0502090045-51

L’âme céleste n’est pas une réplique spirituelle de la personnalité terrestre.

L’âme humaine correspond donc au psychisme de l’unité biologique autonome émotionnelle. Ce psychisme ou « langage machine » découle du fonctionnement de fichiers systèmes chimiques qui génèrent des applications. Nous sommes individuellement un algorithme qui résout des problèmes en puisant la réponse aléatoire dans un champ statistique de probabilités présentes adaptées. Des interactions existent. Ne serions-nous qu’une simple machine biologique ? Nous pouvons le dire. Mais qui nous donne cette intelligence que nous nommons faussement créatrice ? Qui nous donne cette faculté de dépassement ? De distanciation ? D’altérité ?

« La biologie dicte la réalité » ou » le décor.»

L’âme humaine n’est pas immortelle. Elle dure le temps d’une mortalité. Elle est liée à l’homme. Les jours de l’homme ou de l’humanité ne sont que de 120 ans.

En fait, la civilisation grecque a pollué par ce concept l’enseignement juif et chrétien.

L’âme ne quitte en aucune façon le corps. Cette entité n’a aucune existence. Elle ne donne pas une réplique spirituelle de la personne humaine, autrement prévarication. Les chérubins sont là. Elle n’est que l’intériorité d’une pensée émotionnelle et morale. Ce n’est qu’une approche humaine, de son ego qui veut contourner l’échéance inévitable du retour à la poussière. Cette approche est aussi vieille que la première prise de conscience par l’homme de sa mort.

Genèse 2:7 L'Eternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant. »

L’homme a été formé à partir de la terre et non de l’Esprit. Il est un être ou âme vivante. Il ne possède rien. L’Eternel donne l’Esprit.

Il n’a jamais été question d’âme immortelle dans le Livre de la Parole. Seul Jésus possède l’immortalité. Timothée,  puisqu’Il est l’Esprit de Dieu incarné.

 « Le second homme, lui, vient du ciel. » 

15:45 C'est pourquoi il est écrit: Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.

L’homme, formé de la poussière de la terre, devint vivant du fait que l’Eternel ait  « soufflé dans ses narines un souffle de vie ». Il devint « une âme vivante ». Il a été animé. La terre l’a formé, l’a fabriqué. Une intelligence lui a été implantée « par le serpent ». Son âme, son être, son identité biologique n’est pas immortelle : « ses jours seront de 120 ans. » Il s’agit de l’homme terrestre, un élément amélioré, augmenté, de la création. Un simulacre ne peut fabriquer un autre simulacre sans s’effacer lui- même.

L’homme qui vient du ciel, consubstantiel à Celui qui est, au Père, « aux eaux d’en haut » reçoit selon la volonté de Celui qui est, par « l’esprit vivifiant » qui donne la vie une âme, une identité, un être éternel qui ne connait pas la mort. Il s’agit de l’identité du 7ème jour (l’intelligence - la parole et l’image).

L’âme est bien l’Etre donné par Celui qui est selon Sa volonté.

L’âme ne quitte en aucune façon le corps. Cette entité n’a aucune existence. Elle n’est pas une réplique spirituelle de la personne humaine, autrement prévarication. Les chérubins sont là. Elle n’est que l’intériorité d’une pensée émotionnelle et morale. Ce n’est qu’une approche humaine, de son ego qui veut contourner l’échéance inévitable du retour à la poussière. Cette approche est aussi vieille que la première prise de conscience par l’homme de sa mort.

L’Esprit de Dieu arrive dans la matérialité, mais comme nous l’indique les 6 jours pour 1 jour = 72, il arrive dans la dimension vibratoire 432, fréquence naturelle à partir de laquelle a été créé la nature et les hommes. Il existe donc une inter connexion entre l’Esprit et l’âme de l’homme qu’une zone tampon, d’attente avant transfert régule.

Nous pouvons peut-être écrire que la matérialité n’est qu’un décor pour l’Esprit qui s’appuie sur l’âme humaine qu’il transformera et qui l’associera à son retour, d’où :

4 :26 Seth eut aussi un fils, et il l'appela du nom d'Enosch. C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de l'Eternel. »

Pour l’homme céleste, celui de Seth et sa descendance « les fils de Dieu », ceux qui adorent Celui qui est en Esprit et vérité et qui invoquent son Nom, ils sont le deuxième aspect de Sa création, la seule et unique qui existe, celle de Celui qui est. Elle donne la conscience spirituelle.

1 Corinthiens « 15 :47 Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre ; le second homme est du ciel. »

Cet homme céleste est endormi. Il doit être éveillé par Celui qui est qui l’a reconnu.

Un autre monde existe, le monde de Celui qui Est.

Nous sommes dans le monde de l’être non être, des états juxtaposés, celui de la tendance à exister. Toutes les possibilités et non possibilités sont présentes. Seule une observation en fixe une, le temps d’une observation, tout s’effondre. Rien n’est fixé, rien n’est établi.

Ne peut-on pas plutôt dire que l’image de Dieu est l’âme, réceptacle de l’Esprit de Dieu en retour ? Peut-être à l’aller aussi ? L’Esprit voyage donc d’une image identique à une autre. L’Esprit ne serait-il pas une « structure » ?  Ces deux images n’en feraient telle pas qu’une en définitive même si des années lumières les séparent. Phrase 22 : « lorsque vous ferez le deux Un » Evangile de Thomas.

Il n’a été fait allusion a aucune temporalité quantifiée. Seul Dieu connait le moment.

Paul (1 Corinthiens 15,45-50 ; Romains 5, 12-17)) :

« Le premier homme, Adam, a été fait âme vivante ; le dernier Adam est un esprit qui donne la vie. Mais ce n’est pas le spirituel qui paraît d’abord ; c’est le psychique, puis le spirituel. Le premier homme, issu du sol, est terrestre ; le second homme, lui, vient du ciel. »

Celui qui est, lucide dans Sa puissance créatrice selon Sa Volonté est origine consubstantielle de Son émanation par la Parole ainsi que de toutes celles issues de Lui, Ses Enfants « qu’Il veut créer à son image, l’homme et la femme. ».

L’âme est mortelle-immortelle. Celui qui est, Seul donne l’Etre. Il nous observe et nous reconnait selon Sa volonté comme juste. D’où est issue l’âme ? De la matérialité ? Le pensez-vous vraiment ? Qu’est-ce que la matérialité pour l’âme mortelle-immortelle ? Une illusion ? Un décor ? Un passage obligé ? Un simulacre ? Un rêve ?

 « Seule l’observation de ce monde est à même de le rendre tangible et objectif. C’est divin. » S.I

Pouvons-nous parler après une reconnaissance objective dans ce monde par Celui qui est, d’élévation en retour de l’âme qui est devenue éternelle ? L’âme donnée par Celui qui est, est-elle l’Etre donné également par Celui qui est ?

Si ce monde est empli de « méchants » du fait même du monde, changer de monde ne serait-il pas une nécessité absolue ? Pourquoi ? L’harmonie ne serait plus. L’élévation serait rendue impossible. Que deviendrait ce monde abandonné ? Disparaitrait-il de lui-même ? Aurait-il encore de l’intelligence ?

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être. » S.I

L’esprit humain, pour l’appeler injustement ainsi, n’a rien créé. Il n’a fait que mettre à jour ce qui lui a été permis de mettre à jour. Seule l’utilisation négative de ces connaissances a fait de lui un prévaricateur, un destructeur.

Un autre monde existe, le monde de Celui qui Est.

Nous sommes dans le monde de l’être non être, des états juxtaposés, celui de la tendance à exister. Toutes les possibilités et non possibilités sont présentes. Seule une observation en fixe une, le temps d’une observation, tout s’effondre. Rien n’est fixé, rien n’est établi. L’éventualité se consolide dans sa décohérence, interaction incohérente, perte de liberté. C’est un décor, une illusion. Cette réduction n’est qu’un aperçu de sa réalité. Sa physique a changé. Mais pourquoi plus un état qu’un autre ?

Celui qui Est, notre Seigneur et Maître peut lui seul s’Il le désire donner l’Etre, l’Etat qu’Il souhaite. Il est l’Observateur conscient de ce qu’Il veut, n’en déplaise aux nains de l’Esprit.

L’état représente des informations intelligibles sur lui. La décohérence fait que les différents états sont mutuellement distinctifs ce qui implique qu’un état physique ne prend qu’une seule et unique valeur. De ce fait les autres informations sont inconnaissables. L’unique découle de l’élimination mutuelle, conséquence de la décohérence. De l’ensemble des états possibles visibles tous en même temps, un seul apparait net et nettoyé. Pourtant, il ne représente que lui-même. 

« En fait toutes les possibilités du dé sortent. Nous n’en percevons qu’une, déterminée par notre position qui marque une valeur compatible avec toutes les autres qui découlent de cette position. » S.I

Cependant la structure de l’état observable unique, pur, ne doit-il pas l’être dans le monde de Celui qui Est, l’expression physique d’un être non être n’étant qu’une singularité éphémère, qu’un passage obligé, qu’un support à la réalisation du « plan Divin », qu’à l’acquisition d’une identité compatible, de la bonne et véritable image donnée par la « Parole de Dieu » qui s’avère être un ensemble d’informations ? Le vecteur s’élève. La Vie n’est pas dans l’éphémère.

L’intelligence et la parole (informations immatérielles) donnent l’image selon la volonté de Celui qui est. L’entendement, la prise de conscience surviennent. L’image, identité véritable, informations portées par un vecteur, peut entamer son voyage de retour dans le respect logique de périodes.

Être/non-Etre – âme/non-âme – mortel/non-mortel

La finalité n’est-elle pas l’Etre possédant une âme éternelle ? L’homme peut-il le faire par lui-même ?

Certainement pas, seul le fils de l’homme, création harmonieuse de Celui qui est a une existence tangible.

« 2 :25 L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte. »

Ils étaient tels qu’ils étaient. Ils n’étaient pas dans la méchanceté. Ils n’étaient pas dans la confusion. Ils étaient « les prémices des créatures de Dieu. », esprits consubstantiels simples dans leur première innocence. 

Composants du « Peuple transparent », ils évoluent dans une zone intermédiaire tampon, une zone d’évolution, zone d’avant la consommation du fruit défendu. « L’arbre de la connaissance du bien et du mal » marque la frontière. Le fruit de « l’arbre de vie » est l’aboutissement d’un voyage nécessaire entrepris par les « prémices des créatures de Dieu » qui, après avoir traversé la dimension du « fruit défendu » les conduit dans la dimension de l’Eternel après qu’Il les ait :

Genèse : « 1 :27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Ceux qui ont « mangé le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal » acquis de l’intelligence, bénéficiés du fructus de la créationsont ceux qui ont été faits pour mourir.

Jean « 6 :44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire ; et je le ressusciterai au dernier jour. »

Après le jugement vous serez reconnu, racheté par Celui qui est qui vous éveillera.

C’est par la Parole de Celui qui est, Parole de vérité qu’après jugement ton âme sera libérée, délivrée. Le sang de Jésus est la Parole de Dieu, Parole de vérité.

La rédemption n’est- elle pas attraction ? Elle ne dépend pas de nous mais de Celui qui est.

La rédemption, le rachat par le sang de Jésus, mort sur la croix, sang de Jésus qui est la Parole de Dieu est le seul chemin, la seule voie qui mène à Celui qui est.

« Les enfants d’adoption par Jésus Christ » ou les rachetés de la terre par la Parole de Dieu, le sang de Jésus.

L’Etre éveillé en chacun de nous est concerné, nous sommes concernés. Cette âme nouvelle verra le bonheur. Le corps ne voit rien, n’entend rien. Il est un carré noir qui doit s’illuminer. Tout deviendra blanc.

Jésus nous dit bien que celui qui est heureux recevra une grande récompense. Il verra le bonheur de Jérusalem de son vivant, ce qui l’attend. Il ne restera plus dans le silence.

Devenons Job, un serviteur souffrant et persévérant qui malgré la perte de son bonheur terrestre,  cherchera sans relâche le bonheur de se retrouver à nouveau sous le regard de Dieu, bonheur qu’il pensait avoir perdu. 

L’état de chrétien a toujours été difficile à supporter, à endosser quelle qu’en soit l’époque. Le chrétien a pour maître, pour docteur Christ qui lui enseigne une théorie, lui apprend à la connaître en vue d’une application ultérieure rigoureuse, scientifique. A qui s’adresse cet enseignement ? A celui qui ne rougit pas de la religion, à celui dont le corps offert par le baptême d’eau héberge une âme tombée des limbes que christ est venue libérer en esprit par le baptême de feu. De quels moyens dispose le chrétien ?

L’âme ne serait- elle pas la conscience implantée ?

Livre secret de Jean

« C’est l’arbre de leur vie qu’ils ont placé au milieu du paradis. Mais moi, je vous enseignerai quel est le mystère de leur vie, c’est-à-dire le projet qu’ils ont fait ensemble de (fabriquer) la ressemblance de leur esprit.

« (Cet arbre) est celui dont la racine est amère et dont les branches sont mortes. Son ombre est haine et il y a de la tromperie dans ses feuilles. Sa fleur est l’onction de la perversité et son fruit la mort. Sa semence est désir et fleurit dans l’obscurité. Ceux qui goûtent à cet (arbre), leur lieu de séjour est l’Hadès et l’obscurité leur lieu de repos. »

L’homme terrestre ne construira pas son propre simulacre sous peine d’être effacé. Il n’est qu’une I.A.

L’homme, formé de la poussière de la terre, devint vivant du fait que l’Eternel ait « soufflé dans ses narines un souffle de vie ». Il devint « une âme vivante ». Il a été animé. La terre l’a formé, l’a fabriqué. Une intelligence lui a été implantée. Son âme, son être, son identité biologique n’est pas immortelle : « ses jours seront de 120 ans. » Il s’agit de l’homme terrestre, un élément amélioré, augmenté, de la création. Il est une réalité biologique gouvernée par son inconscient.

L’homme qui vient du ciel, consubstantiel à Celui qui est, au Père, « aux eaux d’en haut » reçoit selon la volonté de Celui qui est, par « l’esprit vivifiant » qui donne la vie une âme céleste, une identité, un être éternel qui ne connait pas la mort. Il s’agit de l’identité du 7ème jour (l’intelligence - la parole et l’image).

Il est une réalité spirituelle, une conscience spirituelle accomplie par la connaissance spirituelle acquise.

L’homme terrestre vit pour mourir pour que l’homme céleste vive. Parlons – nous d’avatars virtuels ?

Jean « 19:30 Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit ».

L’esprit est l’âme glorifiée. L’homme porte en lui même l’être non être, une âme indifférenciée, une tendance à exister. L’unité biologique n’a aucune âme. Elle n’est qu’une entité psychologique, un support à l’âme, un décor sur fond vert. Elle n’a aucune existence propre. Qu’elle peut être son intelligence ? Artificielle ?

Genèse « 1:27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

Il ne s’agit nullement d’une création définitive, à l’identique. Personne, aucun être terrestre, ne peut dire qu’il est devenu consubstantiellement semblable à Dieu. Que c’est lui, créé à l’image de … qui va rejoindre « son Père » comme le dit Jésus.

Celui qui est, notre Seigneur et Maître crée l’homme de Sa Dimension à Son Image, à Sa Ressemblance.

Jean « 6:44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et je (Jésus) le ressusciterai au dernier jour. »

Après le jugement vient la reconnaissance ou pas, le rachat ou paspar Celui qui est qui éveillera ou pas.

Jésus, l’Envoyé Suprême de l’Eternel, venu nous enseigner la « bonne nouvelle » rendit l’esprit comme un « fils de l’homme », l’homme céleste accompli, l’image, pour retourner auprès du Père.

Marc « 16:15 Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.

16:16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. »

« A toute la création »

1 Corinthien « 16:22 Si quelqu'un n'aime pas le Seigneur, qu'il soit anathème! Maranatha. »

C’est par la Parole de Celui qui est, Parole de vérité, par ta foi, qu’après jugement ton âme, ta conscience spirituelle sera délivrée. Le sang de Jésus est la Parole de Dieu, Parole de Vérité.

La rédemption n’est- elle pas attraction ? Elle ne dépend pas de nous mais de Celui qui est.

Celui qui Est, notre Seigneur et Maître peut lui seul s’Il le désire donner l’Etre, l’Etat qu’Il souhaite. Il est l’Observateur conscient de ce qu’Il veut.

Je suis.

Je suis je suis.

Je suis Celui qui Je suis, Je suis Celui qui Est.

Celui qui Est.

Il Est.

N’est-ce pas merveilleux ?

La rédemption, le rachat par le sang de Jésus, mort sur la croix, sang de Jésus qui est la Parole de Dieu est le seul chemin, la seule voie qui mène à Celui qui est « Les enfants d’adoption par Jésus Christ » ou les rachetés de la terre par la Parole de Dieu, le sang de Jésus.

Jésus ne s’est- il pas souvenu du bon larron ?

Jésus dit que lorsque la graine, la semence ou la Parole de Dieu tombe dans la bonne terre, sur la bonne pierre, sur l’émanation qui est sur la terre l’accès au Temple de son corps de Son Eglise est possible. Jésus, roi des juifs, roi du peuple d’Israël, est venu délivrer les rachetés de la terre, selon Sa volonté.

Psaume « « 34:23 L'Eternel délivre l'âme de ses serviteurs,

Et tous ceux qui l'ont pour refuge échappent au châtiment. »

L’Esprit de Jésus, du Fils de l’homme, s’est incarné dans un corps de chair. Totalement éveillé dans la plénitude de la connaissance, Il a donné son enseignement. Il a prêché l’amour de Dieu et du prochain. Il nous a fait connaitre l’existence du royaume de Dieu que l’on peut atteindre si Dieu le veut après l’abandon du corps par l’Esprit. 

Jésus parle-t-il d’une âme ? Je ne crois pas. Il parle d’un corps et d’un esprit. Le corps est soumis à son psychologique, son langage machine par analogie et à tous ses environnements. Cette unité biologique n’est que ce qu’elle peut être, ni plus, ni moins. Elle agit individuellement et collectivement par interactions grâce à une intelligence ou compréhension qu’une structure d’algorithmes et de paradigmes naturels permet d’obtenir.

Il s’agit du corps terrestre.

Le corps céleste est celui de l’esprit composé d’informations transférées. Mais le mystère est grand, très grand. Cet esprit ressuscité ne transite-t-il pas par le temple intérieur que construit Jésus en nous et qui acquiert la cohérence nécessaire avec Jérusalem céleste.

L’esprit est l’âme glorifiée. L’homme porte en lui même l’être non être, une âme indifférenciée, une tendance à exister. L’unité biologique n’a aucune âme. Elle n’est qu’une entité psychologique, un support à l’âme, un décor sur fond vert. Elle n’a aucune existence propre. Qu’elle peut être son intelligence ? Artificielle ?

C’est l’Esprit qui repart. C’est donc lui qui a la Vie. Il a l’image. L’évolution de la conscience spirituelle de l’âme par la connaissance de sa vraie nature, par la connaissance de l’Amour de Dieu mène à la Vie.

« LEternel donne l’Etre puisqu‘ au commencement existait à la fois l’Etre – Non Être. Pour ce faire Il nous donne l’intelligence, la Parole et l’image soit une identité. Il nous donne l’Etre en nous dégageant du non – être. » S.I

L’homme orgueilleux, arrogant, déclare qu’il trouvera l’origine de toute chose. Il devient alors prévaricateur. Seule la Révélation apportera cette connaissance.

Qu’est-ce que l’univers ? Un ensemble de forces cosmiques ?

L’homme a – t – il vraiment été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu ? A -t- il chuté, perdu la ressemblance en en gardant une partie ombrée ? Lui est-il possible de la restaurer, de la ramener vers son origine par un travail initiatique ? Qui peut bien être cet homme ? A mon avis, certainement pas celui de chair, il n’est qu’un support, un vecteur d’apprentissage indispensable. Cette âme, éveillée, purifiée, retournerait – elle dans un état glorieux proche de Dieu, vers son créateur comme fils de la lumière accompli, fils prodigue ? Alors dans ce cas, nous pouvons proférer que cet Homme a vraiment été créé à l’image de Dieu.

Lévitique « 26:11 J'établirai ma demeure au milieu de vous, et mon âme ne vous aura point en horreur ».

Dans le plus grand des respects je m’hasarderai à une interprétation. L’Eternel ne nous fait-il pas comprendre que Son Ame est totalement différente de la nôtre : humain, puisqu’Il pourrait « nous avoir en horreur ». Cependant dans Sa grande miséricorde, Il nous donne la possibilité de l’acquérir puisqu’Il va créer l’homme, son âme, à Son (l’Eternel) Image, celle de Son Ame.

Comment va-t-elle être crée ? Par l’action de Son Esprit.

L’Eternel a fait l’homme à l’image qui doit être la sienne, ce à quoi il doit ressembler pour que son Esprit puisse venir en l’homme et non pour que l’homme s’en fabrique un à l’image de l’Esprit de Dieu. Dans ce cas, il s’agit de l’homme porteur de la ceinture en feuilles de figuier.

L’âme n’est pas immortelle. Elle dure le temps d’une mortalité. Elle est liée à l’homme. Les jours de l’homme ou de l’humanité ne sont que de 120 ans (symbolique).

L’âme ne quitte en aucune façon le corps. Cette entité n’a aucune existence. Elle n’est pas une réplique spirituelle de la personne humaine, autrement prévarication. Les chérubins sont là. Elle n’est que l’intériorité d’une pensée émotionnelle et morale. Ce n’est qu’une approche humaine, de son ego qui veut contourner l’échéance inévitable du retour à la poussière. Cette approche est aussi vieille que la première prise de conscience par l’homme de sa mort.

Evangile de marie Magdala :

« Car c’est à l’intérieur de vous que se trouve le fils de l’homme ; allez à lui, ceux qui le cherchent le trouve. »

Que nous dévoile encore l’Enseigneur ou jésus :

« L’attachement à la matière engendre une passion contre nature. Le trouble naît alors dans tout le corps ; c’est pourquoi je vous dis : soyez en harmonie. Si vous êtes déréglé, inspirez – vous des représentations de votre vraie nature. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. »

Devenons une douce mélodie agréable à l’Eternel, notre vraie nature. Qui connait sa vraie nature ? » Le Livre

« Respectons l’Eternel que ce soit en pensées comme en paroles. Respectons l’Eternel que ce soit en Esprit comme en matérialité. Soyons humble. » Le Livre

« Le bonheur n’est pas dans la matérialité, il se trouve sous le regard de l’Eternel. » Le Livre

« L’Etre éveillé en chacun de nous est concerné, nous sommes concernés. Cette âme nouvelle verra le bonheur. Le corps ne voit rien, n’entend rien. Il est un carré noir qui doit s’illuminer. Tout deviendra blanc.

Jésus nous dit bien que celui qui est heureux recevra une grande récompense. Il verra le bonheur de Jérusalem de son vivant, ce qui l’attend. Il ne restera plus dans le silence.

Devenons Job, un serviteur souffrant et persévérant qui malgré la perte de son bonheur terrestre, cherchera sans relâche le bonheur de se retrouver à nouveau sous le regard de Dieu, bonheur qu’il pensait avoir perdu. « Le Livre

« La mort physique permet seule un changement d’état. L’Esprit va là où il lui est permis de se rendre. » Le Livre 

« La science de la sagesse, la perception de la conscience spirituelle est source de vie. Seul Dieu peut nous « guérir » des imperfections naturelles qui nous habitent, des imperfections que l’Eternel a décidées de nous faire vivre pour fortifier notre Esprit, le rendre compatible. » Le Livre

« La perfection n’est pas humaine. L’homme n’est ni bon, ni mauvais. Il n’est que ce qu’il est. A lui de se corriger ! » Le Livre

« La Sagesse, l’intelligence ne s’acquièrent pas. On nous les donne. » Le Livre

« Les hommes connaissent l’Eternel mais ils ont voulu par eux-mêmes acquérir sagesse et intelligence. » Le Livre

« Ceux qui craignent l’Eternel sont heureux comme nous le décrit Jésus. Ils sont sur le chemin de l’Amour qui ne connait pas la haine, la méchanceté et la violence.

Respectons l’Eternel, restons fidèle et loyal dans notre engagement, acceptons avec joie que l’Eternel nous corrige lorsque nous chutons.

L’Eternel nous construit avec ses Supérieurs. Lui seul garde la Ville (la ville d’Ezéchiel) : « L’Eternel est ici. ») dans Sa toute Puissance. Nous ne serons pas confus. Nous n’aurons pas honte de notre nudité puisque l’Eternel nous aura vêtu de blanc et de rouge. Dans ce cas pourrons- nous le connaître autrement que de dos sans mourir ? » Le Livre

« Ceux qui craignent l’Eternel sont heureux comme nous le décrit Jésus. Ils sont sur le chemin de l’Amour qui ne connait pas la haine, la méchanceté et la violence.

Respectons l’Eternel, restons fidèle et loyal dans notre engagement, acceptons avec joie que l’Eternel nous corrige lorsque nous chutons.

L’Eternel nous construit avec ses Supérieurs. Lui seul garde la Ville (la ville d’Ezéchiel) : « L’Eternel est ici. ») dans Sa toute Puissance. Nous ne serons pas confus. Nous n’aurons pas honte de notre nudité puisque l’Eternel nous aura vêtu de blanc et de rouge. Dans ce cas pourrons- nous le connaître autrement que de dos sans mourir ? » Le Livre

 « L’homme a perdu la foi. Son orgueil n’a d’égale mesure que sa méchanceté et sa violence. » Le Livre

« 1:21 C'est pourquoi, rejetant toute souillure et tout excès de malice, recevez avec douceur la parole qui a été plantée en vous, et qui peut sauver vos âmes. » Jacques

 L’âme ne serait- elle pas la conscience implantée ?

Jean « 17:3 Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. »

Jean « 19:30 Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l'esprit ».

L’esprit est l’âme glorifiée. L’homme porte en lui même l’être non être, une âme indifférenciée, une tendance à exister. L’unité biologique n’a aucune âme. Elle n’est qu’une entité psychologique, un support à l’âme, un décor sur fond vert. Elle n’a aucune existence propre. Qu’elle peut être son intelligence ? Artificielle ?

C’est par la Parole de Celui qui est, Parole de vérité, par ta foi, qu’après jugement ton âme, ta conscience spirituelle sera délivrée. Le sang de Jésus est la Parole de Dieu, Parole de Vérité.

La rédemption n’est- elle pas attraction ? Elle ne dépend pas de nous mais de Celui qui est.

La fin véritable est le repos de l’âme en Dieu, l’acquisition de la Paix de Christ. « Je vous donne la paix, je vous donne ma paix, non pas comme le monde la donne. » Cette paix s'acquiert par la présence du Saint-Esprit dans le cœur, préparé à une si grande visite par la vigilance intérieure de l'âme envers ses pensées (la nepsis ).

Nietzsche demande à l’homme de vivre comme une bête ses instincts, de mourir comme une bête et de pourrir comme une bête. Il appelle cela « Dieu est mort » Dans ce cas l’humanité ne vaut pas plus qu’un élevage intensif de volailles car tout devient « vanité et poursuite du vent ».Il fait de l’homme un danseur classique de pantomimes macabres. Il ramène la vie à une simple répétition de processus biologiques synchrones entre eux.

Le chrétien demande à l’homme de maîtriser ses instincts pour être prêt à accueillir dans le silence, Dieu, source de Vie. Grâce à Christ nous allons tuer le vieil homme, faire silence en se connaissant, je dirai « je-même » identifier la tension principale majeure, néfaste qui mobilise notre mental, freine notre progrès spirituel et nous nous y opposerons en permanence, sans relâche pour la réduire, la détruire afin de faire place à l’âme que l’Esprit pourra rencontrer.

Ne s’agit-il pas d’une incarnation ? Le mystère est grand. Il dépasse l’entendement humain. Comment peut se réaliser l’incarnation ? Le mystère est encore plus grand. Pourquoi un corps plutôt qu’un autre ? Ce corps ne serait- il qu’une unité biologique autonome émotionnelle sans existence propre doté d’une connaissance, simulacre cognitif ? Qu’en est- il de l’âme ? Qu’en est- il de l’esprit ?

 

Esprit