Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Des nombres
5 octobre 2020

Le christianisme, judaïcité transcendante.

0502090045-51

La création se déroule à partir d’un monde divin préexistant.

Dieu ne se contient pas lui – même. Il Est Transcendant. Il Est Un,

Entité puissante. Il Est Notre Seigneur, Notre Maître.

Il est Immanent de par son action spirituelle qui s’exerce à l’intérieur d’un être physique hébergeant le Voyageur.

Jésus de l’histoire porte en lui Jésus des Ecritures. Il est impie de les dissocier et vouloir humainement le reconstruire.

La science n’a pas d’histoire. Elle est là, présente, de toute éternité. Notre Seigneur et Maître en est l’émanation première dans sa toute-puissance.

Notre univers serait une sorte de portion observable d’un univers plus vaste, non observable. L’univers réel serait en fait plus grand que l’univers observable

Les particules élémentaires n’apparaitraient plus comme des points mais comme des cordes qui vibrent dans un espace-temps dont le nombre de dimension est supérieur à 4.En général la théorie des cordes considère dix dimensions : 4 qui représentent le monde dans lequel on est, et 6 qui sont tellement petites et repliées sur elles-mêmes, qu’elles sont imperceptibles

Notre univers ne serait-il donc que la projection d’un autre cosmos existant ?

La téléportation quantique, à défaut d’être une téléportation de matière ou d’énergie à proprement parler (ce qui aurait violé une bonne partie des lois de la physique telle que la relativité d’Einstein), est plutôt un transfert d’états quantiques d’un endroit à un autre.

Faire de la téléportation quantique, c’est un peu comme si vous aviez une construction en briques Lego d’un côté, et toutes les briques en vrac de l’autre côté. La téléportation se contentera « seulement » de tout démonter d’un côté et de tout remonter de l’autre côté, de façon instantanée.

C’est donc la structure qui est transférée d’un tas de Lego à l’autre, et non pas les briques elles-mêmes. La téléportation ne crée pas la matière au point d’arrivée, elle se contente de l’altérer en fonction des modifications faites au point de départ.

Jésus dit :

« Que savez-vous du commencement pour que vous vous cherchiez ainsi la fin ?

Là où est le commencement, là aussi sera la fin.

Heureux celui qui se tiendra dans le commencement ;

Il connaîtra la fin et il ne goûtera pas la mort »,  

Les jours de l’homme seront ceux qui permettront à l’Esprit de Dieu d’intégrer Jérusalem céleste, valeur numérique 13 824, pour permettre le voyage de Ses Enfants en retour. La façon de penser est bien différente de la nôtre que nous voulons tellement rationnelle. N’est-elle pas plus puissante ? Peut-on parler d’incarnation ? Chuter n’est-il pas l’impossibilité à s ‘élever ? L’Homme a été fait à l’image en retour que Dieu lui a donnée pour que l’Esprit de Dieu venant en l’homme puisse réintégrer mais pas pour que l’homme se fabrique un esprit à l’image de l’Esprit de Dieu. Les mystiques ne disaient-ils pas que la plénitude spirituelle ne serait retrouvable que dans la réunion des principes complémentaires (« syzygie ») qu'offre une hiérogamie (une union sacrée à caractère sexuel). Ne peut-on pas plutôt dire que l’image de Dieu est l’âme, réceptacle de l’Esprit de Dieu en retour ? Peut-être à l’aller aussi ? L’Esprit voyage donc d’une image identique à une autre. L’Esprit ne serait-il pas une « structure » ?  Ces deux images n’en feraient telle pas qu’une en définitive même si des années lumières les séparent. Phrase 22 : « lorsque vous ferez le deux Un » Evangile de Thomas.

Pour l’instant, seuls des photons et des atomes simples ont été téléportés de cette façon. Il n’est pas encore question, ni encore envisageable de téléporter la structure quantique infiniment plus complexe d’un objet plus gros et concret (comme un humain) d’un endroit à un autre. Il faut également déjà avoir toutes les pièces à l’arrivée, pour pouvoir assembler tout ça de la façon dont c’était assemblé au point de départ. Nous sommes ici dans la prévarication, se prendre pour Dieu.

La réduction du paquet d'onde est un concept de la mécanique quantique selon lequel, après une mesure, un système physique voit son état entièrement réduit à celui qui a été mesuré.

On ne peut déterminer l'état d'un système quantique qu'en l'observant, ce qui a pour effet de détruire l'état en question. Celui-ci peut en revanche, une fois connu, être en principe recréé ailleurs. En d'autres termes, la duplication n'est pas possible dans le monde quantique, seule l'est une reconstruction en un autre endroit. 

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être. Et je vous le dis très sérieusement, 0 n’est pas forcément égal à 0. Position, valeur de position, rapport, il englobe toutes les possibilités de positions, de ses valeurs, de ses rapports. Il les possède toutes. Il représente l’unique, construit le tout, unique à l’identique, se dédouble, devient présent, n’évolue dans aucun espace, aucun temps. Le 1 est à son service, le concrétise. » S.I

Dualité onde-particule, aspects différents d’une même essence. Le péché sera pour l'homme de se couper de cette complémentarité...l'homme se prenant pour Dieu ou chosifiant Dieu...défiguration à la fois de Dieu et de l'homme. Remonter à l’essence en dépassant les phénomènes ! Onde et particule ne peuvent pas se rencontrer.  Comme le dit Enoch : « Et ses descendants enfanteront sur la terre des géants, non pas nés de l’esprit, mais de la chair. » Le monde des particules doit disparaître.  Ils veulent détruire l’Etre du Livre de la Parole pour le remplacer par celui de la volonté.

Ces géants ou ceux qui « sont irrévocablement mort », « ceux qui sont venus, ceux qui sont tombés » ne peuvent plus s’élever, les « esprits mauvais » ou « démons » ont corrompu la Création, en la rendant domaine de la « bête », en remplaçant Dieu par l’homme.

Prophéties de Saint Jean de Jérusalem : « Il restera un nain de l’âme et aura la force d’un géant. » Alors toute créature vivante qui se mouvait sur la terre périt.

Jean

« 6 :63 C'est l'esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. »

L’homme veut aller dans des endroits pour lesquels il n’est pas fait. Le vieillissement n’est pas une maladie. Il est nécessaire.

Evangile de Thomas 

Jésus dit :

« Si la chair est venue à l’existence à cause de l’esprit,

c’est une merveille,

mais si l’esprit est venu à l’existence à cause du corps,

c’est une merveille de merveille.

Mais moi je m’émerveille de ceci :

Comment cet Etre qui Est

Peut-il habiter ce néant »

L’âme est mortelle-immortelle. Celui qui est, Seul donne l’Etre. Il nous observe et nous reconnait selon Sa volonté comme juste. D’où est issue l’âme ? De la matérialité ? Le pensez-vous vraiment ? Qu’est- ce que la matérialité pour l’âme mortelle-immortelle ? Une illusion ? Un décor ? Un passage obligé ? Un simulacre ? Un rêve ?

 « Seule l’observation de ce monde est à même de le rendre tangible et objectif. C’est divin. » S.I

Pouvons-nous parler après une reconnaissance objective dans ce monde par Celui qui est, d’élévation en retour ou de réintégration de l’âme qui est devenue immortelle ? L’âme immortelle donnée par Celui qui est vient-elle habiter l’Etre donné également par Celui qui est ?

Pourquoi les hommes ne croient pas à ce qui est porté par les Ecritures ?

Par ce qu’ils sont comme Thomas, ils ne croient que ce qu’ils voient.  Ils sont totalement incapables de croire sans voir. Ils préfèrent inventer des fausses doctrines, se moquer ou mépriser.

L’intelligence et la parole (informations immatérielles) donnent l’image selon la volonté de Celui qui est. L’entendement, la prise de conscience surviennent. L’image, identité véritable, informations portées par un vecteur, peut entamer son voyage de retour dans le respect logique de périodes.

Etre/non-Etre – âme/non-âme – mortel/non-mortel

La finalité n’est-elle pas l’Etre possédant une âme immortelle ? L’homme peut-il le faire par lui-même ?

Certainement pas, seul le fils de l’homme, création harmonieuse de Celui qui est a une existence tangible.

L'abîme et la terre

Dans le nouveau testament une phrase est intrigante. Elle semble faire référence au deuxième verset de la bible.

2 Pierre 3.5 « 3 :5 Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu'une terre tirée de l'eau et formée au moyen de l'eau,

3 :6 et que par ces choses le monde d'alors périt, submergé par l'eau,

3 :7 tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d'à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies. »

Les infrasons peuvent devenir mortels lorsque leur fréquence baisse à 7 Hertz. L’intensité acoustique absorbée devient importante. Cette énergie est évacuée sous forme de chaleur. La température du corps augmente alors rapidement jusqu'à un seuil critique qui peut entraîner la mort. La destruction par le feu.      

Mais l'image qu’elle donne du monde à sa création est très différente de ce qu'on lit en genèse.

Genèse 1.2 « La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. »

Abîme

Subst. Masc. Du grec a-byssos, qui signifie sans fond ou profondeur. Et du Grec Xaoma qui sépare les méchants et les bons (voir Luc 16 :26).

« 16 :26 D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire. »

Dans l’AT, l’abîme représente l’espace où fut créé la Terre, le séjour des morts : Genèse 1 :2 : […] La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux […].

Le NT conserve le même sens : lettre de Paul aux romains : « 10 :6 Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi : Ne dis pas en ton cœur : Qui montera au ciel ? c'est en faire descendre Christ ;10 :7 Qui descendra dans l’abîme ? c'est faire remonter Christ d'entre les morts. »

L’abîme, le séjour des morts, des hommes terrestres. Christ s’est incarné dans le terrestre pour apporter la bonne nouvelle et venir délivrer les rachetés de l’Eternel.

« remonter Christ d'entre les morts. » n’est- il pas une allusion à la passion de Notre Seigneur ?

Dieu, créateur de toutes choses

 « En effet, en six jours l’Eternel a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, et Il s’est reposé le septième jour. Voilà pourquoi l’Eternel a béni le jour du repos et en a fait un jour saint. » Exode 20 :11

 « …Arrête-toi pour comprendre les merveilles de Dieu ! » Job 37 :14

Existerait-il plusieurs créations ?

Il existe celle des 6 jours, spirituelle, celle du fleuve qui se divise en quatre bras, pré-matérielle, qui découle de celle des 6 jours, celle d’après le 7ème jour, matérielle et celle qui sera après que tout ce qui épars soit rassemblé.

Avant le commencement Dieu Est, transcendant (Comment cet Être qui Estpeut-il habiter ce néant ?) 

Suit une théophanie spirituelle (Puis Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance.)

Par un effet psychopompe, ils transmigrent dans une dimension tampon pré-matérielle ou limbes (Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras) pour intégrer l’être apparent – créature matérielle, celle d’après le 7ème jour.   (Mais une vapeur s'éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol)

Ayant atteint l’épinoïa par la connaissance qu’ils acquirent par la foi envers le fils incarné qui leur envoya le Paraclet, par la Porte, ils réintégrèrent (les Voyageurs, les Êtres réels), par le lien établi qui suivait le chemin de l’étoile filant à travers les trois strates.

Alors quel peut être le message de Jésus ? Ne nous invite-t-il pas à imiter son

propre désir à vouloir s’élever, retourner au Père, devenir son image. Il ne s’agit pas d’un désir source de violences conflictuelles ; mais d’un élan ayant pour but l’élévation pour ressembler à celui qui est. Bien entendu ce n’est que mon interprétation. D’un conflit Jésus en a été victime en devenant la pierre rejetée.  Expulsé et par un renversement ultérieur il est devenu la clef de voûte de tout l’édifice. Il a su montrer que l’origine fut homicide par le meurtre fondateur du fait de Satan semeur de scandale. En nous montrant la vraie nature de Satan dont il a subi les effets, en nous le montrant du doigt, il affirme sa divinité. Ainsi peut-on interpréter sa parole : « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? », non pas en un reproche fait à son Père pour l’avoir laissé aux mains de la vindicte populaire, mais plutôt comme une demande faisant suite à une incompréhension de sa part. Pourquoi as-tu fait que ton message, ta parole n’aient pas été compris, accepté.

De quoi s’agit-il, si ce n’est que de tolérance, de respect de l’autre. De quelle

Force s’agit-il, si ce n’est que de la foi en un dieu, en l’humanité dégagée de sa violence, en un amour fédérateur. Incrédules, vous ne le voyiez pas, lui si. Malgré vous il vous reconnaîtra car vous aurez suivi ses commandements, vous aurez servi ses desseins.

Cet amour, ciment de liaison entre le moi dégagé de son ego, de la forme à son

tour sublimé et converti en lumière, véritable rectification alchimique, et l’être spirituel mis à jour, scelle un accord. Cette pierre, qu’une force transportera, n’espère plus qu’à se joindre à l’édifice en construction hors du temps et de l’espace ordinaire.

Est- ce passer du corps animal au corps céleste avec l’aide de Christ ?

Jean « …si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.

..…si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu

… ..Il faut que vous naissiez de nouveau.

…..Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ?

Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel.

…. il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé, »

Moïse est né des eaux du dessus du ciel, puis par transmigration consubstantielle dans la matérialité, la réalité- décor par incarnation ou transfert avant de naître d’Esprit.

Ne retrouvons – nous pas Jésus, fils consubstantiel de Celui qui esttransféré en l’homme terrestre porté par Mariequi le fait accéder à la réalité décor ?

Ne s’agit-il pas d’une incarnation ? Le mystère est grand. Il dépasse l’entendement humain. Comment peut se réaliser l’incarnation ? Le mystère est encore plus grand. Pourquoi un corps plutôt qu’un autre ? Ce corps ne serait- il qu’une unité biologique autonome émotionnelle sans existence propre doté d’une connaissance, simulacre cognitif ? Qu’en est- il de l’âme ? Qu’en est- il de l’esprit ?

Luc 8 :11 Voici ce que signifie cette parabole : La semence, c'est la parole de Dieu.

1 Corinthiens 15 :37 Et ce que tu sèmes, ce n'est pas le corps qui naîtra ; c'est un simple grain, de blé peut-être, ou de quelque autre semence ;

1 Corinthiens 15 :38 puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre.

2 Corinthiens 9 :10 Celui qui Fournit de la semence au semeur, Et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice.

Après le baptême d’eau qui est l’offrande du corps vient le baptême du Saint Esprit qui donne l’Etre.

« 1 :42 Et il le conduisit vers Jésus. Jésus, l'ayant regardé, dit : Tu es Simon, fils de Jonas ; tu seras appelé Céphas (ce qui signifie Pierre). »

Notre Seigneur et Maître Jésus, Esprit de Dieu incarné, reconnait en Simon le terrestre la présence spirituelle qu’il éveille et nomme ou appelle Pierre.

« Il existe donc deux hommes, un du ciel et un de la terre. Les deux sont issus de la création. Et à un moment ils se rejoignent. Comment cela peut-il se faire ? Je dirai grand mystère de l’incarnation ou de la transmigration. Est-ce de la magie ? Certainement pas, c’est de la science.

La prise de conscience d’une présence spirituelle au plus profond de chacun de nous, représente pour Jésus comme j’ai l’audace de le comprendre, le réel accès à la Royauté divine. De cette réalité, à la fois existentielle et originelle, nous ne sommes séparés que par un état de conscience déficient. Ne se trouve-t-il pas là notre prochain ? Celui qui est vraiment proche de nous ? Caïn a tué Abel. » S.I

L’homme animal est donc « dans un état de conscience déficient ». Il est dans l’incapacité de percevoir cette présence divine. Il est Caïn, le terrestre qui symboliquement a tué Abel, le céleste.

L’homme terrestre vit pour mourir pour que l’homme céleste vive. Parlons – nous d’avatars virtuels ?

Matthieu « 18.18 Je vous le dis en vérité, tout ce vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. »

C’est particulièrement intéressant. On nous montre qu’un lien existe entre le ciel et la terre, entre l’homme céleste et l’homme terrestre. Mais en définitive n’existerait-il pas qu’un seul homme, qu’un seul lien, le céleste et que toutes les transformations se réalisent dans un même endroit ? Aurai-je accès à un deuxième cerveau ? Celui dans lequel je suis endormi puis éveillé ? Celui duquel mon Seigneur Jésus, roi des Juifs, roi du peuple d’Israël me délivrera, nous délivrera selon Sa reconnaissance, sa volonté ?

Pouvons-nous écrire que la Lumière correspond à un ensemble d’informations transférées dans notre cerveau qui les traite pour modifier sa structure mentale dans le but de nous faire participer à la naissance d’une identité nouvelle que nous épouserons, compatible avec cet ailleurs qui a vaincu la mort et que nous rejoindrons par un transfert en retour. Cette métamorphose n’est pas automatique. Notre Seigneur et Maître et ses Supérieurs nous autorisent à participer ou pas à cette métamorphose en fonction de ce que nous sommes, nous- mêmes. La clef est l’Amour. Jésus nous l’a dit.

Ne peut-on pas plutôt dire que l’image de Dieu est l’âme, réceptacle de l’Esprit de Dieu en retour ? Peut-être à l’aller aussi ? L’Esprit voyage donc d’une image identique à une autre. L’Esprit ne serait-il pas une « structure » ?  Ces deux images n’en feraient telle pas qu’une en définitive même si des années lumières les séparent. Phrase 22 : « lorsque vous ferez le deux Un » Evangile de Thomas.

Qu’a fait Celui qui est, notre Seigneur et Maître, pour les « prémices de ses créatures », Sa Création ?

Il va leurs donner l’intelligence, la parole, la structure et le support de l’image pour le retour.

Nous avons à faire à un flux qui désigne un ensemble d'éléments (informations / données, énergie, matière…) évoluant dans un sens commun. Un flux peut être un déplacement (quelle qu'en soit sa nature) qui se caractérisé par une origine, une destination et un trajet.

Ce processus se caractérise par une onde radio descriptive d’un système, de sa structure permettant sa reconstruction accompagnée parallèlement d’un transfert de photons porteurs d’informations quantiques relatives au système et ainsi forment un couple.

« Jésus est le fils de Dieu incarné. Les prémices des créatures de Dieu incarnées qui sont dans le sommeil deviennent les fils de l’homme porteurs de l’image accordée selon leur foi par Celui qui est lorsqu’elles sont éveillées. 

Nous devons obtenir une image, je dirai un état, le seul compatible pour intégrer le « royaume de Dieu » qui n’est pas de ce monde. Cet état se détache du corps, du moi, qui s’effondre dans la poussière. Cet état n’a pas besoin de la matière pour support. On l’appelle image. » Le Livre

« Respecte Dieu, obéît Lui. C’est de ton vivant que tu seras jugé. Tu le seras en Esprit. De vivant en vivant ton Esprit devra se transformer car ce monde n’est qu’une illusion sans consistance, sans histoire. Ce n’est qu’un décor, qu’une vue de l’esprit. L’Eternel crée en libérant Ses enfants de l’illusion trompeuse d’une individualité idolâtre du reflet d’un reflété. » Le Livre

Celui qui est, origine consubstantielle de Son émanation par la Parole et de toutes celles issues de Lui, notre Seigneur et Maître, est l’Unique, le Seul qui de toute éternité donne la Vie selon sa Volonté à ses enfants, à ses témoins. Sa Gloire immense n’a d’égale que Sa Puissance, que sa Science et sa Présence qui illuminent et dominent sa Création.

Hébreux « 9 :11 Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n'est pas construit de main d'homme, c'est-à-dire, qui n'est pas de cette création ;

9 :12 et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. »

C’est par « notre propre sang », comme nous l’enseigne Jésus, que les enfants de Dieu obtiendront « une rédemption éternelle. » une délivrance éternelle. Il a porté le péché, la matérialité, la réalité décor, la mort, l’absence de la Présence. Il est venu nous libérer de nos errances. Nous montrer le seul et bon chemin. Nous donner la foi par son témoignage. Il est mort de notre incroyance. Il est venu justifier les rachetés de Celui qui est par sa résurrection.

Hébreux confirme bien l’origine de l’Arche de l’Alliance avec Dieu « qui n’est pas de cette création. » Le Tabernacle originel est la tente qui abritait l'Arche d'Alliance à l'époque de Moïse. Le Tabernacle est la Demeure ou Tente d’Assignation (de Rencontre).

Jésus s’est incarné dans la matérialité, la réalité- décor, en empruntant l’Arche de l’Alliance avec Dieu pour retourner « auprès de son Père » ou réintégrer en empruntant à nouveau l’Arche de l’Alliance avec Dieu qui se trouve dans le « saint des saints » ou « le lieu très saint ».

En fait, personne ne peut trouver ici-bas, dans la matérialité, dans cette dimension l’Arche de l’Alliance avec Dieu. Seul le dormeur qui a été éveillé peut y accéder si Celui qui est le veut. L’Arche de l’Alliance avec Dieu n’est pas de ce monde, « de cette création ». La chercher physiquement dans cette dimension est illusoire, inutile, sans fondement. Personne ne la trouvera puisqu’elle se situe ailleurs, qu’elle s’est toujours située ailleurs. Elle peut être juste symbolisée par un coffre en bois avec deux chérubins. Elle est un moyen de communication, de transfert d’informations.

Hébreux « 9 :24 Car Christ n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu.

9 :25 Et ce n'est pas pour s'offrir lui-même plusieurs fois qu'il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger

9 :26 autrement, il aurait fallu qu'il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice.

9 :27 Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,

9 :28 de même Christ, qui s'est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut. »

Jésus nous montre du doigt. Il nous dit : « C’est à toi que je m’adresse. » Ne devient pas un égaré sur le chemin. L’homme terrestre meurt. Une seule fois. Son corps ne ressuscite pas.  Ne prévarique pas en te construisant un simulacre de sanctuaire. C’est toi qui viens d’en haut qui ressuscite puisque tu nais à nouveau. Pour celui qui a la foi et qui croit en Celui qui est comme seul et unique créateur comme nous l’enseigne Jésus, son Envoyé Suprême, peut- être, si Celui qui est, miséricordieux, le veut, expression de « Son Amour, la seule connaissance qui nous est accessible ». Il nous reconnaitra comme Son Enfant. Il nous donnera la Vie, l’Etre. L’Enfant de Dieu est soumis aux deux aspects de la création de Celui qui est.

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être. » S.I

Apocalypse « 5 :5 Et l'un des vieillards me dit : Ne pleure point ; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux. »

« 22 :12 Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son œuvre.

22 :13 Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.

22 :14 Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville !

22 :15 Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge !

22 :16 Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Eglises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile brillante du matin.

22 :17 Et l'Esprit et l'épouse disent : Viens. Et que celui qui entend dise : Viens. Et que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l'eau de la vie, gratuitement »

Le christianisme, judaïcité transcendante, n’est pas une voie de mort comme l’écrivait Nietzsche qui lui est mort. Dans sa 1er Epître Pierre ne voit – il pas que la « Voie de l’Amour qui conduit au Royaume éternel de Dieu » va de la Foi à l’Amour.

Toutefois humilité doit être gardée, l’arrogance bannie. Salomon ne l’indique –t-il pas dans son Cantique ? répétant comme un leitmotiv « Je vous en conjure, filles de Jérusalem, Par les gazelles et les biches des champs, Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour, Avant qu'elle le veuille. » 

Ne jamais se prendre pour ce que l’on n’est pas, toujours se le rappeler. Le vent souffle selon son bon désir. Se mettre en condition, juste se mettre en condition et le travail à accomplir est immense. S’agit-il d’éros ? Ne soyons pas comme les scribes inféodés à la loi, en recherche de racines, les pieds trop dans la terre qui le pensent. Il s’agit juste d’un élan royal poétique, sans arrière-pensée. Où sont les Prêtres de Dieu ?

Le Livre de la Parole n’est pas d’origine humaine. Il a été élaboré par des hommes inspirés par des Intelligences Supérieures. Maîtriser le futur, le planifier, c’est construire le présent, le dominer, intervenir ponctuellement pour l’orienter vers le but à atteindre, but déterminé en premier lieu : l’élévation. Ce message unique, malgré tout lisible et compréhensible à chaque époque transite du fin fond des âges pour nous parvenir et être compris dans sa révélation quel que soit la forme de son support. En ce sens l’ancien et le nouveau testament entrent dans la logique de cette transmission comme étant une mise à jour, une récapitulation, une synthèse, un acte délibéré. Effectivement, comment des scribes juifs du 6éme et 7éme siècle avant J.C ont pu décrire et interpréter des faits historiques éloignés d’eux de 1000 à 1500 ans en s’appuyant uniquement sur une transmission orale ? Seul un angélisme naïf valide cette approche. Il est évident qu’une partie des informations proviennent de mythes et de légendes, de rituels d’anciens cultes solaires d’Egypte, d’avant Ptolémée, de Sumer, de peuples maritimes ou d’autres sources totalement inconnues pour être mises délibérément sous une nouvelle formulation et présentation.

« Des Intelligences Supérieures ont dissimulé derrière une approche phénoménologique des cycles intangibles de la nature ou objective, des concepts scientifiques primordiaux. Ainsi, du fait même de ce procédé, l’interprétation de chaque époque restait toujours dans la signification première essentielle du message transmis.

Le jour, l’année, le mois n’ont pas systématiquement la signification temporelle humaine mais correspondent le plus souvent à des valeurs numériques qui leurs ont été attribuées. » S.I

Il en est de même pour les dimensions linéaires, surfaciques et volumiques qui n’ont pas automatiquement la signification mathématique déduite mais correspondent le plus souvent à des valeurs numériques qui leurs ont été attribuées.

Comme dans toutes constructions systémiques un référentiel a été établi par l’attribution calculée de valeurs numériques à des éléments jugés primordiaux.

Des formules scientifiques en lien direct avec le thème développé ont été choisies pour servir de structure à l’ensemble de la construction d’une grandeur et d’une beauté sans pareil.

Le support employé est celui des nombres, le support universel qui permet la transmission d’informations d’intelligence à intelligence.

Les nombres sont organisés selon un principe mathématique simple qui a donné lieu à la mise à jour d’une dimension arithmétique inconnue. 

Les informations transmises sont naturellement adaptées du fait de leurs conceptions à chaque niveau de connaissances acquises par le receveur.

Les nombres contenus dans le Livre de la Parole ne sont-ils pas le support arithmétique universel de la connaissance juste et véritable transmise par écrit ?

La lumière, porteuse de la Parole de l’Eternel donnée par transfert d’informations n’est-elle pas celle qui vient pour nous éclairer par l’implant de l’intelligence, de la parole et de l’image en ébauche dans le but de sauver le fils de l’homme en lui donnant l’entendement et l’image juste ?

Le judaïsme est une tradition définissant à la fois la culture religieuse et le mode de vie des Juifs, constitué des descendants des Israélites provenant de l'antique terre d'Israël et des quelques minorités les ayant rejoints par la conversion et s'étant mélangées à eux au fil de leur diaspora de deux millénaires. Selon ses textes fondateurs, en particulier le Tanakh , la foi des anciens Israélites et de leurs descendants, les Juifs, est basée sur une alliance contractée entre Dieu et Abraham, qui aurait ensuite été renouvelée entre Dieu et Moïse.

Cependant- cependant :

Les pharisiens puis les rabbins ont toujours affirmé l'existence d'une Torah orale transmise de génération en génération, de maître à élèves. Pour le judaïsme, il n'est pas possible d'appliquer les préceptes bibliques sans passer par l'interprétation que les Sages en ont faite.

Cette Torah orale prend son origine avec Moïse lui-même qui, après avoir reçu les tables de la Loi sur le mont Sinaï et en avoir réalisé plusieurs copies pour les dignitaires, la « transmet » à Josué, qui la transmet à son tour à ses successeurs spirituels et ainsi de suite jusqu’à la Grande Assemblée, ancêtre du Sanhédrin.

Il ne s’agit bien que d’une simple affirmation tortueuse sans véritable fondement. Un autre a bien enfourché un cheval. Les prophètes ont prophétisé, les apôtres ont porté la Parole, ce sont bien les seules transmissions qui sont d’origine divine.  

La Réforme du judaïsme naquit au 20ème siècle qui vit les Juifs s'ouvrir à d'autres cultures que la leur propre et aux sciences humaines. Il en résulta chez certains une vision qui fit du judaïsme une révélation en marche, et non une révélation déjà accomplie. Les juifs partisans de la réforme du judaïsme ne considéraient donc plus la Torah et le Talmud comme les manifestations d'une parole divine intouchable, mais comme des œuvres historiques nécessaires en leur temps, devant céder la place au besoin de l'époque. De nombreuses observances furent jugées inutilement contraignantes, sans fondement et obsolètes.

Que font-ils de la révélation de Celui qui est et du Messie, son Envoyé Suprême incarnéqu’Il leurs a donné et que les prêtres du temple n’ont pas reconnu et que les rabbins tournent en dérision ? L’impiété et l’iniquité règnent.

Nous savons tous ce que vaut l’humanisation des lois divines. Et les prophètes de Celui qui est, où sont- ils ? Ces prescriptions sont- elles là pour « bonifier l’humain » ou pour faciliter la réception de « ce qui vient d’en haut » ? Philosophie ou théologie ? 

Pour le christianisme, la Tradition (avec une majuscule) est la révélation continue, par le Saint-Esprit de la Parole de Dieu à son Église. Le christianisme est une religion abrahamique fondée sur la vie et les enseignements de Jésus de Nazareth, le Messie d’Israël et qui se définit comme monothéiste.

Par « Tradition de l'Église catholique romaine », il faut entendre « tradition interprétative », c'est-à-dire le patrimoine commun aux catholiques constitué par le cumul des travaux des théologiens au cours des siècles.

Le judaïsme et le christianisme sont une seule Tradition. Elle est unique dans sa révélation. Elle n’est pas un « rameau détaché du tronc. » Jésus l’a accomplie et Lui seul la clora. La conservation littérale de l’Ecriture a été confiée au peuple hébreu, Israël, le peuple de Dieu en Esprit, le peuple élu, l'Eglise de Pierre devant maintenir vivant dans les évangiles le message du salut et d'amour porté par Jésus, fils de Dieu. L'ensemble forme alors la tradition première. L’Eglise de Jean, Jean que notre Seigneur aimait, quant à elle devrait la mettre à jour, la rendre intelligible en Esprit et vérité. Ne serait-ce pas notre époque ?

Tradition

Colossiens 2-8 : « Prenez garde. Ne vous laissez pas séduire par la philosophie et ses trompeuses subtilités, qui s'inspirent des traditions humaines et des rudiments du monde, au lieu de s'appuyer sur le Christ. »

« C’est une sotte présomption d’aller dédaignant et condamnant pour faux ce qui ne vous semble pas vraisemblable » Montaigne

Le sens étymologique de tradition est : « Ce qui est donné par transfert. »

N’est-ce pas la Lumière de Genèse porteuse de la Parole de l’Eternel que Jésus, son Envoyé Suprême est venue nous apporter ? Jésus n’est-il pas la lumière du monde ? N’est-il pas l’alpha et l’oméga ?

Il n’est fait aucune allusion à la nature de ce qui est transmis. La tradition est un moyen de transport. On nous décrit le moyen qui va nous permettre d’acquérir des connaissances sans préciser lesquelles.

Que nous dit le 6ème jour Genèse,

L’Eternel a créé la lumière (12Hz), transfert d’informations répondant à une qualité de signal (48db), (6db la qualité signal d’1 bit- 6*8=48db la qualité du signal d’1 octet) ainsi que l’adresse de destination, codée sur 6 octets ou 48 bits, qui indique l’interface à laquelle sont destinées les données. Toutes les autres interfaces ignorent les paquets dont l’adresse de destination ne leur est pas destinée. Seule l’interface ayant l’adresse correspondante va lire le paquet, le ranger dans une mémoire tampon interne, interrompre son traitement pour que son système d’exploitation puisse saisir le paquet et le traiter. L’Eternel crée le monde (432Hz) par le La1 (108 Hz). En acoustique, la fréquence fondamentale ou son fondamental est l'harmonique de premier rang d'un son, ici 432hz qui est la fréquence naturelle. Quand le la, est accordé à 432 Hz, toutes les autres notes de musiques sont aussi corrigées vers leurs fréquences harmonieuses correspondant au la de référence et aux fréquences de la nature qui nous entourent.

Nous demeurons toujours dans la même dimension. On développe les notions de fréquence, de qualité de signal ou de musique (harmonie et résonnance). Les cordes vibratoires ne sont pas si lointaines.

Et enfin Il a créé (3456) Sa « ville » ou « la ville de l’Eternel » Ezéchiel, un carré de périmètre (864). Il existe 12 portes et chaque porte vaut 864/12 = 72.

Pouvons-nous écrire à nouveau que la Lumière correspond à un ensemble d’informations transférées dans notre cerveau qui les traite pour modifier sa structure mentale dans le but de nous faire participer à la naissance d’une identité nouvelle que nous épouserons, compatible avec cet ailleurs qui a vaincu la mort et que nous rejoindrons par un transfert en retour. Cette métamorphose n’est pas automatique. Notre Seigneur et Maître et ses Supérieurs nous autorisent à participer ou pas à cette métamorphose en fonction de ce que nous sommes, nous- mêmes. La clef est l’Amour. Jésus nous l’a dit.

Nous comprenons maintenant très bien que cette nouvelle identité n’est pas une réplique spirituelle de la personne humaine qui vit en permanence dans la violence et la méchanceté. Dans ce cas précis il ne s’agit que de prévarication. Cette réplique ne peut – être qu’éradiquée, exterminée.

« Le septième jour, l'Éternel appela Moïse du milieu de la nuée. » de la même façon que Jésus s’est montré à Pierre, Jacques et Jean puisque le 7ème jour qui vient après le 6ème jour, celui de la structure de la création (lumière- monde- portes de la Ville de l’Eternel) est celui de l’accomplissement de la Création de Celui qui est qui donne l’identité spirituelle nouvelle, l’image ou l’Etre.

La Tradition s’applique à la révélation divine consignée dans le Livre de la Parole ou les Ecritures Saintes. Elle ne s’appuie pas sur des mythes et des légendes. L’histoire de l’Esprit qui n’est pas de notre dimension s’appuie sur des représentations humaines pour que nous puissions comprendre le message ou l’enseignement transmis.

Le christianisme n’est pas seulement l’église de Pierre devenue église romaine. Elle est aussi l’assemblée de Jean.

La franc- maçonnerie spiritualiste a-t-elle quelque chose à voir avec l’église romaine ? Non. Avec l’assemblée de Jean ? Oui. Existe-t-il une autorité commune ? Oui.

Que l’église romaine respecte la Parole !

Jean « 21 :20 Pierre, s'étant retourné, vit venir après eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s'était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit : Seigneur, qui est celui qui te livre ?

21 :21 En le voyant, Pierre dit à Jésus : Et celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?

21 :22 Jésus lui dit : Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. 

21 :23 Là-dessus, le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n'avait pas dit à Pierre qu'il ne mourrait point ; mais : Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t’importe ?

21 :24 C'est ce disciple qui rend témoignage de ces choses, et qui les a écrites. Et nous savons que son témoignage est vrai ».

L’humain ne peut rien empêcher de ce que Celui qui est veut.

Les hommes n’ont pas accès à la Tradition. Cela n’a aucun sens de croire qu’ils le peuvent. Ceux qui portent la vérité ont influencé et établi toutes les croyances, toutes les religions pour les mettre à la disposition des hommes, tout ceci en rapport avec leur degré d’élévation intellectuelle au travers des générations. Rien n’a été caché, tout a été dit.

La loi a été donnée. Les prêtres l’ont utilisée pour se construire un royaume terrestre en utilisant le Nom de l’Eternel. Blasphème et prévarication. L’Ordre du Temple a fait de même. Les Eglises ont fait de même. Les portes sont restées fermées.

L’Eternel a envoyé son Messager Suprême : Jésus « je suis l’alpha et l’oméga » 12 Apocalypse, annoncé en Genèse 48/4 = 12 la lumière du monde pour établir l’alliance par l’Amour entre l’Eternel et les hommes, annoncer la bonne nouvelle : « Le royaume de Dieu n’est pas de ce monde » et construire le temple intérieur en chacun d’entre nous. 

Les prêtres ne l’ont pas reconnu. Le temple de pierre a été détruit, les prêtres ne sont plus.

Il n’est plus question de religion ou toute autre structure intermédiaire. Il s’agit pour chacun d’entre nous d’aimer l’Eternel en « esprit et vérité ».

Seul Jésus purifie. Personne ne lui est supérieur. Il n’existe pas de super chrétien. Il est l’Envoyé Suprême de Celui qui est. Il n’y en aura pas d’autre après Lui.

Le croissant de lune n’est qu’un croissant de lune.

Le dieu des chrétiens n’est pas « un juif mort » comme le dit un scribe. Abomination de désolation. Blasphème de blasphème, le seul qui soit contre l’Esprit, qui ne sera pas pardonné.

Il est l’Envoyé de leur dieu, tout simplement de Celui qui est, seul et unique maître de Sa Création.  

Ne soyons pas comme les scribes inféodés à la loi, en recherche de racines, les pieds trop dans la terre qui ridiculisent et tournent en dérision Notre Seigneur Jésus Christ, le Messie, le roi d’Israël, roi des juifs.

Matthieu « 23 :13 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux ; vous n'y entrez pas vous-mêmes, et vous n'y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer. »

Seuls restaient les scribes ou pharisiens hypocrites, qui, trop près de la Loi ne voyaient plus qu’elle, ne vivaient que pour elle, « cachaient les clés de la connaissance ». Ils en avaient fait un instrument de domination. Le service de l’Eternel n’était plus rendu. Par ailleurs, ils avaient expulsé Christ. « Tout le peuple répondit : Nous prenons son sang sur nous et sur nos enfants. »

Le peuple en est encore tout taché. Il n’est pas le seul. Actuellement, la multitude ne rejette – elle pas Christ dans une grande confusion ? Nous sommes vraiment dans l’Histoire.

Les derniers enfants d’Israël, descendants de Jacob forment le peuple de Celui qui est, qu’Il a créé en esprit et vérité, qui tire sa force et sa foi du Livre de la Parole unifié, Son dernier Temple au milieu des hommes, création que son Envoyé Suprême, Jésus, est venu accomplir en libérant en conscience Son peuple par le chemin de vérité.

Que nous dit Notre Seigneur Jésus Christ ?

Marc (12, 28-34)

« 12 :28 Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s'approcha, et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ?

12 :29 Jésus répondit : Voici le premier : Ecoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l'unique Seigneur ;

12 :30 et : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.

12 :31 Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là.

12 :32 Le scribe lui dit : Bien, maître ; tu as dit avec vérité que Dieu est unique, et qu'il n'y en a point d'autre que lui,

12 :33 et que l'aimer de tout son cœur, de toute sa pensée, de toute son âme et de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, c'est plus que tous les holocaustes et tous les sacrifices.

12 :34 Jésus, voyant qu'il avait répondu avec intelligence, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osa plus lui proposer des questions »

Jean : « Nous avons reconnu et nous avons cru que l’Amour de Dieu est parmi nous. » « Dieu est Amour, celui qui demeure dans l’Amour demeure en Dieu, et Dieu en lui. »

Nous devons apprendre l’Amour que rien ne peut décrire. Le christianisme est une histoire d’amour Lorsqu’il apparaît vous savez que c’est Lui. Aimer Dieu, c’est aimer son prochain comme soi-même et alors Dieu nous aimera. Il nous attirera car l’Amour est également attraction. C’est la loi Royale. Nous devons nous libérer de « notre propre convoitise » pour « accueillir l’étranger ». Autrement comment pourrions - nous emprunter les sept marches : « J'irai vers l'autel de Dieu, De Dieu Qui fait la joie de ma jeunesse » ? Sont-elles vraiment des marches ? Devons-nous préparer l’autel comme l’apprenti, apprenti servant.

Comment aimer son prochain dans le terrestre ?

Quelles sont donc les attributs de l’Amour pour Paul ?

« L’Amour est patient, plein de bonté ; n’est point envieux ; ne se vante point, ne s'enfle point d'orgueil, ne fait rien de malhonnête, ne cherche point son intérêt, ne s'irrite point, ne soupçonne point le mal, ne se réjouit point de l'injustice, mais se réjouit de la vérité Il excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout. L’Amour ne périt jamais. » 

Que dire de plus ?

Paul nous décrit un état, non une étreinte ou attirance émotionnelle, encore moins un sentiment hypocrite mielleux petit – marchand, « qui donne bonne conscience »   mélangé de pitié, de compassion et d’empathie tout en conservant des acquis biens mérités, pas volés qui ne doivent rien à personne. Nous devons tous individuellement atteindre cet état pour aimer, premier pas vers la perception de l’agapè. Etat d’âme ou d’esprit ? Peu importe, l’agapè culmine plus haut, plus fort, plus beau, plus sage.

Paul ne le définit pas. Il donne le processus à suivre pour le prier. Agapè, modèle à imiter, impossible, voire blasphémateur ou prévaricateur, il vient uniquement de Celui qui Est. Paul le sait très bien.

Être assuré, volontaire, sincère, loyal, s’affirmer avec force dans ses convictions, sans peur, sans mièvrerie affligeante, voilà un bon profil pour celui qui veut servir au nom de l’Amour.

L’engagement puissant, exigeant demande de la constance, de la persévérance. Il faut brûler nos pensées, nos émotions, notre haine, notre violence, faire table rase de nos certitudes, tout remettre à zéro. Il faut faire silence. 

La permanence, l ‘infini, la réalité autre que le quotidien, l’immobilisme ne sont pas de cette dimension présente à nos yeux. Tout passe, rien ne s’arrête. Si la vie est celle que nous vivons, alors la mort nous prouve le contraire.

Devons-nous acquérir des qualités particulières pour atteindre l’état décrit par Paul ?

« Celui qui Est pour Pierre est gloire et vertu. Nous devons donc fuir la corruption du monde par la convoitise. A notre foi, joignons la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patiente, à la patiente la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel l’amour. »

Ecrivons - le différemment :

Grâce à notre croyance inébranlable devient pur, de cette pureté apparaîtra la connaissance, la modération et l’humilité l’accompagneront. Devra suivre une persévérance ou une volonté à toute épreuve qu’une ferveur entretiendra dans une douce amitié, dégagée de l’éros, dirigée vers nos semblables, ce qui nous mènera à l’état décrit par Paul.

 Rappelons que :

 - les vertus cardinales sont : la justice, la prudence, la force et la tempérance.

 - les vertus théologales : la foi, l’espérance et l’amour.

Que devenons – nous ?

Nous sommes libérés des émotions instinctives biologiques, attributs de l’homme biologique, de son ego. L’homme – biologique est une prison sans avenir si nous le considérons comme une finalité en soi.

Nous avons appris la transparence. Nous avons détruit l’opposition entre le collectif et l’individuel. Sans cela, comment pourrions-nous tous être à la fois Un et Tout sans qu’un lien d’amour nous unisse dans une communion d’une force jamais égalée.  L’Un agit lucide dans l ‘ensemble des Uns en totale harmonie réciproque, heureux et libre dans la puissance de Celui qui Est. S’agirait-il d’une communauté d’Esprits en Esprit ?

Aimer son prochain, ce n’est pas l’aimer en éprouvant de la pitié, sentiment humiliant et méprisant pour lui, ni en éprouvant de la compassion, je ne veux pas qu’il souffre, cela me met mal à l’aise, ni en éprouvant de l’empathie, je ne veux pas souffrir comme lui, mais uniquement en souffrant de sa souffrance. Sa douleur ne m’apprend rien, ne m’apporte rien, ne me donne rien.

Cet amour ne s’exprime – t – il que dans la souffrance ?

Pas du tout, il transcende l’amour sincère entre deux individus qui la plupart du temps le perçoivent comme éros ou philia. Cet amour émané, nous l’aimons car il procure une telle joie et un tel bien être à l’Etre que nous en sommes ravis. Les larmes tombent des yeux.

Seulement dans l’éros ou la philia ? Non, partout où existe des relations sincères sans arrière-pensée.

Souffrir de la souffrance de mon prochain, aimer l’amour émané de mon prochain, dans les deux cas nous « aimons notre prochain comme soi-même. » Celui qui Est dans sa grande miséricorde recevra –t-il cette prière en esprit et vérité ? Il ne s’agit pas d’une demande. Nous le comprenons tous. Il s’agit d’une prière d’amour. L’Etre souffre et aime comme son semblable qui aussi aime et souffre comme lui. Si besoin est, Celui qui Est agira mais uniquement en direction de l’Etre avec parfois des répercussions dans le monde matériel.

Lorsque nous atteignons un tel degré dans l’Amour, alors nous pouvons espérer que l’agapè nous comprendra. Cet agapè est la Vie. Il est constructeur. Sans Lui nous ne sommes rien. De Lui tout émane. Il est notre Dieu unique et révélé, puissant et miséricordieux. 

Pour Jésus, la vertu suprême n’est pas la Justice, mais l’amour. Il considère que tous les êtres humains sont égaux devant Dieu, peu importe leur statut social. Ils seront jugés uniquement selon l’intention de leurs actes et leur amour du prochain. Pour Jésus, la justice ne peut être que divine, car seul Dieu « peut sonder les reins et les cœurs ».

Que nous dit Jésus ?

Lors de la multiplication des pains Jésus nous fait comprendre que personne ne mérite d’avoir plus que l’autre, que personne ne mérite d’avoir moins que l’autre, que le système soit collectif (panier) ou individuel (corbeille). Parlerait-Il d’une économie naturelle ?

Sinon comment pouvons-nous aimer notre prochain comme nous même, comment pouvons- nous aimer notre Seigneur ?

Lors de la multiplication des pains Jésus nous fait comprendre que chacun d’entre nous a la possibilité de se « sauver », qu’il possède en lui cette fonction d’évolution. Seul notre Seigneur par Sa Parole peut l’activer, à condition de respecter Ses règles. Les chérubins, symboliquement, sont là pour nous le rappeler.

Personne ne plantera de lui- même son propre arbre de vie.

Il nous dit : seul l’amour du prochain nous fera vivre dans une heureuse harmonie.

Evangile de Thomas :

Jésus disait : « Vous avez en effet 5 arbres dans le Paradis qui ne changent ni été ni hiver. Leurs feuilles ne tombent pas. Celui qui les connaîtra ne goûtera pas la mort. »

Il est 5 étapes :

purification progressive de l’être

rencontre avec le Paraclet

éveil à la connaissance

accomplissement par l’amour de Celui qui Est et de son prochain

réintégration dans l’unité

Quel est mon prochain ?

Aimer son prochain c’est aimer le fils de l’homme. Où se trouve le fils de l’homme ? Jésus est le fils de l’homme, c’est lui qui est cloué sur la croix. La matière va changer de plan.

Et c’est pourquoi mon prochain, le fils de l’homme n’est pas un étranger, n’a aucune couleur, ne me fait pas peur. Il est ma sœur et mon frère à la fois, aucune dualité. Je ne supporte pas l’injustice de son tourment. Visible, endormi chez beaucoup, quelques-uns l’ont tué.

Le renoncement à soi est capital.

Evangile de marie Magdala :

« Car c’est à l’intérieur de vous que se trouve le fils de l’homme ; allez à lui, ceux qui le cherchent le trouve. »

Que nous dévoile encore l’Enseigneur ou Jésus :

« L’attachement à la matière engendre une passion contre nature. Le trouble naît alors dans tout le corps ; c’est pourquoi je vous dis : soyez en harmonie. Si vous êtes déréglé, inspirez – vous des représentations de votre vraie nature. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. »

Jean « 6 :44 Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour. »

Après le jugement vous serez reconnu, racheté par Celui qui est qui vous éveillera.

C’est par la Parole de Celui qui est, Parole de vérité qu’après jugement ton âme sera libérée, délivrée Le sang de Jésus est la Parole de Dieu, Parole de vérité.

La rédemption n’est- elle pas attraction ? Elle ne dépend pas de nous mais de Celui qui est.

La rédemption, le rachat par le sang de Jésus, mort sur la croix, sang de Jésus qui est la Parole de Dieu est le seul chemin, la seule voie qui mène à Celui qui est.

« Les enfants d’adoption par Jésus Christ » ou les rachetés de la terre par la Parole de Dieu, le sang de Jésus

Il n’existe aucun dieu bon ou dieu mauvais. Il n’existe que Celui qui est, créateur des Êtres selon Sa Volonté. Il est présent de toute éternité. Avant Lui, c’est Lui ; après Lui, c’est Lui.

« Il n‘y en aura pas d’autre. »

Sa création est bonne. L’Amour est son moteur. Les méchants et les violents s’excluent d’eux- mêmes. La vie est conscience. L’évolution de la vie est l’évolution de la conscience.

« Ce qui est folie pour les hommes est sagesse pour Dieu. »

Tous ceux qui veulent la vie éternelle ne font que chercher la présence de Celui qui est. Ils désirent se mettre dans Son Amour, Son attraction, Son regard. Seul, Celui qui est, selon Sa volonté fait souffler le vent, où Il veut, quand Il veut, sur qui Il veut. Il donne l’Etre, selon Sa Volonté, à ceux qui n’étaient qu’Etre- non Être à la fois, qui n’étaient qu’une tendance à exister.

Aime tes ennemis.

Luc « 6 :20 Alors Jésus, levant les yeux sur ses disciples, dit :

Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !

6 :21 Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés !

Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie !

6 :22 Heureux serez-vous, lorsque les hommes vous haïront, lorsqu'on vous chassera, vous outragera, et qu'on rejettera votre nom comme infâme, à cause du Fils de l’homme !

6 :23 Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez d'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans le ciel ; car c'est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.

Vous qui ne cherchez pas la gloire de ce monde vous serez rejetés par ce monde. Vous serez glorifiés par Celui qui est selon Sa volonté. Vous vivrez.

Psaumes

« 128 :1 Cantique des degrés.

Heureux tout homme qui craint l'Eternel,

Qui marche dans ses voies !

128 :2 Tu jouis alors du travail de tes mains,

Tu es heureux, tu prospères.

128 :3 Ta femme est comme une vigne féconde

Dans l'intérieur de ta maison ;

Tes fils sont comme des plants d'olivier,

Autour de ta table.

128 :4 C'est ainsi qu'est béni

L'homme qui craint l'Eternel.

128 :5 L'Eternel te bénira de Sion,

Et tu verras le bonheur de Jérusalem

Tous les jours de ta vie ;

128 :6 Tu verras les fils de tes fils.

Que la paix soit sur Israël ! »

6 :24 Mais, malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation !

6 :25 Malheur à vous qui êtes rassasiés, car vous aurez faim !

Malheur à vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et dans les larmes !

6 :26 Malheur, lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c'est ainsi qu'agissaient leurs pères à l'égard des faux prophètes !

6 :27 Mais je vous dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent,

6 :28 bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. »

Vous qui cherchez la gloire de ce monde, ce monde vous reconnaitra. Sa seule recherche n’est que « vanité et poursuite du vent ». Vous mourrez.

Aimez vos ennemis parce qu’ils vous ont reconnu comme enfant de Dieu.

Paul- Ephésiens « 6 :12 Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

contre tous les rôdeurs qui viennent nous tourmenter quand nous nous

retrouvons sous le regard de Dieu.

Qu’est-ce que le bien, qu’est-ce que le mal ? N’est-ce pas tout simplement l’utilisation de l’intelligence au service de la Vie ou bien son utilisation qui la dessert ? Qu’est-ce que la Vie ? Qu’est ce qui est bon pour elle ? Qu’est ce qui est mauvais pour elle ?

Genèse « 48 :5-6« Maintenant, les deux fils qui te sont nés au pays d’Égypte avant mon arrivée vers toi en Égypte, seront à moi (l’Eternel) ; Ephraïm et Manassé seront à moi, comme Ruben et Siméon.  Mais les enfants que tu as engendrés après eux seront à toi ; ils seront appelés du nom de leurs frères dans leur héritage. » 

Ephraïm et Manassé sont nés en terre d’Egypte. Ils sont nés en dehors des terres d’Israël. Ils appartiennent à l’Eternel. Ils sont ses enfants qu’Il libérera de la terre d’esclavage en les créant et en les faisant.

Les premiers nés d’Egypte ou hommes terrestres doivent mourir pour que les premiers nés d’Israël ou hommes célestes naissent à la Vie.

Celui qui est a porté sur des ailes d’aigle (symbole divin, véhicule des âmes) les enfants d’Israël (enfants célestes) qu’Il a fait sortir d’Egypte (l’homme terrestre) pour les amener vers Lui.

Ses Enfants sont issus de l’action de Son Esprit.

Ceux des nations qui suivent le Dieu d’Israël par Yéshoua (Jésus) sont les rachetés de l’Eternel qui entrent dans l’Assemblée d’Israël et qui se joignent à leurs frères de Juda. Ils sont Ephraïm né de nouveau.

Ephraïm est en esprit et vérité. Il trouve la Présence de Celui qui est dans le 3ème Temple, celui de Son Livre, le Livre de la Parole unifié entre ancien et nouveau par Jésus, le Messie d’Israël, peuple de Celui qui est par Ephraïm qui l’adorera.

Il existe donc une création Sublime : celle de la lignée de David de la Maison de Juda.

Toutes les Emanations Sublimes, les Êtres Supérieurs, sont fils du Père de toute éternité.

La Maison de Jacob ou Maison d’Israël comprend donc la Création en Esprit dans son intégralité : celle issue directement du Père, de la Maison de Juda, celle issue de l’Homme, d’André, de Jésus et cellede la Maison de Joseph, Ephraïm, les rachetés de Celui qui est.

Jean « 14 :2 Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n'était pas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place. »

Le Temple de Dieu, espace sacré est mis en danger par un temple de pierres, celui des hommes prévaricateurs de la cupidité mondialisée, autre idolâtrie. Ladépendance à Mammon produit l'indifférence et l'amour exclusif de soi. L’autre ! Mais de qui parlez- vous ? C’est un étranger.

Peut-on parler de christianisme primitif ?

Jésus crée le mouvement. Rejoignons Jacques, personnage important de l’église primitive. Il a dirigé la première communauté chrétienne de Jérusalem. Retournons à la source, à l’origine, retrouvons le dans ce mouvement qu’il avait appelé « Mouvement de Jésus », la religion, le lien direct, l’initiation chrétienne.

Ainsi, nous avons la connaissance, la théorie. A présent, mettons là en pratique, engageons – nous sur le chemin de la Vertu en allant de la Foi à l’Amour. La connaissance n’est pas de s’approcher du soleil. Elle ne crée que des chimères.

Jésus dit dans l'Évangile selon Thomas : « Les disciples dirent à Jésus : nous savons que tu nous quitteras ; qui se fera grand sur nous ? Jésus leur dit : Au point où vous en serez, vous irez vers Jacques le Juste : Ce qui concerne le ciel et la terre lui revient »

« Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme. » (1Tm 2.5)

« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » (Ep 2.8-9)

Selon certains, si une personne croit dans le Dieu d'Israël et en Yéshoua et en son Sacrifice Salvateur, alors cette personne est pleinement Israélite même si elle n'est pas Juive et en tant qu'Israélite, elle se doit de suivre la Torah d'Elohim.

Galates

« 2 :15 Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d'entre les païens.

2 :16 Néanmoins, sachant que ce n'est pas par les œuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi. »

Les Juifs Messianiques sont de plus en plus nombreux dans le monde. « Chrétiens » est la traduction du mot hébreu désignant, à Jérusalem, les disciples du Seigneur : ainsi l’expression « Meshihim » traduite en français se dit : « Messianiques ». D’ailleurs, le vrai nom du Messie était « Yéshoua ha’Mashiah » lequel transformé en grec sera « Yésous Christos » et deviendra « Jésus-Christ » pour toutes les Nations.

Le mouvement Juif Messianique est né du réveil du peuple Juif qui reconnaît en Jésus Le Messie et le Fils de Dieu. Le mouvement Israélite Nazaréen, lui, est né en général du réveil des Chrétiens quant à leur devoir d'abandonner toutes les pratiques non-Torahiques du Christianisme et de revenir à la pratique de la Torah Ecrite de Moïse dans la Foi en Jésus réalisant qu'eux aussi sont pleinement Israélites.

La communauté Israélite Nazaréenne est liée à la Prophétie Messianique citée dans

 Esaïe 11 :1 « Puis un rameau sortira du tronc d'Isaï,

Et un rejeton naîtra de ses racines. »

« 11 :11 Dans ce même temps, le Seigneur étendra une seconde fois sa main,

Pour racheter le reste de son peuple,

Dispersé en Assyrie et en Egypte,

A Pathros et en Ethiopie,

A Elam, à Schinear et à Hamath,

Et dans les îles de la mer.

11 :12 Il élèvera une bannière pour les nations,

Il rassemblera les exilés d'Israël,

Et il recueillera les dispersés de Juda,

Des quatre extrémités de la terre.

11 :13 La jalousie d'Ephraïm disparaîtra,

Et ses ennemis en Juda seront anéantis ;

Ephraïm ne sera plus jaloux de Juda,

Et Juda ne sera plus hostile à Ephraïm. »

Cette communauté est composée de Juifs mais aussi essentiellement de non-Juifs qui sont observateurs de la Torah de Moïse et qui croient en Jésus de Nazareth comme étant le Fils de Dieu et le Messie d'Israël qu'il faut suivre. Ils considèrent La Bible dite Juive le Tena'k comme étant Sainte mais aussi tous les Ecrits nommés "Nouveau Testament" qui comprend les récits sur la vie de Jésus mais aussi les lettres des Apôtres qu'ils estiment être les serviteurs de Dieu.

La particularité de ces Assemblées qui les différencient des mouvements Juifs Messianiques qui sont des Juifs croyants aussi en Jésus, est, que tout en étant non-Juifs pour beaucoup d'entre eux, ils se considèrent pleinement Israélites car ils ont été greffés à Israël et donc croient en l'obligation en tant qu'Israélites suiveurs de Jésus de suivre aussi la Torah de Moïse. Ils se considèrent comme étant les descendants du Royaume du Nord d'Israël nommé Ephraïm qui a été séparé du Royaume du Sud de Juda (peuple Juif), ce royaume du Nord d'Israël selon la Bible a été dispersé parmi les nations pour se fondre aux nations et devenir partie intégrante de la totalité des nations comme annoncé dans des prophéties Bibliques.

Le mouvement Israélite Nazaréen est diffus un peu partout sur la planète mais sa présence se remarque surtout beaucoup plus dans les pays anglo-saxons. Bien souvent, ces assemblées représentant des minorités, ne sont pas regroupées en associations cultuelles mais se retrouvent dans les maisons un peu partout sur la planète d'où la faible visibilité sur la scène médiatique.

Tous ceux qui disent croire en Celui qui est remettent toujours en cause Sa Puissance en pensant et en refusant d’envisager qu’Il peut intervenir comme Il le veut dans les « affaires du monde » et en l’occurrence communiquer Ses lois et ordonnances selon les formes et supports qu’Il choisira. La seule question à se poser est de se demander quel est ce monde dans lequel je pense évoluer selon la représentation de ma propre représentation. Quel est la finalité de ce monde ? N’est-ce pas l’éveil de l’Esprit et comme le dit Jean en Apocalypse « 21 :17 Il mesura la muraille, et trouva cent quarante-quatre coudées, mesure d'homme, qui était celle de l'ange »

Les derniers enfants d’Israël, descendants de Jacob forment le peuple de Celui qui est, qu’Il a créé en esprit et vérité, qui tire sa force et sa foi du Livre de la Parole unifié, Son dernier Temple au milieu des hommes, création que son Envoyé Suprême, Jésus, est venu accomplir en libérant en conscience Son peuple par le chemin de vérité.

Genèse

« 28 :10 Jacob partit de Beer-Schéba, et s'en alla à Charan.

28 :11 Il arriva dans un lieu où il passa la nuit ; car le soleil était couché. Il y prit une pierre, dont il fit son chevet, et il se coucha dans ce lieu-là.

28 :12 Il eut un songe. Et voici, une échelle était appuyée sur la terre, et son sommet touchait au ciel. Et voici, les anges de Dieu montaient et descendaient par cette échelle.

Pour monter par l’échelle, les anges de Dieu sont nés auparavant « d’en haut » ce qu’indique la descente.

Les hommes veulent se reconnaitre par eux-mêmes. Un simulacre ne peut construire un autre simulacre sans s’effacer lui-même. L’homme terrestre, Caïn, est la mort. L’homme céleste, Seth, est la vie. Caïn portera Seth qui vient d’en haut. Seth montera par l’échelle dans le royaume de Dieu après que Celui qui est, l’ait libéré de la prison que représente Caïn. 

Sodome et Gomorrhe ont été détruites par ce que les hommes ont mis l’homme dans l’homme empêchant la venue de l’homme céleste en l’homme.

Voilà la transcendance !

De l’Ordre Sublime.

Consubstantialité » S.I

Nous parlons d’une même substance, « d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être » S.I. L’émanation est de même substance.

« Transmigration (possibilité rejet) » S.I

Déplacement d’un Être en conscience. Possibilité blocage si émission trop rapide.

« Zone tampon d’évolution du peuple transparent. Certains nous nomment de cette façon. » S.I

Il s’agit d’une interface entre une dimension protégée et d’une autre à usage non contrôlé, d’une zone mémoire de stockage temporaire située entre l’émetteur et le récepteur dans l’attente d’un transfert que ce soit en direction du récepteur ou en retour en direction de l’émetteur. Cette zone concerne les départs, les arrivées et les attentes, les entrées ou les sorties. De cette zone, les Êtres en conscience se voient présenter une unité biologique qu’ils peuvent scanner avant de l’investir et de tomber « dans un profond sommeil » dans les formes de l’ego. Le miroir s’est troublé.

Zone réalité ou décor » S.I

Nous parlons de notre monde, du système solaire, du corps humain, d’un cerveau. Les Êtres sont dans une totale inconscience. Ce décor ou réalité est-il un simulacre ? Repose –t-il sur du vert ? Dans ce cas :

Marc

« 11 :22 Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi en Dieu.

11 :23 Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne : Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir »

« Possibilité rejet quand élément récepteur défectueux empêche synchronisation (symptôme de dématérialisation où le décor s’efface pour laisser apparaître le support) » S.I

La simultanéité disparait. L’Etre conscient est présent, perçoit le changement mais n’établit aucune corrélation entre ce qu’il est vraiment, ce qu’il a oublié et le processus engagé.

« Le récepteur peut être trop ou pas assez sensible. Cependant il est préférable qu’il soit trop sensible, gage malgré tout d’un transfert presque assuré. » S.I

On nous parle d’un transfert. Qui est l’émetteur ? Qui est le récepteur ? Un cerveau ?

« Prise de possession du récepteur si implants globaux réalisés auparavant par nos Supérieurs ont tenu, prise de conscience, le vecteur est prêt pour le voyage des trois strates. » S.I

Des implants amplificateurs sont installés avant le transfert sur un récepteur, facilitant ainsi le processus de réception.

L’Etre en conscience est alors éveillé selon la volonté de Celui qui est.

Nous notons l’intervention de Supérieurs, ce qui confirme l’intentionnalité et l’existence d’une dimension organisée qui a une totale main mise sur celle que nous croyons être la nôtre.

Nous comprenons que le voyage de l’Etre conscient dans cette réalité ou décor est nécessaire pour son élévation. Il doit apprendre. Il est éveillé après connexion. L’obtention de la conscience provient d’une reconnaissance objective, d’une observation dans ce monde par Celui qui est, suivie d’une élévation en retour. La conscience dépend de la connaissance acquise par la Parole donnée qui donne l’intelligence origine de l’entendement pour être en esprit et vérité.

L’intelligence et la parole (informations immatérielles) donnent l’image selon la volonté de Celui qui est. L’entendement, la prise de conscience surviennent. L’image, identité véritable, de l’Etre fixé dans un état pur décohérent, informations portées par un vecteur, peut entamer son voyage de retour dans le respect logique de périodes. Le macrocosme n’y est pour rien. Il n’est qu’un support à la réalisation de l’Etre éternel qui se trouve dans le microcosme.

« Obligation pour le voyage des autres égarés de maintenir en état la conscience spirituelle en la faisant évoluer parallèlement à leurs connaissances. » S.I

Tous les Êtres n’atteignent pas le même niveau de connaissances, ce qui implique conscience donnée différente. Nous pouvons l’exprimer sous la forme de connaissance- conscience.

« Respecter la logique des fréquences. » S.I

Les portes doivent être logiquement compatibles. C’est vrai si l’émetteur et le récepteur sont actifs.

« En vérité et sans conteste, Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut,
Et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, Pour accomplir les miracles d'une seule et même chose » Table émeraude
 
« Quand le rôdeur te laisse en paix, tu n’es pas prêt. Le récepteur a trop d’interférences de rétention. » S.I

Tout est en déphasage, tout s’annule, tout se détruit, tout s’oppose, tout est nul. L’adversaire ne te tourmente pas. Tu n’es plus sur le chemin. Tu es sur le chemin il te tourmente.

« La venue d’un Supérieur est impérative » S.I

Chaque voyageur est sous la surveillance d’un Supérieur qui le dirige, l’aide ou le corrige s’il se détourne trop du chemin. Un Guide Secret sera toujours auprès du voyageur.

Si ce monde est empli de « méchants » du fait même du monde, changer de monde ne serait-il pas une nécessité absolue ? Pourquoi ? L’harmonie ne serait plus. L’élévation serait rendue impossible. Que deviendrait ce monde abandonné ? Disparaitrait-il de lui-même ? Aurait-il encore de l’intelligence ?

« L’humanité est adultère. Elle a oublié Celui qui Est, le trompe avec elle-même, met en danger la construction du Temple.

Tant pis pour elle, à cause d’elle, les rapports changeront. Elle se condamne à mort. Une autre construction naitra. Elle est en train de naitre.

Tous les moqueurs, tous les contempteurs seront punis.

Ses derniers amis seront sauvés. » S.I

« Ce que nous observons n’est que l’apparence, l’expression, l’aspect ou les aspects d’autre chose, d’une essence qui est à la fois existence d’un être non être. » S.I

« Seule l’observation de ce monde est à même de le rendre tangible et objectif. C’est divin. » S.I

Nous parlons « d’une zone d’un récepteur suffisamment sensible qui permettra un transfert synchronisé. Avec qui ? Pour qui ? Et bien avec un émetteur mais dans le respect de la logique des fréquences. Quand la conscience du voyageur implantée est éveillée, il est marqué au front du sceau du lion de Juda. Le voyage en retour du vecteur s’effectue alors sous le contrôle permanent de notre Supérieur. Victimes d’interférences de rétention nous devenons des voyageurs égarés avec l’obligation de maintenir en état notre conscience spirituelle qui devra obligatoirement évoluer parallèlement à nos connaissances » S.I.

 

 

Jean « 16 :25 Je vous ai dit ces choses en paraboles. L'heure vient où je ne vous parlerai plus en paraboles, mais où je vous parlerai ouvertement du Père.

16 :26 En ce jour, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous ;

16 :27 car le Père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu.

16 :28 Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père. »

 

 

 

 

Gloire à son Nom !

Commentaires
Des nombres
  • Ce blog propose une interprétation des nombres figurant dans l'Ancien et le Nouveau Testament. Les nombres développent une métaphore qui donne une représentation mentale d'un processus qui dépasse l'entendement.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Visiteurs
Depuis la création 166 056