans le respect logique de périodes.

 Être/non-Etre – âme/non-âme – mortel/non-mortel

La finalité n’est-elle pas l’Etre possédant une âme éternelle ? L’homme peut-il le faire par lui-même ?

Certainement pas, seul le fils de l’homme, création harmonieuse de Celui qui est a une existence tangible.

« 2 :25 L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte. »

 Ils étaient tels qu’ils étaient. Ils n’étaient pas dans la méchanceté. Ils n’étaient pas dans la confusion. Ils étaient « les prémices des créatures de Dieu. », esprits consubstantiels simples dans leur première innocence. 

Composants du « Peuple transparent », ils évoluent dans une zone intermédiaire tampon, une zone d’évolution, zone d’avant la consommation du fruit défendu. « L’arbre de la connaissance du bien et du mal » marque la frontière. Le fruit de « l’arbre de vie » est l’aboutissement d’un voyage nécessaire entrepris par les « prémices des créatures de Dieu » qui, après avoir traversé la dimension du « fruit défendu » les conduit dans la dimension de l’Eternel après qu’Il les ait :

Genèse : « 1 :27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Ceux qui ont « mangé le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal » acquis de l’intelligence, bénéficiés du fructus de la créationsont ceux qui ont été faits pour mourir.

 1 Jean 2 :16 « car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. »

 Romains 5 :12-19 « C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,…»

Ce que l’homme n’a pas, c’est le libre arbitre, la liberté puisqu’il n’a pas d’existence propre dans ce monde, décor illusoire. Il est prisonnier de la mort. Il a dénaturé l’intelligence de par sa nature profonde. Il est devenu l’adversaire de Celui qui est.

Comment un être qui n’a pas d’existence propre peut-il se considérer comme étant l’aboutissement de la vie, la finalité de la création. Comment dans son orgueil, son arrogance répugnante, celui qui va mourir et retourner à la poussière peut-il nier Celui qui Est, se prendre pour lui, le mépriser. Comment cela se peut-il ? Tout simplement c’est dans sa nature. L’homme devenu ivre n’est que méchanceté et violence barbare.

Cependant, comme le dit Jacques :

« 1 :12 Heureux l'homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment.

1 :13 Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise : C'est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne.

1 :14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise.

1 :15 Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort. »

Nous sommes dans le temps de notre « propre convoitise ». Nous ne pouvons plus nous élever. Nous avons chuté. Nous avons bloqué l’accès au « Jardin d’Eden ». Nous avons été expulsés. L’homme va maintenant forniquer avec ses machines, va vouloir fabriquer de l’intelligence surannée, son propre simulacre.

 Exode « 33 :5 Et l'Éternel dit à Moïse : Dis aux enfants d’Israël : Vous êtes un peuple au cou roide ; si je montais un seul instant au milieu de toi, je te consumerais. Ôte maintenant tes ornements de dessus toi, et je verrai ce que je te ferai.
33 :6 Les enfants d'Israël se dépouillèrent de leurs ornements, en s'éloignant du mont Horeb. »

Tout ceci après l’épisode du veau d’or. Les enfants d’Israël enlevèrent tous leurs métaux pour ne plus construire d’idoles blasphématoires et rester en permanence sous le regard de Celui qui est, notreseul Seigneur et Maître. 

 Apocalypse « 16 :15 Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu'il ne marche pas nu et qu'on ne voie pas sa honte ! »

 Ne marche pas selon ta méchanceté et dans la confusion. Veille dans ta foi en Celui qui est car l’Eternel est le Seul qui t’éveillera selon Sa volonté. Il est le Seul qui te vêtira.

En finalité, Dieu habille ou laisse nu. Il donne l’image ; l’Etre ou pas. Celui qui est, est constamment Présent. Il suit, guide, et agit au sein de Sa création, de Son peuple, de Ses enfants qui sont issus de Lui.

Renonce à toi-même :

Evangile de marie magdala :

« Car c’est à l’intérieur de vous que se trouve le fils de l’homme ; allez à lui, ceux qui le cherchent le trouve. »

Que nous dévoile encore l’Enseigneur ou Jésus :

« L’attachement à la matière engendre une passion contre nature. Le trouble naît alors dans tout le corps ; c’est pourquoi je vous dis : soyez en harmonie. Si vous êtes déréglé, inspirez – vous des représentations de votre vraie nature. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. »

L’harmonie doit exister entre le céleste et le terrestre sous peine d’empêcher toute élévation.

Il est dit dans le livre d’Enoch que pour Dieu 1 jour vaut 1000 ans ou 1000 ans valent 1 jour, Pierre par ailleurs le rappelle dans sa 2ème Epître (3 :8 Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour).

6 jours ont été nécessaires.  6 est une puissance.

Au total il aura fallu 6*1000 = 6000 ans.

Nous sommes dans la dimension biblique. Ne tenons pas compte de l’unité.       6 000 est une valeur binaire-décimale base10 traditionnelle.

Convertissons-la pour que nous puissions la comprendre.

1000 est l’expression binaire de 8, ce qui donne comme résultat 6*8 = 48.

Qu’est – ce qui par le symbole peut lier le nombre 48 et le monde spirituel ?

6 correspond en décibel à la valeur de la qualité du signal d’1 bit.

En le multipliant par 8, nous calculons pour 1 octet ou 8 bits.

Le résultat est donc 48 décibels (mesure sans dimension) = la qualité du signal d’1 octet.

Il s’agit de la « Parole de Dieu », d’un transfert d’informations numériques

« 1 :3 Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut.1 :4 Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. »

 Une onde lumineuse est une onde électromagnétique dont la longueur d'onde correspond au spectre visible, soit entre les longueurs d'onde 380 et 780 nm, ce qui correspond aux énergies de photon de 1.5 à 3 eV.

 Symboliquement à 1 bit correspond 1 photon. A 8 bits correspondent 8 photons.

1 bit en qualité signal vaut 6 dB – 1 photon en énergie vaut 1,5 e.V

Le rapport entre les deux : 6/1,5 = 4 qui dans ce cas correspond au 4-moment, grandeur vectorielle à quatre dimensions – « 2 :10 Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. »  

1,5 e.V, énergie d’un photon d’une onde électromagnétique correspond à 6 dB, qualité signal d’1 bit ou 1 photon pour 1 bit   soit 6*1,5 = 9 pour le couple et 9*8 = 72 pour 1 octet qualité-énergie.

L’énergie de 8 photons est égale à : 1,5*8 = 12

La qualité signal de 8 bits est égale à :      6*8 = 48

48*12 = 576, valeur de l’Arche d’Alliance = 6*1,5*8 = 9*8.

72 semble être base fondamentale (qualité signal/énergie) d’évolution spirituelle de Genèse à Jérusalem.

72*2   =    144 - Arche de Noé

72*4   =    288 - Temple de Salomon.

72*8   =    576 - Arche d’Alliance

72*16 = 1 152 - 144 000 Elus

72*64 = 4 608 – Jérusalem céleste

 Que peut-on calculer à partir des informations communiquées par la Genèse ? 

 Approche signal-énergie    1,5 e.V, énergie d’un photon d’une onde électromagnétique correspond à 6 dB, qualité signal d’1 bit ou 1 photon pour 1 bit   soit 6*1,5 = 9 pour le couple et 9*8 = 72 pour 1 octet.

Un 4-moment, c'est une grandeur vectorielle à quatre dimensions. Les objets de masse nulle, tels que les photons, possèdent aussi un 4-moment ou impulsion, grandeur physique associée à la vitesse et à la masse d'un objet. (combine la quantité de mouvement classique et l'énergie)

« 2 :10 Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. » 

 qualité du signal de 1 bit = 2*log10(2) = 2*0,3 = 0,6 B = 6 décibels ou 2log2(2) = 2*1 = 2

0,6 et 2 sont des puissances, ce qui implique, en respectant les bases auxquelles elles correspondent (10 et 2) que :

 100,6 = 22 = 4

6*8 = 48 pour 1 octet décibel 8 bits avec 100,6 = 22 = 4 - 22* 8=32 numérique pour 1 octet

Genèse : 1 octet :  6*8 = 48

Valeur qualité signal 1 bit : 2*log10(2) = 2*0,3 = 0,6 B = 2log2(2) = 2*1 = 2   en puissance

 Ne voyons-nous pas dans Genèse l’origine du développement de deux progressions géométriques, l’une de 2 (1 -2- 4- 8- 16- 32- 64…..), celle des Nombres et une autre de 3 (3-6-12-24-48-96 …..) celle de la qualité d’un signal ou musicale. Ne se trouve-t-elle pas là l’harmonie ? Ces deux progressions ne feraient-elles pas qu’une en définitive ?

 Le symbolisme des Nombres est puissant. Il est le signe de Sa Présence.

Peut-on interpréter le 6 de Genèse comme une puissance soit de 10 ou de 2 ?

106 = 1 000 000 et 26 = 64

Le fleuve se divise en 4 bras.

Alors dans ce cas à quoi 64 et 4 peuvent - ils faire également allusion ?

 S’agit-il du langage de l’A.D. N dans les gènes ? Pourquoi pas ! Tous les mots ont quatre lettres et comme l’alphabet de l’ADN dispose de quatre caractères  (A,G,C,T), il y a 4*4*4 = 64 mots possibles qui possèdent tous un sens correspondant soit à un des vingt acides aminés utilisés (pour l’humain) dans la construction des protéines, soit à l’un des deux signes de ponctuation start, stop. Vingt-deux sens sont donc possibles pour les 64 mots.

« Luc 8 :11Voici ce que signifie cette parabole : La semence, c'est la parole de Dieu. »

L’A-D-N code génétique qui peut – être numérisé est la semence.

Vouloir écrire sous X n’est-il pas prévarication, fabriquer des chimères ?

 N’est-ce pas là aussi le Saint des Saints, le fleuve qui se divise en quatre bras, qui se répand pour former, ensemencer la terre après avoir stocké de l’information ?

 Dieu devra-t-il déchirer sa copie que les ténèbres vaporiseront ?

 Des ondes de très basse fréquence (7 Hz) impriment à un support B pur, une image de fragments d’ADN contenu sur un support A, et l’amplification de cette image recrée en vrai ces mêmes fragments d’ADN. Succinctement, sont utilisés des agents qui recopient des millions de fois les traces ADN de départ, d’où un effet grossissant permettant de voir la structure originelle – une loupe biologique en quelque sorte. En définitive les agents perçoivent l’image de l’ADN comme étant une réelle ADN, et en font des – réelles – copies.

N’est-ce pas le 7ème jour : « 1 :27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

« 2 :2 Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu'il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu'il avait faite.2 :3 Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu'il avait créée en la faisant. »

Genèse

« 2 :18 L'Eternel Dieu dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui.

2 :19 L'Eternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme.

2 :20 Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui.

2 :21 Alors l'Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.

2 :22 L'Eternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme.

2 :23 Et l'homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme.

2 :24 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »

Le sexe de l’enfant dépend du père.

L’organisme est composé de cellules, éléments de base de tout être vivant.

Nos cellules sont différentes selon le rôle qu’elles jouent. Dans chacune d’elles se trouve un noyau fait d’une substance appelée chromatine. Lorsqu’une cellule se divise pour se multiplier, la chromatine se fragmente en chromosomes. L’aspect et le nombre de chromosomes varient selon les espèces animales.

 L’homme possède 46 chromosomes par cellules. Ils sont groupés en 23 paires et dans chacune d’elle, 1 chromosome vient du père et l’autre vient de la mère.

22 paires sont identiques chez la femme et l’homme, mais la 23ème paire est différente car c’est la paire des chromosomes sexuels.

Chez la femme, cette paire est composée de 2 chromosomes semblables, les chromosomes X.

Chez l’homme, les chromosomes sont différents, l’un est appelé X et l’autre Y.

Pour ce qui concerne le sexe féminin, les cellules sont composées de 22 paires de chromosomes plus 1 paire XX.

 Pour ce qui concerne le sexe masculin, les cellules sont composées de 22 paires de chromosomes plus une paire XY.

L’ovule et le spermatozoïde contiennent chacun 23 pairs de chromosomes. Ainsi, une cellule comportant 46 chromosomes sera créée lors de la fusion de l’ovule et du spermatozoïde.

 Le chromosome commun à la 23ème paire de chromosomes est le chromosome X.

 Lorsque « L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme », Il prit symboliquement le chromosome X de la cellule sexuelle mâle pour le fusionner avec le chromosome X de la cellule sexuelle femelle « on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme. »

Le sexe de l’enfant dépend du père.

« Des Intelligences Supérieures ont dissimulé derrière une approche phénoménologique des cycles intangibles de la nature ou objective, des concepts scientifiques primordiaux. Ainsi, du fait même de ce procédé, l’interprétation de chaque époque restait toujours dans la signification première essentielle du message transmis. »

Capture1116

 

Jérusalem = 3*8 =24 pour1/2 octet signal volume

(3)1   =     3 -    (3) * 81 =       24 linéaires               12*8  = 121 *8=       96 

(3)2   =     9 -   (9) * 82 =      576 surfacique          144*8 =   122*8=   1152 

(3)3   =   27 - (27) * 83 = 13 824 volumique        1728*8 = 123*8  = 13824     

 Genèse = 2*log10(2) = 2*0,3 = 0,6 B = 6 décibels ou 2log2(2) = 2*1 = 2              

1 octet signal

 0,6 et 2 sont des puissances, ce qui implique, en respectant les bases auxquelles elles correspondent (10 et 2) que : 100,6 = 22 = 4

6*8 = 48 pour 1 octet dB 8 bits avec 100,6 = 22 = 4 - 2* 8=16 numérique pour 1 octet signal

Ce sont les puissances qui sont multipliées.

 « Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. » 

Nous voyageons bien symboliquement de la dimension spirituelle vers celle matérielle numérique.

Les nombres s’organisent dans la Bible (entre autres) autour de la formule ;

10n /5n = 2n

 ce qui correspond à la dimension binaire-décimale base 10 des 1 et 0 (spirituelle) celle de la Bible, à celle numérique-décimale base 2 des 2 (matérielle intermédiaire – développement des puissances de 2).

72 et 144 sont des mesures d’ange.

 72          7*10/5 + 2 = 7*2 + 2 = 14+ 2 = 16 -----144           10*10/5 + 4*10/5 + 4 = 20+8+2 = 32

72 = 1 octet     144 = 2 octets

Pour retourner dans les puissances de 2 ou dimension base 2, développement des puissances de 2 en application de la formule, nous devons simplifier ou diviser chaque tranche de 10 ou multiple de 5 par 5. 

 Développons ces informations sous une autre forme, à savoir :

Capture1117

Genèse correspond à 1 octet linéaire qualité signal en décibel,

Jérusalem Céleste à 1/2 octet volumique signal décibel.

Genèse :  1 octet signal :  6*8 = 48

Valeur qualité signal 1 bit : 2*log10(2) = 2*0,3 = 0,6 B ou 2log2(2) = 2*1 = 2   en puissance

Jérusalem Céleste : 1/2 octet signal volumique (3*8 = 24)3

 96=12 000= carré Jérusalem Céleste, chaque côté = 12 000/4 = 3 000 = 3*8 = 24

1 152 = 144 000 élus = 144*8

 13 824 =3 000*3 000* 3 000= 27 000 000 000 = 27*8*8*8 = Jérusalem Céleste

   3    linéaires          3*81 = 24 (1 côté Jérusalem (96/4)) (24 vieillards)

  9    surfacique     9*8 = 576 (surface du carré Jérusalem = Arche d’Alliance)

27    volumique   27*8 = 13 824 (Jérusalem Céleste)

 Nous comprenons maintenant à quoi correspond le nombre de la bête 666 pour Jérusalem céleste.

666 = 6*6*6 = 216 que nous multiplions par 64 (coefficient Genèse lié au 6 soit   106 = 1 000 000 soit 64, développement puissance de 2) nous obtenons 13 824 la valeur de Jérusalem. C’est un mauvais calcul.

Le nombre est 333 = 3*3*3 = 27 que nous multiplions par 512 (8*8*8)                ( coefficient volumique lié au 3 soit 103 = 1000 soit 8, développement puissance de 2) nous obtenons 13 824 la valeur de Jérusalem mais cette fois en empruntant le bon chemin, en faisant le bon calcul, en multipliant 8*8 par 8, le nombre de Christ.

 3 décibels correspondent à 1 en puissance de 2 ou bien 3 en puissance :

103 = 1000 ou 23= 8

Pour intégrer Jérusalem, les Nombres nous montrent bien symboliquement que le travail est spirituel et qu’il s’appuie sur le voyage à travers l ‘homme pour se réaliser après transformation, purification.

 Seuls les enfants de Dieu peuvent intégrer le Royaume de Dieu. Ouvrons-nous en Christ pour que le lien puisse s’établir et l’alchimie divine se réaliser.

 Jérusalem est là, présente, dans l’attente du retour de ses enfants.

12 = 3 * 4   valeur linéaire

 1 jour vaut 1000 ans.

 1jour vaut 1000 – 1 jour vaut 1an – 1 jour vaut 1000*1an

 1jour = 1000 pour Dieu ou 1 = 10*10*10, après conversion 10/5*10/5*10/5 = 2*2*2 = 8

1 vaut 8 ou 1 jour vaut 8

1 jour =1 an = 360 = 36*10/5 = 72

1 vaut 72 ou 1 jour-jour vaut 72

 1 jour = 1000*ans = 1000*360 = 360 000 = 36*10*10*10*10 après conversion 36*10/5*10/5*10/5*10/5 = 36*16 = 576

1 vaut 576 ou 1 jour-année ou jour lumière vaut 576

 Apocalypse

1260 jours pour les Témoins de Dieu.  

Les nations fouleront la ville sainte pendant : 42mois / 12 mois = 3,5 ans       

 1260/30 = 42 mois

1260/360 = 3,5 ans

1 année biblique a la valeur numérique 360.

1 mois biblique a la valeur numérique 30

 Multiplier par 3 est suivre l'ordre des dièses : fa – dosolla – mi - si.

3 est la quinte de 2 si 1 (2 aussi) = Do, alors 3 = Sol (ainsi que les octaves 6, 12, 24, 48, 96, 192, 384, 768...).  

2 + 1 = 3

 Tableau de références « musicales » 

Capture1118

Capture1119

La constatation est la même.

Illustrations           

32 = 9 = ré : 9-18-36-72-144-288-576-1152-2304-4608

La fréquence de 432 Hz est qualifiée, par des scientifiques, de "naturelle". L'oscillation à 432Hz est une fréquence de résonance de l'eau. Cette fréquence est inscrite jusque dans notre système solaire. Quand le la est accordé à 432 Hz, toutes les autres notes de musiques sont aussi corrigées vers leurs fréquences harmonieuses correspondant au la de référence et aux fréquences de la nature qui nous entourent.

 Naturelle, fait référence à la justesse des harmoniques. L'harmonique est l'une des caractéristiques de la musique avec le rythme et la mélodie. Lorsqu'un instrument peut générer deux sons en même temps qui sont harmonieux, il génère une harmonique. Les harmoniques "pures" sont en résonance les unes par rapport aux autres, c'est à dire qu'elles vibrent en sympathie lorsque l'une d'entre elle est activée.

 LA est réglé à 432 Hz, les fréquences correspondantes à cette note dans les autres octaves sont 27Hz, 54, 108, 216, La3432, 864, 1728,3456, 6912, 13824en octaves autres.

RE devient 576 Hz, ce qui donne 9 Hz, 18, 36, 72, 144, 288, Ré (576), 1152,2304, 4608 dans les autres octaves.

En multipliant par 3 on suit l'ordre des dièses : fa – do – sol – ré – la – mi - si.

3 est la quinte de 2 si 1 (2 aussi) = Do, alors 3 = Sol (ainsi que 6, 12, 24, 48, 96, 192, 384, 768...).   2 + 1 = 3

30 = 1 = do : 1-2-4-8-16-32-64-128-256-512

31 = 3 = sol : 3-6-12-24-48-96-192-384

32 = 9 = ré : 9-18-36-72-144-288-576-1152-2304-4608

33 = 27 = la : 27-54-108-216-432-864-1728-3456-6912-13824

Les harmoniques qui correspondent aux quintes justes

Une fréquence additionnée de son octave inférieure donne une quinte.

Sol : Quinte juste (5ème note de la gamme de Do) Sol

5 est la tierce majeure de 4 si 1 (2 et 4 aussi) = Do, alors 5 = Mi (ainsi que 10, 20, 40, 80, 160, 320, 640...).   4 + 1 = 5

Les harmoniques qui correspondent aux tierces Majeures

L'addition d'une fréquence de 2 octaves inférieures donne une tierce.

Mi : Tierce Majeure (3ème note de la gamme de Do) Mi

RE devient 576 Hz, ce qui donne 9 Hz, 18, 36, 72, 144, 288, Ré (576), 1152,2304, 4608 dans les autres octaves.

Ainsi les vibrations, l’énergie et la matière sont liées entre eux. On peut connaitre en hertz les notes de base dans différentes octaves qui créent des triangles cymatiques :

27, 54, 108, 216 432, 864, 1728
9, 18, 36, 72, 144, 288, 576 ,1152
81,162,324,648,1296,2592,5184,

 La cymatique étudie les formes engendrées par les sons ou étudie la manière dont les vibrations génèrent et influencent les dessins.

En acoustique, la fréquence fondamentale ou son fondamental est l'harmonique de premier rang d'un son, ici 432 Hz.

C'est sur cette base que tout le son s'édifie : les harmoniques d'un son musical sont des fréquences, multiples entiers de cette première harmonique.

 En musique, une harmonique est un composant d’un son musical. Il s’agit d’une fréquence multiple de la fréquence fondamentale. Par exemple, si on appelle ƒ la fréquence fondamentale, les harmoniques auront des fréquences égales à : 2ƒ, 3ƒ, 4ƒ, 5ƒ, etc.

 En prenant comme note fondamentale le « la3 » (432 Hz) du piano, les harmoniques sont toutes les notes ayant pour fréquence un multiple de 432

Capture1147

La fréquence est exprimée en Hz, comme ci-dessus. La fréquence du «la3 » 432 a été établie comme fréquence de référence.

 Mathématiquement, il est possible de faire plusieurs calculs entre les notes musicales et leurs fréquences. Une fréquence doublée donne une octave, une fréquence additionnée de son octave inférieure donne une quinte. L'addition d'une fréquence de 2 octaves inférieures donne une tierce.

Capture1148

Ces intervalles sont purs.

Le 1 est le son fondamental.  On choisit librement le point de départ.

Le 1 peut représenter n'importe quelle note, ainsi que ses octaves.

Multiplication des fréquences

En solfège on additionne les intervalles, en acoustique on les multiplie

Les musiciens additionnent les demi-tons, les physiciens multiplient les fréquences.

L'octave est multipliée par 2

Multiplier la fréquence par 2, revient à ajouter une octave.

 Les harmoniques paires sont des répétitions à l'octave, des multiplications par 2.

 Si le 1 c'est Do, alors 2 - 4 - 8 - 16 - 32 - 64 - 128 - 256 - 512 et 1024 sont aussi des Do.

 Toutes les octaves sont identiques : il y a le même rapport (= intervalle) entre 1 et 2 qu'entre 512 et 1024. (développement des puissances de 2 ou 2n)

Comment trouver à quelle note correspond 9 (ainsi que 36 - 72 - 144 - 288 - 576 - etc.) ?

 9 est par rapport à 3 ce que 3 est par rapport à 1.

 Quand on multiplie par 3 on suit l'ordre des dièses : fa – dosolla – mi - si.

Si 1 = DO, 3 = SOL, et 9 = RÉ

 Les harmoniques qui correspondent aux quintes justes

Une fréquence additionnée de son octave inférieure donne une quinte.

Sol : Quinte juste (5ème note de la gamme de Do)

3 est la quinte de 2 si 1 (2aussi) = Do, alors 3 = Sol (ainsi que 6, 12, 24, 48, 96, 192, 384, 768...).   2 + 1 = 3

30 = 1  = do    : 1-2-4-8-16-32-64-128-256-512

31 = 3  = sol   : 3-6-12-24-48-96-192-384

32 = 9  = ré    : 9-18-36-72-144-288-576-1152-2304-4608

33 = 27 = la   : 27-54-108-216-432-864-1728-3456-6912-13824

34 = 81 = mi :  81-162-324-648-1296-2592-5184-10368-20736-

N’avons-nous pas l’équivalence suivante :

 6 jours ont été nécessaires.  6 est une puissance.

Au total il aura fallu 6*1000 = 6000

Nous avons une valeur binaire-décimale base10 traditionnelle de 6000.

Convertissons-la pour que nous puissions la comprendre.

1000 est l’expression binaire de 8, ce qui donne comme résultat 6*8 = 48

ou 6 = 110 expression binaire * 1000 = 110 000 expression binaire de 48.

Qu’est – ce qui par le symbole peut lier le nombre 48 et celui de la lumière dans le monde ?

6 correspond en décibel à la valeur de la qualité du signal d’1 bit.

En le multipliant par 8, nous calculons pour 1 octet ou 8 bits.

Le résultat est donc 48 décibels (mesure sans dimension) = la qualité du signal d’1 octet.

Si x = 100, log10 (100) = 2 car 102 = 100          Si x = 4, log2 (4) = 2 car 22 = 4

qualité signal de 1 bit = log10(4) = log10(22) =2*log10(2) = 2*0,3 = 0,6 B       2log2(2) = 2*1 = 2 ou 10*2log10(2) = 20*log10(2) décibels ou 6 décibels.

Capture1122

Capture1123

 

4 est symboliquement à l’origine de la Création terrestre.

 

0,6 B=2log10(2) - 6dB =10*2log10(2)               2 de 22, 2log2(2) = 2*1=2 - 2*2log2(2) =4*1 =4

10 binaire-décimal = 2, développement puissance de 2

 1 octet : 8*log2(22) = 8*2 = 16 (B), valeur numérique, 8*2 log2(22) = 8*2*2 = 32 (db)

 Calcul :

log10(32) = log10(25) = 5log10(2) = 5*0,3 = 1,5   et log2(32) = log2(25) = 5log2(2) =5*1 = 5

101,5 = 25 = 32

 4 et 100 sont les valeurs Base 2 et binaires- décimales Base 10 de la qualité du signal d’un bit 0,6B ou 6dB soit 2 en puissance.

Le résultat est donc 48 décibels (mesure sans dimension) = la qualité du signal d’1 octet.

 « 1 :3 Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut.1 :4 Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. » Que la lumière soit faite ! Et la lumière fut faite !

 S’agirait-il de la « Parole de Dieu », d’un transfert d’informations numériques portées par des photons ? Un flux d’informations arrive et construit. L'information est immatérielle. L'information toutefois est indépendante du support : elle existe indépendamment de lui. La conscience spirituelle n’est – elle pas de cette dimension ? Elle est connaissance. Elle se construit.

« 2 :10 Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras »

Quatre est un nombre diviseur. Appliquons-le et calculons : 48/4 = 12.

12 est la lumière. « Je suis l’alpha et l’oméga » Je suis « l’onde lumineuse alpha ».

Les harmoniques qui correspondent aux tierces Majeures

L'addition d'une fréquence de 2 octaves inférieures donne une tierce.

Mi : Tierce Majeure (3ème note de la gamme de Do)

5 est la tierce majeure de 4 si 1 (2 et 4 aussi) = Do, alors 5 = Mi (ainsi que 10, 20, 40, 80, 160, 320, 640...).   4 + 1 = 5

1                      fondamentale                                  do
2 3                   3/2, quinte juste   = 1,5                  sol
4 5 6 7             5/4, tierce majeure     = 1,25          mi

En musique, une tierce est un intervalle entre deux notes séparées par trois degrés. La tierce majeure est l'intervalle séparant deux sons dont les fréquences fondamentales sont dans le rapport 5/4, quand elle est pure. C'est un intervalle de deux tons dans une gamme naturelle.

L’accord parfait majeur est composé d'une fondamentale, d'une tierce majeure et d'une quinte juste

  L'accord parfait majeur « fondamentale - tierce majeure – quinte juste » (do = 1 – mi= 5 – sol = 3) (ou 153 comme le nombre de poissons de la pêche miraculeuse) est en effet considéré comme le plus consonant de tous. C'est pourquoi on l’appelle « accord parfait ».

Jésus nous donne l’accord parfait.

Pour savoir à quelle note correspond une harmonique paire

 Il faut diviser le nombre pair par 2 pour trouver plus facilement la note qui lui correspond.

Par exemple 6 ÷ 2 = 3, cela signifie que 6 porte le même nom de note que 3.

Si en divisant par 2 on trouve encore un nombre pair il faut à nouveau diviser par 2, autant de fois que nécessaire pour arriver à un nombre impair.

Par exemple : 640320160804020105.

Ces 8 notes sont différentes les unes des autres puisqu'elles n'ont pas les mêmes fréquences, mais les musiciens leur donnent le même nom en précisant parfois de quelle octave il s'agit.

Décomposer les harmoniques en nombres premiers

Harmoniques Impaires

1 + puissances de    3
      puissances de    5
et  puissances de     7

À partir de la quinte, de la tierce Majeure et de la septième mineure

 3, 5 et 7 sont des nombres premiers et en les multipliant entre eux on peut obtenir beaucoup d'autres nombres.

Quand on connaît les intervalles désignés par 3, 5 et 7 on peut en calculer d'autres.

Pour simplifier

On ne tient pas compte des octaves.

On devrait dire 3/2 au lieu de 3 pour la quinte, 5/4 au lieu de 5 pour la tierce majeure et 7/4 au lieu de 7 pour la septième mineure.

1                      fondamentale
2 3                   3/2 quinte juste
4 5 6 7             5/4 tierce majeure      7/4 septième mineure

 Quintes de quintes

Une fréquence additionnée de son octave inférieure donne une quinte.

On peut aussi prendre, à partir de 1, les puissances de 3.

Les puissances de 3 sont en rouge dans le tableau en bas de la page.

Pour ramener dans l'octave il faut mettre au dénominateur la puissance de 2 qui se trouve immédiatement au - dessous, ce qui donne, si on s'arrête à 7 notes :

1/1   3/2   9/8   27/16   81/64   243/128   729/512

Cela donne le mode du 1.

 Pour obtenir le mode du 3 il faut diviser chaque rapport par 3/2,

Pour obtenir le mode du 9 il faut diviser chaque rapport par 9/8, etc...

Étant donné que multiplier par 3 fait progresser suivant l'ordre des dièses,

Fa Do Sol Ré La Mi Si = 1/1   3/2   9/8   27/16   81/64   243/128   729/512.

Fa Sol La Si Do Ré Mi = 1/1   9/8   81/64   729/512   3/2   27/16   243/128.

1 + puissances de 2 (= octaves)
et puissances de 3

1

2 3 3/2

4 5 6 7

8 9 10 11 12 13 14 15 9/8

16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 27/16

32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63

64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 81/64

Revenons aux textes du Livre de la Parole.

Pour 1 jour vaut 72, nous découvrons les valeurs 432, 36, 1728, 144.

 Le 1 est le son fondamental.  On choisit librement le point de départ.

Le 1 peut représenter n'importe quelle note, ainsi que ses octaves.

36,72,144 sont des harmoniques paires de quintes justes pour ré = 9

devient 576 Hz, ce qui donne 9 Hz, 18, 36, 72, 144, 288, 1152, 2304, 4608 dans les autres octaves

1728 est l’harmonique paire d’une quinte juste pour la = 27

La, est réglé à 432 Hz, les fréquences correspondantes à cette note dans les autres octaves sont 27 Hz, 54, 108, 216, 864, 1728, 3456,6912,13824.

432 :  en acoustique, la fréquence fondamentale ou son fondamental est l'harmonique de premier rang d'un son, ici 432 Hz. 432 est la fréquence naturelle

Quand le la, est accordé à 432 Hz, toutes les autres notes de musiques sont aussi corrigées vers leurs fréquences harmonieuses correspondant au la de référence et aux fréquences de la nature qui nous entourent.

Pour 1 jour vaut 8

6 jours = 6* 8 = 48

 31 = 3 = sol : 6-12-24-48-96-192-384 dans les autres octaves

3 (2+1) est une quinte juste

 

Capture1124

Fréquence      Note     Intervalle     Calcul

 108                 La1       octave         432/4

216                 La2       octave         432/2

432                 La3       octave      fréquence fondamentale

 En résumé :

L’arche de Noé : 2* 9 cubes de 23 = 2*9*8= 144 en valeur 2*9*81 = 9*16

Le Temple de Salomon : 4*9 cubes de 23 = 4*9*8 = 288 en valeur 4*9*81 = 9*32

L’arche d’alliance : 9 cubes de 43 =   9*64 = 576 en valeur       9*82 = 9*64

144 000 élus 2*9 cubes de 43 = 2*9*64 = 1152 en valeur2*9*83 = 9*128

Jérusalem : 3*9 cubes de 83 =3*4608 en valeur 3*9*83    = 3*(9*512) = 27*512 = 6*(9*256)

32 = 9 = ré : 9-18-36-72-144-288-576-1152-2304-4608

Le message qui nous est transmis a donc comme support des connaissances en mathématique, en physique quantique et en solfège.

 Les nombres sont organisés selon un principe mathématique simple qui a donné lieu à la mise à jour d’une dimension arithmétique inconnue

Quelques calculs binaires

 Puisque ces expressions binaires sont des nombres, pouvons-nous procéder à des opérations classiques de multiplication, d’addition, de soustraction et de division ?

1, 10, 11, 100, 101, 110, 111, 1000, 101, 1010

1,  2,   3,    4,     5,     6,     7,       8,     9,     10,

Capture1125

 

Capture1126

1er    A quoi correspond 121 – 1210 – 1221 - ?

  121 correspond à    1001     soit   9

1210 correspond à  10010     soit 18

1221 correspond à   10101    soit 21

2ème Que représentent dans ce cas les 2 ?

Les 2 représentent deux 1 dont l ‘ addition binaire n’a pas été effectuée soit :

 Capture1149

La présence virtuelle de 1 agit directement sur le résultat.

Capture1127

Qu’observons –nous ?

 A 2 (addition de 1), nombre pair correspond un 0. Ce 2 est divisé par 2, le résultat reporté sur la colonne de gauche immédiate et additionné.

Si l’addition a comme résultat un nombre impair : 2+1 =3, ce nombre impair (addition de 1) correspond à un 1. A ce nombre impair est retranché 1, il est divisé par 2 et le résultat reporté sur la colonne de gauche immédiate et additionné.

Capture1128

Somme de 1 paire = 0 ; (somme de 1 paire /2), résultat reporté à gauche et additionné

Somme de 1 impaire = 1 ; (somme de 1 impaire –1) /2, résultat reporté à gauche et additionné

L’addition s’effectue sur les composantes du nombre à convertir.

Pour savoir à quelle note correspond une harmonique paire

 Il faut diviser le nombre pair par 2 pour trouver plus facilement la note qui lui correspond.

Par exemple 6 ÷ 2 = 3, cela signifie que 6 porte le même nom de note que 3.

Si en divisant par 2 on trouve encore un nombre pair il faut à nouveau diviser par 2, autant de fois que nécessaire pour arriver à un nombre impair.

Par exemple : 640320160804020105.

J’emploi le vocable nombre par ce que :

« Les nombres établissent le rapport du Principe à la manifestation. » ou comme le pensait Pythagore : « Tout est ordonné par le Nombre. ». Louis Claude de Saint Martin ne disait – il pas : « Les nombres sont les enveloppes visibles des êtres. »

Ils expriment une « qualité ». Ils sont forces, idées, concepts. Les nombres sont plus vrais que les mots. Ils se rient de notre subjectivité. Ils s’imposent entiers  dans le fracas de leur objectivité, dans l’accès à une juste compréhension.

 Ne percevons-nous pas cette puissance qui dépasse tout entendement. L’intention d’une pensée ne suffirait – elle pas à modifier ou à détruire, si tant soit peu détruire ait un sens, l’interprétation de notre propre représentation ?

Nous avons procédé à des calculs dans la dimension binaire. De certains résultats paraissant étranges (121, 1210,1221) nous sommes parvenus, par l’emploi d’une méthode particulière, à leurs donner leurs véritables expressions binaires.

 Pouvons-nous en faire autant dans la dimension décimale ?

D’un nombre décimal donné, pouvons-nous par le même procédé lui donné sa réalité binaire ?

 Puis-je trouver la réalité binaire de 25 et comment procéder ?

Existe-t-il une différence entre le calcul du 2 de 121 et de celui de 25 décimal ?

Il n’en existe pas puisque dans les deux cas 2 et 25 correspondent à la somme non binaire dans le 1er cas de deux 1 et dans le 2ème cas de vingt-cinq 1.

Précisons que les 1 de 121 correspondent également à la somme non binaire d’un seul 1.

J’utilise exactement la même méthode, à savoir :

Capture1129

Somme de 1 paire     = 0 ; (somme de 1 paire /2), résultat reporté à gauche

Somme de 1 impaire = 1 ; (somme de 1 impaire –1) /2, résultat reporté à gauche

La réalité binaire de 25 est bien : 11001

 Il existe cependant une différence pratique de calcul. Pour les nombres décimaux nous reportons seulement à gauche sans addition possible le résultat obtenu à partir de 25 (l’exemple) qui est 12= (25-1/2) et sur ce dernier nous continuons l’opération jusqu’à l’obtention du dernier 1.

La dimension binaire détermine horizontalement la valeur éclatée d’un nombre alors que la dimension décimale la détermine verticalement simplifiée.

Reprenons le nombre binaire 1210.

 Nous savons maintenant que la position de ce 0 correspond à la multiplication par 10 de 121 ou multiplication par 2.

Capture1130

J’obtiens le même résultat qu’avec la conversion de 1210, c’est à dire la réalité binaire de 18 décimal.

Les nombres décimaux correspondent donc à l’addition binaire non faite de 1, seulement à leur somme.

242 = 200 + 40 + 2 = 2*100 + 4*10 + 2 = 2*4 + 4*2 + 2 = 8 + 8 + 2 = 18

Capture1131

Capture1132

 

Capture1133

Capture1134

Cette méthode est valable pour toutes les multiplications.

Par curiosité, calculons :

Capture1135

A 2 (addition de 1), nombre pair correspond un 0. Ce 2 est divisé par 2, le résultat reporté sur la colonne de gauche immédiate et additionné.

Si l’addition a comme résultat un nombre impair : 2+1 =3, ce nombre impair (addition de 1) correspond à un 1. A ce nombre impair est retranché 1, il est divisé par 2 et le résultat reporté sur la colonne de gauche immédiate et additionné.

 Nouveau calcul binaire

 Tableau binaire-décimal base10                  10n = 5n*2n                   10n / 5n = 2n             

Le résultat rouge est la somme des valeurs des colonnes désignées par les 1.

Capture1136

Capture1137

1er   colonne        2= 1 : séquence verticale répétitive 0,1 à l’infini

2ème colonne        21 = 2 : séquence verticale répétitive 0,0,1,1,à l’infini

3ème colonne        22 = 4 : séquence verticale répétitive 0,0,0,0,1,1,1,1, à l’infini

4ème colonne        23 = 8 : séquence verticale répétitive 0,0,0,0,0,0,0,0,1,1,1,1,1,1,1,1,à l’infini

Il en est ainsi pour toutes les colonnes.

 10 = 5*2

10↔ 10/5 = 2

100↔ 10/5*10/5 = 2*2 = 4

1000 10/5*10/5*10/5 = 2*2*2 = 8

10 000 10/5*10/5*10/5*10/5 = 2*2*2*2 = 16

100 000 10/5*10/5*10/5*10/5*10/5 = 2*2*2*2*2 = 32

Capture1138

Capture1139

 

Capture1140

Capture1141

Apocalypse de Jean – chapitre 21 – La nouvelle Jérusalem

«………. Elle avait une haute et grande muraille. Elle avait 12 portes, et sur les portes 12 anges, et des noms écrits, ceux des 12 tribus des fils d’Israël : à l’orient 3 portes, au nord 3 portes, au midi 3 portes, et à l’occident 3 portes. »

Il existe 3 portes par côté. L’indication géométrique qui nous est donnée est celle du carré qui a 3 portes par côté. La valeur de la surface de ce carré nous donne une valeur numérique qui correspond à :

3*3 = 9 portes. Porte est l’unité du 9. Le 9 représente donc la Porte.

Le 12 des 12 portes représente l’onde alpha (12Hz) et oméga la vitesse angulaire, la grande muraille. L’onde s’enroule autour de son axe vertical.

 « Je suis l’alpha et l’oméga » Il est Jésus. Jésus est la porte, la voie.

Capture1142

 

Capture1143

 

Capture1144

Division

Capture1145

La division correspond à la formule : (1/n) * n    avec n ≤ 0

Pour la division binaire prendre n comme expressions binaires.

Pour la division des entiers naturels prendre n comme nombres entiers naturels.

Ex :

Expression binaire : 101/11 = 1/11*101 = 0,0909090909 * 101 = 9,181818182

 9 expression binaire = 1 entier.

0,181818182 correspond à 0,6666666666

Entier naturel : 5/3 = 1/3*5 = 0,3333333333*5 = 1,6666666666

 111/11 = 10,09090909

7/3 = 2,333333333

 10 binaire = 2 entier

0,0909090909 correspond à 0,333333333

0,0909090909*111 = 10,09090909

0,333333333*5 = 1,666666666

Capture1146

Que l’Intelligence est belle, d’une grande beauté, d’une très très grande beauté. Cette simplicité apparente relève du divin. Les mots me manquent pour la qualifier. Je n’ai pas le vocabulaire pour le faire.

« Mais moi je m’émerveille de ceci :

Comment cet Être qui Est

Peut-il habiter ce néant. »

Il s’agit d’une question fascinante, à la base du Tout, qui ne peut que nous charmer. Sans être blasphématoire, loin de moi cette intention, « Comment cet Être qui Est peut – il habiter ce néant ?» Jésus à mon sens pose la question fondamentale. Que la chair créé l’Esprit ou que l’Esprit créé la chair, certes        c ‘ est merveilleux, mais sans plus (bien entendu pour Jésus).

Qui est à l’origine de Celui qui Est, sinon lui-même. Pour moi, cette pensée d’abîme tellement merveilleuse pulvérise mon entendement. On ne peut qu’être ébloui. Comment cet Être qui Est a pu sortir du néant ? Le mystère pour moi réside dans cette question et il est grand, car l’humain qui accède à une lucidité systémique éphémère, naturellement un élément de la création inscrit dans le déroulement d’un plan, n’en est qu’un élément, qu’une conséquence. Pour quelle raison ?

Croire ou ne pas croire ne changera rien à ce fait. Cela énerve l’humain qui se prend pour ce qu’il n’est pas et logiquement hait Celui qui Est en toute inconscience.

A tout commencement coïncide une origine. Pour compter deux on ajoute 1 à 1. D’où vient ce UN, le premier ? Et ce néant, quel est – il ? A l’origine, lorsque l’univers n’était que de l’espace-temps de masse zéro, ce néant, cet espace dans lequel il allait se développer qu’était-il ? Existerait-il un déclencheur d’énergie ? Vide, néant quantique, rien où est la vérité absolue ? Elle n’est pas car elle exclut automatiquement l’autre.

Rappelons-nous :

Evangile de Mathieu (4,8-10) : « Le diable transporte jésus sur une fort haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire, et il lui dit « Je te donnerai toutes ces choses si, te prosternant, tu me rends hommage. » »

Et jésus lui répond : « Tu rendras hommage au Seigneur ton Dieu et tu le serviras seul. »

Dans Marc (12,14-17) jésus rappelle que : « le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde et qu’il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Jésus dit que l’on doit faire la part des choses mais certainement ne pas expulser Celui qui Est de sa création. De toutes les façons cette illusoire expulsion n’est que vanité et poursuite du vent que l’intention d’une pensée suffira à annihiler.Est- ce possible ? Pourquoi pas, le cerveau est tellement flexible qu’une pensée suffit à en modifier la structure, en particulier celle des gènes des neurones.

« La neuro - plasticité cérébrale est la propriété que possède notre cerveau de s'adapter afin que nous puissions faire face à des situations complexes avec brio. Elle favorise une bonne plasticité cognitive qui procure la flexibilité mentale nécessaire à une bonne mémoire. »

Méfions-nous de nos pensées. Tous les contrôles, toutes les orientations deviennent possibles par des modifications biologiques structurelles que nous ne maîtrisons pas. Ne se trouve-t-elle pas là cette alchimie spirituelle ? Nous devons maîtriser cette modification pour nous mettre en conformité avec. Avec quoi, avec qui ? Qu’attendons – nous ? Une connexion ! De qui à qui ? Par quel processus ? Pour un transfert ? Comment se fera ce transfert ? L’incrédulité monte, peu importe, car ailleurs est, pour celui qui fait confiance, le temps n’est plus aux palabres inutiles.

« Rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » me fait penser au domaine de la sphère privée et au domaine de la sphère publique si chère à ceux qui prêchent le dogme de la laïcité autre forme d’inquisition qui va de pair avec le matérialisme.

Réfléchissons ! Qui a pu appliquer ce modèle ?

Pendant 3 siècles (du 10ème au 12ème siècle), après la conquête de l’Espagne en 711 par les Arabes, le judaïsme atteint son apogée de concert avec les chrétiens et les musulmans. Au 13ème siècle, la pression de l’Eglise se fait plus forte exacerbant ainsi les sentiments anti-juifs de la population. Le 4 juin 1391 commence le déclin du Judaïsme avec le pogrom de Séville. Les lois de Valladolid promulgués en 1412 réduisent les acquis sociaux, politiques et économiques des juifs jusqu’à les mettre à l’écart.  Le 31 mars 1492, jour de la prise de Grenade, les violences anti-juives vont bon train, des milliers de victimes massacrées. Les quartiers sont brûlés, les synagogues transformées en églises. On baptise de force. Un tiers des juifs est massacré, un autre converti, les autres se sont enfuis.

Alors arrive l’inquisition chargée de s’intéresser à « ces nouveaux chrétiens ». Chrétien en apparence dans la sphère publique, ils continuaient à pratiquer leur judaïsme dans la sphère privée. La plupart va mourir sur les bûchers de l’inquisition. Jamais vraiment accepté, ces convertis seront détruits dans le but également d’assurer la « pureté » de la généalogie des familles espagnoles.

 Pour rester dans « je ne sais quoi correct » encore une expression totalitaire, beaucoup aliène leur libre arbitre. Ils ne le savent pas mais ils sont morts. Pendant des siècles certains n’ont cessé de chercher la présence et l’annonce du christ dans l’Ancien Testament. Bien entendu ils l’ont trouvé. Encore une façon de dévoyer et de troubler le message ! Que nous dit Jésus ? Il nous rappelle entre- autre le message de l’ancien testament, à savoir qu’il n’existe qu’un seul Dieu, qu’il est notre père, que nous devons l’aimer, le reconnaître et le glorifier dans sa gloire non par des prières de convoitise du type : mon dieu fait que mes affaires marchent bien, donnes moi la santé ou fait que les hommes arrêtent de s’entretuer, mais par des prières désintéressées, des prières d’affection sincère qui dévoilent notre innocence première. Il nous dit : seul l’amour du prochain nous fera vivre dans une heureuse harmonie. Vivre heureux dépend uniquement de nous, si nous ne pouvons le faire alors nous disparaîtrons. Laissons Dieu en dehors de nos turpitudes. Vivre en bonne harmonie n’est pas une utopie. Une fois de plus tout ne dépend que de nous. Je ne peux m’empêcher à ce stade une digression. Notre monde occidental qui refuse tellement de reconnaître ses racines chrétiennes en continuant symboliquement à crier « à bas la calotte » contresens navrant car le christianisme n’est pas église, il est bon d’évoluer, a élaboré les droits de l’homme et son humanisme par le pillage des évangiles en s’appropriant les valeurs prêchées entre autres par Jésus. Personnellement cela m’amuse beaucoup, bien que la mauvaise foi soit évidente. Il faut rendre à César ce qui est à César.

 Cependant qu’est devenue notre démocratie ? Une démocratie de l’intérêt général pour les marchés. Notre liberté ? Une liberté commerciale pour les échanges. Notre égalité ? Une égalité pour la concurrence. Notre fraternité ? Une fraternité communautaire, de groupes financiers, d’intérêts financiers. Qu’est devenue notre laïcité, intégration des différences dans l’harmonie ? Elle est devenue pour quelques faux prêtres de ma république, de notre république que l’on viole voile des différences dans l’exclusion, haine imbécile, sectaire et fascisante.  Ce n’est plus la parole des évangiles. Les racines du monde occidental ne sont plus chrétiennes. Elles sont plantées dans le dos de Mammon qui étend son emprise sur toute la planète. Puis – je encore lui faire confiance ? Le fils de l’humain est en danger.

 Jésus, de qui parle – t – il ? Il nous parle d’Abraham, certes non - vérité historique mais vérité intemporelle. Il rappelle qu’Abraham est le père de tous les peuples. L’humanité n’a qu’une seule origine, qu’un seul Dieu qui est charité et amour envers tous. Mais pourquoi cette dureté, cette violence ? C’est inévitable. Sa charité, son amour vont en direction de tous les hommes, en revanche, sa justice plus restrictive s’oppose à son universalité. Savoir que l’espèce humaine descend plus du singe que de l’huître perlière n’a pas plus d’importance que de découvrir les ossements de l’enveloppe matérielle de Jésus. Seule la compréhension à travers une parole libérée est importante. Redonner la gloire à son Nom par la révélation annoncée par Jésus qui n’est pas qu’un simple avatar dans l’histoire humaine, évolution de la conscience aboutissant à la libération de l’esprit. L’autre histoire n’est que l’illustration bestiale de rapports primitifs d’egos existant entre dominants et dominés ou entre dominants- dominants que l’espèce humaine est incapable de maîtriser. Elle est toujours restée dépendante de ses propres rapports géométriques. Jésus nous explique comment les dépasser, nous indique le processus à suivre : tuer l’autre maintenant, celui qui est en nous, l’adversaire, le séducteur, celui qui s’oppose à notre prochain, à la fusion, à la résurrection.

 Si nous ne nous éveillons pas, nous mourrons et nous pourrirons. Voilà l’homicide, absence de progression, destruction des ponts. Pour en revenir au message, son contenu englobe aussi bien des chiffres, des nombres qui agacent certains, qui « on se demande bien à quoi ça sert », que des plans chiffrés de construction, de la morale, des analyses psychologiques ou que des enseignements ésotériques, des rappels de la mythologie et des légendes. Prenons pour exemple le mythe de la création développé dans le livre de la Genèse. Que nous dit-il ? Il nous parle d’un chaos indifférencié qui s’organise, qui se déploie. Il se déploie selon un ordre, selon un déterminisme. Mais alors ce chaos est – il vraiment confusion, désordre non – « différentiabilité ». Il ne peut être qu’une propriété de cet ordre, de ce déterminisme qui serait dû alors au hasard. Dur à comprendre si ce n’est d’admette une sensibilité très grande de ce chaos aux conditions initiales.  Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Ne s’agirait-il que d’une dépendance d’échelle qu’un zoom peut nous faire escalader. Ne serait-ce qu’une même forme répétée n fois visibles en fonction du zoom en partie ou dans sa totalité, ce qui expliquerait qu’une partie est à la foi le tout. Les fractales à homothétie interne présentent en outre une propriété particulière : chacune de leur partie reproduit leur totalité.  Il s’agit de géométrie fractale qui élabore des constructions intermédiaires entre autres entre le point (0 dimension) et la droite(1dimension) ou la droite (1) et la surface (2) qui ne sont pas des nombres entiers en termes de dimension. Cette géométrie a modelé tous nos paysages.  Ce message viendrait-il de l’incréé pour être transmis dans la forme, dans le créé. Doit-on plus parler de succession apostolique que de transmission ésotérique ? Je suis plus enclin à accepter la deuxième proposition. A l’âge de pierre, je le suppose, car l’intelligence à cette époque valait largement là notre, les « bons en math » pour compter, à un caillou en ajoutaient un autre pour faire 2, un autre pour faire 3 jusqu’à l’infini. Nous comptons toujours de la même façon. Il existe donc des bases fondamentales, des trames, des réseaux, des rapports, des proportions, des courants qui proviennent tous d’une même origine. Quand l’espèce humaine aura compris qu’elle ne vaut pas plus qu’un fétu de paille, elle pourra prendre et comprendre la place qu’elle occupe dans le processus de la création, de la vie et par la même retrouver l’espoir perdu et la charité dans la justice.

 Comment peut-on être uniquement par l’avoir, le faire, le profit ? Le profit, aliénation primitive, sauvage, exploitation nauséabonde, ferme l’ouvert. Je possède. Je fais de l’argent. Que de la pauvreté ! La belle affaire que le profit, si c’est cela toute l’épopée que l’on propose à l’espèce humaine, produire, vendre, acheter, consommer, mourir ! Quel ennui et en plus on peut en mourir.  Albert Einstein pensait que l’activité humaine était une agitation dérisoire. Les règles économiques totalement dévoyées n’ont plus aucun sens. Elles sont alibi pour une injuste domination. Les profiteurs et leurs complices par leurs actions sont devenus des criminels économiques contre l’humanité au même titre que contre la planète.

Le fils de l’homme meurt en offrande au veau d’or. Ils sont les dignes successeurs des membres du groupe de Thulé. Ils tiennent toujours d’autres hommes en esclavage. Qu’ils soient maudits ! L’humanité est en état de légitime défense.

L’homme a été chosifié. Dieu a été chosifié, devenu produit marketing. Ils ont été défigurés, le couple altérité - unité rompu. Tous les beaux phraseurs intellectuels se réjouissent d’avoir expulsé le religieux de nos sociétés. Ils ont raison. Il fallait que quelqu’un le fasse pour que le spirituel prenne la place. Qu’ont mis nos sociétés à la place ? Et bien, la vie terrestre a été déifiée comme étant l’immanence de la matière. Elle se suffit à elle-même dans un cosmos sans issue où le divin n’a rien à y faire. Le monde donné se suffit à lui-même. En mourant nous rejoignons cette vie qui malgré tout remplace Dieu, et cette vie déifiée, sans cesse nous renvoie dans la matière pour témoigner de sa présence. Pauvre imagination sans intérêt, peu crédible ! Comment peut – on être uniquement avec l’être ? Impossible mais par une interprétation malhonnête du message, Dieu est mis à la botte des intégristes ou autres évangélistes. Ils l’ont mis au service d’un ego déchaîné dans la folie de son narcissisme. Alors quoi ? Et bien : « cherche – toi jusqu’ à ce que tu te trouves, puis quitte – toi lorsque tu te seras trouvé, car la connaissance de t’enlève pas à toi-même pour être dans la fraternité, alors il vaut mieux rester ignorant. » Cela me plait bien. 

L’ère de la révélation par la synthèse serait-elle venue. N ‘ est-ce pas là un aigle qui tourne dans le ciel en tenant dans ses serres un volume ouvert et qui glatit la bonne nouvelle ? Cet aigle me ramène à Jésus Christ comme on le sait tous à la signification suivante : jésus forme grecque du nom hébreu Josué pour dieu sauve et christ mot grec Kristos pour oint. L’oint du Seigneur est donc Jésus. Il l’a consacré. Les rois étaient oints, consacrés ou frottés avec des huiles dites saintes. Ils devenaient des représentants du divin. N’est-ce pas là vanité et poursuite du vent, mensonge et hypocrisie, mauvaise foi et politique, exploitation de l’ignorance et des superstitions. Elle est semblable au magistère de toutes ces églises, synagogue de l’ante - christ, qui ont soit rejeté Jésus, soit emprisonné sa parole dans des sanctuaires, soit remplacé ou totalement ignoré. Il est temps de libérer sa parole pour y trouver une mystique, une pensée intérieure et secrète qui guidera les plus démunis ou comme jésus le disait dans l’Evangile de Jean (9,6-7) s’adressant à un aveugle après lui avoir appliqué de la boue sur les yeux : « Va, et lave- toi au réservoir de Siloé (nom qui signifie envoyer). » car il est porteur de la lumière de la révélation, pour moi rôle messianique capital.

Quel chrétien suis-je donc ?

 Adepte du christ et de sa révélation, je ne crois qu’en un seul Dieu d’amour. J’aime mon prochain comme moi - même.  Le plus difficile. Mais quel prochain ? Je crois en la prière en Esprit et en Vérité, en la miséricorde et au pardon du Dieu vivant et en la résurrection, pas celle de la chair.  Pourrait –il être né d’un transfert, d’une prise de possession, d’une transmigration ? J’entends le bruit des fagots. Être spirituel accompli, guide à ne pas suivre servilement, il ne serait pas mort en sauveur, mais pour l’exemple, victime de la violence sacrificielle persécutrice des hommes. Et là se trouve Satan, celui qui s’oppose et jésus nous révèle sa présence en nous. Seul le baptême d’un feu rédempteur accomplira notre naissance.  On met le feu aux fagots.

 « Je dois me dévouer en entier à Dieu, seul en trois personnes et m’attacher à pratiquer avec beaucoup d’honnêteté les sept œuvre de miséricorde mais seulement 6 pour Jésus. »

 Aimer son prochain c’est aimer le fils de l’homme. Où se trouve le fils de l’homme ? Jésus est le fils de l’homme, c’est lui qui est cloué sur la croix. La matière va changer de plan.

Et c’est pourquoi mon prochain, le fils de l’homme n’est pas un étranger, n’a aucune couleur, ne me fait pas peur. Il est ma sœur et mon frère à la fois, aucune dualité. Je ne supporte pas l’injustice de son tourment. Visible, endormi chez beaucoup, quelques-uns l’ont tué.

Comme l’inquisition qui agissait pour le pouvoir temporel de l’église romaine au nom de son dieu, la république née de milliers de mètre - cube de sang et de têtes coupées a agi dans l’adoration de Mammon, de l’être suprême ou de la déesse de la raison pour le pouvoir de commercer et de s’enrichir librement au détriment, pardon au nom de l’humanité par du sang, des massacres, des horreurs et des ignominies. Cette démocratie est avant tout celle du respect de la liberté du marché et de tous les droits sans exception qu’elle a attribuée aux individus. Les droits attribués créent souvent des nouveaux marchés, quel que soit le marché. La morale, la dignité, le respect de l’autre n’ont pas leur place. L’essentiel réside dans le profit qu’il génère. La démocratie n’a pas de frontières, ne connait pas le racisme, ne connait pas les traditions. Le culte de Mammon se doit d’être planétaire. Le seul désir qui est autorisé est celui de « faire de l’argent ».

La question que l’on peut se poser est la suivante : Ne voudra-t-on pas un jour détruire définitivement le domaine de la sphère privée refuge des justes qui fuient l’iniquité ? Et bien entendu tout ceci pour réaliser un « mieux vivre ensemble » dans un totalitarisme protecteur républicain. Il suffit juste de trouver un prétexte. Ce ne sera pas difficile. Ils veulent détruire tous les dieux pour atteindre l’unique : Celui qui Est.

George Orwell écrivait que le monde du mensonge verrait le jour et qu’il s’appuierait sur une réalité niée pour exister. En fait modeler le passé, maîtriser le futur sont nécessaire pour faire de l’individu un étranger à lui-même, un sans-nom, un funambule sans câble qui ne pourra franchir le précipice et tout ceci uniquement pour le profit dérisoire de quelques-uns.

Justice où es-tu ? Tu n’es que stratégie. Pourquoi l’occident tourne-t-il le dos à l’orient et rejette-t-il avec autant de haine le christianisme ? Je ne parle pas de l’église romaine.

Alors être chrétien ? Je dirai, le chrétien c’est celui ou celle qui veut rencontrer Jésus, s’approcher de christ, contacter le divin, se faire reconnaître par lui, indépendamment des églises, de toutes les églises qui en sont encore à essayer de se persuader à l’aide de la théologie que Dieu Est, un peu comme les pharisiens et leurs lois.

Actuellement, l’adversaire montre un de ses visages lorsqu’il affirme que les valeurs de l’homme sont les valeurs de l’entreprise, à savoir les valeurs foncières, les valeurs industrielles et les valeurs matérielles où lorsqu’il dit : « valoriser l’homme c’est valoriser l’entreprise » Qui peut bien être cet adversaire ? Est-ce uniquement l’homme ? Cela paraît trop simple. Est-ce l’anti-pontife ? Quel est le but recherché ?

Horreur jamais atteinte, n’allons-nous pas finir par entendre « un aigle voler au milieu du ciel, disant d’une voix forte : Malheur, malheur, malheur aux habitants de la terre, à cause des autres sons de la trompette des trois anges qui vont sonner » Apocalypse (8-13)

II Timothée (3 ; 3-4-5) : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là. »

 Malgré tout, sans vouloir être un prédicateur de mort, ce monde, idée que nous interprétons, est tellement funeste que l’on ne peut s’empêcher à se laisser aller à des pulsions d’anéantissement. Peut-on détruire une idée ? A moins de s’appuyer sur des abstractions qui deviendraient des réalités objectives et sur une logique d’indétermination quantique peut-être arriverions-nous à une autre interprétation, à une autre philosophie, à d’autres comportements, à une autre Jérusalem. L’humain en est – il capable ? Est-ce souhaitable ? Ne devrions-nous pas tout simplement réparer notre monde ? Vivre en paix, pourquoi personne ne le veut ?

Enseignement ultime ! N’est - ce pas là nous montrer une fois de plus la puissance de cet ego, de ce mécanisme qui nous ronge ? Cancer envahissant, il nous renvoie dans le désert, dans le monde du mensonge, de la matière qui n’est que vanité et poursuite du vent lorsqu’il nous détache de Celui qui Est en dénaturant notre désir de servir. Nous prévariquons, nous le supplantons. Qui peut avoir la prétention de s’arroger le droit exclusif de parler en son nom, de s’ériger en intercesseur sans avoir maîtrisé sa condition ? Nous risquerions de servir en fait un faux dieu, dieu de vengeance et de haine, car Celui qui Est, est amour.

La mort ne serait – elle qu’un accouchement joyeux à la vie ?

Dans l’Evangile de Jean, Christ ne dit-il pas « Amen, Amen, je te le dis, à moins de naître à nouveau, nul ne peut voir le Royaume de Dieu » (Jean 3-3)

Comme le disent certains, faute de preuves nous nous tournons vers la foi. Grave erreur pour moi, la confiance est une clé, la preuve une opinion illusoire. Montaigne n’a-t-il pas écrit : « croire mais sans certitudes » Il se voulait sceptique, mais finalement il donnait la définition de la foi.

Interroger le monde, établir une relation d’amour ou se mettre en position d’accueil, n’est-ce pas encore et toujours vanité et poursuite du vent ? Nous n’avons rien à attendre en retour du monde car dans ces trois démarches l’humain supplante l’Autre. Cependant chercher les signes de Sa Présence, expérimenter la puissance de Son Amour constructeur et espérer qu’Il nous reconnaisse, n’est-ce pas un bon processus qui rassemble encore une fois ce qui est épars ? Incompréhension et confusion dominent. Serions-nous dans un avion devenu fou, incontrôlable. Devons-nous l’abandonner pour vivre ? Ouvrir nos parachutes ? Après tout, n’est que ce qui doit être, selon Sa Volonté.

Lorsque le jour de la « grande consommation de l’univers » arrivera, que se passera-t-il pour ceux qui auront choisi l’humanité, sa régénération, fausse immortalité qui leur donnera toujours le sommeil de la poussière ? Aurons t-ils une assurance vie suffisante ? Redevenons « vigilants », si non notre demeure sera « dans cette vallée maudite séparant la terre bénie et les arbres élevés » Quand le monde des Moi nous deviendra médiocre, dérisoire, mesquin et insupportable il sera grandement temps de partir, dans un ailleurs ou paradis ou au-delà, dégagé des contingences de l’espace-temps que nous appelons immortalité. Seules l’amour et la miséricorde de Celui qui Est le permettront.

 Livre d’Enoch : « Ils savent (les anges) aussi ce qui est réservé à ceux qui ont crucifié leur chair, et qui ont été persécutés par les hommes méchants ; à ceux qui ont aimé leur Dieu, qui n’ont point mis leur affection dans l’or et dans l’argent, qui, loin de livrer leur corps aux voluptés de ce monde, ont tourmenté leur corps par supplices volontaires »

 « A ceux qui, depuis le jour de leur naissance, n’ont point ambitionné les richesses terrestres, mais se sont regardés comme un esprit voyageur sur la terre. »

 « Maintenant j’élèverai leurs esprits jusqu’au séjour de la lumière ; je transformerai ceux qui sont nés dans les ténèbres, et qui n’ont point rapporté à eux la gloire que leur foi leur avait méritée »

Une question me vient à l’esprit : pourquoi cette démarche spirituelle, pour quoi faire, dans quel but ? Pour la vie éternelle ? Pour transposer ce monde ailleurs ?

Pensez-vous que ces soi-disant raison critique et émancipation seraient les bienvenues ?

Pensez-vous que s’être érigé en « maître et possesseur de la nature » Discours sur la méthode,6 – Descartes - seraient acceptables ? Nous en voyons les conséquences désastreuses sur l’environnement.

 Cependant il n’arrive que ce qui doit arriver, n’en déplaise à tous les prévaricateurs. Ce ne seraient que des situations nécessaires qui ne devraient rien au hasard ?

 Pour moi, il n’existe qu’une seule liberté : c’est celle de vivre en harmonie dans la toute-puissance de Celui qui Est selon Sa volonté après en avoir fait volontairement le choix : le seul libre arbitre.

« Laissez bigons être bigons. » Il n’y a rien d’autre à espérer de l’humain.

« Non nobis, Domine ! non Nobis tuo da gloriam »

(Non pas à nous, Seigneur ! Non pas à nous, mais à ton Nom donne la Gloire.)

« Les écritures se réécrivent, se réalisent toutes en même temps.

L’humanité redevient un repère de vipères, adore à nouveau le veau d’or, se prend pour Dieu. Le cou de plus en plus raide, elle met en péril l’harmonie nécessaire à toute élévation. Les adorateurs des idoles pullulent. Leur amour n’est que fornication et prostitution. Leur or transmutera en plomb fondu qui brûlera leurs entrailles. Ils exterminent leurs sœurs, leurs frères, rongent la planète, le véritable Jardin qui pouvait tout donner. L’entretenir et le connaitre suffisaient pour le bonheur terrestre, sans excès, dans l’équilibre.

La terre est plate, ronde. Tout le monde a raison. Ptolémée, Pythagore, Copernic, Galilée, Newton, Einstein, tout le monde a tort.

L’humanité est adultère. Elle a oublié Celui qui Est, le trompe avec elle-même, met en danger la construction du Temple.

Tant pis pour elle, à cause d’elle, les rapports changeront. Elle se condamne à mort. Une autre construction naitra. Elle est en train de naitre.

Tous les moqueurs, tous les contempteurs seront punis.

Ses derniers amis seront sauvés. » S.I

 Pierre- 2ème Epitre « 2 :4 Car, si Dieu n'a pas épargné les anges qui ont péché, mais s'il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement;

2 :5 s'il n'a pas épargné l'ancien monde, mais s'il a sauvé Noé, lui huitième, ce prédicateur de la justice, lorsqu'il fit venir le déluge sur un monde d’impies ;

2 :6 s'il a condamné à la destruction et réduit en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, les donnant comme exemple aux impies à venir,

2 :7 et s'il a délivré le juste Lot, profondément attristé de la conduite de ces hommes sans frein dans leur dissolution

2 :8 (car ce juste, qui habitait au milieu d'eux, tourmentait journellement son âme juste à cause de ce qu'il voyait et entendait de leurs œuvres criminelles) ;

2 :9 le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement, »

Luc

« 17 :26 Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l'homme.

17 :27 Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint, et les fit tous périr.

17 :28 Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ;

17 :29 mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr.

17 :30 Il en sera de même le jour où le Fils de l'homme paraîtra.

17 :31 En ce jour-là, que celui qui sera sur le toit, et qui aura ses effets dans la maison, ne descende pas pour les prendre ; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas non plus en arrière.

17 :32 Souvenez-vous de la femme de Lot.

17 :33 Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la retrouvera. »

Les infrasons peuvent devenir mortels lorsque leur fréquence baisse à 7 Hertz. L’intensité acoustique absorbée devient importante. Cette énergie est évacuée sous forme de chaleur. La température du corps augmente alors rapidement jusqu'à un seuil critique qui peut entraîner la mort.

La destruction par le feu.      

 Apocalypse « 11 :18 Les nations se sont irritées ; et ta colère est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre. »

 Le message qui nous est transmis a donc comme support des connaissances en mathématique, en physique quantique et en solfège.

 

 

Gloire à Son Nom.